Page images
PDF
EPUB

DE L'ILE D'ELBE.

SON ARRIVÉE A GRENOBLE (1).

1815.

10 février. Une grande quantité de soldats et d'officiers de la vieille garde, qui l'avoient suivi à l'ile d'Elbe , c'étoit l'avant-garde , dont les chefs avoient le mot d'ordre , ainsi que deux femmes intrigantes qui s'y trouvoient , débarquent à Livourne en revenant de PortoFerrajo.

Le 26, vers deux heures, toute la garde reçut l'ordre de se préparer au départ de l'ile d'Elbe. Personne n'avoit eu connoissance de ce qui se préparoit , Buonaparte ayant fait mettre un embargo général sur tous les bâtimens stationnés dans le port. A six heures du soir, tout le monde

(1) Nous avons interverti l'ordre chronologique depuis le départ de Buonaparte de l'ile d'Elbe , jusqu'au retour à Paris de Louis XVIII, pour la facilité du lecteur qui désire suivre rapidement les évènemens qui se sont succédés sur le même sujet.

DÉPART DE BUONAPAŇTE DE L'ILE D'elle. 465 éloit à bord : la flotille consistoit dans le brick l’Inconstant, de vingt-six canons; le chebeck de Buonaparte, l'Etoile; la speronade la Caroline; Je brick marchand, français, le Saint-Esprit; deux bâtimens de Rio et une petite felouque d'an négociant elbois, en tout six bâtimens de transports. Qualre cents hommes de la vieille garde furent embarqués sur le brick, deux cents hommes d'infanterie , cent chevaux-légers polonais et le bataillon des flanqueurs de quatre cents hommes montèrent les autres bâtimens. Le général Lapie, chambellan, que Buonaparte laissoit gouverneur de l'île d'Elbe, avoit dès le matin répandu la proclamation suivante :

« Habitans de l'île d'Elbe, notre auguste souverain, rappelé par la Providence dans la carrière de la gloire , a dû quitter votre île ; il m'en a confié le commandement; il a laissé l'administration à une junte de six habitans, et la défense de la forteresse à votre dévouement et à votre bravoure. « Je pars de l'île « d'Elbe ('a-t-il dit ), je suis extrêmement « content de la conduite des habitans : je leur « confie la défense de ce pays, auquel j'attache « le plus grand pris; je ne puis leur donner « une plus grande preuve de ma confiance, « qu'en laissant ma mère et ma soeur,

la prin« cesse Pauline , sous leur garde. Les membres « de la juute et tous les habitans de l'ile peu

« vent compter sur ma bienveillance et sur ma « prolection particulière. »

A huit heures du soir, Buonaparte se rendit sur le brick; les généraux Bertrand et Drouot , et les principaux officiers qui l'avoient suivi dans l'ile d'Elbe , ou qui s'y étoient rendus depuis un mois, montèrent sur l'Inconstant. En route, Buonaparte annonça à ses soldats qu'il décoroit de la croix d'honneur tous ceux d'entre eux qui, partis avec lui de Fontainebleau , comptoient quatre années de service.

Le 28 février, à sept heures du matin, on découvrit les côtes de Noli; à midi, Antibes.

Le 1er mars, à trois heures, la flotille entra dans la rade du golfe de Juan. Près de débarquer, Napoléon jeta lui-même et fit jeter à tous les soldats, la cocarde de l'ile d'Elbe, et leur fit distribuer des cocardes tricolores, dont il avoit une grande provision , pour faire croire que tous les soldats n'avoient arborés la cocarde blanche que malgré eux, et qu'ils avoient conservé religieusement sur leur coeur la cocarde tricolore.

Napoléon avoit aussi beaucoup d'aigles, et une caisse de croix d'honneur, moyen certain de se faire des partisans parmi les militaires, même de ceux qui le considéroient comme un bourreau de l'espèce humaine. Buonaparte ordonna qu'un capitaine de la garde, avec vingt

les géné

eing hommes, débarquassent avant les troupes qui étoient dans le brick , pour s'assurer de la batterie de côte, s'il en existoit une. Le capitaine voulant faire changer de cocarde au bataillon qui étoit dans Antibes , il se jeta imprudemment dans la place. L'officier qui y commandoit pour le Roi, fit lever le pont-levis et fermer les portes ; et les vingt-cinq hommes restèrent prisonniers dans Antibes. A trois heures après midi, le débarquement étoit achevé au golfe de Juan, sur la plage de Cannes. On établit, jusqu'au lever de la lane, un bivouac au bord de la mer, tandis

que raus Bertrand, Drouot, Cambronne, le baron Jerzmanouski et leurs officiers exécutoient les ordres de Buonaparte, et achevoient de prendre les dispositions nécessaires.

à une heure du matin, on leva le bivouac. Le même jour, cinquante hommes se portèrent à Cannes, où ils voulurent forcer le maire d'aller prendre les ordres de celui qu'ils nommoient le général en chef , au golfe Juan; mais le maire s'y refusa; il reçut de suite l'ordre de préparer trois mille rations pour

le soir même ( ruse de guerre). On marcha toute la nuit, et le lendemain on entra à Grasse. La ville étoit déserte , les boutiques fermées. Après une halte d'une heure, on donna le signal du départ; il fallut laisser à Grasse

Le 2 mars,

ans ,

la voiture de Buonaparte el six pièces de campagne, emmenées de l'ile d'Elbe. Buonaparte arriva dans la soirée du même jour au village de Cérenon; le 3, it coucha à Baréme ; le 4, il dina à Digne ; le 5, le général Cambronne, avec une avant-garde de quarante grenadiers, s'empara du pont et de la forteresse de Sisteron : le même jour, Buonaparte coucha à Gap; il fit distribuer des proclamations et un faux traité de paix avec l'empereur d'Autriche et le congrès de Vienne , annonçant une trève de vingt

le retour à Paris de Marie-Louise avec son fils, etc. - Le 6, Buonaparte vint coucher à Gorp ; les quarante hommes du général Cambronne allerent coucher jusqu'à Mure; ils se rencontrèrent avec l'avant-garde d'une division de 6ooo hommes de troupes de ligne qui venoit de Grenoble pour arrêter leur marche. Instruit de cette circonstance, Napoléon fit distribuer une proclamation dans laquelle il promettoit de l'avancement aux soldats et la croix d'honneur ; il se transporta sur les lieux: il trouva sur la ligne opposée un bataillon du 5€ de ligue, une compagnie de sapeurs, une de mineurs, en tout douze cents homnies. Il envoya son officier d'ordonnance pour faire counoître à ces troupes la nouvelle de son arrivée ; mais cet officier ne pouvant rien obtenir , Napoléon ruit pied à terre et alla droit au ba

« PreviousContinue »