Page images
PDF
EPUB

sées dans le conseil des souverains, que la puissance de l'empereur d'Autriche va réunir à Rome.

ANGLETERRE. Si l'on veut jeter un coup d'oeil sur cette puissance, ce n'est pas chez elle qu'il faut l'examiner en ce moment. L'insurrectiou des matelots de Northfields est apaisée ; l'Irlande se pacifie, et , jusqu'à la prochaine réunion du parlement, qui promet un spectacle intéressant, il faut chercher l'Angleterre hors de son île ; il faut la voir sur les côtes de la mer du Nord , de la Mediterranée et de l'Adriatique , à la Spezzia , à Gênes, à Caprée, à Viareggio, à Ancône, à Cattaro, dans les îles ioniennes.

Des ingénieurs anglais tracent à Gênes de nouvelles fortifications, et deux mille ouvriers anglais exécutent leurs ordres. Des commissaires anglais levent des plans à Sarzane, et y construisent une ligne d'ouvrages militaires ; d'autres commissaires anglais pressent les travaux de la Spezzia ; et si les Autrichiens avaient voulu y consentir , deux mille Anglais seraient entrés dans Alexandrie. Doit-on s'étonner après cela que le traité de paix ait été annoncé à Londres par les salves répétées du canon de la Tour ?

INTÉRIEUR. Ce traité a dû faire éprouver à la France des sentimens bien différens; et il a été reçu par la nation, comme par ses représentans, avec douleur, mais sans découragement. Un roi de France, a dit notre auguste monarque, ne doit jamais désespérer des Français , et les Français ne doivent jamais désespérer. Nous avons quelquefois abusé du succès.de nos armes. Consolons-nous de nos pertes, et puisse notre exemple apprendre à tous les peuples que la modération dans la victoire est la plus sage de toutes les politiques.

DE L'IMPRIMERIE DU MERCURE, RUE DE RACINE,

No. 6.

ROYA )

[ocr errors]

LIBRE

MERCURE

SEINE

DE FRANCE.

AVIS ESSENTIEL. Les personnes dont l'abonnement est expiré, sont invitées à le renouveler, si elles ne veulent point éprouver d'interruption dans l'envoi des numéros.

Le prix de l'abonnement est de 14 fr. pour trois mois , 27 fr. pour six mois, et 50 fr. pour l'année. - On ne peut souscrire que du 1er. de chaque mois. On est prié d'indiquer le numéro de la dernière quittance, et de donner l'adresse bien exactement , et surtout très-lisible. - Les lettres, livres, gravures, etc., doivent être adressés, francs de port, à l'administration du MERCURE , rue Mazarine , no. 30.

[ocr errors][merged small][merged small]

Pourqaoi me menacer de votre heure suprême ,

O vous que j'aime uniquement ?
Les dieux ne veulent pas, je ne veux pas moi-mêm.
Que ce qni vous est cher vous survive un moment.

Si, de vos jours, la parque osant couper la trame,

File encor les miens sans pitié,
Que deviendrai-je , hélas ! moi, dont vous étiez l’Amo,
Moi, qui ne suis de vous que la moindre moitié ?

Non, je fais le serment , et vous savez , Mécène ,

Que jamais je ne jure en vain ;
Je jare , en quelque lieu que le sort vous entraîne ,
Avec vous aussitôt de me mettre en chemin.

Nous partirons tous deux pour ce falal voyage

Qui n'a ni terme ni retour :
Nous irons, nous irons sur ce sombre rivage,
Deruier cffroi de l'homme, et son dernier séjour.

[merged small][ocr errors]

Je ne sais sous quel signe ou propice ou perfide

J'ai reçu la clarté des cieux :
Mais il faut qu'à nos jours le même astre preside,
Puisque le même sort nous gouverne tous deux.
Le vieillard dont la faux aussi prompte que l'aile

Moissonne la vie en courant ,
Vous menaçait déjà de son arme cruelle,
El lout le peuple en pleurs vous croyait expirant,

De voas , de vos vertus, Jupiter idolâtre

Désarma son père inhumain ;
El le people applaudit, lorsqu'aux jeux du théâtre
Il vous vit reparaître avec un front sercin,

Un arbre qai tombait allait frapper ma tête :

Faune, qui protège mes chants ,
Vole au-devant da ronp, le détourne, l'arrête ;
Et je puis être encor le poëte des champs.

Par le secours des dieux, échappés à la lombe,

Payons-les d'un colte constant :
A Japiter, Mécène, immole une hecatombe ;
Faune aura ma brebis que je chérissais tant.

P.

[ocr errors][merged small]

D'une taille arrondie
A mes yeux vainement ta voiles les trésors :
Il semble que l'Amour, par de nouveaux efforte ,
A chaque instant redouble mes transports.
Je t'en sopphe,

1
Rends-moi, Délie,
Moins amoureux
Ou plus heureux

P.

[ocr errors][merged small][merged small]

Ulysse a parcouru toat l'antique univers,
Vaincu l'attrait des coors, trompé l'écueil des mers;
Pour revoir son Ithaque , il affronte , intrépide,
Les présens de Circé, les terreurs de Charybde :
Sa constance héroïqae a fatigué le sort;
Vivant, il est sorti des gouffres de la mort.

Il aborde, endormi , son ile fagitive :
Le soage accoutumé de sa douleur pensive
Offre à son souvenir la terre des aïeux ,
Les parfums d'orangers , l'éclat pur de ses cieux.
Un écueil vient frapper sa barque abandonnée.
Ithaque !.... se découvre à sa vue clopnée ;
Des rochers noirs et nos , d'infertiles sillons ,
De pâles oliviers hattos des aquilons.
Il descend sar la rive , il soupire, il s'écrie :
« Espoir trompé dix ans , voilà donc la patrię! »

[ocr errors]

wwwmm

[ocr errors]

LE SAVANT.
Hcoreox favori de Neptune ,

Le marchand , Barême nouveau ,
A ses calculs asservit la fortune.
L'avocat vend ses discours au barreag;

Le vil bistrion, ses grimaces :

Le soldat pille les vaincus;
Les grands , par intérêt, vous accordent des places ;

Le financier dort près de ses écus;
Et le savant modeste , à son pays utile ,
Lorsqu'il en fait la gloire, au milieu des besoing

Expire , et, pour prix de ses soins ,
Ne cueille qu'un laurier stérile.

ÉPIGRAMME.
Poar être original se fait-on novateur ?
Maudit soit ce pesant et singulier auteur,
Qui, par

de longs efforts, péniblement rassemble Des mots barlant d'effroi de se trouver ensemble!

[ocr errors][merged small]

nouummm

QUATRAIN.
Rien n'est permanent sur la terre;
Tout commcnce, tout doit finir :
Puisque la mort est nécessaire,
Il faut donc apprendre à mourir.

« PreviousContinue »