Page images
PDF
EPUB
[ocr errors][ocr errors][merged small]

INTRODUCTION

429280

SOMMAIRE DE L'INTRODUCTION.

Les relations de l'État et des Églises peuvent être fondées :

sur l’union absolue de l'État avec une Église (régime de l'autorité, ou de la religion d'État); ou sur la séparation absolue de l'État et des Églises (régime de la liberté); ou sur un système de ménagements et de concessions réciproques entre l'État et les diverses Églises (les cultes reconnus, salariés, protégés, et, dans une certaine mesure, surveillé

par l'État).

Le régime des religions d'État est incompatible avec la liberté

de conscience et avec toutes les libertés. Le régime de la séparation absolue n'est désirable et possible que dans un État entièrement libre.

Les concordats, dans le régime mixte, doivent surmonter des

difficultés de trois sortes : les unes tiennent aux conditions matérielles du culte (édifices religieux, budgets des cultes); les autres, aux rapports du culte avec les principales circonstances de la vie (naissance, mariage, éducation, décès); les autres enfin, à la nature du dogme, et à la constitution

de la hiérarchie dans les diverses Églises. La paix religieuse ne peut résulter uniquement de la loi. Elle

n'est solide et durable que quand, par le progrès de la philosophie, la tolérance est entrée dans les meurs et les habitudes d'un peuple.

« PreviousContinue »