Page images
PDF
EPUB
[ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]

contenant les matières exigées pour le premier examen de la

licence en Droit.

[ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

G. BAUDRY-LACANTINERIE

PROFESSEUR DE CODE CIVIL A LA FACULTÉ DE DROIT DE BORDEAUX

TOME PREMIER

de la

contenant les matières exigées pour le premier examen

licence en Droit.

PARIS

L. LAROSE ET FORCEL

Libraries-Éditeurs
22, RUE SOUFFLOT, 22

1882

F2AJ

t ᅩ

B3422

JUN 27 1921

PRÉFACE

Les ouvrages élémentaires de Droit civil, publiés jusqu'à ce jour, renferment un vice capital, surtout pour les étudiants que les circonstances empêchent de suivre les cours publics des Facultés. Obligés d'étudier seuls leurs examens, ils se trouvent dès les premiers pas aux prises avec des difficultés, dont l'intelligence suppose presque toujours la connaissance de principes qui n'ont pas encore été expliqués. Pour surmonter cet obstacle, ils ont besoin d'une patience de travail, d'une opiniâtreté, qui leur font trop souvent défaut. Et alors l'étude du Droit leur apparaît laborieuse à l'excès, rebutante même. En cette science comme en toute autre, il faut passer du sinple au composé. L'enseignement oral n'a pas ces inconvénients, et c'est là le secret de sa supériorité. Le professeur, grâce à la flexibilité de la parole, a un moyen facile de proportionner les problèmes juridiques à l'inexpérience de ses auditeurs; il peut en avancer ou retarder l'explication au gré du besoin. L'allure plus correcte et plus sévère du livre ne se prête pas à ces transpositions, qui pourraient paraître des oublis ou des redites.

En publiant ce Précis de Droit civil, j'ai eu la pensée, ambitieuse peut-être, de communiquer à un commentaire imprimé quelques-uns des avantages de l'enseignement oral. Dans ce but, j'ai adopté une méthode nouvelle, ou qui du moins n'a pas encore été pratiquée par les jurisconsultes français. J'ai divisé mon ouvrage, au point de vue des matières, en deux parties, qui, quoique mêlées ensemble, se distinguent aisément l'une de l'autre par un signe matériel, une différence typographique. La première partie renferme l'exposition des règles générales et l'explication des textes ; elle est imprimée en gros caractères. La seconde partie, plus

« PreviousContinue »