Journal d'un curé pendant la Révolution, 1789-1801

Front Cover
l'École Saint-Joseph, 1891 - France - 23 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 4 - Le nouvel évêque ne pourra s'adresser au pape pour en obtenir aucune confirmation; mais il lui écrira comme au chef visible de l'église universelle, en témoignage de l'unité de foi et de la communion qu'il doit entretenir avec lui.
Page 4 - ... des renseignements, à ceux de M. Duguet, curé de Feurs, que notre chère Compagnie de la Diana a publiés. L'auteur ya consigné humblement ses torts, plus encore que ses mérites pourtant très-notoires. On ne lit pas sans émotion l'aveu suivant : « Le 27 décembre 1790, le clergé de Valsonne prêta, à l'issue de la grand'messe, le trop fameux serment sur la constitution dite civile du clergé, mais avec toutes les restrictions nécessaires, qui, malheureusement, ne furent point mentionnées...
Page 4 - Il est défendu à toute église ou paroisse de France, et à tout citoyen français, de reconnaître en aucun cas et sous quelque prétexte que ce soit, l'autorité d'un évêque ordinaire ou métropolitain, dont le siège serait établi sous la dénomination d'une puissance étrangère, ni celle de ses délégués résidant en France ou ailleurs; le tout sans préjudice de l'unité de foi et de la communion qui sera entretenue avec le chef visible de l'Église universelle, ainsi qu'il sera dit...
Page 4 - Valsonne prêta, à l'issue de la grand'messe, le trop fameux serment sur la constitution dite civile du clergé, mais avec toutes les restrictions nécessaires, qui, malheureusement, ne furent point mentionnées dans le procès-verbal dressé par la municipalité, qu'il refusa alors de signer. Le serment ainsi présenté fut reçu au district de Villefranche, mais après avoir toujours professé, même dans nos instructions publiques, les vrais principes de l'Eglise catholique, nous les déclarâmes,...
Page 4 - ... conducteurs se tourne vers les prêtres enchaînés sur une voiture, et d'un coup de feu tue M. Dulac, de Cremeaux, un des cinq, et en blesse un autre. Sur l'instant le cavalier assassin est tué de deux coups de fusil, qui furent le signal de plus de deux cents autres coups tirés par les assiégeants, qui blessèrent plusieurs des conducteurs, en laissèrent deux autres morts sur le champ de bataille, et un quatrième mourut le lendemain des blessures qu'il avait reçues. Les gens d'armes et...
Page 4 - Le scandale ainsi levé et réparé, nos supérieuru, contenta de nos démarches, nous rendirent leur pleine confiance en 1796 et nous rétablirent dans toutes nos fonctions, qu'ils nous obligèrent d'exercer, mon oncle à Saint-Apollinaire pendant près d'un an, et nous à Joux pendant trois mois et à Panissières pendant deux mois. » Le 6 décembre 1793, M. le curé Pascal fut obligé de fuir devant la persécution et de demander un asile aux montagnes du Forez. « Journée mémorable ! écrit-il....
Page 5 - St-Jean-Ia-Bussière, où deux mille brigands armés ont introduit les intrus rejetés par tout le monde. Il s'y est passé mille horreurs que la postérité aura peine à croire et qui ont jeté partout la consternation.
Page 3 - ... la sexagésime, entre dix et onze heures du matin, cinq prêtres catholiques, conduits à Rochefort par vingt à vingt-cinq soldats. sont délivrés à la Chapelle, sur le grand chemin, par deux à trois cents jeunes gens venus armés de dix à douze paroisses voisines, une trentaine de Valsonne. Sur la demande qu'on fait d'abord de rendre les cinq prisonniers, un des conducteurs se tourne vers les prêtres enchaînés sur une voiture, et d'un coup de feu tue M. Dulac, de Cremeaux, un des cinq,...
Page 11 - Tardy, dit Chorel, furent trouvées presque étouffées, la tête bourrée dans le foin et le reste en l'air. Le gros Ronchard et le gros Champalier tous deux octogénaires s'enfuirent se tenant par la main. Les Sœurs de SaintJoseph priaient Dieu ainsi que les trois Fauque qui étaient trois vieilles dévotes.
Page 10 - Nous allâmes, dit-il, courir les champs, errant comme des moutons égarés. La nuit nous obligea de rentrer chez nous; mais aucun ne prit du repos. Les uns s'allaient fourrer dans les fenières, les autres dans des caveaux, etc...

Bibliographic information