Page images
PDF
EPUB

ne manqua-t-il pas de porter à Pétersbourg les premiers brandons. Il put aisément exciter la généreuse indignation d'un jeune prince, entrer dans le système politique de Catherine II, qu'il s'efforçait de rétablir, et flatter l'orgueil national en offrant à la Russie l'occasion de jouer le rôle de première puissance continentale. Le danger imminent dans lequel l’Angleterre se trouvait engagée, ne lui laissait pas le choix des moyens; c'eût été prévoir les malheurs de trop loin que de pressentir les conséquences de la prépondérance donnée à la Russie dans les affaires de l'Europe; l'équilibre idéal, dont on faisait grand bruit depuis le traité de Westphalie, n'était profitable qu'aux Anglais, puisque leur or, jeté d'un ou d'autre côté, faisait pencher, à leur gré, la balance politique; et si cet équilibre devait être rompu, il leur fallait, à tout prix, empêcher Napoléon de consolider son empire d'Occident, qui tôt ou tard eût entraîné la ruine de la GrandeBretagne. L'accroissement de la Russie , et l'influence que les succès de la coalition den vaient lui donner en Europe et en Asie n'effrayaient pas l'Angleterre comme les armemens de Boulogne et ceux des ports de l'Adriatique. En suscitant à la France une si puissante rivalité, on paralysait ses efforts, et l'on était bien loin de craindre qu'on eût un jour à regretter d'avoir aplani les obslacles à celle nouvelle domination, et peutélre frayé le chemin de l'Inde à de nouveaux conquérans.

iiiii... La cause de l'Angleterre ne pouvait être épousée à Vienne aussi chaudement qu'à Saint-Pétersbourg Malgré son a version du nouvel ordre de choses établi en Allemagne par le traité de Lunéville , malgré son ressentiment de ses pertes en Italie, faiblement compensées par la possession des états vénitiens, l'Autriche hésita long-temps à s'engager dans une nouvelle guerre. Son arméė, découragée par tant de défaites, était à peine rétablie; ses conseils les plus éclairés n'apercevaient, même dans les súccès qu'on présentait comme infaillibles, aucun dédommagement équivalent à ses sacrifices; car si la

[ocr errors]

sec

[ocr errors]

Prusse et la Bavière n'accédaient pas à la coalition , l'Autriche n'avait d'autre appui que le secours tardif des armées russes , trop éloignées pour pouvoir atteindre les frontières de l'empire français, et frapper des coups décisifs dès l'ouverture de la campagne. Pour atteindre ce but, il eût fallu se décider six mois plus tôt, marcher avec audace, foreer, les armes à la main, les puissances du second ordre à se déclarer, sans leur laisser l'espoir de conserver une équivoque neutralité. : :

Au lieu de suivre ce plan d'agression violente qu'avaient proposé les ministres anglais aux deux cours impériales, celle de Vienne se renferma dans un système de fausse temporisation ; elle crat pouvoir prolonger, par de fausses protestations, la sécurité de Napoléon, et couvrir d'un voile impénétrable le secrét que trahissait de toutes parts l'activité des intrigues de ses agens auprès des cours de Berlin et de Munich. Elle se flatta de surprendre l'ennemi le plus soupçonneux et le plus vigilant. L'intérêt de l'Angleterre était de

faire éclater la ligue et de causer une prompte diversion, tandis que celui de l'Autriche était de mûrir ses apprêts pendant que l'expédition d'Angleterre, occupant et consumant l'armée française, produisait, à l'avantage de cette puissance, une diversion plus efficace que celle qui lui était demandée.

Une telle divergence dans les vues politiques des trois grandes puissances, devait rendre très-circonspectes celles du second ordre, qui, plus près de la France, et vive ment sollicitées par les deux partis, conçurent l'espoir de maintenir leur neutralité, ou du moins d'attendre les événemens pour se décider. La Prusse, indépendante par sa position et par le poids de sa force militaire, convoitait le Hanovre, et n'avait garde de s'aliéner l'appui de la France dans le cas où elle triompherait; et de l'autre côté, en refusant de joindre ses armes à celles des alliés, elle leur laissait entrevoir sa résolution de les seconder si les circonstances rendaient ce secours indispensable pour la sûreté commune. La Bavière, plus exposée, devant nécessaire

arma

nient servir de théâtre , se méfiait des vues ultérieures que la maison d'Autriche avait eu l'imprudence de ne pas dissimuler; elle avait å redouter, si la coalition triomphait, d'éprouver le sort de Venise, et d’être déstinée à servir d'indemnité : la France, au contraire, avait de puissans motifs de la soutenir; et si la fortune des armes lui était favorable, de l'agrandir assez pour en faire une barrière contre sa vieille rivale ; les électeurs de Wurtemberg et de Bade étaient dans la même catégorie, et plus dépendans de la France par leur proximité et par la faiblesse de leurs moyens de défense.

On ne pouvait raisonnablement douter à Vienne que l'électeur de Bavière, dans un danger si pressant, ne se jetât dans les bras de l'empereur Napoléon, et puisque l'on n'était pas en mesure de l'en empêcher, et que les armées russes ne pouvaient coopérer à ce premier acte de la campagne, le plan de guerre offensive était réellement avorté ; l'entreprendre si tard avec si peu de moyens, tant d'incohérence et de défaveur d'opinion,

[ocr errors]
[ocr errors]
« PreviousContinue »