Page images
PDF
EPUB

guerrier qui des les premiers pas dans la carrière égale les plus grands capitaines.

» Essayons de le suivre dans le cours rapide de ses victoires. Il passe lc Mincio : l'ennemi fuit dans le Tyrol ; Manloue est investie. On lui oppose successivement quatre chefs d'une conduite et d'une valeur éprouvées, on lui oppose successivement cinq armées : c'est en vain ; quinze victoires , aussi rapides qu'éclatantes , sont remportées par les Français , qui, pour la première fois , pénètrent aux sources de la Brenta et dans l'antique ville de Trente. La célèbre bataille d'Arcole remplit toute l'Europe de son éclat : Mantoue tombe au bruit de nouvelles victoires ; Mantoue , où l'honorable vieillesse de Wurmser dut être consolée par les nobles respects de son jeune vainqueur.

» Bientôt après les combats de Langara et de Sacile, le passage et la bataille du Tagliamento, la prise de Gradisca , huit nouveaux combats, aussi glorieux que les premiers, conduisirent nos drapeaux sur le sommet des Alpes noriques, et terminèrent cette glorieuse campagne de seize mois. · » Au milieu de tant de victoires, quels pensez-vous que furent les voeux les plus ardens de celui à qui l'on aurait pardonné de

que

la

guerre, et d'en redouter le terme ? Il voulait la paix ; il la demandait avec instance; et c'est alors que commença de se manifester ce grand caractère, aussi pacifique que guerrier, qu'il a fait éclater depuis au milieu de ses nouveaux triomphes. Déjà le roi de Sardaigae, les ducs de Parme et de Modène, la Toscane et la superbe Rome, où il dédaigna de monter au Capitole, l'avaient vu leur donner la paix avec autant d'empressement et de nodération qu'il avait mis d'ardeur à les vaincre. Enfin le traité de Campo-Formio mit le comble à sa gloire.

» Rendez témoignage à mes paroles , illustres compagnons de ses victoires ,vous surtout, assis dans nos rangs et honorés du sceptre antique des guerriers français ! C'est à vous à nous peindre ce courage qui brave tous les dangers , cette prévoyance qu'aucune circonstance nouvelle ne peut étonner, cet esprit ferme et constant que rien ne peut rebuter, ces soudaines illuininations qui dans le danger révèlent le seul parti qu'il faut , prendre ; c'est de votre bouche que nous aimerions à entendre le récit de tous ces grands efforts de la vertu militaire , de cette campagne si glorieuse pour les vainqueurs, honorable pour les vaincus , qui ne cessèrent, sous plusieurs chef's justement renommés, d'opposer une résistance magnanime à une ardeur indomptable, et n'abaissèrent qu'avec honneur l'aigle de l'Autriche devant les drapeaux français.

ne désirer

[ocr errors]

2

» Mais , avec plus d'enthousiasme encore que je n'ai raconté tant d'exploits, je placerai près d'eux les nobles égards prodigués par un jeune vainqueur au souverain Pontife , glorieux et premier exemple donné à la France du retour à cette dignité des convenances ,

aussi nécessaire aux gouvernemens que naturelle au caractère français, plus honorable encore pour celui qui en pratique les loyales maximes que pour celui qui en est l'objet! C'est à ces traits, messieurs, que j'aime à vous arrêter ; c'est

par

là que Napoléon commence à bannir de la France cette grossièreté cynique qui rendait méconnaissable la nation réputée la plus polie de l'Europe. Quand nous paraissions avoir perdu à jamais cette urbanité, le fruit des bienséances, et qui les maintient, un jeune homme , au milieu des combats, du sang et du carnage , nous en rappelait les anciennes leçons ! C'est que la hauteur de l'âme et l'élévation du caractère enseignent ces attentions mutuelles qui lient les hommes entre eux, et cette disposition de l'esprit qui se plaît aux choses nobles et élevées, répand sur le langage et les manières cette dignité qui la rappelle à son tour. A peine a-t-il ajouté cette gloire nouvelle à celle de tant d'exploits, que la Méditerranée est couverte de nos vaisseaux; et dans cette Egypte si fameuse, qui vit jadis la gloire et les malheurs d'un de nos plus grands rois , la défaite de Massoure est vengée, et les beys coupables envers la France sont pucis. A peine les murs bâtis par Alexandre étaient-ils emportes de vive force , que Bonaparte était victorieux à Chébraisse; et à côté de ces fameuses pyramides qui semblent indestructibles , de nouveaux exploits ont rendu la gloire française impérissable comme elles. Gaza, Nazareth et les rives du Jourdain revoient nos drapeaux six cents ans après avoir été gouvernés par neuf rois français ; une armée innombrable est vaincue près du MontThabor; quinze mille Turcs déploient vainement une intrépidité féroce près des restes de l'ancienne Canope; et bientôt après une alliance auguste ajouta son éclat à celui dont la victoire avait couvert le jeune guerrier qui contribua le plus au succès de cette journée.

» Oh! si je n'étais pressé par le temps, avec quel charme je m'étendrais sur ces détails si attachans, déjà tracés par le digne compagnon de ses travaux , qui dans sa jeunesse combattit pour l'indépendance de l'Amérique; en Europe, en Asie, en Afrique, pour la gloire française , et qui jouit ainsi du bonheur singulier d'avoir concouru aux triomphes de la France dans les quatre parties du monde ! Mais toutes mes pensées sont devancées par une seule ; la gloire m'entraîne des bords du Nil aux rives de la Seine, où elle me montre Napoléon placé par le génie de la

1

France à la tête du gouvernement. Tout change aussitôl : les principes modérateurs sont proclamés , et répandent la sérénité dans toutes les familles ; les nobles pensées reprennent leur empire, et dans nos belles contrées, si souvent l'asile des pontifes persécutés, les mânes d'un pontife outragé reçoivent une expiation honorable ; enfin, par une démarche solennelle, le premier consul promet la paix à la France, et l'offre à l'Europe. Mais la Grande-Bretagne en détourne l'heureux présage ; il faut encore combattre. O champs de Marengo! de quelle gloire vous avez couvert nos étendards! quelles défaites récentes vous avez vengées ! et quel changement amènent un seul jour, une seule bataille ! C'est ainsi

que
le

premier consul remercie la France de l'éminente dignité qu'il vient de recevoir.

» Mais à peine a-t-il vaincu qu'il accorde un armistice, et, pour la troisième fois, il a présenté la paix ! Les préliminaires étaient signés : Albion encore , la fatale Albion vient placer sa haine entre l'Autriche et la France. Son malheureux génie l'emporte; mais cet ascendant si funeste tombe six semaines après, au bruit des exploits de quatre armées françaises , qui, sur un front immense , de Lens au Splugen, du Splugen au Mincio , embrassaient l'Allemagne et l'Italie , comme une seule armée dirigée par une seule tête. Hélas ! la paix ne descendit alors sur l'Europe, à la voix d'un héros, que pour nous montrer quel prix attache Albion elle-même à ses traités fallacieux!

» Le citoyen illustre , le prince que ses vertus auraient pu, comme sa naissance, placer sur les premiers degrés du trône impérial, dont les talens, admirés dans Lunéville , furent encore destinés par son augusie frère à négocier la paix la plus difficile , eut la joie de la signer dans Amiens, mais bientôt après la douleur de la voir ouvertement violée. C'est ici, messieurs,, que j'aime à invoquer votre témoignage. Dites avec moi quelle fut la douleur profonde du chef de l'Etat! Rappelezvous ces audiences avant la rupture, où, sur le front d'un homme né pour la guerre , se manifestait la crainte la plus vive de la recommencer! Quand une guerre nouvelle venait arrêter les vastes projets qu'il avait formés pour le bonheur 'de la France, nous le trouvions digne autant du titre auguste de pacificateur que de celui de guerrier invincible.

» Mais non, legislateurs, rien ne peut arrêter sa marche dans la paix coiame dans la guerre, et cette activité indoiptable dans les camps il l'a imprimée à toutes les parties de l'administration. L'anarchie hideuse est terrassée; le brigandage ne désole plus les provinces de l'ouest; une main victorieuse les

presse de toutes parts, les combat, les anéantit, et leurs derniers soupirs, exhalés vers l'Angleterre, lui annoncent

combien vaines sont toutes ses tentatives, combien est puissant le génie qui préside à la destinée de la France! En inême temps les voies publiques sont réparées ; des canaux réunissent le Rhin, la Meuse et l'Escaut, le voyageur étonné admire les travaux hardis de Coblentz , et ceux qui abaissent les Alpes entre la France et l'Italie ; la ville impériale s'embellit, et devient tous les jours plus digne d'être la métropole des peuples ! civilisés et le temple des beaux-arts ; la Religion , éplorée, reparaît sur ses autels; un schisme menaçant, réputé naguère invincible , n’alarme plus les consciences; les esprits, longtenips divisés, sont réunis sous le double sacerdoce de la religion et des lois; dans la même Légion , sous la bannière de l'Honneur, et décorés de l'effigie du triomphateur, marchent ensemble le législateur qui fit les lois, le magistrat qui les fit respecter, le savant dont les travaux sont utiles à la patrie , l'homme de génie qui s'illustra par les arts; on y voit réunii le citoyen courageux dont le front n'a point pålj devant les échafauds, et le guerrier qui brava le fer de l'ennemi; celas qui montre avec orgueil les cicatrices de ses blessures, et celui dont le nom rappelle d'honorables proscriptions! Et c'est parmi tant de soins et de travaux que des flottiles légères, construites dans nos ports, sur nos fleuves , se réunissent à Boulogne, et présentent aux rives de l'Angleterre mille vaisseaux couverts d'invincibles guerriers !

» Comment se fait-il qu'au milieu des préparatifs d'une guerre terrible, dont les soins pourraient accabler le génie le plus vigoureux, la vigilance sur les lois n'ait pas été un instant ralentie ? Comment la France a-t-elle vu terminer le plus grand ouvrage de législation dont aucun peuple puisse encore s'enorgueillir? Demandé depuis tant de siècles, si longtemps et si vainement désiré jusqu'à Napoléon, enfin paraît ce Code qui règle l'état des personnes, organise les familles, assure la propriété , et fixe l'ordre des successions! Préparé par les méditations et les travaux d'un illustre magistrat que sa haute dignité place au rang mérité par ses lumières, établi sur les bases de la législation ancienne et moderne, enrichi des idées que les siècles nous ont transmises après la longue épreuve des temps, augmenté des observations que présentaient de nouveaux rapports , de nolivelles lumières et de nouveaux besoins, ce Code, dépositaire de ce que l'esprit de l'homme a conçu de plas simple et de plus convenable en législation, porte à la fois l'empreinte du génie et du bon sens des législateurs les plus célebres de l'antiquité, et des plus renommés jurisconsultes de la France. Longternps séparés par des coutumes bizarres et différentes, les Frariçais reçoivent par ces lois nouvelles le

1

lien le plus fort qui, des peuples divers d'un empire immense, puisse former un seul peuple. C'est sur ce grand ouvrage, messieurs, que vous avez principalement arrêté vos regards; et vous ayez voulu voir dans cette enceinte l'empereur des Français tenant dans sa main puissante, si souvent et si glorieusement armée , ce Code que vous avez sanctionné avec tant d'empressement.

» Victorieux dans trois parties du monde, pacificateur de l'Europe, législateur de la France, des trônes donnés, des provinces ajoutées à l’Empire, est-ce assez de tant de gloire pour mériter à la fois et ce titre auguste d'empereur des Français , et ce monument érigé dans le temple des lois? Hé bien, je veux effacer moi – même ces brillans souvenirs que je viens de retracer. D'une voix plus forte que celle qui retentissait pour sa louange, je veux vous dire : cette gloire du législateur, cette gloire du guerrier, anéantissez-la par la pensée, et dites-vous. - Avant le 18 brumaire , quand des lois funestes étaient promulguées, quand les principes destructeurs, proclamés de nouveau, entraînaient déjà les choses et les hommes avec une rapidité que bientôt rien ne pourrait plus arrêter, quel fut celui qui parut tout à coup comme un astre bienfaisant, qui vint abroger ces lois, qui combla l'abîme prêt à s'ouvrir? Vous vivez, vous tous, menacés

par les malheurs des temps, vous vivez : vous le devez à celui dont vous voyez l'image ! Vous accourez, infortunés proscrits, vous respirez l'air si doux de votre patrie; vous embrassez vos peres, vos enfans, vos épouses , vos amis : vous le devez à celui dont vous voyez l'image! Il n'est plus question de sa gloire ; je ne l'atteste plus : j'invoque l'humanité d'un côté, la reconnaissance de l'autre. Je vous demande à qui vous devez un bonheur si grand, si extraordinaire, si imprévu ; vous répondez tous ensemble avec moi : c'est au grand homme dont nous voyons l'image!

Discours prononcé par M. Fontanes, président du Corps législatif..

(Même jour.) « La gloire obtient aujourd'hui la plus juste récompense et le pouvoir en même temps reçoit les plus nobles instructions. Ce n'est point au grand capitaine, ce n'est point auvainqueur de tant de peuples que ce monument est érigé : le Corps législatif le consacre au restaurateur des lois. Des esclaves tremblans, des nations enchaînées ne s'humilient point aux pieds de cette statue ; mais une nation généreuse y voit plaisir les traits de son libérateur.

avec

« PreviousContinue »