Page images
PDF
EPUB

LE MIROIR POLITIQUE.

[ocr errors]
[ocr errors]

TWO

[ocr errors]

WO ROOMS TO LET, FOR EASTER | DA

ANIEL KNIGHT, HAS A FEW SAOKS OF next, in the house now occupied by John Champion, *French flour, just arrived, for sale, at Mr. J. near the Market pumps.

De Jersey's store, in Truchot-Lane, each sack weighs

160 lbs ; some sacks of wheat, each 200 tbg.hr TO TO BE LET, THE GROUND-CELLAR OF

a store belonging to Messrs. Corbin and Carré, TO BE LET, IMMEDIATELY, A WINE situated in rue du Parcq; apply to H Carré.,

Vault, in Truchot-lane ; apply to Edward

Collings
FOR ,

Oh busand, and $s: per hundred, at James and John Tor, nitaate near the road leading to St.
Cochrane's, Tobacconists," near the Church.
THE HOUSE AND GARDEN, BELONGING water upon the premises, half the ground is in tillage,

Andrews, containing 11 vergees, with a good spring of
to be let, for one or more years, and posses- diately : apply to Mr. John Mansell. 05091
sion to be taken immediately : for particulars, apply
to the owner, at capt.. Grout's in the Canishers.

MRISH

TRS. PAINT'S HOUSE, SITUATE AT
A neat child's sociable, or coach, for sale.

Vauvert, occupied by Mr. Bardel, is to be let, for
Easter next.ivi

Twi
AWO HOUSES IN THE NEW TOWN, TO

be sold or let: possession be be had immediately; THE HOUSE AND GARDEN, BELONGING enquire of Peter de Havilland esq. New-Town-House.

let immediately; apply to John Arnold. 11 A BEAUTIFUL ASSORTMENT OF LADIES

feathers, to be seen at Mrs. R. Mauger's, Market TWO STORES ON THE QUAYS TO LET, Place.

immediately, or for the 25ļh March next; appli

cation to be made to Mr. John Collings, sem. CONVENIENCE OF REMOVED FOR

sale, at the house of Mr. Greenslade, and to be ELAS GUERIN, HAS FOR SALE SWED sold by

, household furniture of the late fort-major Green, viz; and Swedish iron of different sizes, wine and porter

Mahogany four post bedsteads and furniture, fea- boxes, Russia cordage of various sizes; also sail cloth, at ther beds, bolsters and pillows, 19 handsome mahogany his store, Bordage. chairs, with two elbow to match, mahogany.chest of The

above has also good upland hay for sale. drawers, do, dressing, dining and card tables, pier and

FS

VOR SALE, EVERY "TUESDAY AND and stew-pans, iron pots and saucepans, with many other Saturday, at the store belonging to the heirs of articles.

the late capt. Du Feù, near the Town Hospital.. The sale to begin at 10 o'clock, and all will be sold

Wheat at 19s. per quarter. without reserve, }

Flour, 45s. per sack. The above may be seen the day before the sale.

Barley, 14s. per quarter.

Oats, 128. per do.
M. MAILLARD's, HOUSE, CONTREE-
W

Ship bread, 228. per cwt. house, cave and pump, is to be given to rent.

Da damaged, 15s. per do.

Clover seed, 63s. per cwt.
NI
VICHOLAS GRUT, jun. HAS RECEIVED A

T
cargo of well seasoned red and white wood deals, S. M. TAYLOR has just received a small quantity of
from 7 to 20 feet long, and 1 to 3 inches thick, die-square Church's Cough Drops, for the cure of coughs, colds,
timber, from 9 to 16 inches square, and 20 to 40 feet

asthmas and consumption. long ; square, round and 4 inches flat iron in bars and

THIS EXCELLENT MEDICINE WAY bundles, and Einland tar, the whole of which is now

first discovered by Mr. Church, upwards of three selling at his deal-yard, Country-Mansell.

hundred thousand persons have experienced its happy

AND
A LARGE, CHEAP, ELEGANT and salutary effects, many of whom had been by asth-

assortment of best French artificial flowers to be matic and consumptive complaints reduced to the brink seen, at Mrs. R. Mauger's, Market-Place.

of the grave; their constitutions were quite emaciated,

and had cast off all hopes of recovery, having used ANSELL AND PRICE HAVE FOR SALE, MM

every remedy recommended as specifics for those comLempty Port pipes ; ditto butts and punchcons. plaints, and had made every application to the faculty ESSRS. LIHOU, CORBIN AND CO. HAVE that could be obtained. the following goods, for sale, viz:

In common coughs, which arc in general the effect Superfine French figur, by the sack,

of cold, it gives immediate relief, removing those troubleMarseille soap, wbite and motled, by the case, some irritations, or as they are called, ticklings in the 3 casks fine starch,..

throat, which act as a constant stimulus to coughing,, 15 bales Gentian roots,

andin quieting those convulsive excitements, and causing 12 casks white wine vinegar,

the afflicted to breath and speak freely. It produces rest 80 bottles of orange flower water,

and sleep in an eminent degree and strengthens the con500 earthen pint and quart jugs,

stitution, which enables it to repel an enemy whose About 60v Caen paving stones,

attacks are frequently followed by the most fatal conse. 12 Bales new clover seed.

quences. Handsome hanging, packing and other qualities of Persons afflicted with pulmonary complaints, or French paper,

disorders of the breast and lungs, (even the most advanCambric and laces,

ced state, and at the most advanced period of life) wil Linen cloth,

find instant relief. Newcastle wine bottles, by the groce, Brisk and stil champaign by the car.

A SHOP AND TWO ROOMS TO LET, FOR Port, Sherry, and Bronti Wines, by the case and the 25th of March next, in Mr. John Goguet's dozen.

house, bottom of High-street.

[graphic]

SINCE

PERS

ERSONS DESIRING TO HAVE AD- e

[ocr errors]

НЕ
ENRY EMERIC DE ST.DALMAS, PROCU.

COUR ROYALE. -reur du saisi de la succession de feu le Sr. Nicolas S. Langlois, prie les créandidrs, enregitres et lesquels | Samedi le dixhuitième Février, mile huit cent quinze, sont envoyés opposer droits glavant commis de la Cour Royale, de s'assembler chez lut Lundi prochain, à 10

devant Pierre de Havilland, écuyer Bailli, présens; heures du matin, pour prendre o considération et les

Eleazar le Marchant, Carteret Priaulx, Daniel de mettre au fait de l'état de la saisie, avant la dite opposi

Lisle Brock, Jean la Serre, Josias le Marchant, Jean tion de droits.

de Lisle, James Carey, Jean le Messurier et Hélier

Carré, écuyers jurés.
TO THE PUBLIC.

Thomas O'Brien, de la Ville de Waterford, en

Irlande, prisonnier au Château-Cornet, amerci envers VERTISEMEMTS inserted in this paper, O'Brien, soit seul, ou avec autre son complice, ou autres are respectfully informed that none will be receiv.

ses complices, dépuis six mois, à différens temps pris, ed unless previously paid for.

volé et emporté hors du comptoir ou appartement de

Messrs. Jean et William Collings et frères, dans leur To shoemakers and others.

maison, proche la Chaussée du Nord, par lesquels le an assortment of goods, which he will sell at low ou appartement, une demie douzaine ou environ de ready-money prices, consisting of English crop squares, canifs, et une demie douzaine de livres de chandelles seal skivs, binding thin jockey legs, brown top calf, red appartenant aux dits Messrs. Collings et frères, douze cordovan, cream colour and black kids, white and pièces de dentelles, appartenant en tout, ou partie à yellow roans, morroco skins, iron heels and nails as- Dame Du Val Joye, de Caën, et aux environs de 80 à sorted, at 58. per dozen.

90 peaux de maroquin, lesquelles dentelles et maroquin THE PUBLIC IS RESPECFULLY INFORM. avoient été envoyées aux dits Messrs. Collings et frères

par commission, et hors du magasin des dits Messrs. &c. at the store near the Town Hospital, will in future livres pesant, et ce à l'infraction des loix, trouble de be on Wednesdays and Saturdays.

l'ordre public, et leur payer leurs dépens ; aux fins WA

ANTED, A COOK IN A GENTLEMAN's d'acte du 28e Janvier, 1815.
family; for particulars, apply to Mr. Greenslade,

Nota.-Condamné à deux mois d'emprisonnement, Carrefour.

au Château Cornet, et bani hors de ce bailliage pour

le terme et espace de six ans, et aux fraix. TO BE SOLD, BETWEEN THREE OR enquire of Mr. John Tayyor.

MIROIR POLITIQUE. J. ,

has for sale, at his store, in the Trucbot, Swedish iron of all dimentions, clover seed, and mahogany at a

Londres le 21 fev. reasonable price. B RICKS, SQUARES AND GUTTERS, CON. Des lettres de Rome en date du 25 de Janvier,

STANTLY for sale, and lime Wednesday and nous apprennent que Lucien Bonaparte, dit prince following day,'at J. Gullick's kiln.

Canino, a donné le 21 de Janvier, dans cette capitale du

monde chrétien, une fête et un bal. Les François qui LO

OST, ON THURSDAY EVENING LAST, se trouvent à Rome ont été révoltés de cet oubli de tout

between the Carrefour and Bordage, through sentiment et de ce mépris de toute convenance. Fountain-street, a cornelian broach, set round Le 15 de février. Le congrès est terminé, et la with pearls; whoever bring it to the Mirror paix de l'Europe est assurée. Plusieurs journaux d'AlleOffice, will receive a fibegal reward.

magne annoncent que les bases d'une pacification IMMEDIATELY, SEVERAL générale ont été arrêtées à Vienne le 5, et que les gran. apprentices to the straw-bonnet bussiness. Ap. des puissances sont d'accord. Des courriers ont été ply to A. and S. Le Page, at Mr. Mulcott's house, near expédiés sur le champ pour porter cette importante the Church.

nouvelle.

[ocr errors]

sma

WANTED

Arrivée des Vaisseaux.

EXPÉDITION CONTRE LA NOUVELLE

ORLÉANS. Le 17e Février. Countess of Liverpool, Naylor, Quoiqu'aucun rapport direct ne soit encore parvede Weymouth.

uu de l'expédition de Sir A. Cochrane, cependant l'ou Le 18. Brilliant, Robert, d'Exmouth.

a reçu par la voie de la Havane des nouvelles qui di. Le 19. Speedy, Cook, dc Portsmouth; Joseph & sent qu'ayaut réussi, le 26 Décembre à prendre la Jane, Le Page, de Plymouth; Virgina, Simon, de ditto.; flotille Américaine, les troupes firent une attaque le General Doyle, Le Messurier, de Jersey; Mary, Beer, 27, dans laquelle elles furent repoussées ; mais que le de Torbay.

ler Février, Sir E. Packenham ayant rejoint dans l'inLe 20.

Hinchinbrook, Quirk, de Weymouth; tervalle, on fit une seconde tentative qui eut succès Dove, Chamberly, de Lyme; Two Sisters, Thomson, le plus complet. Les Américains mis en déroute, de Plymouth;

James & Kitty, Killile, de Torbay. furent chassés de leurs postes avec grande perte. La Le 22. Countess of Liverpool, Naylor, de Jersey; forteresse étant ainsi à découvert, on fit avancer de Poultoy, Bedbrook, de Plymouth.

la grosse artillerie, et l'on se disposoit à en faire le Le 23. Hinchinbrook, Quirk, de Jersey; Rose, siège. Ces nouvelles descendent jusqu'au 4 ou 5 de Prvaulx, de Weymouth; John & Sarah, Pater, de Janvier

. On peut s'attendre que la place se rendra Torbay, Lucretia, Edwards, de ditto.; Peggy, Per- environ le 15. chard, de Jersey.

Traduit du Pilot.

[ocr errors]

Copie d'une Lettre du Contre-Amiral l'Honorable Vendredi, le Teuedos me joignit, avec l'ordre que Sir H. Hotham, à M. Croker.

vous me donniez de prendre sous mes ordres le capitaine

Parker qui le commande: j'avois alors sous mes ordres A dord du vaisseau de Sa Majesté le Superbe, devant le Hook l'Endymion et la Pomone, et nous étions

á l'ancre devant New London, le 23 de Jan. en vue des vaisseaux ennemis; mais, dans la soirée, viir, 1815.

l'escadre fut encore chassée de la côte par un vent assez J'ai l'honneur de vous transmettre, pour être violent. Samedi, le temps et le vent favorisant l'ennemi, mise sous les yeux des Seigneurs Commissaires de je ne doutoi pas qu'il n'essayât de sortir dans la nuit. l'amirauté la ropie ci-incluse de la lettre que j'ai Le vent ne permettoit pas d'entrer dans le Hook, et adressée avec les incluses, au vice-amiral Sir Alex. au lieu de serrer la terre au Sud, nous nous portāmes Cochrane, qui rendent compte de la prise du vaisseau

au Nord et à l'Est, jusqu'à ce que l'escadre påt atteindre des Etats Vuis le Présicent, et que j'ai en son absence, le point auquel l'ennemi étoit supposé devoir se porter; chargé le lieutenant Har», du Schooner de Sa Majes-et, ce qu'il y a de singulier, en arrivant à ce point, une té le Picton, de porter en Angleterre.

heure avant le point du jour, Sandy Hook portant à (Signe) HENRY HOTHAM. l'Ouest Nord-Ouest, à quinze lieues, nous eumés le

bonheur d'apercevoir un vaisseau et un brigantin au

Sud et à l'Est, et à deux milles du Majestic.
A bord du Superbe, à Cancre devant New

Le signal de nuit pour une chasse générale fut fait,
London, le 20 de Janvier, 1815.

et tous les vaisseaux y obéirent promptement. Elle J'ai l'honneur de vous faire paut de la prise du devint intéressante dans le cours de la journée par les vaisseau des Etats Unis le Président, le 15 du présent efforts que l'ennemi fit pour échapper, et ceux que firent mois, par les forces ci-dessous mentionnées, que les capitaines de l'escadre pour le joindre par le travers. j'avois réunies devant la Barre de new York sous les L'ennemi coupa ses cables et jeta à la mer tout ce qui ordres du Capitaine Hayes. Ce vaisseau e le Mace pouvoit ralentir sa marche; les capitaines de l'escadre, de donian, brigantin armé, de 420 tonneaux, chargé de leur côté, allégèrent leurs vaisseaux pour atteindre l'enprovisions, avoient fait voile la veille au soir, sous les nemi; le jour étant avancé, le vent touba, et l'Endyordres du commodore Decatur ; mais la salon et mion avoit un avaptage marqué dans la marche; le capt. l'obscurité de la puit, dont il avoit profité, n'ont pu Hope parvint à mettre sa frégate par le travers de l'entromper la vigilance du capitaine Hayes et des astres nemi et commença l'action de près à 5 heures et demie officiers qui commandent les vaisseaux de S. M., et qui du soir, elle continua trés-chaudement des deux côtés ont parfaitement exécuté le service dont ils étoient pendent 2 heures et demie; l'Endymion ayant eu ses chargés ; je prends la liberté de vous féliciter sur le voiles coupées, l'ennemi gagna sur elle; mais le capt. succès qui a fait échouer ce projet du commodore Hope changeant de voiles pour se porter de nouveau par eanemi.

le travers de l'ennemi, le combat cessa, jusqu'à onze Vous verrez par les rapports du capitaine Hayes de canon, et l'ennemi hêla pour dire qu'il s'étoit déjà

heures et demi que la Pomone arriva, tira quelques coups quelle ardeur le capitaine - Hope a mise à poursuivre rendu. l'ennemi, l'intrépidité avec laquelle il l'a engagé de près, et avec une force inférieure l'a combattu seul En prenant possession du vaisseau, il se trouva pendant deux heures et demie, a donné la preuve de la etre le Président, conimandé par le Capitaine Decatur. supériorité de son jugement, et par la précision de son feu a laissé son adversaire coulant bas, ayant perdu

Le brigantin qui l'accompagnoit, est le Macedonian, beaucoup de monde, et ne pouvant plus faire de résis. qui, par sa marche supérieure, a échappé. tance quand la Pomone est arrivée. La perte de l'Endy- Je remplis en ce moment un devoir bien agréable mion a été comparativement peu considérable, &c. &c. en rendant témoignage de la conduite habile et du

(Signé HENRY HOTHAM.. courage déployé dans l'action par l'Endymion; je n'ai A l'Honorable Vice-Amiral Alex.

pu encore constater la perte de l'ennenii, mais je la crois Cochrane, &c.

bien plus considérable que celle de l'Endymion ; le Président avoit six pieds d'eau dans sa calle quand nous

en avons pris possession : Ics deux vaisseaux ont beau4 bord du Majestic, en mer, le 17 de coup soutfert dans leurs mâts et leurs manauvres, et la

Janvier, 1815. prise auroit incontestablement coulé bas, si le coup de •' J'ai l'honneur de vous faire savoir que, malgré tous plutoi.

vent que nous éprouvons eût commencé douze heures mes efforts pour tenir l'escadre sous mes ordres aussi

(Signé)

John HAYES, près que possible de Sandy Hook, afin d'empêcher le vaisseau des Etats Unis le Président, et les autres Le Président avoit 490 hommes à bord-32 canons bâtimens de sortir de Staten Island, nous avons été, à de 24-20 caronades de 42 et 1 obusier de 24-Plus, 4 plusieurs reprises, forcés par les coups de vent de nous canons de 6 et 2 plus petits. éloigner de la côte ; le zèle des capitaines à se conformer

L'Endymion a eu 11 hommes tués, et 14 blessés. à mes instructions, dans des positions qui rendoient difficile de rester de compagnie, a prévenu toute séparation ; et toutes les fois que le vent nous a obligés de nous éloigner de la côte, j'ai profité du retour d'un temps

Londres, le 19 feb. plus calme pour placer l'escadre dans une position, d'où je pouvois avec quelque probabilité juger la direction de l'ennemi, et c'est avec grande satisfaction, que je

D'après les états présentés à la chambre des vous annouce le succès qu'a obtenu l'escadre en s'empa.

communes le nombre des bâtiments de guerre pris par rant du vaisseau des Etats Unis le Président, commo- les Américains est de-2 frégates de 38 canons, 6 bâtidore Decatur, Dimanche dernier, après une chasse de dix-huit heures.

ments de 16, 2 de 12, 2 de 10, et 3 de 4 canons-le

nombre de matelots est de 2,015. * Majestic, capitaine Hayes; Tenedos, capitaine Les Anglois ont pris aux Américains 42 bâtiments Hyde Parker; Endymion, capitaine Hope'; Pomone, de guerre de l'état 228 corsaires--total 2,360 canons et capitaine Lumlev.

11,268 hommes.

Le nombre de matelots Américains pris ou détenus de la présence des gens de guerre, et de tout ce qui est de 20,961–Je nombre de bâtiments de commerce s'ensuit. Aussi uu homme d'esprit de c ce pays.ci travaille. Américains pris'est de 1,407.

t-il dans ce moment à une pièce de théatre qu'il a intitu

lée: La Délivrance qui n'en est pas une. On se On a reçu, hier des nouvelles de Pensacola, des 8; demande ensuite si le clergé Catholique des Pays-Bas, 9, et 10 de Décembre, annonçant que, le 7, la flotte de si connu par la pureté de ses principes, et dont le zèle a Sa Majesté, ayant à bord dix à douze mille homnes si fort contribué dans tous les temps aux trivmphes de la de troupes, étoit entrée dans le port de cette capitale des religion, est bien disposé se réjouir des évémens qui Florides.--Le 6 de Novembre, l'avant-garde de l'armée 'ont placé avec nous sous une domination qui, jusqu'à Américaine avoit paru devant Pensacola; les forts-firent présent, s'est montrée beaucoup plus favorable aux feu, et, le soir, -un officier fut envoyé au commandant Protestans qu'aux Catholiques. Tout le monde sait pour le sommer de rendre la place à discrétion: le que notre culte n'a jamais été mélangé ni altéré par gouverneur , s'y refusa ir le lendemain l'attaque

aucune fusion de cultes étrangers, et que dans toute la commença et la ville fut emportée avec perte de 42 Belgique il n'y avoit pas même une synagogue. hommes du côté des Espagnols: le fort se rendit le 8,

La vérité est que notre délivrance a trompé beauet le général Américain y, entra, le 9, à la condition coup de veux et d'espérances parmi les personnes expresse que le drapeau Espagnol continueroit de

véritablement religieuses, qui sont en grande majorité flotter sur les remparts. L'armée Américaine étoit de dans ce pays-ci. En remontant aux idées et aux dispo5,000 hommes, de troupes de ligne, de milice et d'Insitions qui dominoient avant l'évacuation des Pays-Bas diens. Le détachement de tronpes Angloises" s'étoit par les François, 11 est certain qu'à tout prix nous retiré à bord des vaisseaux de guerre : le général Jack voulions être délivrés; mais c'étoit de la domination de son a donné pour raison de cette attaque, la nécessité Bonaparte. Si alors on nous avoit dit que nous serions de chasser les Anglois et les Indiens.

délivrés de ce déau et que nous passerions avec le reste L'Amiral Cockburn devoit se rendre à l'Ile Amélie des François sous le gouvernement dụ Roi Très-Chrétien, et en prendre possession. Cette Ile est sur la côte de la

assurément il ne seroit venu à l'esprit d'aucun ecclésiasFloride Orientale, à sept lieues au Nord de St. Augustin :

tique de refuser des Te Deum, ni à la pensée de elle a treize milles de long sur deux en largeur, est personne de s'afiliger de ce genre de délivrance. très-fertile, et a une excellente rade.

All surplus, on donde encore d'autres raisons du Par les lettres de la Jamaique, du 4 de Janvier, refus qui a été fait par le clergé dans cette circonstance. nous apprenons qu'à la Nouvelle Orléans, on avoit

On dit, entre autres choses, que notre sort n'étant pas connoissance de l'expédition projetée, et que les décidé d'une manière positive, il est tout simple qu'on habitans étoient dans les plus grandes alarmes. On ne se réjouisse pas avant de savoir de quoi on se réjouit, porte les forces du général Jackson ' d 14,000 hommes, et qu'on cherche à juger si notre délivrance est un biendu Kentucky, de la Georgie, du Tenesses et de la sait que le ciel nous accorde, ou une nouvelle affliction Louisiane --Une proclamation venue'd'Espagne accorde qu'il nous envoie. une amnistie aux Insurgés, et ils se sont réunis en corps sous un commandant Espagnol, qui doit attaquer la Louisiane au dessus de la Nouvelle Orléans.

FRANCE.
Le général Jackson s'est rendu de Pensacola à
Mobile, où il étoit encore le 10 de Décembre. L'armée

Paris, le 13 Février, 1815. Angloise étoit ce jour-là à Pensacola et se préparoit à marcher à l'ennemi ; l'opinion générale étoit qu'il se

Le journal de Paris en date de ce jour donne l'article rendroit par eau à la nouvelle Orléans. On croit que censé avoir été extrait d'un journal appelé The Brussels

suivant sous le titre de Bruxelles, 9 Février : il est les gouverneurs de la Havane et de Pensacola sont Observer. convenus de niettre les Florides sous la garde des forces Angloises.

Nous observons avec anxiété la lenteur du congrès On croyoit à la Jamaïque, que par une convention qui doit fixer le sort de la Belgique, et mettre un terme entre notre gouvernement et la Cour de Madrid, l'Ile de aux maux inséparables d'un gouvernement provisoire. la Trinité doit être donnée à l'Espagne en échange des

La masse du peuple s'étoit imaginé que la présence des Florides. Dans ce cas, il s'éleveroit une nouvelle François étoit le seul obstacle au bonheur de ce pays, et difficulté entre la Grande Bretagne et les Etats Unis

. qu'upefois délivrée de ce joug, elle se verroit, après 22 Au commencement de la guerre le Président des Etats

ans de calamité, replacée comme par enchantement au Unis a été autorisé à résister par la voie des armes à la sein de la félicité, mais cette même multitude aveugle, cession des Florides par l'Espagne à aucune Puissance. mieux instruite par une année de fatale expérience, Cette loi indiquoit au gouvernement 'Britannique de

commence à rougir de sa propre crédulité; le commerce quelle importance il étoit pour l'Angleterre de ne pas trompé dauis ses perspectives, jouit à peine aujourd'hui laisser les Florides passer entre les mains des Américains ; d'aucune autre activité que celle qui lui est donnée par et il est bien désirable que l'échange en question ait la circulation des manufactures Angloises, au détriment 'été stipulé.

des nôtres qui languissent dans l'état le plus misérable.

Tandis que le chef de famille est obsédé chez lui

par des hôtes exigeans, les contributions sont augmentées, BELGIQUE.

et les taxtes départementales remplacent grandement les droits réunis. La plupart des places ne sont données

qu'à des gens sans mérite, et ces mêmes hommes qui Gand, le 7 de Fév. toient deruièrement les mirmidons de Bonaparte

, Le refus du clergé de chanter le Te Deum exerce

rampent aujourd'hui devant les favoris du gouvernement la curiosité et sert d'aliment aux conversations (1) II provisoire. L'article qui suit, dépeint la rapacité avec paroit que le refus du clergé est fondé sur des motifs laquelle les plus bas officiers courtisés par un essaim de assez conformes à l'opinion et aux sentimens du public. gens qui se qualifient de nobles, assure que chaque D'abord on se demande où est la délivrance et de quoi emploi est vendu au plus offrant, et continue alors on est délivré; car assurément ce n'est ni des droits

comme suit : réunis, ni de la conscription, ni des contributions, ni La Belgique n'a aucune raison pour porter envie .

à ses voisins; son sol est riche, ses habitans industrieux; (1) Ce Te Deum devoit être chanté le 4 en actions les manufactures ont atteint un haut dégré de perfection. de grâces de l'heureuse délivrance de la Belgique. Les arts y sont cultivés avec grand succès, et ses ports

[ocr errors]

sont favorablement situés pour le commerce étranger. f après, se dirigeant vers Parme. Ces voitures étoient Elle possède des hommes distingués dans l'art militaire, sans armoiries, et il n'y avoit rien qui pût faire dans les sciences, dans la législature, elle renferme tous connoître à qui elles appartenoient. On a seulement les élémens qui constituent la splendeur et la prospérité remarqué que dans la première étoit une petite fille de d'une nation, il ne lui manque rien que de devenir une huit à dix ans, avec une dame d'un certain âge, et un nation. Si elle avoit le bonheur d'obtenir cet avantage ecclésiastique; l'autre voiture ne contenoit que des gens et d'étre gouvernée par un prince juste et éclairé,dégagé de la suite. Le bruit s'est répandu que c'étoit 'la kile de toute influence étrangère, ce priuce seroit l'objet de de la Reine Caroline Murat, qui quittoit l'Italie pour se l'attachement et de l'orgueil

de la Belgique: mais si elle rendre en Suisse, auprès de l'Ex-Roi Joseph. avoit le malheur d'être privée d'une telle félicité, la

La situation du roi Murat devient fous les jours Belgique pourroit tourner ses regards avec un certain plus critique. Le roi FerdinaŅd a de nombreux partiespoir de consolation sur la France qui est redevenue heureuse la l'Espagne. Le peuple, en

sans qui commencent à parler tout haut, et qui citent sagesse de son gouvernement. aujourd'hui par la douceur de ses lois et la "etnéral, est France et de

de l'état d'incertitude dans Traduit du Times. lequel il vit, et ne manifeste aucime disposition pour la

guerre, au moment où tout le monde est en paix : les

soldats désertent, et ne se soucient pas d'aller encore ALLEMAGNE

une fois chasser le Saint Pere de son siège. On croit donc que Murat use de précaution, en mettant d'abord

sa famille à l'abri, sauf à y mettre ensuite sa personne,

Vienne ler. Févriero si les choses ne prennent pas une tournure qui lui soit Un Courier Anglois qui arriva ici le 29 de Janvier plus favorable. apporta des instructions à Lord Castlereagh, pour se rendre à Londres immédiatement après l'arrivée de Lord

Rome ler. Février. Wellington

Les troupes Napolitaines n'ont pas encore pénétré Nui résultat encore

du congrès
.

dans notre ville ; mais elles la tieppent dans un état de Le mariage du Prince Royal de Wurtemberg avec

blocus, et les communications interrompues avec le la Dachesse d’Oldenbourg sêra celébré Pétersbourg, royaume de Naples, sont devenues très difficiles. Hiya et non à Vienne.

L'Espagne et le Portugal ont, dit-on, déclaré qu'ils que parmi ce nombre il se trouve plusieurs bataillons consentiront à abolir la traite des Nègres dans cinq ans.

Autrichiens i, néanmoins, nous ne saurions l'affirmers Un vol considérable a, pendant deux jours, fixé attendu que nous ne voyons de nos murs que les bivouacs l'attention publique et la vigilance de la police. Avant Napolitains. Des patrouilles de lanciers ont eu l'audace hier, le grand chambellan, comte Rodolph de Urbana, de parader jusqu'aux portes de notre ville : elles sont revenant de diner,trouva que sa cassette avoit été pillée. ouvertes, et nous sommes sans défense: Rien n'étoit En outre plusieurs rouleaux en or, et 8,000 florins en plus facile que de pous porter le dernier eoupil mais tel papier, elle renfermoit 200,000 forins en bijoux. Les

est le respect qu'inspire la capitale du Monde Chrétien, recherches de la police ont jusqu'ici été vaines : on fixe qu'il semble qu'an prince qui ne respecte rięp; tremble le soupçon sur son demestique.

d'y poser an pięd sacrilèges Rien de plus noble let ide Notre change continue à baisser; il étoit bier à plus intéressant, que la conduite du Saint Piere; il 316,; il est aujourd'hui à 310.

semble attendre au milieu de son sacré Collège, la destinée qui lui est réservée par ce nouveau fléau de

l'église. L'Autriche de paroit pas avoir écouté nos ITALIE.

plaintes. Pourquoi nous a-telle envoyé 1,000 mousqnets et 200 chevaux, si elle n'a pointi l'intention de

nous défendre ? On remarque que depuis plusieurs Ravennes, le 27 Jan. 1815. jours,, l'enyoyé Autrichien a cessé dei communiquer La mission de Chypre est arrivée: hier dans notre avec le cardigal secrétaire d'états i ville, se rendant dans un des ports de l'Adriatique, ou ! s't'b 09:10 ins's u 104 kExtrait da Timtesat elle s'embarquera pour retourner dans son île. Les

BHO 212) 910 nouveaux dangers qui menaçoient Rome l'ont forcés de précipiter son retour.et d'abandonner cette .capitale du Occupations royales de Ferdinand VII. monde chrétien. Elle emporte, des sommes considérables, produit de la charité des fidèles; une Le P. Blaise Ostolaza partie de ces sommes serą répartie entre les pauvres de édition d'un sermon. prêché à Cadix. Il

fait

paroitre la septième la colonie, et le reste servira, à, la restauration de occupations de Ferdinand vir a

.*1*,5*3!103 Ioh ust

passoit une partie
de la matinee dayslença. Ce prince

siles prières et des pre ii chinatts: 0

Brescia, le 29 de Janvier. exercices pieux. Puis, brodait au tambour; et que Les brigands font beaucoup de mal dans' nos montagi es, qu'ils parcourent à main 'armée'; on n'ose Sainte-Vierge. Après ces travaux, le prince s'endormoit, presque 'plas sortir de la ville, tant leur audace 'est et la Vierge Jui apparaissoit en -songe, dansant devant extrême. La gendarmerie n'est plus assez forte pour lui dans ses nouveaux atoura,, et lui promettant un les désarmer et les soumettre.

prompt rétablissement sur son trône. Quelques: Paries Sur la demande du podestat, le gouvernement de siennes, dont le sein, étoit très découvert, ne laisserento Milan a donné des ordres pour opérer une battue géné. | pas que de faire quelque impression sụn l'adorateur de last rale. A cet effet

, les troupes de ligne se combineront Sainte-ViergeHeureusement Jeu R. Blaisen Ostolazas avec les gardės nationales, la gendarmerie et les employés s'apergut temps du danger, quee couroit, son pupiller des finances. C'est la dislocation des ' régimens Tialiepsroyale nilipi administm seu secours spirituels, get-le-rowo qui produit ee triste état de choses, ir 111 11190 1991.!

Ferdinand, malgré toutes les gorges mondaineso i restap Store Bologne, le 28 de Janvier: 1 fidèle à la reine des cieux, . Aujourd'hui, à deux heures après midi, nous avons

10. 1941:10 3 1911

qu'on prendroit pour une insolente satirein vu arriver deux voitures à' six chevaux, qui venoient du monarque Espaguol, si on ne le trouvoit pas'ı par la route de Florence. Elles se sont arrêtées au littéralement dans un sermon.prêché par son confesseurPalais de madame la comtessé, Arriano (madame et directeur, et imprimé avec approbation et privilègeta Baciochi), d'où elles sont reparties quelques heures'! Quousque tandem?

219938Sugu al 119

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

assez

а

l'église

« PreviousContinue »