Page images
PDF
EPUB

Debout, Est-il fi tard ? Hola hé ! mes pantoufles ,
Et ma robe de chambre, Où sont-ils ces maroufles ?
Picard, la Fleur, coquins, viendra-t-on ? Hé tout doux
On croit entendre braire un baudet en couroux,
Marquis , vous vous donnez des airs de petit-Maitre,
Vous prenez, je le voi, le vrai chemin de l'être.
Pourquoi ne pas plutôt exerçant le compas
Etudier Vauban, & marcher sur ses pas ?
Comme lui tâcher d’être ingénieux habile,
Cher à votre Monarque , à son Etat utile,
Sans aler comme un far croire qu'il est du grand
D'être un oisif badin, un rieur ignorant.
C'a, prenez cette régle, & vîte qu'on me trace ,
Sur ce carton poli le plan de cette place.
Quoi ! vous ne faites rien! Que ne travaillez-vous?
Que faire d'un compas rompu par l'un des bouts,
Cette régle est courbée , & cette ancre est trop claire.
Dites qu’un paresseux jamais ne veut rien faire.
Je vous voi chaque jour aler de pis en pis,
Une oisive langueur tient vos fens afsoupis,
Du sang de vos ayeux, du feu de votre pere
Voit-on dans votre cour le moindre caractere ?
Sont-ce là leurs vertus, & ces nobles travaux
Qui dans votre maison ont mis trois maréchaux ?

Et fimilis regum pueris , pappare minutum

Poscis , iratus mamma lallare recufas ?

An tali studeam calamo ? Cui verba.? quid iftas

[merged small][merged small][ocr errors][merged small]

Vdum e molle lutum es, nunc nunc properandis, . acri

Fingendus fine fine rotá. Sed rure paterno

Ejt tibi far modicum, purum eum fine labe falinum.

Ne le prendroit-on pas pour un poupon qui crie
Jusqu'à ce qu'on l'appaise avec de la boulie,
Qui pleure , se mutine , & rebelle au teton
Ne veut point s'endormir au chant de fa tonton ?
Puis-je avec ce compas travailler. Vaine excuse :
De frivoles discours est-ce moi qu’on anruse ,
Vous vous trompez vous-même. Un désolant mépris
De vos lâches langueurs sera le friste prix.
Vous irez à la Cour., vous devez y paroître,
Mais du premier coup d'oeil on saura vous conoître,
Là, dés que par deux mains un pot neuf a patlē
On y sçait, on y dit , s'il sonne le callé,
Dés quon y trouve un far chacun mord à la

grape,
On l'applaudit tout haut, & l'on en rit sous cape.
Des solides vertus votre coeur desarmé
Est encore un argile & tendre & mal formé,
Paîtrissez-le, & tirez, le tournant sous la roue,
Un vase bien poli de ce morceau de boue.
Travaillez, agiflez, ne perdez pas un jour,
Celui qui vous échape est perdu sans retour,

Moi, j'irois sous l'apât d'une science vaine
Du travail de Vauban me livrer à la gêne !
Ec plantant un piquet ou tirant un cordeau
Aux piés d'un bastion me creuser un comhrau.

Quid metuas ? cultrixque foci fecura patella est,

Hoc fatis : An.deceat pulmonem rumpere ventis,

Stemmate quod Tufco ramum millefime ducis ,

Cenforemve tuum vel quod trabeate falutas 3

Ad populum phaleras. Ego te intus, don in chte novi,

Non pudet ad morem discinéti vivere Nattar

Sed stupet hic vitio , fibris increvit opimum

Pingue caret culpâ : nefcit quid perdat : & alta

par un lâche

Vous vous moquez de moi. Je vis l'ame contente,
Mon pere m'a laiflé dix mil écus de rente,
Des terres, des maisons, des meubles précieux;
Je suis bien fait, je sors de cent nobles ayeux ;
Pour de l'esprit, je puis fans vanité m'en croire,
Hé, Marquis, est-ce assez pour vous enfer de gloire:
Faut-il deshonorer

repos,
Cette source autrefois fi féconde en héros'
Sur les pancaux brillans d'un pompeux équipage
En illustres quartiers votre écu se partage,
Comtes, Marquis, & Ducs ont formé votre sang,
Il est vrai. Mais enfin solltenez-vous ce rang,
Ce train , ces cinq laquais, cette riche livrée ?
Ce faste qui plaît tant à votre ame enivrée,
N'impose qu'à des fots par sa fausse fplendeur ,
Et moi je vous conois jusques au fond du cæur.

Pouvez-vous sans rougir vivre en ame de boue Cent fois plus débauché n'a vécu La N..... Si-tôt qu'enflé da vent de ses biens mal aquis Il fic voir un laquais sous un train de Marquis, Moins à blâmer que vous. Gueux, sans cæur fans naisIl a pů s'aveugier d'une promte opulence. [fance Gras du sang du public, & de son sort surpris Be l'or qu'il ravageoit il ignoroit le prix ,

que

« PreviousContinue »