Oeuvres complètes de M. le vicomte de Chateaubriand: Oeuvres politiques: Mélanges historiques. Mélanges politiques. Opinions et discours. Polémique

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 445 - crois devoir rappeler l'état actuel de notre législation relativement à la liberté de la presse. L'article 8 de la Charte déclare « que tous les François ont le droit de publier et de faire imprimer leurs opinions, en se conformant aux lois qui doivent réprimer les abus de cette
Page 150 - malheur de devenir roi, de songer qu'il se doit « tout entier au bonheur de ses concitoyens ; qu'il « doit oublier toute haine et tout ressentiment, « et nommément ce qui a rapport aux chagrins « que j'éprouve ; qu'il ne peut faire le bonheur « des peuples qu'eu régnant suivant les lois
Page 455 - perçu, s'il n'a été consenti par les deux Chambres et sanctionné par le roi. Savez-vous, messieurs, à combien se monte cette taxe illégale sur les journaux de Paris et sur ceux des départements? Elle a passé cette année 500,000
Page 381 - de publier et défaire imprimer leurs opinions, en se conformant aux lois qui doivent réprimer les abus de la liberté de la presse. Or, ces lois n'étoient pas faites. La censure, à laquelle les François
Page 103 - cence, les lois abolies, la majesté violée par des « attentats jusqu'alors inconnus, l'usurpation et « la tyrannie sous le nom de liberté. » CROMWELL. Tous ces revers tinrent à un homme : non que Cromwell fût l'adversaire de Charles (dans ce cas encore la lutte eût été trop inégale), mais Cromwell
Page 54 - Je ne confonds pas M. Buonaparte avec ceux qui l'ont « précédé; j'estime sa valeur, ses talents militaires; je lui « sais gré de plusieurs actes d'administration , car le bien « que l'on fera à mon peuple me sera toujours
Page 457 - un soulèvement général. Et c'est tellement la nature des choses, messieurs, que là où s'établit la liberté politique, là s'établit sur-le-champ la liberté de la presse. Celle-ci parut en France dès l'origine du gouvernement constitutionnel ; le principe fut ainsi posé : « La libre communication des pensées et des « opinions est un des droits les plus précieux de « l'homme : tout citoyen peut donc parler, écrire « et imprimer librement, sauf à répondre de
Page 290 - que le vœu le plus sincère de votre âme « royale est la liberté des François. S'il en avoit « été autrement, sire, nous serions toujours morts « à vos pieds pour la défense de votre personne « sacrée, parce que vous êtes notre seigneur et « maître, le roi de nos aïeux, notre souverain
Page 328 - exécutées dans chaque partie du royaume, du moment où la promulgation pourra en être connue. « La promulgation faite par le roi sera réputée connue dans le département de la résidence royale, un jour après celui de la promulgation.' Or, les journaux ont reçu l'ordre de se soumettre à la censure, douze heures seulement
Page 20 - principes et sur nos droits, et que nous adhérons de « cœur et d'âme à la réponse de notre roi; « Qu'à son illustre exemple, nous ne nous prêterons « jamais à la moindre démarche qui put avilir la maison « de Bourbon, et lui faire manquer à ce qu'elle se doit à

Bibliographic information