Page images
PDF
EPUB

se quitter provoqua-t-elle, de part et d'autre, les regrets les plus sincères. Le gouvernement sarde consola Saint-Julien en le faisant succéder au rôle que Carouge avait rempli, au siècle précédent, comme chef-lieu de province. Cette dernière ville conservait pour le moment des sympathies napoléoniennes. Lancy, le séjour de Pictet, témoigna sa satisfaction par une adresse spéciale. Il y eut moins d'empressement chez les autres communes savoyardes, qui venaient à peine de rentrer sous l'obédience de leur dynastie nationale et où les troupes piémontaises qui les occupaient avaient été en dispute continuelle avec leurs voisins genevois. Leur clergé surtout répugnait de se soumettre derechef aux lois civiles françaises, dont il avait espéré être débarrassé une fois pour toutes ; de nouveaux regrets éclatérent lorsque leurs paroisses furent détachées du diocèse de Chambéry pour être réunies à l'évêché de Lausanne-Genève-Fribourg. Il fallut tout le tact patriotique du prélat suisse et des dignitaires ecclésiastiques, fribourgeois et soleurois, qui l'assistèrent dans cette opération pour mener les choses à bien. Il n'est que juste d'ajouter qu'à défaut des curés, les principaux représentants laïques de la nouvelle population genevoise les secondèrent de leur mieux.

On voit par ce qui précède que l'organisation de la Suisse moderne ne fut pas exempte de déceptions et de mécomptes partiels. Mais il y en aurait eu cent fois plus si l'on était rentré dans les anciens errements, ou si l'on avait voulu faire d'emblée une part plus large aux principes dont il fallait avant tout réparer les écarts. Dans la grande cuvre de la restauration européenne, la restauration de la Suisse et de Genève fut peut-être à la fois la plus compliquée et la mieux réussie; au moins est-ce la seule qui soit restée intacte jusqu'à ce jour. C'est donc un honneur pour le plus jeune membre de la Confédération d'avoir fourni, même avant d'être agrégé, l'homme éminent à qui en revient le principal mérite. Et ce mérite était accompagné de trop de modestie et de désintéressement pour ne pas être alors universellement reconnu: 1 la patrie genevoise décerna à Pictet de Rochemont le titre de conseiller d'Etat honoraire, la patrie suisse un diplôme d'éloges et de reconnaissance non moins exceptionnel dans son genre. Enfin le nouveau canton voulut encore étendre sa gratitude républicaine aux souverains, aux hommes d'Etat ou de guerre, étrangers ou suisses, qui s'étaient intéressés le plus activement à ses destinées, en leur conférant la qualité de citoyen de Genève. La distinction et la diversité du choix, les déclarations contenues encore dans les correspondances échangées à ce propos, les hôtes illustres que notre ville vit affluer dans ses murs, tout achève de démontrer ce qui ressort d'ailleurs de l'ensemble des faits relatifs à la restauration genevoise: que ce n'est pas « à un amas de maisons situées à l'extrémité du Léman, ) ni même seulement à un membre nécessaire à la Confédération suisse, que les puissances, en reconstituant l'Europe, ont entendu donner un territoire et une existence propre; mais qu'elles ont voulu assurer l'indépendance d'une nationalité distincte, engagée par son passé à fournir une tâche utile dans l'équilibre européen et pour le bien de l'humanité. Puissions-nous ne jamais l'oublier!

i On ne saurait qu'applaudir à l'usage adopté chez nous, comme ailleurs, de donner aux rues et aux places nouvelles de notre ville les noms de citoyens qui, à un titre quelconque, ont bien mérité de la patrie, — à condition, toutefois, de restreindre cette nomenclature biographique aux quartiers neufs, et de ne pas enlever aux anciens leurs vieux noms historiques, pour les affubler d'appellations modernes, avec lesquelles ils n'ont aucune relation possible. Mais, en présence de la liste, déjà si étendue, de personnages plus ou moins genevois ou célèbres, ressuscités de cette façon, l'absence de Pictet de Rochemont rappelle trop bien certaine réflexion de Tacite, pour que notre remarque puisse être considérée comme une réclame de famille, pour laquelle nous n'aurions d'ailleurs aucun droit.

TABLE DES MATIÈRES

Chapitre V, p. 1-155. Appréciation du traité de 1798 et de la

période de la réunion de Genève à la France; conditions éco-

nomiques, sociales, militaires, etc.; le département du Léman et

ses trois arrondissements, 1-5, 10-11, 23-24, 37-39, 55. Partici-

pation ou abstention des Genevois à l'administration; la société

genevoise de l'époque, 4-11, 26, 28, 34-37, 46-48, 50, 53, 57,

60-63, 71-78, 93-94, 146-153. Affaires locales: changement de

calendrier, fêtes républicaines, le décadi; théâtre, cercles,

dénûment municipal, les prisons, fortifications, voirie, etc., la

Société des arts, fabriques; introduction de la vaccine, 7-8,

11, 19, 21-25,27-29, 33-36, 47-48, 51-53, 61, 71, 79, 83, 85-87.

Correspondances du Directoire au sujet des émigrés,

conscrits réfractaires, déserteurs, prêtres insermentés, etc.,

5, 20-21, 25-26, 36, 40, 45, 54-56, 58-59, 73-74, 92, 114,

118. Complots, réaction, coalitions ouvrières, contrebande,

combat de douane, etc., 11-19, 20-21, 24, 25, 28-33, 36, 39-43,

48-49, 53, 57, 59-60, 80-82, 116, 125-126. Journaux, brochures

politiques, religieuses, etc., 29, 35, 57, 60, 80, 93,95, 101, 116,

125. Revers des armées françaises, 25-26, 36, 43-46, 53. Retour

de Bonaparte, l'armée de réserve, passages de troupes, vic-

toires en Allemagne et en Italie, 6, 25, 49-50, 55-60, 62-67,

68-71, 82-83. Le refuge de Préverenges et ses derniers hôtes,

8, 64-67, 76-79, 90-92, 111-113. Postes, diligences, voitures

publiques, escorte, 7, 62, 82-87. Police directoriale, enquêtes,

mesures antianglaises, 7, 19, 21-22, 27-28, 54-56, 89-90. Nou-

velles de Hambourg et d'Angleterre, service militaire anglais,

prussien et autres, 5-6, 11-14, 17-19, 41-43, 87-88, 118-124,

126-145, 150. Mort d'un pasteur genevois, 71-73. Le Con-

cordat de 1801, établissement régulier du culte romain à

Genève, église et cimetière catholiques, le Consistoire et le

clergé protestant, le nouvel évêché de Chambéry-Genève,

tableaux destinés au Musée, etc., 7, 95-111, 114, 117. Les

bourlapapaï vaudois, 115-116. Bonaparte premier consul,

[ocr errors]

complot; nommé à vie, 81-82, 113-118, 153-154. Napoléon élu

empereur, les votes dans le département du Léman, 154-155.

Chapitre VI, p. 156-363. La société genevoise sous l'empire,

156-158, 184-190, 196-199, 204-209, 212-221, 223-235, 248-

258, 262-267, 270-285, 287-292, 302, 318-320, 327-328, 332-

336, 346-362. Mission secrète d'Henry Brougham dans les

Pays-Bas pour l'abolition de la traite des nègres, 160-183,

190-196. Services militaires de France, de Prusse (consé-

quences désastreuses des batailles d'Iéna et d'Auerstedt),

d'Angleterre (bataille de Salamanca) et de Naples, 156-160,

190, 198, 208-220, 221-224, 225-227, 234-254, 257-262, 267-

275, 286, 292-308, 314-317, 321-323, 326-340, 345, 351-355,

358-360, 362-363. Complots et manifestations antibonapar-

tistes, 160 et suiv., 183, 209-210, 245, 256-257, 265-266,

272-274, 279-284, 308 et suiv., 317 et suiv., 360, 363. Mesures

et rigueurs fiscales, militaires et de police, 156-157, 171-173,

183, 206, 223-224, 231-235, 254-255, 257-258, 270-273, 276-

285, 287-289, 308, 349-350, 351-352, 360. Fêtes, honneurs,

meurs, institutions impériales : Code, l'Université, théâtres,

fabriques; mariages militaires, scurs de charité, la Société

maternelle, Frères de la doctrine chrétienne, etc., 187, 220-

224, 228-233, 262-265, 266-267, 270-272, 280-285, 287-292,

351-353, 360-362. Etablissements genevois : municipalité,

octroi, éclairage, fortifications, nouveau blason; Société éco-

nomique (velléité de partage), clergé, cercles, comités; théâ-

tre; académie, collége, bourses, fabriques, etc., 187-188, 223-

224, 227, 230-233, 262-266, 270-272, 277-284, 287-292, 351-

352, 355-362. Enquête officielle sur la fréquence à Genève

des cas de suicide et d'aliénation mentale, 346-350. Voyages,

aventures, catalepsie, dévouement, traits de courage, 160 et

suiv., 170-174, 176, 199-204, 210-213, 220-221, 225-227, 294-

308, 312, 314, 327-328. Correspondance et séjour de Madame

de Staël en Russie, à Stockholm et à Londres, 308-346.

Retraite de la grande armée, derniers efforts et chute de

l'empire, 320-363.

Chapitre VII, p. 364-487. Historique et appréciation de la res-

tauration de Genève et de son incorporation à la Suisse : le
comité et le gouvernement provisoires; les Autrichiens à Ge-
nève, la Commission centrale ; retour offensif des Français au-
tour de Genève; 364-383. La bataille de Toulouse, 383-387. Dé-
putation aux souverains alliés, première mission à Paris et
correspondance de Pictet de Rochemont, le typhus des armées,

les alliés à Paris, le roi de Rome, Ney, etc., 370-383, 387-389.
Organisation et correspondance du gouvernement provisoire
genevois, projets d'agrandissement, leurs adversaires; enlève-
ment et restitution de l'artillerie genevoise ; la garnison autri-
chienne remplacée par des troupes suisses, inquiétudes, fêtes,
chanson, détails sur Marie-Louise, 389-408. Députation à la
Diète de Zurich, élections; détails sur la princesse de Galles,
408-411. Mission de Pictet et D'Ivernois à Vienne: Marie-
Louise, le roi de Rome, le duc de Richelieu, Talleyrand et
Bonaparte, les archiducs, lord Steward, la grande-duchesse
d'Oldenbourg; la cour de Vienne et ses fêtes, Schen-
brunn, etc., etc.; le Conseil représentatif genevois, la fête du
Trente-et- un, le duc de Kent, 411-436. Armement au pays de
Vaud, débarquement de Napoléon et sa marche sur Paris,
défection de Ney, retour offensif des Français autour de Ge-
nève; mesures militaires en Suisse et à Genève; obligation
pour la Suisse de coopérer militairement contre la France
avec les Alliés, opposition des troupes de plusieurs cantons;
bombardement de Bâle; Waterloo, seconde Restauration;
seconde mission de Pictet de Rochemont à Paris, le duc de
Wellington, le duc de Richelieu ; les archiducs d'Autriche à
Genève); mission du même à Turin; fin de la Restauration,
conclusion, 436-487.

NOMS PROPRES. 1° Etrangers.

(Les noms soulignés se rapportent aux auteurs des lettres ou des citations

textuelles.)

Abada, 301; Addington, 88; Aldborough, 124, 148, 442-445,

460; Alexeyef, Alsoufief, 254-255; d'Angleterre, 294, 299,
302, 344, 410-411, 418, 426-427, 451 ; d'Angoulême, 391; d'Ar-
gens, 394; d'Argyll, 461; Armand, 78; d'Arnfeldt, 256, 334,
343; d'Arnstein, 164; d'Artois, 390, 418, 438, 440, 444, 450,
472; Audrieu, 59; Augereau, 389-390, 399; d'Autriche, 14,
40, 41, 179, 209-210, 271, 291, 320-321, 358-360, 371, 397-

404, 411-426, 434-438, 458-468, 474-481; d'Azara, 332.
Bachmann, 104; Bagration, 45; Bailey, 285; Ballasteros, 305;

de Barante, 97-103 et suiv., 187, 221, 228-231 ; Barbanègre,
464; Bastian, 369, 391, 404; Batuschkoff, 312; Baudin, 288;
de Bavière, 210, 358; Berenbrock, 186; de Bègne, 376;
Belluard, 74; de Below, 123 ; Bentinck, 313, 314, 321, 337-
343; Berbiskof, 277; Beresford, 296, 305-308; Bernadotte,

« PreviousContinue »