Page images
PDF
EPUB

4

38. Jesus se retourna, & voyant qu'ils le suivoient,il leur dit:Qui cherchez-vous? Ils lui répondirent: Rabbi , c'est-à-dire, Maître, où demeurez-vous ?

39. Il leur dit : Venez & voyez. Ils vinrent, & ils virent où il demeuroit & ils demeurerent chez lui ce jour-là. Il étoit alors environ la dixiéme heure de jour. 40.

André,frere de Simon-Pierre, étoit l'un des deux qui avoit entendu dire ceci à Jean,

& qui avoient suivi Jesus; 41. Et ayant trouvé le premier son freTe Simon, il lui dit : Nous avons trouvé le Meslie , c'est-à-dire le CHRIST.

42.Et il l'amena à JESUS.Jesus l'ayant regardé, lui dit: Vous êtes Simon, fils de Jean ; vous serez appellé Cephas, c'est à-dire, Pierre.

43. Le lendemain Jesus voulant s'en aller en Galilée , trouva Philippe, & il lui dit : Suivez-moi.

44. Philippe étoit de la ville de Betsaïs de, d'où étoient aussi André & Pierre.

45. Et Philippe ayant trouvé Nathanaël lui dit : Nous avons trouvé celui de qui Moïse a écrit dans la loi, & que les Prophetes ont prédit, sçavoir Jesus de Nazareth fils de Josephe

46. Nathanaël lui dit: Peut-il venir quelque chose de bon de Nazareth? Phi* hippe lui dit: Venez & voyez.

47. JESUS voyant Nathanaël , qui le Venoit trouver, dit de lui: Voici un vrai Israëlite sans déguisement & sans feinte.

48. Nathanaël lui dit : d'où me connoissez-vous ? JEsus lui répondit: Jevous ai vû avant que Philippe vous eût appellé, lorsque vous étiez sous le figuier.

49. Nathanaël lui dit : Maître, vous êtes le Fils de Dieu, vous êtes le Roi d'Ifraël.

so. Jesus lui répondit : Vous croyez, parce que je vous ai dit que je vous aivů.

sous le figuier : vous verrez bien de plus grandes choses.

51. Et il ajoûta : En verité, en verité je vous le dis : Vous verrez desormais le ciel ouvert, & les Anges de Dieu monter & descendre fyr le Fils de l'homme. POUR LE SOIR.

Verta.

L'ESPRIT DE SACRIFICE.

Ous ne

N Chrifti par la foi que pour être cru

cifiez avec lui, & pour devenir en lui la

victime de Dieu , la vie d'un Chrétien ne devant être qu'un sacrifice continuel ; & le sacrifice de nous-mêmes & de ce que nous avons de plus cher , étant l'épreuve & la perfection de notre foi. C'est par la foi , dit S. Paul, quAbraham fut prêt de facrifier son fils unique , & en lui toutes ses esperances, pensant en lui-même

que

Dien pourroit bien le ressusciter après sa mort. C'est aussi par ta foi que nous devons vivre & mourir dans l'esprit de facrifice; c'est-à-dire , que persuadez que nous n'avons d'être & de vie que pour Dieu, nous n'en devons faire usage que pour lui; que nous ne devons rapporter à nousmêmes aucun usage de notre esprit , de notre volonté, de nos talens, de notre tems & de nos biens , mais que tout doit être consacré & facrifié à la volonté & à la gloire de Dieu, & que nous de vons toujours être disposez à quitter nos pensées , nos desseins, nos vûës , nosinterêts & tous nos avantages spirituels & temporels, pour entrer dans ceux de Dieu, y servir de toutes nos forces, & leur être parfaitement consacrez.

C'est par ce même Esprit que nous de vons être disposez à recevoir tout ce que Dieu ordonnera sur nous. Nous devons

[ocr errors]

perte de

e vivre continuellement comme sous la

main & sous le glaive du Prêtre qui nous ue doit facrifier. Comme ce sacrifice ne se fait

pas en un moment & qu'il dure toute la vie , ce Prêtre ne frappe pas aussi sa vi&ime d'une seule maniere , & ne l'immole pas d'un seul coup. Une biens, une humiliation, une calomnie à souffrir, une affliion, une maladie, une insulte, un procès injuste, un emprifonnement, un exil, & tout ce qui sert à mortifier la nature, & la sacrifier à Dieu, font autant de coups que Jesus-Christ no. tre Prêtre décharge sur nous avec ce glaive (a) qu'il est venu apporter sur la terre, & dont il fit prédire à la sainte Mere

que son ame seroit percée. Mais enfin un jour viendra que ce sa, crifice sera consommé, & que le dernier coup sera donné à cette victime. Comme ce n'est pas à une victime de choisir pi Pheure , ni la maniere de son sacrifice & de sa mort, & qu'il doit laisser ce soin au Prêtre; c'est son devoir d'être toujours dans l'attente du moment qui la doit se parer du monde présent , toujours contente de tout ce qu'il fera d'elle, toujours prête à recevoir le coup, toujours dispo

(a) Matth. 10. 34. Luc. 2. 38.

[ocr errors]

fée à facrifier à Dieu le fond de son être & de sa vie par telle mort qu'il lui plaira', comme elle lui en a sacrifié l'usage durant le cours de sa vie , & non-seulement dans la disposition, mais même dans l'empref fement de voir ce facrifice accompli, étant d'autant plus affûrez qu'Abraham,que par la resurrection Dieu lui rendra tout avec un avantage & un centuple inestimable; que ce n'est pas par un Ange que Dieu nous fait connoître la volonté sur ce facrifice, mais par son propre Fils ; que nous ne croyons pas seulement que Dieu nous peut reflusciter

comme Abraham le croyoit de son Isaac , mais que nous soms mes assûrez qu'il le fera ; & que nous n'a vons pas seulement une figure de la resure rection dans Isaac qui survit à son sacrifice, mais que nous en avons la verité dans Jesus-Christ, & que fa refurre&tion eft l'assurance, le

gage,

le modele & le princ cipe de la nôtre. C'est dans lui-même qu'il faut étudier & chercher cet esprit de la crifice. C'eft de lui seul qu'il le faut ate tendre,

CONCLUSION. Examen. Humiliation. Priere. Regard fur Jesus Christ.

Reciter le Pfeaume 42. Jadica mpa

« PreviousContinue »