Page images
PDF
EPUB

et des

qu'il les exerçait de fait; et de la part de son Senat

qui tour à tour se declara cu puissance législative, ou corps constitué, ou pouvoir constituant, il y aurait eu de la bonne foi à les lui remettre tous par une démar- .

119 che solennelle, et pour un temps déterminé. Napoléon avait prouve qu'il était digne d'une pareille dictature. L'Expose de la Situation de l'Empire, lu chaque année devant le peuple assemblé, cût justifié ce généreux abandon il est évident que les comptes rendus au nom de Napoléon, ainsi que ses propres discours, parviendront seuls à la postérité, et suffiront à son éloge. On n'aurait pas vu le plus yaste des génies se Caramettre souvent dans des routes us, 110 hommes depuis longtemps renommés dans les sciences et dans les lettres, fatiguant en vain leur esprit pour déguiser une aveugle soumission, ne plus mériter

le blâme de leurs concitoyens. Le dévouement. des Français était garanti à l'empereur par la gratitude, par l'admiration, et surtout par ce besoin de gloire toujours renaissant, et toujours satisfait. Qu'ajoutaient de plus les hyperboles de certains orateurs, les métaphores de celui-ei, les madrigaux de celui-là les témoignages serviles de presque tous ? Oui, de presque tous, puisque dans ce corps malheureuse

célèbre on compte à peine dix citoyens : minorile impuissante, mais honorable, qui a toujours voté selon sa conscience, et s'est conservée pure dans un foyer de corruption. Elle

on. Elle a rougi de voir des membres de la majorité. échanger d'abord le bulletin de leur opinion conire des bons cle vingt mille francs, puis contre e des senatoreries , qu'ils se disputaient encore

moyens d'intrigue; elle a combatiu , mais sans succès, pour déjouer ces menées qui portèrent

[ocr errors]

pent célebre

par tous

[ocr errors]

!

au Corps législatif des députés que l'intérêt du peuple aurait dû

it di faire récuser. Trompée dans ses efforts, celle minorité n'en a pas moins de droit à la reconnaissance publique : peut-eire que sans elle on

8098 910111 al 101 156 eût dit et fait plus encore.

00 945oa Wola Napoléon se montrait plus à découvert dans sa polis tique extérieure. Chez le peuple du monde le plus spiriş tuel et le plus susceptible, peut-être avait-il cru deyoir, par respect ou par crainte , cacher d'abord ses intentions. Quels ménagemens méritaient de så part fes gouvernemens alors existans ? Il déclara hautement aux uns sa juste colère, aux autres son mépris, à tous le dessein qu'il avait de régénérer l’Europe. Et partout en effet il a laissé l'empreinte de son génie. Quel peuple n'a pas des actions de grâces à lui rendre! L'Anglais ruine ou renverse ses alliés : Napoléon a donne

donné aux siens de la dignité, des moyens d'industrie et de communication, des monumens, des lois, des instia tutions salutaires. Sans lui les Espagnols cux-mêmes seraient encore courbés sous un ignoble despotisme ; il leur a révélé une patrie : un jour, plus instruits et plus justes , loin de blasphémer contre sa mémoire. ils confirmeront' sa prédiction"; l'Espagne Phonorera comme son libérateur, comme le seul dont le bras pût l'affranchir des chaînes de l'Inquisition. La politique de Napoléon ne fut donc pas ce qu'on nomme de la diplomatie ; elle était une régénération'curopéenne : les faits l’expliquent.

Mais par combien d'actes sublimes," par quelle sollicitude constante pour le peuple Napoléon rachetait le défaut de confiance que nous lui avons reproché ;" et les surprises dont il eut la faiblesse de faire usage pour établir sa vaste domination ! Lorsque le

2

temps, aidé

1197

par l'ignorance et la haine, au

ne, aura défiguré ou détruit les monumens de sa gloire on l'admirera encore dans les tableaux écrits de la situation de l'empire, dařis les rapports

de l'Institut, même dans de simples décrets , qui témoigneront á loul jamais de son zèle et de ses efforts pour la prospérité publique, de son amour pour les sciences, les lettres et les arts, et de la protection puissante qu'il ne cessa de leur aces

Contato qilong as isvuog, afisqsood Et les Codes! on sait la part qu'il a prise dans leur discussion au Conseil d'état : des jurisconsultes profonds se sont avoués vaincus. EUS

98 92213961

[graphic]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

(1) Conformément à un arrêté du 13 ventose an 10, les quatre classes de l'Institut, dans les mois de février et mars 1808, ont fait à l'empereur, en séances du Conseil d'état , des rapports historiques sår l'état des connaissances humaines depuis l'année 1989. Ce sont des monuments qui feront toujours l'orgueil de la France, comme la gloire de celui qui les a provoqués.

L'arrêté du 13 ventose an 10 reçut son complément par le décret relatif aux prix décennaux, rendu à Aix-la-Chapelle dans un de ces voyages que Napoléon entreprenait annuellement pour reconnaître et vivifier les départemens de l'Empire. D'une part des prétentions déplacées , de l'autre le cours des événemens , n'ont point permis la distribution des prix décennaux. Voici le décret : ! *made

. Au palais impérial à Aix-la-Chapelle, le 4 freetidor an 12 ( 11 septembre 1804).

3

« Napoléon, empereur des Français ; à tous ceux qui les présentes verront, salut...

fabim » Étant dans l'intention d'encourager les sciences et les elet

[graphic]

1

Aussi le peuple , qui dans son admirable instinct apercevait les faiblesses du monarque , les pardonnait au grand homme ; il n'a toujours vu , toujours aimé que Bonaparte. Il a supporté le trône sans qene voler l'établissement. Son profond silence pendant la proclamation du senatus consulle du 28 floréal an 12 était une grande leçon pour le premier consul ; mais Bonaparte pouvait-il en profiter ? Longtemps avant le recensement des votes, ses courtisans, pressés de jouir de leurs titres d'altesse et d’excellence, l'ayaient rapetissé sous les noms de sire et de majesté ; luimême n’employait plus le nom de citoyen ; il disait monsieur. Le dé était jeté.

mis AD É AG90194102003 (1)

geria 916Up

[ocr errors]

1

Lemos

*1324moqqun tres et les arts, qui contribuent éminemment à l'illustration et à la la gloire des nations;

1901 » Désirant non seulement que la France conserve la supers riorité qu'elle a acquise dans les sciences et dans les arts, mais

que le siècle qui commence l'emporte sur ceux qui l'ont i précéde;

Voulant aussi connaître les hommes qui auront le plus in participé à l'éclat des sciences, des lettres et des arts; an sing's f

Nous avons décrété et décrétons ce qui suit: 1,90093ersys » Art. Ier. Il y aura de dix ans en dix ans, le jour anniver- e saire au dix-huit brumaire, une distribution de grands prix, donnés de notre propre main , dans le lieu et avec la solennité qui seront ultérieurement réglés.

2. Tous les ouvrages de sciences , de littérature et d'arts , toutes les inventions utiles, tous les établissemens consacrés progrès de l'agriculture ou de l'industrie nationale”, publiés , connus ou formés dans un intervalle de dix années, dont le

[ocr errors]

aux

[ocr errors]

Napoléon youlut eure sucré par le souverain pontite; et le pape Pie VII yial de lone à Paris

pouky celle cérémonie, qui eut lieu le 11 frimaire an 43 62.dés cembre 1804). Après la poinpe religieuse il y eut plusieurs jours passés dans des fèles splendides, don, nées par le gouvernement, le Sénat et la ville de Paris. La journée consacrée aux "réjouissances publiques offrit le tableau toujours vif et animé d'une immense population appelée à des plaisirs nombreux el brillans, courant de l'un à l'autre, mais cherchant partout un

www.1019

[ocr errors]

1

terme précédera d'un an l'époque de la distribution, concourront pour les grands prix.

» 3. La première distribution des grands prix se fera le 18 brumaire an 18 (9 novembre 1809); et, conformément aux dispositions de l'article précédent, le concours comprendra tous les ouvrages , inventions ou établisseniens publiés ou connus depuis l'intervalle du 18 brumaire de l'an 7 au 18 brumaire

de l'an 17

»

» 4. Ces grands prix seront les uns de la valeur de dix mille francs, les autres de la valeur de cinq mille francs.

» 5. Les grands prix de la valeur de dix mille francs seront au nombre de neuf, et décernés :

1°. Aux auteurs des deux meilleurs ouvrages de science, l'un pour les sciences physiques , l'autre pour les sciences mathématiques ;

» 2o. A l'auteur de la mcilleure histoire ou du meilleur morceau d'histoire , soit ancienne , soit moderne ;

:: w3o. A l'inventeur de la machine la plus utile aux arts et aux manufactures

4". Au fondateur de l'établissement le plus avantageux à l'agriculture ou à l'industrie nationale ;

»> 5o. A l'auteur du meilleur ouvrage dramatique, soit co-' médie, soit tragédie , représenté sur les théâtres français ;.

» 69. Aux auteurs des deux meilleurs ouvrages , l'un de pein

« PreviousContinue »