Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

leges', de ces arts magiques & abominables ausquels peut-être peu de personnes prennent part ; je ne dis rien du desir dereglé de sçavoir les secrets de Dieu & de penetrer ses mysteres en donnant une liberté toute entiere à son propre esprit. Mais sans cela combien

у

a-t'il de Chrétiens dont cette passion de curiosité remplit toute la vie, les uns par une application continuelle aux fecrets de la nature, les autres par un vain desir de connoître la vie de leur prochain , quelquesun en se repaissant de nouvelles inutiles, de lectures vaines & dangereuses, de spectactes profanes, & d'autres semblables curiofitez? Et qui pourroit dire en combien de legeres occasions & de choses de néant nous sommes tous les jours tentez par la curiosité, & combien souvent nous y succombons : combien facilement nous nous ouvrons à des contes frivoles , & comment notre esprit se remplit de phan. tômes, en sorte qu'il en est tout dislipe & comme mis en pieces? D'où il arrive que nous paroissons devant Dieu d'une maniere très-indigne de lui , que nos prieres en sont toutes troublées & toutes traversées d'imaginations folles & extravagantes , qui viennent se jetter comme en foule

ce n'est

dans notre esprit. C'est dequoi toute notre vie est pleine; & s'il nous semble

que pas si grand-chose, c'est une marque que nous ne sçavons gueres ce que c'est que

de prier Dieu, ni combien souffrent les ames saintes quand elles se voyent sujettes à ne fe pouvoir quasi occuper de Dieu , ni lui rendre leurs devoirs sans que leur esprit & leur imagination soient aufli-tôt entraînez comme malgré eux loin de lui.

C'est l'état que nous portons & que nous porterons toujours ici-bas. Et pour aimer un tel état & ne pas desirer d'en sortir , il faut que la foi foit bien foible. Si nous delirons satisfaire notre curiosité, portons-la vers quelque chose qui soit digne de remplir notre ame. Aspirons à contenter non les

yeux
de notre chair

par la vûë de la vanité, mais ceux de notre coeur par la contemplation de la vérité. L'oreille ne se remplit point des sons agréables; ni les yeux des spectacles charmans : mais un spectacle nous est réservé dans le ciel qui remplira notre ame, qui la rassasiera. Voir l'Agneau qui a vaincu par son sang ce lion qui cherchoit à nous dévorer & qui l'a fait mourir par

fa

mort; voir tous les membres de cet Agneau ar

Tachez par sa victoire de la gueule du lion, & ensuite ajoûtez & attachez au corps mystérieux de Jesus-Christ ; contempler ce chef & ses membres, adorer Dieu éternellement ; voir Dieu même dans sa majesté & dans sa gloire : voilà les spectacles des Chrétiens;

voilà ce qui est digne de leur curiosité; voilà ce qui dost leur donner du dégoût pour la terre & pour la vie présente, & leur faire desirer celle qui les délivrera de toute la cupidité des yeux & de l'esprit.

III. Mais la source de toutes les tentations, la sémence de toutes les maladies de l'homme, le venin le plus subtil & qu'il porte durant toute sa vie dans le fond de fes entrailles, c'est l'orguëil : Caput omnium morborum : Initium omnis peccati : Radix omnium malorum, C'eft une maladie si enracinée dans le coeur des enfans d'Adam, & dont la cure est fi difficile; c'est une tentation si violente & fimortelle, que Jesus-Christ qui est venu au monde pour nous guérir de cette playe, n'a laissé tourmenter S. Paul par ces tentations honteuses & humiliantes dont il se plaint souvent, que pour l'empêcher de succomber à celle de la vanité & de

l'orgüeil. Elle est si cachée que souvent pluson est malade, moins on la reconnoît, parce qu'elle couvre ordinairement le coeur de tenebrés : témoin ces orgueilleux dont parle faint Paul , (a) dont le cæur insensé a été rempli de tenebres. S'il

y a des moyens pour discerner combien on est sujet aux deux autres sorres de corruption, ou combien on y est moins engagé, il n'y en a presque point pour s'examiner à l'égard de cette paffion. Elle est la plus incurable, parce qu'elle est la plus opposée à Dieu & la plus indigne de fa grace. Elle est la plusruineuse & la plus pernicieuse , parce qu'elle ruine & rend inutiles toutes les autres vertus, toutes les bonnes cuvres, sans 'excepter le martyre même. Elle est la plus subtile & la plus trompeuse : car la naissance des autres passions est ordinairement honteuse & fait peur par ellemême ; au lieu que l'orgüeil naît de la vertu même & de la victoire de tous les vices. Plus un homme merite de loüanges, plus il a sujet de craindre l'orgüeil. Il en est blessé & vaincu , dès qu'il les reçoit ; & fi en les rejettant par un genereux mépris , il semble demeurer vi&orieux & triompher, son triomphe, s'il fa) Roma 1

rpy prend garde, fait revivre cet ennemi & le fait triompher à son tour : Eccê vivo, quid triumphas ? c ideò vivo quia triumphas. E O Dieu, quel état est celui de l'homme en cette vie ? Est-ce vivre que d'être à tout moment dans un péril présent de perdre la vraie vie; de n'être pas en fûreté dans un cloître, dans le fond d'un désert, au milieu des plus grandes austéritez, de toures fortes de bonnes cuvres, de toutes les vertus les plus héroïques, en donnant. tous ses biens aux pauvres, en livrant son corps au martyre; puisque l'orgueil qui fe glisse comme un serpent & se cache fous ces fleurs d'une si bonne odeur & sous l'humilité même , peut de-là nous donner une piquûre mortelle & nous faire perdre avec la vie le fruit de tous nos travaux & de toutes nos vertus? Aveugle donc & infenfé celui qui a de la peine à suivre la voix de Dieu, quand il l'appelle pour

le mettre à couvert de toutes ces : craintes & le dérober pour jamais à toutes les tentations de cette vie malheureuse. Concluons

que

rien n'est plus desirable la mort à qui a de la foi, & que:

c'est quelque chofe qu'on ne peut com+ E prendre que l'alliance de la connoissance

« PreviousContinue »