Oeuvres primitives de Fréderic II, roi de Prusse; ou, Collection des ouvrages qu'il publia pendant son règne, Volumes 5-6

Front Cover
Aux dépens des associés, 1805
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 145 - Aucune, répondit le maréchal; mais ce qui m'embarrasse, Sire, c'est que je ne sais ce que nous ferons de cette Moravie.» Le Roi lui proposa de la donner à la Saxe, pour attirer par cet appât le roi de Pologne dans la grande alliance : le maréchal trouva l'idée admirable, et l'exécuta dans la suite.
Page 8 - ... qui ont été attachés à la cour, ou qui ont eu la permission des souverains de fouiller dans les archives, tels que le sage président de Thou, Philippe de domines, Vargas, fiscal du concile de Trente, mademoiselle d'Orléans...
Page 120 - Il n'ya qu'une seule méthode à suivre pour prendre ce royaume. Aucun général ne commit plus de fautes que n'en fit le Roi dans cette campagne. La première fut certainement de ne s'être pas pourvu de magasins assez considérables pour se soutenir au moins six mois en Bohème.
Page 14 - La parole d'un particulier n'entraîne que le malheur d'un seul homme, celle des souverains des calamités générales pour des nations entières. Ceci se réduit à cette question : vautil mieux que le peuple périsse ou que le prince rompe son traité?
Page 74 - La nation turque a naturellement de l'esprit; c'est l'ignorance qui l'abrutit : elle est brave sans art; elle ne connaît rien à la police, sa politique est encore plus pitoyable. Le dogme de la fatalité, qui chez elle a beaucoup de créance, fait qu'ils rejettent la cause de tous leurs malheurs sur Dieu, et qu'ils ne se corrigent jamais de leurs fautes. La ville de Constantinople contient deux millions d'habitants.
Page 17 - Ajoutons encore que plus les troupes sont aventurées dans des pays lointains, plus elles craignent qu'on ne leur coupe la retraite, ou qu'on ne la leur rende difficile. Je...
Page 27 - On a sans doute lieu d'être surpris en trouvant la fin du règne de Charles VI si inférieure à l'éclat qu'il jeta à son commencement. La cause des infortunes de ce prince ne doit s'attribuer qu'à la perte du prince Eugène. Après la mort de ce grand homme, il n'y eut personne pour le remplacer. L'État manqua de nerf, et tomba dans la langueur et dans le dépérissement.
Page 43 - Il avait obtenu par un bref du pape le droit d'avoir un patriarche, et par un autre bref, de dire la messe, à la consécration près. Ses plaisirs...
Page 21 - ... entreprendre lorsqu'elle eft favorable ; mais de ne point la forcer en abandonnant tout au hazard. Il ya des momens qui demandent qu'on mette toute fon activité en jeu pour en profiter; mais il y en a d'autres où la prudence veut qu'on refte dans; l
Page 18 - Danemark s'anime, s'agite et se calme, la Saxe change deux fois de parti ; elle ne gagne rien ni avec les uns ni avec les autres, sinon qu'elle attire les Prussiens dans ses États et qu'elle se ruine.

Bibliographic information