Page images
PDF
EPUB

ENCYCLOPÉDIQUE,

OU

ANALYSE RAISONNÉE

DES PRODUCTIONS LES PLUS REMARQUABLES

DANS LES SCIENCES, LES ARTS INDUSTRIELS, LA LITTÉRATURE

ET LES BEAUX-ARTS;

PAR UNE RÉUNION

DE MEMBRES DE L'INSTITUT,

ET D'AUTRES HOMMES DE LETTRES.

TOME XLIX.

PARIS,

AU BUREAU CENTRAL DE LA REVUE ENCYCLOPÉDIQUE,
ET CHEZ SÉDILLOT, LIBRAIRE, Rue de l'odion, No 30;

JANVIER-MARS 1831.

[ocr errors]

PUBLIC LIBRARY

ASTOR, LENOX AND
TILDEK FOUNDATIONS

Toutes les sciences sont les rameaux d'une même tige.

BACON.

« L'art n'est autre chose que le contrôle et le registre des meilleures productions... A contrôler les productions (et les actions) d'un chacun, il s'engendre envie des bonnes et mépris des mauvaises. »

MONTAIGNE.

4

Les belles-lettres et les sciences, bien étudiées et bien comprises, sont des instrumens universels de raison, de vertu, de bonheur. »

[merged small][ocr errors][merged small][merged small]

DANS LA LITTÉRATURE, LES SCIENCES ET LES ARTS.

I. MÉMOIRES, NOTICES,
LETTRES ET MÉLANGES.

VUES GÉNÉRALES

SUR NOTRE PLAN ET NOTRE BUT.

(JANVIER 1831.)

La REVUE ENCYCLOPÉDIQUE vient d'accomplir sa DoUZIÈME ANNÉE. Depuis douze ans, elle lutte avec énergie, avec persévérance, avec désintéressement et dévoûment, pour la cause des lumières et de la civilisation : elle stipule constamment pour les intérêts des peuples et de l'humanité.

La Revue Encyclopédique est venue, LA PREMIÈRE, offrir, en 1819, un point de ralliement, un moyen central de communication aux hommes généreux et éclairés de tous pays, appelés à former une sorte de sainte alliance; à

les

transporter, d'une contrée dans une autre, les institutions, les établissemens, les vues et les lumières utiles.

Par l'universalité de son plan, elle embrasse, dans ses quatre grandes divisions, tous les travaux, tous les progrès en tout genre, toutes les conceptions qui se rapportent à l'avancement social, moral et intellectuel des hommes.

1o. Des MÉMOIRES, des NOTICES, des dissertations sur des objets de bien public, traités à priori par des écrivains habiles, par de grands publicistes, par des moralistes, des savans, des littérateurs, des artistes, appelés à remplir la sainte mission d'instruire les hommes;

2o. Des ANALYSES étendues et raisonnées d'ouvrages importans sur les différentes branches de nos connaissances, faites pour introduire successivement les lecteurs dans toutes les sphères où peuvent s'exercer l'intelligence, l'industrie et l'activité;

[ocr errors]

3o. Des ANNONCES BIBLIOGRAPHIQUES, rapides, abrégées, substantielles, de la plupart des productions nouvelles, scientifiques et littéraires, publiées en diverses langues et chez toutes les nations, classées par pays, propres à faire connaître la tendance donnée à chaque littérature nationale, à faire comparer entre elles les différentes littératures et à faire bien saisir leurs caractères distinctifs ;

4. Des NOUVELLES de toutes les contrées du globe, relatives aux sciences, à l'industrie, aux lettres, aux antiquités, aux théâtres, aux beaux-arts et à tout ce qui intéresse la civilisation; aux Sociétés savantes, littéraires, philosophiques, philantropiques et à leurs travaux ; des NOTICES NÉCROLOGIQUES sur les hommes distingués et utiles, dans toutes les carrières, dans tous les pays, dont la famille humaine, qu'ils ont servie et honorée, doit recueillir les actions ou les ouvrages, conserver les noms et la mémoire; noble et touchant hommage de reconnaissance, qui est à la fois une dette sacrée, un acte de moralité et de justice :

Tels sont, dans un cadre très-resserré, les objets variés à

[ocr errors]

l'infini que comprend le plan de notre Revue Encyclopédique.

Elle a éveillé partout de vives et profondes sympathies. On n'a point voulu rapetisser par un nom propre une grande institution, féconde en résultats utiles, qui réunit dans un fond commun tous les trésors de l'intelligence humaine, et fait participer toutes les nations aux richesses intellectuelles qui sont propres à chacune d'elles. C'est au nom d'une réunion de membres de l'Institut de France, et d'autres savans et hommes de lettres, que ce Recueil est publié il est le domaine commun de tous les peuples, de tous les hommes de bien.

Chaque nation civilisée figure tour à tour dans ces Annales de la civilisation progressive et comparée.

L'homme instruit puise dans ce vaste répertoire de nombreux matériaux pour ajouter à son instruction.

L'homme du monde y parcourt rapidement tous les pays, toutes les sciences, et prend une idée sommaire des principaux faits qui caractérisent le mouvement de l'esprit humain.

Le jeune homme, témoin de l'activité et des efforts par lesquels les sociétés tendent à augmenter leur puissance sur la nature, à améliorer la condition de l'homme sur la terre, est saisi d'une émulation généreuse, pour se rendre capable d'imiter de nobles exemples: il ne veut pas que la génération dont il fait partie reste inutile et impuissante.

Les femmes elles-mêmes, habituées en général à des lectures frivoles, trouvent une foule de pages qui les instruisent, les attachént, les intéressent: elles se félicitent qu'on ait pu mettre à la portée des esprits même superficiels et peu cultivés des questions graves, des notions abstraites, des faits jusqu'alors relégués dans la haute région des intelligences supérieures.

La lecture de chacun des cahiers mensuels de la Revue Encyclopédique est comme un voyage d'observation, qui ne laisse aucune place au dégoût ni à l'ennui, tant les objets qui se succèdent sont diversifiés et instructifs. Jamais l'at

« PreviousContinue »