Page images
PDF
EPUB

schoff restant à la Saxe; puis elle suivra la frontière septentrionale du cercle d'Eigen jusqu'à l'angle entre Paulsdorf et Obersohland; de lå elle sera continuée jusqu'aux limites qui séparent le cercle de Gerlitz de celui de Bautzen , de manière que Ober-, Mittel et NiederSohland, Olisch et Radewitz restent à la Saxe.

La grande route de poste entre Gærlitz et Bautzen sera à la Prusse jusqu'aux limites des deux cercles susdits. Puis la ligne suivra la frontière du cercle jusqu'à Dubrake; ensuite elle s'étendra sur les hauteurs à la droite du Lebauer-Wasser, de manière que ce ruisseau, avec ses deux rives et les endroits riverains jusqu'à Neudorf, restent, avec ce village, à la Saxe,

Cette ligne retombera ensuite sur la Sprée et le Schwartzwasser; Liska , Hermsdorf, Ketten et Solchdorf passent à la Prusse.

Depuis la Schwarze-Elster, près de Solchdorf, on tirerá une ligne droite, jusqu'à la frontière de la seigneurie de Kenigsbruck, près de Grossgræbchen. Cette seigneurie reste à la Saxe, et la ligne suivra la frontière septentrionale de cette seigneurie jusqu'à celle du bailliage de Grossenhayn dans les environs d'Ortrand. Ortrand et la route depuis cet endroit par Merzdorf, Stolzenhayn, Græbeln à Mühlberg, avec

[ocr errors]

les villages que cette route traverse, et de manière qu'aucune partie de ladite route ne reste hors du territoire prussien, passent sous la domination de la Prusse. La frontière, depuis Grebeln, sera tracée jusqu'à l'Elbe, près de Fichtenberg , et suivra celle du bailliage de Mühlberg. Fichtenberg vient à la Prusse. Depuis l'Elbe jusqu'à la frontière du pays

de Mersebourg, elle sera réglée de manière

que les bailliages de Torgau, Eilenbourg et Delitsch passent à la Prusse, et ceux d'Oschatz, Wurzen et Leipsick restent à la Saxe. La ligne suivra les frontières de ces bailliages, en coupant quelques enclaves et demi-enclaves. La route de Mühlberg à Eilenburg sera en entier sur le territoire prussien.

De Podelwitz , appartenant au bailliage de Leipsick et restant à la Saxe, jusqu'à Eytra , qui lui reste également, la ligne coupera le pays de Mersebourg, de manière que Breitenfeld , Hænichen , Gross- et Klein-Dolzig, Mark-Ranstædt et Knaut-Nauendorf restent à la Saxe; Modelwitz , Skeuditz, Klein-Libenau, Alt-Ranstadt, Schkæhlen et Zetschen passent à la Prusse.

Depuis là, la ligne coupera le bailliage de Pegau, entre le Flossgraben et la Weisse-Elster.

Le premier, du point où il se sépare au-dessus
de la ville de Crossen (qui fait partie du bail-
liage de Haynsbourg), de la Weisse-Elster,
jusqu'au point où, au-dessous de la ville de Mer-
sebourg, il se joint à la Saale, appartiendra dans
tout son cours entre ces deux villes, avec ses
deux rives, au territoire prussien.
De là, où la frontière aboutit à celle du

pays de Zeitz , elle suivra celle-ci jusqu'à celle du pays d'Altenbourg près de Luckau.

Les frontières du cercle de Neustadt, qui passe en entier sous la domination de la Prusse, restent intactes.

Les enclaves du Voigtland dans le pays de Reuss, savoir : Gefæll, Blintendorf, Sparenberg et Blankenberg , se trouvent comprises dans le lot de la Prusse.

Art. 16.

Les provinces et districts du royaume de Saxe, qui passent sous la domination de S. M. le roi de Prusse, seront désignés sous le nom de duché de Saxe, et S. M. ajoutera à ses titres, ceux de duc de Saxe, landgrave de Thuringe, margrave des deux Lusaces, et comte de Henneberg. S. M. le roi de Saxe continuera à porter le titre de margrave de la Haute-Lusace. S. M.

[merged small][ocr errors]
[ocr errors]

continuera de même, relativement et en vertu de ses droits de succession éventuelle sur les possessions de la branche Ernestine, à porter ceux de landgrave de Thuringe, et comte de Henneberg.

Art. 17.

L'Autriche, la Russie, la Grande-Bretagne et la France, garantissent à S. M. le roi de Prusse, ses descendans et successeurs, la

possession des pays désignés dans l'article 15, en foute propriété et souveraineté.

Art. 18.

S. M. I. et R. A. voulant donner à S. M. le roi de Prusse une nouvelle preuve de son désir d'écarter tout objet de contestation future entre les deux cours, renonce, pour elle et ses súccesseurs, aux droits de suzeraineté sur les margraviats de la Haute et Basse-Lusace, droits qui lui appartiennent en sa qualité de roi de Bohême, en autant qu'ils concernent la partie

ces provinces qui a passé sous la domination de S. M. le roi de Prusse, en vertu du traité conclu avec S. M. le roi de Saxe à Vienne, le 18 mai 1815.

Quant au droit de réversion de S. M. I. et

de

[ocr errors]

R. A. sur ladite partie des Lusaces, réunie à la Prusse, il est transféré à la maison de Brandebourg actuellement régnante en Prusse , S. M. I. et R. A. réservant pour elle et ses successeurs la faculté de rentrer dans ce droit, dans le cas d'extinction de ladite maison régnante.

S. M.I. et R. A. renonce également, en faveur de S. M. prussienne, aux districts de la Bohême enclavés dans la partie de la Haute-Lusace , cédée

par

le traité du 18 mai 1815 à $. M, Prussienne , lesquels renferment les endroits Güntersdorf, Taubentrænke, Neukretschen, Nieder-Gerlachsheim; Winckel et Ginckel , avec leurs territoires.

Art. 19.

S. M. le roi de Prusse et S. M. le roi de Saxe, désirant écarter soigneusement tout objet de contestation ou de discussion future, renoncent, chacun de son côté, et réciproquement en faveur l'un de l'autre, à tout droit ou prétention de féodalité qu'ils exerceroient ou qu'ils auroient exercé au delà des frontières fixées par le présent traité.

Art. 20.

S. M. le roi de Prusse promet de faire régler

« PreviousContinue »