Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]
[ocr errors][merged small]

Idées innées dont je ne puis concevoir la dépendance avec le Corps, à moins que de confondre la nature du Corps avec celle de l'Esprit.

La préoccupation , où je suis depuis longtemps, m'a peut-être empêché de me rendre à votre opinion, & m'attache trop à mon sens. Mais je suis persuadé qu'on trouvera dans les trois écars que je viens d'observer , tout ce qui se passe dans l'Homme. Par là on explique aisément les prééminences de l'Ame , & ses assujetissemens au Corps ; la grandeur & la bassesse de l'Homme; la force , ses foiblesses ; ses penchans, les contrarierez ; ses vices, ses vertus.

Mais après tout c'est à vous qu'il appartient de m'instruire. Vous m'apprendrez à quoi je dois m'en tenir, & vous n'éclaircirez , si je ne vous ai pas bien entendu. Vous penetrez mieux que moi tout ce qui regarde la nature de l'Efprit, & vous en avez toujours parlé très-dignement. Il vous sera aisé de lever mes scrupules sur quelques-unes de vos expressions, si j'ai bien-tôt le bonheur de vous voir, comme je l'espere. Je rappelle souvent en ma memoire ces agréables soirées, où j'étois si content de vous entendre philosopher en presence de M. le Duc de Nevers, de M. le Duc de Vivonne , & de votre cher Ami & le mien M. le President de Donneville. Quoique la fortune nous ait presque toujours separez, mon Esprit est demeuré attaché au vôtre ; j'ai toujours

[merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]

298

LETTRE A M. REGIS. admiré dans vos Ecrits cette force, cette clarté & cette fagesse qui les rendent fi recommandables. J'ai rempli au moins par mes desirs les devoirs de cette amitié que

I'amour commun de la Philosophie nourrit dans les cours touchez du veritable bien.

Magnum eft amicitiæ vinculum Studiorum fimilitudo.

Ou si vous ne vouliez pas me recevoir comme votre Compagnon dans ce noble travail, ne laissez pas de m'aimer comme votre Disciple, & foyez sûr de la déference & de la docilité d'un homme qui vous honore avec passion.

[ocr errors][merged small]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]

Τ Α Β L Ε.
T

[ocr errors]

D

IO

[ocr errors]

LIVRE P R E M I E R.
ES Philosophes,

Page 1
De l'Origine du Monde,
De l'Esprit & du Corps,

14 De Dieu,

23 Réfléxions generales sur la Matiere & sur le Mouvement,

35 Des Proprietez de la Matiere,

40 Des Loix du Mouvement,

SI

D. ad

LIVRE SECOND.

D

[ocr errors]
[ocr errors]

ES Elemens,

59 De la Stru{ture de l'Univers,

75 Du Soleil , des Planettes, du Firmament, 86 De la Pesanteur & de la Legereté ; Du Flux Reflux de la Mer,

106 De la Matiere subtile,

· 113 Des Mouvemens particuliers ,

116 Des Saisons, Réfléxion sur l'Ordre de la Durée du Monde, 126

[ocr errors]
[ocr errors][merged small]

D

[ocr errors]

ES Objets "sensibles en general,

De la Dureté & de la Liquidité,
De la Chaleur en de la Froideur,
Des Saveurs,
Des Odeurs,
Du Son,
De la Lumiere,
Des Couleurs,
Du Transparent & de l'Opaque,
Réflexion,

129 134 143 157 164 171 176

miere ,

184

193 196

[ocr errors][merged small][ocr errors]

D

210

220

LIVRE QUATRIE'ME.
ES Sensations en General,

199 De l'Oüie, Considerations sur l'Oüie,

214 De la Vue, Considerations sur la Vue',

230 Des Miroirs et des Lunettes,

235 Du Siege des Sensations,

241 Réflexions sur les Idées,

255 De l'Union es de la Distinction de l'Ame & du Corps,

265 Lettre de M. l'Abbé Geneft à M. Regis, 279

Fin de la Table.

[ocr errors]

APPROBATIO N. ’Ai lû

par

l'ordre de Monseigneur le Chancelier les Oeuvres de Monsieur l'Abbé Genest, dont une grande partie a déja été reçûe du Public avec applaudissement ; & j'ai cru qu'un Recueil complet de tant d'excellens Ouvrages feroit honneur à notre Siecle. Fait à Paris ce vingt-deuxiéme de Septembre 1715.

Signé, FRAGUIER.

[ocr errors][merged small]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

OUIS
par grace
de Dieu, Roy

de France & de Navarre : A nos amez & feaux Conseillers les Gens tenans nos Cours de Parlement, Maîtres des Requestes ordinaires de notre Hôtel , Grand Conseil, Prevôt de Paris, Baillifs , Senechaux, leurs Lieutenans Civils & autres nos Justiciers qu'il appartiendra:Salut. Notre bien amé le sieur Abbé GENEST, Aumônier ordinaire de notre très-chere Tante Madame la Duchelle d'Orleans, Abbé de Saint Vilmer , & l'un des Quarante de notre Academie Françoise ; Nous ayant

; fait exposer qu'il souhaiteroit faire imprimer des Ouvrages en Profe co en Vers de sa Composition, qui sont imprimez & à imprimer , & donner au Public , s'il Nous plaisoit lui accorder nos Lettres de Privilege sur

[ocr errors]
[ocr errors]
« PreviousContinue »