Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

celebre, qui se dévoüa generease. ment à la mort pour son païs. Horace en fait mention , Codrus pro patria non timidus mori. Pisistrate fut celui, qui chassé deux fois d'A. thenes, dont il s'étoit fait Roi, eut l'addresse d'y rentrer une troifiéme fois, & de s'y rétablir.

On n'est pas bien d'accord sur le nom du pere d'Anacreon. Les u's l'appelloient Scytimus, les autres Eumelus, les autres Parthemius, & les autres Aristocritus. Il a vécu du tems que Polycrates regnoit à Samos; c'est-à-dire cinq cens ans avant la venuë de JesusChrist.

Son esprit le rendit si agreable à ce Prince, qu'il eut l'honneur d'être admis dans ses conseils & dans ses plaisirs; & ressentit personnel. lement les effets de fa "liberalité. On dit qu'ayant une fois reçu de lui cinq talens, il passa deux nuits sans dormir,de l'inquietude que lui don

noit la garde de cette somme, & qu'il la lui rendit , pour se débarrasser, disoit-il , de ce qui lui causoit cant de soins.

Ce trait ne me paroît pas fi hors de vrai-semblance, qu'il a semblé à quelques Interpretes. Anacreon, il est vrai, se montre dans ses Ouvrages si détaché de richesses,qu'on a de la peine à croire que

la

peur de perdre cet argent, le pût troubler à ce point-Ià. Cependant il faut songer que cinq talens font environ dix mille francs de nôtre monnoie; & qu'il est très-probable que cette somme , qui ne nous paroît pas presentement fort confiderable, pouvoit lêtre au païs, & dans le fiecle d'Anacreon, puis qu'il y a eu même des tems en France, où c'eût été être richeque de la posseder. Un passage d'Herodore favorise cette opinion. Il dir que Clysthenes, Prince de Sicyone, aiant fait choix de Megacles

[ocr errors]

pour son gendre, qu'il préfera à plusieurs Princes, qui étoient venus briguer le mariage de sa fille ; il leur donna à chacun un talent, pour les dédommager des dépences de l'allée & du retour , & de celles qu'ils avoient faites pendant une année de sejour en les Etats. Anacreon aimoit fort ses aises, & son dérachement pour les richesses pouvoit bien aller jusqu'à ne vouloir pas

se donner les soins & les peines qu'il faut pour les acquerir : mais il pouvoit bien d'abord être flaté de la possession d'une somme considerable qui ne lui coutoit rien, & qui lui donnoit le moien de gouter encore mieux les agrémens de la vie. Ajoutez qu'il étoit étre peu accoutumé à se voir devant lui une si grosse somme à la

fi fois; & par toutes ces raisons il n'est pas

'étonnant qu'il ait apprehende de la perdre. Mais en la rendant, comme il fit , ne la perdoit

peut

il pas aulli réellement que si elle lui eût été volée ? Il en faut bien convenir : mais il vouloit avoir l'honneur de s'en être dépouillé volontairement, & il aima mieux que son Bienfacteur en profitât qu'un voleur.

Polycrates ne fut pas le seul Prince qui lui donna des marques de son estime. Hipparchus, fils du même Pisistrate , dont il est deja parlé, lui envoya une galere à cin. quante rames, le preffànt par des lettres de passer la mer Egée , & de venir en la Cour, où le bruit de sa reputation donnoit à tout le monde, & à lui en particulier, une grande impatience de le voir.

Outre les Odes, qui sont pafsées jusques à nous, il avoit compolé encore des Elegies & des Hymnes

. Il ne reste plus aucune de ses Elegies, & l'on ne voit plus que quelques fragmens de ses Hymnes. Mais il suffisoit de ses

Odes, Odes, pour établir fa reputation. Ce n'est ni la quantité, ni la loņgueur des Ouvrages, qui immortalisent un Auteur: c'est leur bonté, dit Martial.

Sæpius in libro memoratu Persius

uno.

Quam levis in totà Marsus Ama.

zonide. Il n'est

pas

besoin que je parle ici de son esprit & de ses mæurs. Il nous en donne dans ses Ouvrages une image trés vive & trés naturelle. L'amour & le vin qui furent ses deux passions dominantes, ne devoient point dans la morale de ce tems-là passer pour de grands vices : puisque Platon , le divin Platon, ne fait point de dif. ficulté de lui donner dans ses écrits le nom de Sage. Mais il n'est pas étonnant que n'étant point éclairé des lumieres de la veritable Religion , & n'aiant aucune idée des récompenses qu'elle nous promet dans l'autre vie, quelques

[ocr errors]
« PreviousContinue »