Page images
PDF
EPUB

DE

BLIOTHRINE CATTOMALE

EUVRES M. LE COMTE DE SÉGUR HISTOIRE UNIVERSELLE

bi

HISTOIRE ANCIENNE

[ocr errors]

D. 200

(?!

mprimerie de Duccssois, 55, quai des Augustins

ANCIENNE

COMPRENANT

L'HISTOIRE DES ÉGYPTIENS, DES MEDES,
DES PERSES, DES JUIFS, DE LA GRÈCE, DE LA SICILE, DE CARTHAGE

ET DE TOUS LES AUTRES PEUPLES DE L'ANTIQUITÉ,

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors]
[ocr errors]

AVANT-PROPOS,

Cui quidem ita sunt stoici assensi, ut quidquid honestum esset, id utile esse censerent; nec utile quidquam, quid non honestum.

CICERO. De Oficiis. Les stoïciens pensaient comme lui (Socrate); ils dlsaient que l'honnête est toujours utile, et qu'il n'y a rien d'utile que ce qui est honnête.

CICÉRON. Des Devoirs, liv. 3.

J'écris ce livre pour la jeunesse ; ma vieillesse veut lui être utile. L'étude de l'histoire est, selon moi, la plus nécessaire aux hommes, quels que soient leur âge et la carrière à laquelle ils se destinent. Les exemples frappent plus que les leçons ; ils leur servent de preuves pour convaincre, ils les accompagnent d'images pour intéresser : l'histoire renferme l'expérience du monde et la raison des siècles.

Nous sommes organisés comme les hommes des temps les plus reculés ; nous avons les mêmes vertus, les mêmes vices. Entraînés comme eux par nos passions, nous écoutons avec défiance les censeurs qui contrarient nos penchants, et qui nous avertissent de nos erreurs, de nos dangers. Notre folie résiste à leur sagesse, nos espérances se rient de leurs craintes.

Mais l'histoire est un maître impartial, dont nous ne pouvons réfuter les raisonnements appuyés sur des faits. Il nous montre le passé pour nous annoncer l'avenir ; c'est le miroir de la vérité.

Les peuples les plus fameux, les hommes les plus célèbres, sont jugés à nos yeux par le temps qui détruit toute illusion, par la justice qu'aucun intérêt vivant ne peut corrompre. Devant le tribunal de l'histoire, les conquérants descendent de leurs chars de triomphe, les tyrans n'effraient plus par leurs satellites, les princes nous apparaissent sans leur cortége et dépouillés de la fausse grandeur que leur prêtait la flatterie.

Vous détestez sans danger la férocité de Néron, les cruautés de Sylla, les débauches d'Héliogabale, l'hypocrisie de Tibère ; si vous

« PreviousContinue »