Page images
PDF
EPUB

dont le mécanisme invisible se brise avec les organes auxquels il imprimait le mouvement et la vie. Pour moi, qui ne saurais partager une opinion si favorable au matérialisme, je ne me borne pas, avec quelques adversaires des cartésiens, à admettre que

les animaux ont une âme sensitive; je vais plus loin, et je suis porté à croire qu'il existe en eux une ombre d'intelligence en rapport avec leurs besoins, tous essentiellement terrestres. Maintenant, ce qui établit la prééminence intellectuelle de l'homme sur la brute, c'est que l'homme, ce favori de la création, possède seul une âme faite pour commander à ses organes;

c'est qu'il

qu'il a reçu une capacité d'intelligence qui lui permet de rapprocher ses idées, de les comparer entre elles, et d'en tirer des conséquences qui elles-mêmes peuvent servir de base à d'autres raisonnements capables de l'élever jusqu'à son divin auteur; c'est que seul il peut transmettre sa pensée, rendue en diverses langues par la parole, ou exprimée par des signes de convention; c'est que ses besoins ne sont pas bornés à des satisfactions corporelles et terrestres, mais que ses désirs , inquiets et insatiables, se portent encore au delà de la tombe, où il prévoit une récompense pour ses bonnes actions, un châtiment pour ses mauvaises ; c'est qu'enfin, placé entre ces deux alternatives d'espoir et de crainte, il peut juger sainement du bien et du mal moral, et, par la décision de son libre arbitre, déterminer le mérite ou le démérite de ses actes. Encore une fois, n'accordons pas aux animaux la raison, dont nous faisons malheureusement un si triste usage, mais n'allons pas jusqu'à leur

refuser un certain discernement. Nous avons sur eux assez de prérogatives pour ne devoir pas craindre d'admettre que Dieu a pu leur accorder une ombre de l'intelligence humaine, comme il a daigné communiquer à l'homme un rayon de sa suprême intelligence.

Je terminerai cet aperçu par une réflexion de Pascal, qui justifiera le soin que j'ai pris de montrer combien l'homme ressemble aux animaux, et combien il en diffère. « Il est dangereux, dit ce moraliste, de trop faire voir à l'homme combien il est égal aux bêtes sans lui montrer sa grandeur. Il est encore dangereux de lui faire trop voir sa grandeur sans sa bassesse. Il est encore plus dangereux de lui laisser ignorer l'un et l'autre; mais il est très-avantageux de lui représenter l'un et l'autre. »

SECONDE PARTIE.

DES PASSIONS EN PARTICULIER.

PASSIONS ANIMALES.

CHAPITRE PREMIER.

DE L'IVROGNERIE.

La vigne porte trois sortes de fruits : le plaisir,
l'ivresse, et le repentir.

ANACHARSIS.

Définition et synonymie.

[ocr errors]

Une fausse délicatesse de langage a longtemps fait confondre l'ivresse et l’ivrognerie.

L'ivresse (du grec c6p.s, du latin ebrietas) est l'état d'une personne ivre, c'est-à-dire dont le cerveau est affecté, et la raison plus ou moins troublée par les

vapeurs d'une boisson spiritueuse, par une substance narcotique, ou même par l'effet de toute passion violente.

L'ivrognerie (ebriositas) est le penchant habituel à prendre immodérément des boissons spiritueuses.

L'ivresse n'est donc qu'un état maladif, au lieu

que l'ivrognerie est toujours un vice, un vice dégoûtant et honteux, qui dégrade l'homme au point de le faire descendre beaucoup plus bas que la brute.

D'après ce que nous venons de dire, l'homme ivre est, en général, celui qui a trop bu, et l'ivrogne, celui qui boit souvent et avec excès. Ainsi , Noé était ivre lorsqu'on le vit nu dans sa tente, mais l'histoire ne dit pas qu'il fût ivrogne; Alexandre le Grand était l'un et l'autre lorsqu'il tua Clitus, son meilleur ami, et quand il trouva la mort en vidant la coupe d'Hercule.

L'ivresse, dit Plutarque, loge avec elle la folie et la fureur.

Sénèque appelle l'ivrognerie une folie volontaire; les Indiens la regardent comme une espèce de rage, et, dans leur langue, le mot rainjan, qui désigne un ivrogne, signifie également un enragé.

On dit vulgairement d'un buveur, qu'il est gai, lancé, en ribote, ivre, soul, mort-ivre, selon que l'ivresse est à un degré plus ou moins avancé. Enfin, la vanité, que l'on rencontre jusque dans le débordement du vice, s'est amusée à créer des locutions particulières pour désigner l'intempérance dans les différentes classes de la société : c'est ainsi que les ouvriers disent qu'ils font la noce, les étudiants, des soulographies , et les gens comme il faut, des orgies.

La vertu opposée à la gourmandise et à l'ivrognerie est la tempérance, qui consiste dans l'usage modéré des aliments et des boissons destinés à entretenir la vie. Cette vertu , qu'on nomme aussi

[ocr errors][ocr errors]

sobriele, est regardée par tous les moralistes comme la mère de la santé et de la sagesse : c'est le meilleur préservatif contre les maladies et les vices, dont elle étouffe le germe, tandis que l'intempérance en favorise toujours le funeste développement. C'est à leur frugalité que les anciens Perses, les Lacédémoniens et les Romains furent longtemps redevables de leur activité, de leur vigueur et de leurs victoires : devenus intempérants, ils s'énervèrent, et furent esclaves. Cyrus, César, Mahomet, Napoléon, étaient aussi remarquables par leur sobriété que par la puissance qu'ils ont exercée sur les peuples. Socrate ne dut également qu'à cette vertu la santé robuste et l'égalité d'âme que ne lui avait pas départies la nature. Massinissa , le plus sobre de tous les rois, fut père à quatre-vingt-six ans, et à quatre-vingt-douze vainqueur des Carthaginois. Alexandre le Grand, au contraire, doué d'une excellente constitution, l'altéra bientôt par l'intempérance, et mourut à la fleur de l'âge, après avoir souillé sa gloire. « Il avait, dit Napoléon , débuté avec l'âme de Trajan; il finit avec le cœur de Néron et les meurs d'Héliogabale. »

Causes.

Influence de l'age, du sexe et de la constitution. L'ivrognerie n'existe guère dans l'enfance; on n'en rencontre malheureusement que trop d'exemples dans la jeunesse; mais les époques de la vie où elle est le plus commune sont, sans contredit, l'âge mûr et la vieillesse. Des observations nombreuses

« PreviousContinue »