Page images
PDF
EPUB

d'inftruire ces ameschoifies. Dieu leur amis dans le cœur ces veritez d'une maniere plus efficace & plus fainte que les hommes ne le peuvent concevoir. Je prétens feulement porter celles qui ne font pas encore dans cette difpo fition à defirer la grace d'y être élevées,& à s'efforcer de faire un tel progrés dans la charité,que la mort commence à être l'objet de leurs defirs. Car il y a plufieurs degrez dans la charité, dit en core le Docteur de la charité. Il ya des perfonnes qui reçoivent la mort avec patience; & il y en a de parfaites qui n'ont befoin ter de patience, que pour porter la vie prefente. Celui qui aime lace, vie,, peut fouffrir patiemment la mort, quand fon heure eft venue. Il combat contre luy-mê-« me,afin de fuivre la volonté de c Dieu. Mais celui qui defire,

[ocr errors]

>

» comme l'Apôtre,de quitter cet"te vie pour être avec Jefus » Christ, celui-là ne meurt point avec patience, mais il vit avec patience, & meurt avec plaifir. C'eft, MADA M E, la difpofition queje prie NôtreSeigneur de mettre dans votre cœur : & puis que vous voulez faire part à d'autres de ces penfées, qui n'ont été mifes fur le papier que pour vous, je leur fouhaite la même grace,& je les conjure avec S. Auguftin a de travailler de telle forte à la per fection de leursames,qu'ellespuil fent defirer le jour du Jugement. On ne peut fe convaincre qu'on ait une charité parfaite, qu'en 'commençant de defirer ce jour. Celui-là le defire, qui le regarde avec confiance:& l'on peut avoir eette confiance, quand on jouit dans fon cœur de cette paix & de 3S, Aug. Fr. 9. fur la 1, Ep. de S. Jean c. 2;

cette tranquilité que donne la charité parfaite & fincere qui bannit la crainte.

APPROBATION de Monfieur Courcier, Theo Logal de l'Eglife de Paris.

Ay lû un Manufcrit qui porte pour titre, Le bonheur de la Mort Chré tienne, Retraite de buit jours. Fait à Paris ce troifiéme Aouft 1687..

COURCIER:
Theologal de Paris:

APPROBATION des Docteurs de Sorbonne,

LA Mort eft autant defirable aux Chrétiens, qu'il eft rare d'en trou ver qui la fouhaitent, faute de s'en former une affez jufte idée. Les fauffes lumieres de la nature corrompue, la leur reprefentent ordinairement ous des vues payennes comme la chofe du mon

que

de la plus terrible; au lieu que fuivant les fentimens de la Religion ils la devroient confiderer comme la fin de leur mifere, & comme l'entrée dans la poffeffion du fouverain bonheur qui eft Dieu. C'eft pour retirer les hommes de cès égaremens que cette Retraite eft donnée au public. L'Auteur s'y applique à faire comprendre la vraye idée les Chrétiens doivent avoir de la mott, & s'efforce de lever tous les voiles qui empêchent d'en connoître le bonheur,&il le fait par des voyés d'autant plus feures qu'il les reduit toutes aux demandes que JESUS-CHRIST nous a ordonné de faire à son Pere dans l'Oraifon que nous recitons tous les jours pour demander ce qui nous eft le plus neceffaire. C'est le jugement que nous avons porté de ce Livre, aprés l'avoir lû fort exactement, fans y avoir rien trouvé que de tres-orthodoxe. A Paris ce feiziéme Aoust 1688.

PH. Du Bois.

DE RIVIERE.

L. ELLIS DU PIN.

AUTRE APPROBATION, des Docteurs de Sorbonne.

L

Es maîtres de la vie fpirituelle ont

cru qu'il étoit trés avantageux aux Chrétiens, de choisir certains temps de l'année pour fe retirer de l'embaras & du commerce du monde, afin de penTer ferieulement à leur fanctification en tenant pendant quelques jours leurs ▸ ames libres & dégagées de toutes fortes d'affaires, pour ne l'appliquer qu'à l'oraison, à la priere, à la lecture des faints Livres & à fe reffouvenir de leurs fautes dans l'amertume de leur cœur. C'est pour cela qu'ils leur ont recommandé avec tant d'empreffement la pratique des retraittes. Ils n'ont pas prétendu en cela établie leur propre devotion, mais uniquement celle du Seigneur, qui dic aux Fiddles dans le 26. chap. d'Ifaïe: Allex, mon peuple, entrez dans le fecret de vôtre chambre fermez vos portes fur yous, & tenezvous un peu caché pour un moment juf qu'à ce que la colere foit paffee: car le

« PreviousContinue »