Page images
PDF
EPUB

si fatali alla Religione, e che perciò si era determinato egli pure ad ammettere l'articolo, e sottoscriverlo tal quale, aggiungendo che se io avessi creduto che la loro sottoscrizione senza la mia non potesse aver luogo, essi non mi nascondevano che si sarebbero trovati nella necessità di protestare almeno la loro adesione, e cosi garantirsi dalla responsabilità delle consequenze della rottura, che anderebbe a succedere.

Non potrei esprimere la impressione che in me fece questa loro dichiarazione, e il vedermi così lasciato solo nella battaglia. Ma ce ciò mi sorprese, e mi addolorò al sommo, non però mi avvili, nè mi scosse dal mio proposito. Dopo aver procurato inutilmente di persuadere l'uno, e l'altro, vedendo che le mie ragioni non avevano presso di loro tanto peso

da stare nella bilancia al pari delle conseguenze che li spaventavano, finii

per

dire che non essendo io persuaso delle ragioni loro, non potevo arrendermi, e che mi sarei battuto solo nel congresso, pregandoli però di riserbare soltanto al termine del medesimo la protesta della loro adesione all'articolo, se non riescendo di conciliare la cosa si fosse nella necessità di rompere, al che io, piuttosto che tradire ciò che nella mia opinione credevo mio dovere, nell'estremo caso, benchè con vivo dolore, ero risolutissimo. Essi lo promisero, anzi dissero che fino al termine non avrebbero lasciato di appoggiare le mie ragioni, benchè non volessero poi persisterci fino al punto della rottura.

rage d'assumer la responsabilité de conséquences fatales à la religion et qu'il était résolu à admettre l'article et à le signer tel quel, (Spina) ajoutait encore que, si je jugeais que leur signature ne pût se donner sans la mienne ils ne me cachaient pas qu'ils se voyaient dans la nécessité de protester de leur adhésion, et de se garantir par là de toute responsabilité des conséquences de la rupture, si elle devait avoir lieu.

Je ne puis exprimer l'impression que me firent et cette déclaration et l'idée de me savoir abandonné seul dans le combat. Mais si cela me surprit et chagrina à l'excès, cela ne m'abattit pas toutefois et ne m'ébranla point dans ma résolution. Après avoir inutilement essayé de les persuader l'un et l'autre, m'apercevant que mes raisons n'avaient pas, dans leur balance, de poids à l'égal des résultats qui les épouvantaient, je finis par dire que n'étant pas, moi, persuadé par leurs raisons, je ne pouvais m'y rendre et que je lutterais tout seul dans la conférence; que je les priais simplement de renvoyer à la fin l'annonce de leur adhésion à cet article, si, ne parvenant pas à arranger les choses, on était forcé de rompre. Ce a quoi

Si andò dunque al congresso nella casa del Fratello del Primo Console, e fù alle ore 12 in punto, nel mezzogiorno, che incominciò la sessione. Se questa non fù tanto lunga quanto la prima, non fù però certamente breve, essendo durata 12 ore intiere, avendo avuto fine in punto alle 12, nella mezzanotte. Almeno u ore furono impiegate nella discussione di quel fatale articolo.....

j'étais résolu en cas extrême, quoique avec une vive douleur plutôt que de trahir ce qui dans mon opinion était de mon rigoureux devoir. Ils le promirent et de plus m'affirmèrent qu'il ne laisseraient pas d'appuyer mes raisons jusqu'au bout quoiqu'ils ne voulussent pas y persister au moment d'une rupture.

On se réunit donc à l'hôtel du frère du Premier consul, et la discussion commença à midi précis. Si cette séance ne fut pas aussi longue que la première, assurément elle ne fût pas courte. Elle dura douze heures consécutives, car elle se termina juste au coup de minuit.

Onze heures pour le moins furent consacrées à la discussion de ce fatal article.....

TABLE DES MATIÈRES

DÉDICACE.

1

CHAPITRE PREMIER.

LES DÉBUTS DE LA NÉGOCIATION

Importance du sujet et documents récents. Une vieille
lettre inédite. Sentiments de Pie VII en la recevant.
Spina choisi pour négociateur. – La négociation transportée
à Paris. Efforts de Louis XVIII

pour
l'entraver.

État
d'âme des gallicans. Châtiment du gallicanisme.

I

[blocks in formation]

Arrivée des prélats romains à Paris et leur vie. Au-
dience du Premier Consul. Pourquoi Bonaparte voulait-il
le Concordat ? Jugements opposés sur sa religion.
Bonaparte dans la chaire chrétienne, Ce qu'on peut savoir
de ses sentiments réels Les conseillers religieux de Bona-
parte. - Talleyrand. - Son hostilité persistante et puissante
contre le Concordat. Grégoire. La constitution civile
du clergé. Influence des schismatiques et leur rôle dans
la négociation. — M. de Pontchartrain ministre des cultes.

25

CHAPITRE III.

LES NÉGOCIATEURS ET LES PREMIÈRES

DISCUSSIONS

L'abbé Bernier. Son rôle dans la guerre de Vendée.
Accusations violentes dont il est l'objet. Son rôle dans
la négociation religieuse. - Instructions de Spina. -- Réserve
qui lui est commandée. Opinion de Rome sur les demandes
contenues dans la lettre de Martiniana. L'ancien clergé de

CHAPITRE IV.

ÉCHEC

LES PREMIERS PROJETS.

DE SPINA

-

Propositions du Premier Consul relatives aux biens
d'Eglise qui étaient devenus biens nationaux. Origine et
raison d'être de la propriété ecclésiastique. — Injustice et
conséquences funestes de la spoliation. – Dispositions conci-
liantes de Rome. Utilité d'une entente future. Un capi-
tole bien gardé. Réduction du nombre des évêchés.

- Les
petites villes épiscopales d'autrefois. — D'un excès à l'autre.
Evêchés non concordataires. La nomination aux évêchés.

Condition absolue mise par Rome au droit de patronage.
– La promesse de fidélité. Les quatre premiers projets.

Le cinquième, ouvre du Premier Consul, amène la reprise

des relations diplomatiques avec Rome et la nomination de

Cacault. La diplomatie française à Rome depuis un siècle.

CHAPITRE V.

L'ULTIMATUM ET LE DÉPART

DE CONSALVI POUR PARIS

CHAPITRE VI. LA SIGNATURE

Effets de la colère du Premier Consul.

Bernier pa-
triarche. Affaire de Fournier. Pression sur Spina.
Arrivée de Consalvi. Son audience. Commérages.
Discussions entre Consalvi et Bernier. Modifications appor-
tées au projet romain. — Pression sur Consalvi. – Habileté
du cardinal. — Concessions qu'il obtient. Ses espérances.

Sa déception. Journées 14 et du 15 juillet. - Con-

troverse entre M. d'Haussonville et le P. Theiner. Erreur
de Consalvi refutée

par

lui-même. Scène du diner.
signature. ..

La

197

CHAPITRE VII.

LA RATIFICATION ET LES ADDITIONS.

CONCLUSION

Comparaison matrimoniale. Les constitutionnels et les
Articles Organiques. La Convention examinée à Rome.
Les théologiens et les diplomates dans l'Eglise. - Opposi-
tion contre Consalvi, Les votants et les votes. Le cardi-
nal Antonelli. Absence de Maury. La ratification est
décidée. Discussions sur la formule. Actes complé-
mentaires. La Bulle et les Brefs. Envoi d'un légat à
Paris. La ratification à Paris. Lune de miel. Diners
et cadeaux. — Texte de la Convention. - Appréciation de la
Convention. Additions ultérieures et subreptices. Ap-
préciation des Articles Organiques. Les ennemis du Con-
cordat. - L'avenir du Concordat.

264

APPENDICES ET PIÈCES JUSTIFICATIVES

1. La casuistique du Concordat. Demande d'un jeune
homme qui a été ordonné prêtre malgré lui par un évêque
schismatique.

341
II. Sur la religion du Premier Consul.

346
III. Sur le mariage et sur la mort de M. de Talleyrand. . 347

IV. Extrait des Mémoires de Consalvi sur le Concordat
(Texte et traduction). - L'incident de la signature et l'alerte
du diner

355

[blocks in formation]
« PreviousContinue »