Page images
PDF
EPUB
[merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

Aunt Licini in campos , nune Crassi mittit in ades.'

Hunc optent generum Rex Regina ; puella

Chaque fois qu'un mortel irrite son couroux ,
Sur son coupable chef fait-il romber ses coups.
Si son bras sur ses voux ne te met pas en poudre,
Insensé, penses-tu que ce soit e'en absoudre.,
Ec qu'il te soit permis , flacé de ce pardon,
De te moquer d'un Dieu trop patient, trop bon ?
Crois-tu dans ton orgueil que fa route-puissance
N'oze de ce vou fou punir l'extravagance ?
Ou dis par quel encens, par quels dons précieux
Tu crois t'être assuré de l'oreille des Dieux.

Autres væux indiscrets, on févre une marmotte ,
Et la vieille grand-mere ou sa tante bigote ,
Aprés une oraison qu'elle murmure bas,
Croize trois fois son front, la prend entre ses bras,
Done un air Monachal à la jeune parure ,
Et d'un devot cordon lui fait une ceinture ,
Puis du fond de son cæur, les yeux au ciel tournez,
Mon enfant que tes jours soient des plus fortunez,
Dit-elle, égale & passe Hyparete en genie;
Argénis en atraits, en fortune Albinie,
Que ta bouche & tes yeux comme ceux de Cloris
Soient l'aimable séjour des Graces & des Ris,
Que le sort t'élevant au-dessus des Princesses
T'ouvre tous ses tresors, te comble de richesses,

Hunc rupiant: quicquid calcaverit hic viofa fiata

At ego nutrici non mando vota ; negato

uppiter hac illi, quamvis te albata rogarit,

Poscis opem nervis, corpusque podele fenecta:

Eto, age: fed grandes patina , fucetaque craffa

Annuere his fuperos vetuere , Fouemque morantur,

Rem ftruere exoptas cæso bove, Mercuriumque

Arcefsis fibra : da fortunare penntes

Que les Rois foient charmez de tes puissans, apas,
Et vois naître par tout mile fleurs sous tes pas.
Nourices, n'allez point dans d'aveugles prieres
Importuner le ciel de voeux & temeraires,
Et vous, Maître des Dieux, fi ces væux vous sont faits
A ces cours insensez ne répondez jamais.

Elaphon, tu ne peux qu'au-pas de la tortue
Traîner l'épais fardeau de ta lourde statue ,
Et le jarret plus gros que je n'ai tout le corps ;
Tu vas comme un oyseau qui s'ébranle à ressors:
Quels sont les væux secrets qu'au ciel ton cour adres
Done-moi la vigueur d'une mâle vieillesse; [fea
Dis-tu , que pas un mal n'altere ma fanté,
Ce frivole souhait peut-il être écouté,
Quand tes plats, tes ragoûts , ta fumante cuifine
D'un fardeau qui te cue accablenrta poitrine,
Et ac permettent pas que le ciel offensé
Conserve encore long-tems ton corps trop engraissé?

Dircé féble bigote, & tout-enfemble avare, Prend pour avoir du bien une route bizare, Et mesurant le ciel à nos mæurs d'aujourd'hui Croit qu'on peut marchander la richesse ayec lui.. Un Mercure Cagot empaume sa conduite, A suivre ses conseils il l'a bien-tôt réduite

Da pecus , dow gregibus fætum. Quo peffime pacto

Tot tibi cum in flammis junicum omenta liquefcant?

Et tamen hic extis, e opimo vincere farte,

Entendit : jam crefcit ager , jam crefcit ovile,

7 am dabitur jamjam :- dones deceptus, & exfpes

Nequicquam fundo fufpiret nummus in imo,

Si tibi crateras argenti, incufaque pingui

Arro dona feram fudes, de pectore levo

Excutias guttas, latari pretrepidum cor ;

Sacrifices

« PreviousContinue »