Page images
PDF
EPUB

la dégradation civique, tout officier de police judiciaire, tous procureurs-généraux ou impériaux, tous substituts, tous juges, qui auront provoqué, donné ou signé un jugement, une ordonnance ou un mandat tendant à la poursuite personnelle ou aợcusation, soit d'un ministre, soit d'un inembre du Sénal, du Conseil d'état ou du Corps législatif, sans les autorisations prescrites par les constitulions, ou qui, hors les cas de flagrant délit, ou de clameur publique, auront, sans les mêmes autorisations, donné ou signé l'ordre ou le mandat de saisir ou arrêter un ou plusieurs ministres, ou membres du Sénat , du Con. seil d'état ou du Corps législatif ».(C. p., art. 121.)

III. « Même peine contre ceux qui auront retenu ou fait retenir un individu hors des lieux determinés par l'administration publique, ou qui auront traduit un citoyen devant une cour d'assises ou une cour spéciale, sans qu'il ait été préalablement mis légalement en accusation ». (C.p., art. 122.)

IV. Peine encourue par ceux qui se seraient immiscés dans l'exercice du pouvoir législatif, ou qui auraient empiété sur l'autorité administrative. (C. p. , art. 127 et suiv.) Voyez Empiétement des autorités , etc., I.

V. Tout officier de justice ou de police qui se sera introduit dans le domicile d'un citoyen, hors les cas prévus par la loi, et sans les for: malités qu'elle a prescrites, sera puni d'une amende de seize francsi deuxccuts francs. (C.p., art. 184.)

VI. Peine contre celui qui aurait, sans motif légitime, usé ou fait user de violences envers les personnes , dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de ses fonctions. (C.p., art. 186. ) Voyez Violences.

VII. « Toute attaque, toute résistance avec violence et voies de fait envers les officiers ou agens de la police administrative ou judiciaire, agissant pour l'exécution des lois, des ordres ou ordonnances de l'autorité publique, des mandats de justice on jugemens, est qualifiée, selon les circonstances, crime ou délit de rebellion».(C.p., art. 209.) Voyez Rebellion.

VIII. Vo' commis en prenant le titre d'un fonctionnaire public, ou d'un officier civil et militaire, ou après avoir revêtu son uniforore ou costume, ou en alléguant un faux ordre de l'autorité civile ou militaire. (C. p., art. 381 et suiv.) Voyez Vol, III.

IX. « Si les délits de police correctionnelle dont il et parlé dans le chap. 2, lit. 2, liv. 3 du Code pénal, ont étá commis par des gardes-chainpêtres ou forestiers, ou des officiers de police, à quelque titre que ce soit, la peine d'einprisonnement sera d'un mois au moins, et d'un tiers au plus, en sus de la peine la plus forte qui serait appliquée à un autre coupable du même délit ». (C.p., art. 462.)

X. Suivant le Code d’Instruction, ils exercent leurs fonctions sous l'autorité des cours impériales. (Code d'Instruction, art. 9.) – Et sont soumis à la surveillance du procureur-impérial et du procureurgénéral: (C. d'Instruction , art. 279, 289.)

« En cas de négligence des officiers de police judiciaire, le procureur-général les avertira; cet avertissement sera consigné par

lui sur un registre tenu à cet effet ». (Code d'Inst., art. 280.)

« En cas de récidive, le procureur-général les dénoncera à la cour; sur l'autorisation de la cour, le

procureurgénéral les fera citer à la chambre du conseil; - la cour leur enjoindra d'être plus exacts à l'avenir, et les condam nera aux frais, tant de la citation que de l'expédition et de la signification de l'arrêt ». (Code d’Instr., art. 281.)

OFFICIERS PUBLICS. I. Tout officier public qui, dans l'exer: cice de ses fonctions, aura commis un faur. Voyez Faur, I; - qui délivrera un faux passe-port, une fausse feuille de route, un faux certificat. Voyez Faur, VI, VII, VIII;

II. Qui aura détruit, supprimé, soustrait ou détourné les actes ou titres dont il était dépositaire en cette qualité, ou qui lui auront été remis ou communiqués à raison de ses fonctions, sera puni des travaux forcés à temps. ( C. p., art. 173.)

III. Tous officiers publics, leurs commis ou préposés, qui se ses ront rendus coupables du crime de concussion, seront panis de la peine de la reclusion, et d'une amende. (C. p., art. 174.) Voyez Concussion, I.

IV. Peine contre tout officier public qui, soit ouvertement, soit par interposition de personnes , aura pris ou reçu quelque intérêt que ce soit dans les acies, adjudications, entreprises ou régies dont ila ou avait , au temps de l'acte , l'administration ou la surveillance. Ou qui aura pris un intérêt quelconque dans une affaire dont il était chargé d'ordonnancer le paiement, ou de faire la liquidation. ( C.p., art. 175.) Voyez Fonctionnaire, XIII.

V. Peine contre tout officier public qui aura , sans motifs légitimes, usé ou fait user de violences envers les personnes, dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de ses fonctions. (C. p., art. 186.) Voyez Violences , I.

VI. Les fonctionnaires et officiers publics qui participent à des crimes ou délits qu'ils sont chargés de surveiller ou de réprimer, doivent éprouver une aggravation de peine. (C. p., art. 198.) Voyez Functionnaires publics, XIX, Ministère public, Officiers de police.

OFFICIERS DE SANTÉ, ET EMPLOYÉS DES HÔPITAUX NILITAIRES.

Loi du 4 brumaire an 4. I. « La Convention nationale decrète, sur la proposition d'un de ses membres, que les officiers de sante ei autres employés aux hôpitaux militaires , qui quitteraient leur posie sans congé ou permission , seront assujettis aux mêmes peines que les militaires auxquels ils sont assimiles; les dispositions du présent décret seront appliquées aux officiers de santé, ainsi qu'aux autres employes des hôpitaux militaires, qui ne se rendront pas à leur poste dans le delai prescrit par les lois précédenies ».

Suivant une ordonnance du 7 mai 1808, pour Paris,

II.... « Tout homme de l'art qui, hors le cas de réquisition légale, aura administre des secours à des blessés, sera tenu d'en faire sur-le-champ sa déclaration au commissaire de police, à Paris, et au maire, dans les communes rurales, sous peine de trois cents francs d'amende ». (Edit de décembre 1666, et ordonnance de police du novembre 1788.)

» Cette déclaration contiendra les noms, prénoms, profession et demeure des blessés, la cause des blessures, leur gravile, et, autant que possible, les circonstances qui y auront donné lieu ».(Art. 6.)

« Les medecins et chirurgiens en chef des hospices, feront la même déclaration pour tous les blesses admis dans les hospices, à peine de deux cents francs d'amende». (Art. 7.)(Edit de décembre 1666.) Voyez Avortement, Médecin.

OFFRES agréées par des fonctionnaires publics de l'ordre administratit ou judiciaire, des agens ou préposés d'une administration publique. (C.p., art. 177.) Voyez Corruption, Hausse et Baisse. • OPPOSITION. « Quiconque, par des voies de fait, se sera opposé à la conlection des travaux autorisés par le Gouvernement, sera puni d'un emprisonnement de trois mois à deux aus, et d'une amende qui ne pourra exceder le quart des dommages-intérêts, ni étre au-dessous de seize francs.

» Les moteurs subiront le maximum de la peine s (C. p., art. 438.) Voyez Octrois, V; Rebellion.

OR. Voyez Matières d'or et d'argent.

ORDONNANCES. J. Ordonnances tendant à la poursuite personnelle, à l'accusation ou à l'arrestation, soit d'un ministre, soit d'un membre du Conseil d'état ou du Corps législatif, sans les autorisations requises. Voyez Officiers de police , II, III.

II. Ordonnances rendues sans autorisation du Gouvernement, contre des administrateurs, pour raison de l'exercice de leurs fonciions; ou contre des agens ou préposés du Gouvernement, prévenus de crimes ou délits dans l'exercice de leurs fonctions. (C. p., art. 123, 129. ) Voyez Empiétement, I.

III. Peine contre tout fonctionnaire, agent ou préposé du Gouvernement, qui aurait requis l'actiou de la force publique conire l'exécution des ordonnances et maodats de justice. (C.pi, art. 188 et suiv. ) Voyez Force publique, IV.

· ORDRE. I. Peine contre tout fonctionnaire public, agent ou préposé, qui aurait requis l'action de la force publique contre l'exécution d'un ordre émané de l'autorité légitime. (C. p., art. 108 et suiv.) Voyez Force publique, IV.

II. Les coupables d'arrestations illégales , exécutées avec un faux : costume, sous un faux pom, et sur un faux ordre, seront punis de mort. (C. p., art. 344.) Voyez Liberté individuelle, VII.

III. Volcommis à l'aide d'un faux ordre. (C. p., art. 381 et suiv.) Voyez Vols.

ORDRE PUBLIC. Quand est-ce que l'ordre public est censé troublé ? Quels sont les moyens de le rétablir? Voyez, au mot Garda nationale, l'arrêté du Gouvernement, du 13 floréal an 7, chap. 2.

ORDURES. Voyez Netto iement, Rivière.

ORFÈVRE. Voy. Garantie, Laminoir, Marchands, Nettoiement.

OTAGES. Voyez Prisonniers de guerre.
OUTRAGES.

Loi du 28 germinal an 6.(B. 197, n.° 1805.) Tit. XVII. — I. « Les articles 557,538 et 559 du Code des Déliis et des Peines, sont communs aux officiers, sousofficiers ou gendarmes nationaux qui, dans l'exercice de leurs fonctions, seraient outragés ou menacés par paroles, ou par gestes; le commandant peut faire saisir à l'instant Jes coupables, et les faire déposer dans la naison d'arrêt ; l'ordre qu'il donne cet effet, est conçn de la manière prescrite par l'article 71 du Code des Déliis et des Peines ». (Art. 229.)

« Lorsque les membres de la gendarmerie nationale seront menacés ou attaqués dans l'exercice de leurs fonctions, ils prononceront à haute voix : force à la lor; et à l'instant où ce cri sera entendu, tous les citoyens seront tenus de prêter main-forte à la gendarmerie nationale, tant pour repousser les attaques, que pour assurer l'execution des réquisitions et ordres legaux dont la gendaruerie nationale sera chargée». (Art. 230.)

II. Suivani le Code pénal de 1810, « Lorsqu'un ou plusieurs magistrats de l'ordre admin nistratif ou judiciaire , auront reçu dans l'exercice de leurs fonctions, ou à l'occasion de cet exercice, quelqu'outrage par paroles, tendant à inculper leur honneur ou leur délicatesse, celui qui les aura ainsi outragés sera puni d'un emprisonnement d'un mois à deux ans.

» Si l'outrage a eu lieu à l'audience d'une cour ou d'us tribunal, l'emprisonnement sera de deux à cinq ans. (C. p., art. 222.) Voyez ci-après, n.o IV.

« L'outrage fait par gestes ou menaces, à un magistrai dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de ses functions, sera puni d'un mois à six mois d'emprisonnement; et si l'outrage a eu lieu à l'audience d'une cour ou d'un tribenal, il sera puni d'un emprisonnement d'un mois à deur ans ». (C. p., art. 223.) Voyez ci-après, n.o IV.

III. « L'outrage fait par paroles, gestes ou menaces, i tout officier ministeriel ou agent depositaire de la force publique, dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de ses fonctions, sera puni d'une amende de seize francs a deux cents francs ». (C.p., art. 224.)

« La peine sera de six jours à un mois d'emprisoare ment, si l'outrage mentionné en l'article precedent, a é dirigé contre un commandant de la force publique ». (C.p., art. 225.)

IV. « Dans le cas des articles 222, 223 et 225, l'eterseur pourra étre, outre l'emprisonnement, condamné. ure réparation, soit à la première audience, soit pas ecrii, ef le temps de l'emprisonnement prononce contre lui =sera compte qu'à dater du jour où la reparation aura ? lieu ». (C.p., art. 226.)

V. « Dans le cas de l'article 224, l'offenseur pourrace même, outre l'amende, étre condamné à faire reparti

« PreviousContinue »