Page images
PDF
EPUB

mort fans prefque avoir fait réfle xion, ou fans en avoir fait fur cet te obligation effentielle.

Je dis, effentielle. Car c'est un droit inalienable du domaine de Dieu comme principe de tout être & de tout bien. C'eft comme la foi & hommage que toutes les créatures raifonnables doivent à leur Souverain, & commele cens & la rédevance dont il a chargé le fond de nôtre être & tous les biens que nous tenons de lui; & c'est donner atteinte aux droits de fa fouveraineté &

[ocr errors]

de fa gloire, que de manquer une obligation auffi indispensable que l'action de graces, & la reconnoiffance.

Saint Paul en fait un devoir capital & perpetuel; & aprés avoir commencé fon Epître aux Romains par une action de gra

ces, il nous fait connoître enfui

te que les Philofophes Payens ne font tombez dans la corruption, l'aveuglement, l'endurciffement, & la reprobation, que parce qu'ils n'avoient pas glorifié Dieu, & ne lui avoient pas rendu graces de fes dons. C'eft pourquoy il a trésgrand foin d'inftruire les Chrétiens de ce devoir,& de leur marquer qu'il faut rendre graces à Dien Foûjours, inceffamment, en toues chofes, pour tout le monde ; pour toute l'Eglife, & en faire ane des principales occupations de la priere & de la vigilance chrétienne.

JESUS-CHRIST même a commencé les plus grandes actions de fa vie par l'action de graces & il l'a terminée par l'institutió d'un facrifice qui en porte le nom, &

a 1. Cor. 1. 4. Eph. 5. 20. b Eph.1.16.cr Theff. s. 18. d 1. Tim, 2. t. c 2. Cor. 1. 11. & 4. 15. & 9.12.

la

qu'il a laiffé à fonEglife, afin qu'el le eût moyen de rendre à Dieu reconnoiffance qu'elle lui doit, pendant qu'elle feroit fur la terre jufqu'à ce qu'elle fût réunie à lui dans le ciel, pour n'y faire autre chofe avec lui que de l'offrir luimême à Dieu comme l'action de grace fubfiftante, éternelle, & feule digne de Dieu & elle ne l'offre jamais icy bas fur nos autels vifibles qu'aprés avoir fait connoître cette obligation à fes enfans par ces paroles folennel les: Elevons nos cœurs, & rendons graces au Seigneur nôtre Dieu. Rien n'eft plus digne,rien «< n'est plus jufte. Ouy, certes il eft & de la dignité du Créateur, & du devoir de la créatu re,& autant du falut de l'homme, que de la juftice qu'il doit à fon Dieu, de lui rendre graces en tout têms & en tous lieux.

Il faut que ceux qui fe préparent à la mort, ayent un foin particulier d'entrer dans cet efprit de Jefus-Chrift, de faint Paul, & de toute l'Eglife; qu'ils réparent P'oubli des bienfaits de Dieu où ils, ont peut-être vécu, & qu'ils préviennent le têms de la mort où il feront peut-être dans l'im puiffance de s'en fouvenir,en rendant à Dieu mille actions de graces, & en s'établissant dans une difpofition permanente de reconnoiffance pour tous les biens de la nature, & de la grace qu'ils ont reçus de lui: pour ceux que Dieu nous avoit deftinés en les donnant à Adam, pour lui & pour fa pofterité, quoy qu'ils foient péris en luy avant que de venir jufqu'à nous; pour ceux mêmes que nous attendons de fa bonté dans la terre des vivans, & dont nous jouïffons déja en quelque

maniere par l'efperance. Mais fur tout, ne nous laffons jamais de remercier Dieu du don qu'il nous a fait de JESUS-CHRIST & de fon Efprit qui font appellés les dons de Dieu par excellences parce qu'ils font la fource de tous les autres, & qu'ils les renfer

ment tous.

Nous devons même regarder nôtre mort comme un facrifice auffi-bien d'action de graces que d'expiation, & l'offrir par avance avec toutes fes circonstances en union de celle de Jesus-Christ & par l'Efprit faint par qui il s'eft offert lui-même comme une ho ftie vivante, & infiniment fainte, Ce que nous lui devons à lui-mê me en particulier pour s'être donné à nous en tant de manie res, nous marque affés quelle doit être la reconnoiffance de nôtre ame envers lui, & avee quet

« PreviousContinue »