Page images
PDF
EPUB

célébré pontificalement, le matin et le soir. Après vėpres, la musique a chanté les litanies de la sainte Vierge, et il y a eu bénédiction du Saint-Sacrement.

- Mme. la duchesse d'Orléans, qui demeure sur la paroisse Saint-Sulpice, a assisté le jour de la fêle et le dinianche précédent, à la grand'messe dans cette église. S. d. s'étoit placée dans la chapelle Saint-Denis. Ceux qui ont connu la piété de M. le duc de Penthièvre, aiment à retrouver la même vertu dans son auguste fille, en qui tant de malheurs et de chagrins n'ont point altéré cet air de dignité et de bonté propres aux Bourbons.

- M. l'abbé Carron fut déporté au mois de septembre 1792, et jelé, ainsi que ses compagnons d'infortane, sur les côtes de Jersey. Cette ile servoit alors d'asile à une multitude de familles françoises émigrées, presa que toutes réduites à l'indigence. M. l'abbé Carron conçut le désir de venir à leur secours, et sans nulle ressource personnelle, mais à l'aide de la confiance qu'il avoit su inspirer, il parvint à offrir, 1o. un oratoire à la piété des fidèles; 2°. une bibliothèque choisie aux ecclésiastique; 30. des ressources aux malades , qui dans la pharmacie qu'il établit, trouroient remèdes, linges et bouilluns. Deux écoles furent en même temps ouvertes aux jennes François des deux sexes, auxquels l'honorable pénurie de leurs parens ne permettoit pas de donner une éducation convenable à leur rang et à leur situation actuelle. En 1796, le gouvernement britannique ayant jugé

propos de faire transférer les émigrés de Jersey en Angleterre, l'abbé Carron les y suivit. Là trouvant des ressources plus abondantes, il entretint une chapelle au centre de la Métropole , en construisit une autre à Sommerstown, village voisin de Londres ; créa deux nouvelles écoles, dans lesquelles les François et les Anglois de la dernière classe étoient instruits et élevés conformé. ment à leur état. Ces deux écoles, également pour les deux sexes, n'avoient rien de commun avec celles déjà établies pour les enfans nobles. Dans un séminaire, formé par ses soins, vingt jeunes gens continuoient leurs études

[ocr errors]

ecclésiastiques, et se préparoient à entrer dans le sanctuaire. A

peu de distance, quarante prêtres, âgés ou infirmes, vivoient réunis, et vingt femmes malades recevoient tous les secours que leur situation exigeoit. Outre ces deux hospices, établis et dirigés par l'abbé Carron, il avoit encore formé une association de dames picuses , qui se consacroient au soulagement de ceux de nos conipatriotes, qui, par leur non-admissiou aux secours da gouvernement, t'avoient pas de droits aux hospices, et ne pouvoient oblenir leurs remèdes des pharmacies que le comité anglois avoit établies , et qu'il avoit placées suus la direction de l'abbé Carron. Celte dernière institution, connue sous le nom de la Providence, fournissoit lemèdes, vin, linge, habits en tout genre à nos infortunés compatrioles, et deux fois par semaine une soupe économique leur étoit distribuée, ainsi que le charbon qu'ils ne pouvoient se procurer en hiver. L'abbé Carron, obligé de détruire des établissemens si précieux, et le coeur plein de la reconnoissance qu'il doit, à tant de titres, aux nobles et généreux habitans de la GrandeBretagne, leur a adressé des adieux pleins de sensibilité, qui ont été reçus avec une touchanie bienveillance.

D. E. L., témoin de ces divers établissemens. VERSAILLES. En parlant de la nomination de M. Grandjean à la cure de Saint-Louis, on n'a dit qu'un mot de son prédécesseur', qui méritoit cependant quelque chose de plus. M. l'abbé Sortais, qui a été enlevé, le 12 juin dernier, n'avoit

que
45
ans,

et éloit curé de Saint-Louis depuis peu d'années. Mais il s'y étoit concilié l'estine par les vertus de son état. Il avoit une affection particulière

les

pauvres, et consacroit ses revenus à les soulager. Les pauvres honteux surtout étoient l'objet de ses soins. Il ve visitoit les riches que pour leur bien spirituel, ou pour le bien temporel des indigens. On ne doute point que son zèle et ses travaux n'aient abrégé ses jours, malgré les remontrances de ses amis qui l'eugageoient à se modérer. M. l'évêque lui a payé un juste

pour

tribut d'éloges dans le discours d'installation de M.Grand. jean; et ce dernier, dans sa réponse, s'est proposé de marcher sur les traces de son prédécesieur. Ce que nous şavons déjà de ses talens el de son zèle, nous donne, à cet égard, les plus grandes espérances. Les paroissiens de Saint-Louis font élever un tombeau en marbre au lieu où a été diposé le corps de M. Soriais, et un d'eux, M. Ducis, lui a composé une épitaphe honorable. M. Louis-Jean-Simou Sortais étoit né à Nogent-leRotrou.

MONTPELLIER. Ou a répandu ici avec affectation une adresse au Roi par quelques pretres unis avec ceux du clergé fulele de Montpellier. 'Tel est le titre assez obscur de relie brochure qui, en général, n'est pas fort claire. L'auteur ou les auteurs de cette pièce se piquent d'être fidèles au Roi, mais ils ne le sont guère à la langue; ce qui est à la vérité moins important. Ils s'appellent cuxmiêmes purs. Oui, nous les sommes, s'écrient-ils. Les sommes est un peu dur à entendre. D'aulies expressions tout aussi peu correctes sont semées dans ce singulier éerit, le biguinisme, les perfides criars de la poule au fot, etc. Les touroures en sont bizarres, entortillées, quelquefois risibles Mais ce qui est fort clair, c'est l'esprit qui a dicié cette brochure. Ce n'est pas assurémest un esprit de prudence et de concorde. On y déclame contre tous ceux qui ont occupé des places sous le dernier gouvernement. On y désigne d'une manière maligne, ou y tourne en ridicnle, on y fait regarder comme devant être suspect au Roi, un homme revêlu ici d'une haule dignité, et qui ne devoit pas s'attendre à être dénoncé ainsi par des ecclésiastiques. Il n'est pas à croire que leurs peliles intrigues et leur illisible adresse nuisent beaucoup à ceux qu'ils attaqnent. Elles se trouvent trop en opposition avec l'esprit et les dispositions que S. M. a inanifestées. Coinmeni huit prêtres, car on n'a pu en trouver davantage, peuvent-ils se regarder compie les organes de lout un diocèse ? Il y auroit beaucoup d'autres questions à leur faire, et qui pourroient les embarrasser

[ocr errors][merged small][ocr errors]

un pen. Mais il vaut mieux laisser tomber dans l'oubli leur levée de bouclier. Il n'y aura pas beaucoup de inévile à être plus modérés qu'eux. Leur procédé n'est

pas françois.

TOURNAY. M8r. notre évêque, pendant son séjour à Rome, a reçu du saint Père un bref tré -ho jorable. Le Pape lui dit avoir appris qu'il avoit élé contraiul par la violence de souscrire des actes qui énonçoient sa remonciation au siége de Tournay; mais il ajoute que ces actes n'ont pas éié approuvés par lui, qu'ils ne lui ont pas même été présentés, et qu'ils sont par conséqueirt nuls. Il l'engage à relourner au plutôt à Tournay , lorsqu'il aura visité les tombeaux des saints apôtres et satisfait sa piété; et il le félicite de son zèle et de son courage dans des conjonclures difficiles. Ce brefflallcur est du 22 juin dernier. M. V'évêque la communiqué à ses diocésains par uu Mandement, dalé du 23 juin. Il y parle de la formule d'abdication qu'il fut contraint de copier, le 1°r. juillet de l'année dernière, et finit, à l'exemple de Fénélou , par ces paroles modestes : Nous nous console

de ce qui nous humilie, pourvu que le ministère de. la parole que nous avons reçu du Seigneur pour votre sanctification, n'en soit point affoibli , et que nonobstant l'humiliation du pasteur, le troupeau croisse en grâces devant Dieu. On sait que le prélat a été très-favorablement accueilli à Rome, et que le souverain Pontife l'a traité avec une bienveillance particulière. En son absence, ses vicaires-généraux ont repris l'administration du diocèse. La' très-grande majorité du clergé est restée cons-, tamment attachée à ce prélat, et la persécution n'avoit pas été poussée ici aussi loin que dans un diocèse voisin. Il n'y a point eu d'exil et d'emprisonnement, contre les chanoines et autres prêtres, et on s'étoit borné à des menaces qui, heureusement, n'ont pas eu leur effet,

rons

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

NOUVELLES POLITIQUES: PARIS, 10 août. Le Roi, après la messe , accompagné de M. le comte de Blacas et de plusieurs personnes de la cour, est sorti

[ocr errors]

de Paris pour aller à Versailles. S. M. étoit escortée d'un simple piquet de ses gardes.

A Sèvres, sa voiture s'est arrêtée entourée d'une foule innombrable d'habitans de toutes les classes des environs, qui faisoient retentir les airs des cris de l'amour, du respect et de la reconnoissance, Le maire en a été l'heureux interprête.

Depuis Sèvres jusqu'à Versailles la route étoit couverte d'un peuple qui bénissoit le retour d'un père si désiré. Partout des arcs de triomphe avoient été dressés, partout on jetoit des fleurs sur sa voiture, sur ses gardes. Sourent le Roi s'arrêtoit pour recevoir et pour ren lue les expressions d'amour.

Descendue au château de Versailles, Sa Majesté a été reçue par l'évêque à la tête de son clergé, par la garde nationale, et complimeatée par les autorités. Les élèves de Saint-Cyr lui ont été présentés, et tous ont élé accueillis avec ceite bonté qui caractérise S. M. C'étoit un véritable père au milieu de ses enfans.

« Je suis trop touché, ajoula S. M. , pour bien exprimer ce que je sens : à ces émotions se joignent des souvenirs bien pénibles à mon coeur ; c'est la première fois que j'entre dans ce château......

Le Roi, en prononçant ces paroles, avoit les yeux rémplis de larmes, et tous ceux qui ont eu le bonbeur de l'entendre étoient profondément émus. Mais le moment le plus louchant a été celui où S. M., étant entrée dans la chapelle; s'est jetée à genoux dans le plus profond recaeillement. Ce qui devoit se passer dans l'aine de S. M. dans cet instant, étoit bien ressenti par tous ceux qui l'entouroient.

Le Roi a visité les appartemens, le parc de Versailles et le château de Trianon. En revenant, S. M. a visité la manufacture royale de Sèvres, et, après avoir examiné avec une attention flatteuse pour les artistes de la manufacture, les principales pièces terminées, et plusieurs de celles qui sont en fabrication, elle s'est arrêtée particulièrement sur les objets qui prouvent les progrès constans de cet établissement dans la pareté des formes, dans la beauté des couleurs et dans l'exécution des peintures. Elle a daigné témoigner sa satisfaction par ces espressions affables qui lui sont si nalurelles, et par une approbation aussi flaiteuse pour les arts

« PreviousContinue »