Page images
PDF
EPUB

' Séance du 6, à dix heures et demie.

M. le chancelier. La parole est aux défenseurs de l'accusé.

Les deux avocats, Berryer et Dupin , occupe la séance jusqu'à trois heures.

La séance est reprise à quatre heures on quart. L'atocat Berryer reprend la parole.

M. Bellart, procureur du Roi, donne lecture du réquisitoire dont la lecture suit :

« Les commissaires du Roi, etc. , requièrent la cour des pairs,

Attendu qu'il est prouvé, par le débat , que Michel Ney , maréchal de France, duc d'Elchingen , prince de la Moskowa , ex-pair de France, est coupable,

D'avoir entretenu, avec Buonaparte, des intelligences, à l'effet de faciliter, å lui et à ses bandes , leur entrée sur le territoire français , et de lui livrer des villes , forteresses, magasins et arsenaux; de lui fournir des secours en soldats et en hommes, et de seconder le progrès de ses armes , sur les possessions françaises , noiamment en ébranlant la fidélité des officiers et soldals;

De s'être mis à la tête de bandes et de troupes armées ; d'y avoir exercé un commandement, pour envahir des villes, dans l'intérêt de Buonaparte; et pour faire résistance à la force publique agissant contre lui;

D'avoir passé à l'ennemi avec une partie des troupes sous ses ordres ;

D'avoir, par des discours tenus en lieux publics, placards affichés et écrits imprimés, excité directement les citoyens à s'armer les uns contre les autres;

D'avoir excité ses camarades à passer à l'ennemi;

Enfin, d'avoir commis une trahison envers le Roi et l'état , et d'avoir pris part à un complot dont le but étoit de détruire et changer le gouvernement et l'ordre de successibilité au trône ; comme aussi d'exoiler la guerre civile , en armant , ou portant les citoyens el habilans à s'armer les uns contre les autres, etc., etc.

Condamner ledit maréchal Ney á la peine capitale et aux frais du procès. »

M. le chancelier. Accusé, avez-vous quelques observations à faire sur la réquisition de la peine ?

Le maréchal Ney (d'une voix assurée.) Rien du tout, monseigneur.

Après ces mots, le maréchal se lève avec vivacité, et, reconduit par quatre grenadiers , il sort d'un pas ferme et rapide.

La chambre se forme en comité secret , pour délibérer sur le réquisitoire. Il étoit cinq heures. A onze heures et demie du soir , la séance est devenue publique, et M. le chancelier a prononcé la sentence de mort du maréchal Ney , à une majorité de cent Irenie-neuf votans sur cent soixante-un; il est énoncé dans cet arrêt que le condamné sera fusillé, d'après les dispositions du décret du 12 mai 1793.

M. le procureur-général lit un réquisitoire pour qu'en conformiié de l'article du 5 ventôse an XII, le condamné soit dégradé de la Légion-d'honneur.

Le président prononce un arrêt conforme à ces conclusions.

Le maréchal Ney est reconduit dans la prison qui lui a été préparée dans le palais du Luxembourg , pour la durée des séances.

Voyant son avocat , Me Berryer, profondement af. fligé : Que voulez-vous , a-t-il dit , ce n'est pas votre faute; nous nous reverrons dans un autre monde. ·

Le maréchal Ney s'est mis à table; après avoir mangé avec beaucoup d'appétit , il a demandé un cigarre et s'est endormi profondéinent.

A trois heures et demie, le chevalier Cauchy est venu lire aa Maréchal son arrêt, il le trouva endormi, et fut obligé de l'éveiller. Après la lecture, le Maréchal demanda le curé de Saini-Sulpice ; ils passèrent la nuit ensemble.

Vers les sept heures, il a demandé son épouse ; elle est restée avec lui jusqu'à sept heures et demie, ainsi qae ses enfans.

664 EXTRAIT DU PROCÈS DU MARÉCHAL NEY.

Lorsqu'on est venu l'informer que tout étoit prêt pour l'exécution, il a passé une redingolie bleue , il a pris un chapeau rond , et il est monté dans une voiture de place, avec le curé de Saint-Sulpice et deux officiers de gendarmerie. Arrivé à la grille de l'Observatoire , en face de celle du palais du Luxembourg, à neuf heures et demie , le Maréchal descendit de voiture , s'avança vive, ment à huit pas du mur, et demanda à l'officier s'il éroit à l'endroit choisi pour l'exécution. Sur sa réponse affirmative, le Maréchal ôta son chapeau de la main ganche, posa sa main droite sur son cæur , et dit aux soldats : Mes camarades , tires sur moi. Le Maréchal tomba: sous les coups de feu , sans faire aucun mouvement. ' Pour l'honneur militaire français, le maréchal Ney est mort en brave.

[blocks in formation]
[ocr errors]

Des qualifications auxquelles la Révolution fran

çaise a donné naissance, et qui ont servi de prea texte pour se poursuivre réciproquement.

LES Aboyeurs.; les Adorateurs de la Liberté et de l'Égalilé (à Toulon ); les Agens de Pitt et de Cobourg ; les Agioteurs; les Agrairiens ; les Affameurs ; les Alarmistes ; les Amis de la Constitution (premier titre des Jacobins; les Amnistiés ; les Anarchistes; les Appelans; les Apitoyeurs; les Aristocrates; les Assom meurs ; les Avilisseurs.

Les Babouvistes ; les Bleus; les Bonnets-Gras; les Bonnets-Rouges ; les Bourbiers ; les Bourbonnistes; les Brigands de la Vendée; les Brissotins ; les Brûleurs ; les Brumistes; les Buonapartistes ; , les Bureaucrates; les Buveurs de sang.

Les Cadenettes ; les Calottins ; les Carmagnoles ; les Cercles constitutionnels; les Chaumetristes ; les Chauffeurs ( du Pas-de-Calais); les Chevaliers du poignard ; les Chiffonnistes (dans le Midi); les Chouans ; les Christocoles ; les Ci-devant ; les Clichiens ; les Clubistes: la Coalition des Egaux ; les Coblentz , les Collets-noirs; les Collels-verts ; le Comilé autrichien; la Compagnie de Jésus ; les Condéans ; les Conspirations des Prisons; des Mouchoirs , des Boîtes , des OEufs. rouges , des Matelas ; les Constitutionnels minutieux, les Constituans ,. les Contre-révolutionnaires ; les Conventionnels ; les Cordeliers; les Corneurs ( Vendée. )

Les Dantonistes ; les Décemvirs; les Démagogues ; les Démocrates; les Démoralisateurs; les Dénonciateurs; les Dépopulateurs ; les Déportés ; les Désorganisateursi, les Diffamateurs ; les Dissidens.gr

Les Egoïstes ; les Egorgeurs ; les Emigrés ; les En

666 QUALIFICATIONS RÉVOLL TIONNAIRES. dormeurs; les Enfans du Soleil ; les Enragés ; les Epauleliers ; les Exagérés ; les Exclusifs.

Lrs Factions des Dévotes, de la Mère de Dieu , des Epouseurs, de Proly; la Faction de l'Etranger; les Fanatiques ; les Fayettistes ; les Fédéralistes ; les Femmes révolutionnaires ; les Feuillans ; les Partisans de Fox; les Fraterniseurs de Grenelle; les Frères et Amis; les Fréronistes (à Toulon); les Fructidoriens.

Les Girondins.

Les Hebertistes ; les Hécatombiers ; les Héros de cing cents livres ; les Hommes du Faubourg ; les Hommes d'Elat; les Hommes du 14 juillet, du 10 août, du 2 septembre , du 31 mai ; les Hommes de sang ; les Honnêtes Gens , les 'Humanistes.

Les Jacobins ; la Jeunesse dorée; la Jeunesse de Fréron; les îles d'Elbe; les Impartiaux ; les Incendiaires; les Incroyables ; les Indulgens ; les Insermentés ; les Insoucians ; lès Intrigans ; les Jureurs.

Les Légionnaires; les Libéraux ; les Ludovicistes ; les Louvetaux. .

Les Maintenans ; les Malveillans; les Maratistes ; les Martinistes (près Lyon); les Massacreurs ; les Matérialistes; les Mathevons ( à Lyon ); les Meneurs; les Merlinistes; les Merveilleuses; les Milicides ; le Million doré; les Missionnaires ; les Mitrailleurs ; les Mixtes; les Modérés ; les Monarchistes ; les Montagnards; les Myriagrammistes.

Les Nihilistes; les Niveleurs ; les Noirs ; les Noyeurs; les Nuls.

Les Observateurs; les Opprimés; les Oreilles de clien; les Orléanistes.

Les Pacificateurs ; les Papihéonistes ; les Parlementaires ; les Partisans de la Commune, des anciennes Limiles , de l'Etranger , du nouveau Tiers ; les Patriotes par excellence; les Partiores du Cul-de-Sac Dauphia;

« PreviousContinue »