Page images
PDF
EPUB

longe le mélange; mais si on tue ces animaux après certains animaux sont spécifiés par une dénoavoir discontinué pendant plusieurs jours l'em-mination particulière : ainsi, ceux des poissons ploi de la matière colorante, les os ne présenteront portent le nom d'arêtes. Au figuré, le mot os a plus que leur teinte naturelle : la résorption a diverses acceptions : on dit, n'avoir que la peau effacé le produit de l'absorption. Ces renseigne et les os, pour indiquer une maigreur extrême; ments sommaires suffiraient pour en déduire les on dit ne pas faire de vieux os, pour exprimer notions qui doivent principalement trouver place une vie peu longue; donner un os à ronger, c'est en ce livre. En considérant le peu de solidité des amuser une personne ou lui accorder un faible os chez les jeunes enfants, on découvre combien dédommagement.

CHARBONNIER. il importe de régler l'exercice à cet âge : on os. (Technologie.) Les os servent à un grand comprend qu'il est absurde de vouloir accoutu- nombre d'usages dans les arts, l'industrie mamer hâtivement un enfant à la marche : c'estnufacturière et l'agriculture; on les emploie cependant une des fautes les plus communes, pour faire des manches, des boutons, des domiet qui cause souvent des déviations. Pour ces nos; enfin pour suppléer l'ivoire dans un grand essais, il faut attendre un développement suff- nombre d'ouvrages. En les pulvérisant, en les sant, et consulter l'instinct des enfants, qui les décomposant, en les calcinant, on en retire difserl beaucoup mieux que l'intelligence des nour- férents produits : de la graisse qu'on peut emrices, trop souvent viciée par des préjugés. On ployer dans les cuisines, ou pour la préparation conçoit aussi combien il est nécessaire dans le des cuirs; unesubstance fréquemment employée, premier âge de ļaisser au corps et aux membres la gélatine; du phosphore, avec lequel on fala possibilité de se mouvoir, car c'est l'exercice brique maintenant diverses espèces d'allumeltes; qui favorise le développement des organes en de l'alcali volatil, des cendres qui entrent dans appelant le sang sur eux; dans la seconde en- la fabrication des coupelles; du charbon qu'on fance, et dans la jeunesse, l'exercice n'est pas nomme animal; les os pulvérisés servent aussi moins nécessaire. Ayant égard aux organes que aux agriculteurs comme engrais très-puissant : les os renferment et défendent, on reconnait pour cet usage, on a exploité en ces derniers combien il est pernicieux de comprimer le torse temps le champ de bataille de Waterloo : Grecs par le maillot chez les enfants, et plus tard par el Troyens ont été honteusement exhumés sans des corsets. En voyant combien l'ossification et égard pour leur mémoire. Dans le même but, l'entretien des os dépendent de la nutrition, on on a excité, dit-on, l'indignation des Arabes à aperçoit tout en même temps l'importance du Alger en fouillant les cimelières de cette ville régime : on peut facilement comprendre que pour en exporter les os. En voyant les avantages l'alimentation doit être proportionnée au tra- qu'on peut retirer de ces parties du corps, et en vail de l'os. A ce sujet, on commet cependant pensant à la fièvre de spéculation dont la génédes erreurs déplorables : combien de personnes ration contemporaine est dévorée, chacun de insensées ne voit-on pas donner du vin, du café nous doit craindre pour l'avenir de ses os quand et même des liqueursà de jeunes enfants, croyant il ne pourra plus les défendre. Au lieu de les les fortifier par ces moyens ? Les suites d'un tel laisser enfouis dans la terre ou déposés dans les abus sont fréquemment les déviations des extré- ossuaires de cimetières ou de catacombes, nos mités inférieures qu'on attribue à la faiblesse, descendants voudront les utiliser, et nous serqu'on augmente d'après ce raisonnement en re- virons probablement à fabriquer du noir animal doublant les doses du poison jusqu'à ce que la pour épurer le sucre de betterave, si ce n'est difformité oblige de recourir aux orthopédistes. même de la gélatine pour faire des soupes écoOn comprend que la solidité de l'os dépend éga. nomiques en faveur des indigents. Résignonslement, dans l'âge adulte, de la nutrition. Si nous à ce résultat de l'accroissement des lumiècette fonction est entravée ou dépravée de ma- res, et consolons-nous en pensant que si nous nière à changer les proportions normales des avons trop souvent été inutiles durant notre principes qui composent les os, il en résulte des vie, nous serons bons peut-être à quelque chose accidents graves : si la partie animale vient à après notre mort.

CHARBONNIER. prédominer, les os se ramollissent et se défor- OSAGES. Le nom primitif de celte population ment, comme, si les parties salines sont exagé à demi civilisée de la Louisiane est Ouabacha, rées, les os se brisent au moindre effort. Mais les et c'est probablement de la corruption du mot altérations de la nutrition dépendent de causes ouabaches qu'est venue la dénomination dondifférentes, qu'il est souvent difficile de recon- née par les voyageurs à ces Indiens. La rivière naitre, de prévenir el de combattre. Les os de Osage, dont ils habitent les bords, se jette dans le Missouri par 37 degrés de latitude nord et 16 ( quelconque, passe aux yeux de ces hommes ignodegrés de longitude. On distingue leurs peupla- rants pour l'effet d'un sortilége. On appelle aussides diverses en grands et petits Osages. Le ma- tôt un jongleur afin d'en connaitre la cause et jor américain Pike a visité leurs villages en de dissiper le charme. Malheur à ceux que le 1805 et 1806, lors de l'exploration qui lui était jongleur, dans les termes ambigus des anciens confiée par son gouvernement. Prisonnier des oracles, désigne comme les auteurs du maléfice. Espagnols, il fit dans le Nouveau-Mexique un Ces jongleries n'ont pas seulement un but voyage forcé, dont la relation et la traduction d'utilité, elles sont aussi un objet d'amusement, en langue française ont été publiées vers 1812. et ceux qui exercent cette singulière profession - Le major Pike qualifie les Osages de qua- en donnent volontiers des échantillons aux étrankers du désert, à cause de leurs habitudes gers qui les visitent. Un de leurs prestiges les pacifiques. Sur une population de quatre mille plus renommés consiste à s'enfoncer un bâton individus, répartis entre trois villages et 516 aigu dans la langue, à en faire ruisseler le sang, cabanes isolées, ils comptaient 1,252 guer- a couper l'extrémité de la langue et à la recouriers, mais ce terme est à peu près synonyme de dre ensuite fort proprement à l'aide du petit celui de chasseurs. Tout le reste de la nation, bâton magique. Le major Pike avait donné une hommes, femmes et enfants, se livrait à la cul- chemise pour être témoin de ce tour de prestiditure du maïs, des fèves et des citrouilles; ils éle- gitation , qui réussit parfaitement. Il offrit au vaient aussi quelque bétail et des chevaux qui jongleur douze chemises s'il lui permettait de parquent dans les rues au milieu des villages. couper sa langue lui-même, et, comme on le Les cabanes dressées sans ordre et sans régula- pense bien, il ne fut pas pris au mot. — A l'aprité, selon le caprice de ceux qui les édifient, proche de l'hiver, les villages deviennent déconsistent en troncs d'arbres d'environ vingt serts. Les guerriers se répandent dans les forêts pieds de hauteur, avec une bifurcation à l'extré- pour chasser le gibier. Les tribus, alors erranmité supérieure. On les plante solidement en tes, joignent pour leur nourriture aux produits terre à douze pieds de distance les uns des au- abondants de la chasse quelques restes des protres. Les solives assujetties sur les bifurcations visions faites pendant l'été : ce sont des fèves et supportent elles-mêmes des perches plus menues des tranches de citrouille très-minces réduites qui descendent obliquement et forment les pa- par la dessiccation au dixième de leur poids. Durois extérieures de la cabane. La toiture et les rant la belle saison, ces mêmes tranches de cicôtés sont recouverts de nattes de jonc imper-trouille et les épis verts de maïs, mêlés à un peu méables à la pluie. On fait le feu dans un trou de viande, forment une soupe excellente. - On au centre de l'habitation. La fumée s'échappe peut juger, d'après ce que nous venons de dire, par une ouverture ménagée à dessein dans le que les Osages sont d'intrépides mangeurs. Tels toit. A l'une des extrémités de la chambre est nous ont paru en effet ceux que M. David Deune estrade d'environ trois pieds, couverte de launay, habitant de la Louisiane, amena à Paris peaux d'ours. Le maître de la maison conserve en juillet et août 1827 : logés dans un hôtel garni ses effets les plus précieux dans les coffres placés de la rue de Rivoli, le prétendu chef osage, sa sous cette estrade, et y fait asseoir les hôtes femme, son médecin et son soi-disant ministre qu'il veut honorer. Chaque village a ses cui- de la guerre, descendaient prendre leurs repas siniers publics, qui vont annoncer dans les car- dans un des meilleurs restaurants de la même refours les heures de repas. C'est ainsi que l'on rue; ils se faisaient remarquer par la voracité invite les étrangers : « Venez et mangez, dit le avec laquelle ils consommaient d'énormes porcrieur, tel chef, la grosse-tête, le sans-oreilles, tions de biftecks. On a voulu, dans le temps, le cheveux-blancs ou la grande peste , ou le prêter au voyage de ces Indiens un but politigrand soldat, vous appellent à leurs festins; ac- que: c'était, disait-on, une diversion aux événe. courez et prenez votre part de leurs largesses. » ments menaçants de l'époque. On était parvenu Le major Pike, pour ne blesser l'amour-propre à la fin du ministère Villèle et Peyronnet; la de personne, fut obligé d'accepter le même jour censure venait d'être rétablie, et l'on touchait à quinze invitations à diner chez des chefs diffé- la dissolution de la chambre et du ministère luirents. — Après ou avant les cuisiniers, une au- même. Mais il a été facile de reconnaitre qu'il tre classe jouit d'une grande influence dans les s'agissait tout simplement d'une spéculation, tribus : ce sont les jongleurs , qui exercent en qui n'a été rien moins que fructueuse, de M. Damême temps les fonctions de prêtres, de méde- vid Delaunay. Ces Indiens n'avaient point le tacins et de devins. Toute maladie, tout accident ) lent des jongleurs, ils ne pouvaient réussir sur le théâtre à l'exemple des Osages, des Panis et avantageux. Les règlements et instructions qu'il des autres Indiens qui se montrent de temps en a rédigés pour l'armée témoignent de sa sollicitemps à New-York. L'aspect de leur personne tude pour elle et de sa capacité. Écrivain distinet des costumes de fantaisie dont on les avait gué, le prince n'a pas dédaigné de soumettre ses affublés pour mieux les déguiser en sauvages ne idées au public par la voie de la presse. Un Traité valait pas à beaucoup près le tribut de 10 fr. sur l'éducation populaire (1839) et un écrit repar tête, exigé des amateurs. Ces pauvres gens latif au commerce des grains ont été favorableauraient mieux fait de courir les foires. Ils ont ment accueillis, même parmi les hommes de été bientôt abandonnés. L'Angleterre n'a pas été l'opposition ; et plus récemment (1841) a paru plus productive pour eux que la France; deux son ouvrage Des peines et des prisons, qui a seulement vivaient encore en 1828 : ils étaient été traduit du suédois en plusieurs langues. Un réduits à se faire voir gratuitement ou à peu opéra et quelques autres compositions attestent près à la chaumière du Mont-Parnasse. Enfin, ses connaissances musicales; de plus, bon dessigrâce à l'humanité et aux soins de l'illustre gé- nateur, il était naturellement désigné pour être néral la Fayette, ces pauvres gens ont oblenu les le protecteur de l'Académie des beaux-arts, titre moyens de s'embarquer pour New-York et de qui lui a été conféré. revoir leur pays.

BRETON. Le prince Oscar a épousé, en 1825, JoséphineOSCAR (JOSEPH - François), prince royal de Maximilienne-Auguste-Eugénie de Leuchtenberg, Suède, fils du roi Charles-Jean XIV (voy.ce nom), fille du prince Eugène de Beauharnais, dont la est né à Paris, le 4 juillet 1799. Il suivit son beauté, les grâces et les hautes qualités ont conpère dans sa nouvelle patrie, et y reçut d'abord quis tous les caurs. Quatre fils et une fille sont le titre de duc de Sudermanie, qu'avait porlé, issus de celle union; ce sont : Charles-Louisavant son avénement, le roi Charles XIII (voy.). Eugène, duc de Scanie, né le 3 mai 1826; FranLe jeune prince eut bientôt appris le suédois, çois-Gustave-Oscar, duc d'Upland, né le 18 juin au point de le parler comme un enfant du pays. 1827; Oscar-Frédéric, duc d'Ostrogothie, né le Son éducation, dirigée avec une haute sagesse, 21 janvier 1829; la princesse Charlotte-Eugéniedéveloppa de la manière la plus heureuse ses Auguste-Amélie, née le 24 avril 1830, et Nicodispositions naturelles. Il acheva ses études à las-Auguste, duc de Dalécarlie, né le 24 août l'université d'Upsal, dans le patronage de la- | 1831.

G. BLUMM. quelle il succéda à son père, comme chancelier, OSCI. Voy. OSQUE. en 1818, et qu'il a constamment favorisée de- OSCILLATIONS. (Mécanique. ) C'est ainsi puis de sa sollicitude éclairée et de ses libéralités. qu'on désigne ordinairement une sorte de petits Il s'appliqua avec un égal succès aux sciences mouvements comme de va-ekvient, de balancemathématiques, à l'art militaire et aux études ment d'un corps pesant quelconque autour d'un académiques. Des 1811, il était chef d'escadron point donné, ou relativement à celui-ci, qui est dans la garde à cheval alors commandée par M. le supposé immobile. Ces oscillations sont le résulcomte G. de Lewenhielm (aujourd'hui ministre lat de la pesanteur, de quelque manière qu'elle de Suède à Paris). Il fit avec son père la campagne agisse, cé en quoi il faut les distinguer des vibrade 1814 en Norwége. Aujourd'hui, il est général tions, autre sorte de petits mouvements alteren chef, commandant spécialement la 4e division natifs de va-et-vient dépendant de l'élasticité des militaire et la 1re brigade de cavalerie; il réunit corps. Les ondulations, dans un corps liquide en outre les dignités de grand maitre de l'artil- quelconque agité, répondent aux oscillations lerie et de grand amiral de Suède et de Norwege. d'un corps pesant suspendu à un levier mobile. En 1824, il exerça les fonctions de vice-roi de Les durées de petites oscillations étant sensibleNorwége, et en 1828, pendant la maladie du roi ment les mêmes pour un pendule, donnent le son père, celles de régent des deux royaumes. moyen de mesurer exactement le temps. Dans

Le prince Oscar est chéri de ses futurs sujets. des pendules de longueurs différentes, ces durées A un esprit juste, large, pénétrant, à des con- sont entre elles comme les racines carrées des naissances variées, il joint une raison calme et longueurs. C'est d'après la loi qui régit celle esvigoureuse; l'affabilité et l'enjouement n'ex- pèce de mouvements que quelques mécaniciens cluent pas chez lui ce vif sentiment des conve- ont construit divers instruments propres à l'énances et cette dignité sérieuse dont il a l'exemple tude de la musique. Les divers corps célestes, sous les yeux. Partout dans ses voyages, en Da- pesant les uns sur les autres, comme un corps nemark, en Allemagne, en Italie (1822) et en sur la terre dans le plateau d'une balance, offrent Russie (1850), il a laissé les souvenirs les plus dans ce qu'on nomme leurs perturbations de

fréquents phénomènes d'oscillations autour de Pour nous en tenir à Osée, saint Épiphane lui points fixes et donnés : telles sont entre autres donne pour lieu de naissance Bélémoth, la même les petites oscillations périodiques de l'axe de la que Beelméon, vers Esdrélon, appartenant à terre, connues sous le nom de nutation, et en tribu d'Issachar; d'autres le font naitre à vertu de laquelle les étoiles semblent alterna- | Béelméon, au delà du Jourdain, circonstance tivement se rapprocher et s'éloigner du pôle, ce qui placerait notre prophète dans la tribu de qui détermine aussi en même temps un petit Ruben. Osée lui-même nous apprend qu'il était mouvement d'avance et de recul dans les points fils de Bééri ; mais que Bééri soit le Bééra dont équinoxiaux. On dit les oscillalions du flux et parlent les Paralipomènes, c'est une conjecture du reflux, d'un vaisseau, d'une cloche, d'une purement rabbinique. Plusieurs font prophéescarpolette ; et, au figuré, les oscillations de tiser Osée sous les rois de Juda Ozias, Joathan, l'opinion publique, du crédit public. BILLOT. Achaz et Ézéchias, et prolongent sa carrière jus

OSCULATEUR, Osculation. (Mathématiques.) qu'à 80 années. Obseryons que, d'après les lerLe cercle osculaleur en un point d'une courbe mes formels de sa prophétie, Osée vivait à saest celui qui a trois points de commun avec marie : c'est donc sous des rois d'Israël qu'il fit celte courbe; son rayon est dit rayon oscula- entendre ses accents d'avenir. D'ailleurs, en nous teur, ou rayon de la développée, ou rayon de référant à la supputation des livres saints, nous courbure de la courbe au point considéré. La pouvons affirmer que les quatre règnes d'Ozias, longueur du rayon de courbure est toujours en de Joatham, d'Achaz et d'Ézéchias forment tous raison inverse de la courbure de la courbe au ensemble une période de 120 ans; de sorte que, point donné; ainsi plus le rayon de courbure dans la supposition très-plausible qu'Oséc eut sera petit, plus la courbure en ce point sera forte; commencé sa mission divine à l'âge de viuct ou et réciproquement, moins il y aura de courbure vingt-cinq ans, ce prophète n'aurait pas vécu au point donné, plus le rayon de courbure sera moins de cent trente-deux ou cent trente-sept grand. Il ne faut pas confondre le cercle oscu- années. Tout ce qui ressort évidemment des laleur, dont le contact en un point d'une courbe écrits d'Osée, c'est qu'il était fils de Bééri, et qu'il est dit une osculation, avec les cercles tan- prophétisa sur la fin de Jéroboam II, roi d'Isgents au même point de la courbe; car en un raël.

- La prophétie d'Osée a principalement point d'une courbe il ne peut y avoir qu'un seul pour objet, d'abord la ruine, ensuite le rétabliscercle osculateur, qui coupe la courbe; au lieu sement du royaume d'Israël. A son début, Osée qu'il y a, pour le même point, une infinité de raconte que Dieu lui dit : « Prends pour épouse cercles tangents, qui n'ont que deux points de une prostituée et des enfants de fornication ;-) commun avec la courbe, et dont tous les centres paroles qui semblent extraordinaires. Mais ceite se trouvent sur la normale à la courbe, au point prostituée et ces enfants, appelés Jezrahel (bras considéré, prolongée indéfiniment. En outre de Dieu), Lo-Ruchamah (sans miséricorde ) et lous les cercles tangents d'un rayon plus petit Lo-Ammi (non plus mon peuple), ne sont qu'une que celui du cercle osculaleur laissent en dehors figure qui marque l'idolâtrie et l'infidélité de Salis deux parties de la courbe séparée par le point marie et des dix tribus, autrefois épouses du Seide contact ; et les cercles tangents d'un rayon gneur, depuis devenues corrompues et adultères; plus grand que celui du cercle osculateur lais- figure fréquemment employée dans les livres sent en dedans les mêmes parties de la courbe. saints, et dont la suite des prophéties d'Osée Enfin pour le cercle osculateur seul, une partie donne, ce nous semble, une bien suffisante exde la courbe est en dehors et l'autre en dedans, plication.--Après cet exorde figuré, le prophète ou réciproquement. C'est faute de connaitre ces entre, avec toute l'intrépidité d'un inspiré de propriétés que l'on fait souvent des erreurs gra- Dieu, dans la voie qui lui est tracée : « Peuple res dans les tracés des épures destinées aux con- d'Israel, je cesserai d'être touché de miséricorde structions ou aux travaux de l'industrie. DUB... pour votre maison, je vous effacerai de ma mé

OSÉE. Éloignés des prophètes par une longue moire. Mon peuple a consulté des morceaux de série de siècles, dépourvus de tous rapports his- bois; des baguettes lui ont annoncé l'avenir. toriques à leur égard, réduits à quelques notions L'esprit de fornication les a faits adultères enpuisées dans leurs écrits, où de plus grandes vers leur Dieu; ils ont sacrifié sur le sommet des pensées les font s'oublier eux-mêmes , nous ne montagnes; ils ont brûlé de l'encens sur les colpouvons guère connaître les détails de leur lines, sous les chênes, sous les peupliers, sous vie privée; aussi voyons-nous d'essentielles va- les térébinthes, parce que l'ombre leur en était riantes dans le récit de leurs biographes. agréable. Ils ont immolé des hæufs, mais leurs

A te traiter comme Séboîm ?

autels mêmes ne seront plus que des monceaux Allons, revenons an Seigneur, de pierres comme ceux qu'on trouve dans les Car c'est lui-même qui nous a déchirés et qui nous guérira, champs. Ton veau, Samarie, fut jeté par terre,

Qui nous a blessés et qui fermera nos blessures. et ton Dieu lui-même a été transporté en Assy

Après deux jours, il nous rendra i la vie;

Le troisième jour, il nous ressuscitera, rie, comme la dépouille du roi qui t'a châtiée.

Et nous vivrons en sa présence. Écoutez la parole du Seigneur, enfants d'Israël,

Os., vi, !, 2 car le Seigneur va entrer en jugement avec les habitants de la terre, parce qu'il n'est plus de Saint Paul donne le sens de cette prophétie , vérité, plus de miséricorde, plus de connaissance quand, dans son Építre aux Éphésiens, il écrit: de Dieu sur la terre. Les malédictions, le men

« Comme nous sommes morts et ensevelis avec songe, l'homicide, le larcin et l'adultère, comme

Jésus-Christ, nous sommes encore ressuscités un déluge, l'ont inondée, et le sang couvre le

ayec lui. » sang. C'est pourquoi la terre sera désolée, et Comment consentirai-je à te livrer à ses ennemis, o Éphraim; tous ceux qui l'habitent tomberont en langueur : A t'abandonner à leur pouvoir, 8 Israël, les hommes, les oiseaux du ciel, les bêtes des A te tendre semblable à Adama; champs, les poissons mêmes de la mer, seront confondus dans cette ruine. Néanmoins, je

Mon cœur change au dedans de moi, les ramènerai dans la vallée d'Achor pour leur

Et mes entrailles bouillonnent de repentir.

Non, je ne suivrai point l'ardeur de ma colère; ouvrir une entrée à l'espérance; et, en ce jour,

Je ne perdrai point Éphraïm une seconde fois, je leur ferai une alliance avec les bêtes sauva- Parce que je suis Dieu, et non pas un homme. ges, les oiseaux du ciel et les animaux qui ram

Os., x1, 8, 9. pent sur la terre. Je briserai l'arc et l'épée ; je Rien de plus touchant que cette apostrophe, mettrai fin aux combats, et ils reposeront en

dont le dernier trait est sublime. toute confiance. Alors, je vous épouserai, je vous épouserai en justice et en jugement, et en mi- Je serai pour eux comme un lion; séricorde et en compassion. Je vous unirai à moi Tel qu’un léopard, je me placerai en embuscade sur leur routė; par une alliance ferme, et vous apprendrez que

Je viendrai à leur rencontre, pareil à l'ours qui a perdu ses petits,

Et je leur déchirerai les entrailles. c'est moi qui suis le Seigneur. Et mon épouse

Os., Xu11, 7, 8. sera pour moi comme une semence sur la terre, et je serai touché de miséricorde pour celle qu'on Après le morceau qui précède, cette effrayante appelait sans miséricorde. Je dirai à celui que comparaison fera voir la supériorité avec laj'appelais non mon peuple : Tu es mon peuple; quelle notre prophète sait prendre les tons les et lui-même dira : Tu es mon Dieu, o Osée plus opposés.

E. LAVIGNE. est le premier des prophètes du second ordre, et OSEILLE. Le genre rumex dont celle plante le plus ancien de tous, si, d'après l'autorité de fait partie, et qui renferme plusieurs autres esLowth, on ne veut considérer Jonas que comme peces usuelles, est de la famille des polygonées. un simple historien. Le style d'Osée porte cer- L'oseille (rumex acetosa, L.) ou surelle est une tainement un caractère d'antiquité fort réculée; herbe vivace, commune dans les pâturages et les il est énergique, pressant, concis; il possède à prairies. On la cultive, comme tout le monde un degré éminent cette brièveté du genre sen- sait, à titre de plante potagère, remarquable tencieux qui distingue la composition poétique, par la saveur acidule de toutes ses parties, sael dont les écrivains postérieurs se sont un peu

veur due à l'oxalate de polasse (vulgairement écartés. Saint Jérôme a dit très-judicieusement : sel d'oseille) qu'elle renferme, et qui se fait sur« Osée est laconique et ne parle pour ainsi dire tout sentir dans les jeunes feuilles. Éd. Spach. que par sentences. » Toutefois, on doit ajouter OSIAS ou AZARIAS, dixième roi de Juda , fils que son discours, généralement serré, abonde d'Amasias. Ce prince avait 16 ans lorsqu'il comen traits vifs, hardis, inattendus, et en magni- mença son long règne, qui dura plus d'un demifiques comparaisons. – Afin que nos lecteurs siècle. Il fit le bien, et observa la justice aussi puissent apprécier la justesse de ce jugement, longtemps qu'il eut pour guide le prophète Zanous allons traduire fort littéralement quelques charie, et l'Écriture a dit de lui : « Parce qu'il passages d'Osée, en conservant avec soin cette cherchait l'Éternel, l'Éternel le conduisit en toute coupe, cette symétrie, ou, comme dit Lowth, chose, » Il agrandit sa puissance, bâtit des fortece parallélisme de la poésie hébraïque, le seul resses dans le désert, fit d'immenses provisions trait caractéristique qu'il soit possible de sai- d'armes et de munitions de toute espèce, mit sur sir.

pied 300,000 soldals, baltit les Philistins, les

« PreviousContinue »