Page images
PDF
EPUB

崇德線:※※※※※

ODE VIII.

SUR UN SONGE.

Es sens par le vin assoupis,
L

Couché sur de riches tapis,
Je songeois cette nuit que sur les fleurs nouvelles

Dont un champ étoit émaillé,
Je courois, à l'envi d'une troupe de Bellcs,

Avec qui je m'étois mêlé.
Là de jeunes Garçons, dont le tendre visage
Du teint de Bacchus même effaçoit la fraicheur,

Vinrent me railler sur mon âge ,
Et sur les doux plaisirs ou s'égaroit mon cæur.
Je cours, j'en atteins un, malgré la promte fuite,

Mais helas ! au même moment,
Ma douce illusion me quitte,
Et , pour en reprendre la suite,
Je me rendormis vainement.

[ocr errors]
[ocr errors]

REMARQUES

SUR L'ODE VIII.

V teint de Bacchus méme effaçoit la

D

té chez les Anciens comme un Dieu jeune & d'une trés-grande Beauté.

Tibi enim inconfumpta juvent a eft, Tu puer aternus, tu formofiffimus alto Conspiceris coelo. Tu es toujours jeune , tu es admiré dans te Ciel pour ea Beauté. Ovide Livre 4. des Metam,

Il

[ocr errors][ocr errors][merged small]

E

Ρασμίη πίλεια,

nóger. 770'98 métag; Πόθον μύρον τοσέτων, Επ’ ήέρος θεσα,

néegs , Diénis u rj fordi sensi

[ocr errors]

Il eft nommé en cet endroit Auenos , qui est un mot formé de averi, mettre enlin berté , pour montrer que Bacchus mer les esprits en liberté & les affranchio de tous chagrins. Les Latins ont reçu ce mot. Ils l'appellent Lydus. Ils ont encore Liber, qui est un autre mot tiré de leur propre langue , & qui signifie la même chose..

Sur mon âge. I j'ai cru pouvoir ajoûter cela,

Et sur les doux plaisirs s'égaroit mon cour.] C'est comme j'ai cru pouvoir traduire doce Tá's xana's exeives. Il m'a semblé qu'il n'étoit pas

neceffaire de traduire "edénonta de piañoal,

volentem ofculari

.

ODE IX.

SUR UNE COLOMBE.

DIALOGUE,

Doud

'Ou viens-tu , Colombe charmante ? Qui sur toi répandit une fi douce odeur ?

Où vas-tu ? Quelle vive ardeur
Te fait fendre les airs d'un aile diligente ?

2

[ocr errors]

Τίς ζι, σοι μέλι και
Ανακρέων μ' έπεμψε
Προς παίδα, ωeoς Βαθυλλον,
Τον αρη και απαντων
Κρατεία και τύραννον.
Πέρακέ με Κυθήρη
.Λαβύσα μικρον ύμνον.
Εγώ δ' Ανακρέοντο
Διακονα τοσαύ τα.
Και τώ δίας εκείνα
Επισολας κομίζω.
Κα φύσιν όπως με
Ελευθέρω ποιήσειν.
Εγω 3, κ' ήν αφή με ,
Δέλη μια παρ' αυτου.
Τι και με δεί πίας
O'ρη τε, και κατ' αρές,
Και δενδρεσι καθίζειν,
Φαγούσαν άγριόν της
Τανω εδω μεν άρον.
Α' φαρπάσασα χειρών
Ανακρέοντος ών.
Iliar de mon di Swor

δ
Τον οίνον όν ωe9πίνει.
Πιάσα Α' αν χορεύσω,

[ocr errors]
[ocr errors]

Ef-cc une affaire si pressante",
Que tu ne puisses t'arrêter

LA COLOMBE.
Mon destin est trop beau , pour ne m'en pas vanter'
Jesers Anacreon: La Déesse des Belles,
Dont sa muse chanta les graces immortelles,
Lui fit un don de moi, pour le prix de ses vers.

Il m'envoie au jeune Bathylle,
Bathylle, tu le sais, dont les attraits divers
Se font sur tous les cæurs un empire facile.
Curieuse de voir l'éclat de la beauté,
Je lui porte un billet de la part de mon Maître,

Qui m'a promis de reconnoître
Mes soins & ma fidelité,

En me rendant la liberté.
Mais il me l'offre en vain. Je ne veux pour partage
Que l'honneur de mourir sous ses aimables lojx.
M'en irois-je chercher sur les monts, dans les bois,

Une nourriture sauvage Exposée à toute heure aux injures du tems ? Lors qu'à couvert chez lui du soleil , & des vents

De peines, de soucis exemte,

Je vis du pain qu'il me presente,
Et dans sa coupe d'or bois de son même vin

Quand j'ai bu de ce jus diyin ,

« PreviousContinue »