Page images
PDF
EPUB

qu'elle a pour son peuple, et pour l'exciter aussi à être également prompt à la secourir dans d'autres occasions pressantes.

Au surplus, leurs majestés ayant récompensé les foibles services qu'il s'est efforcé de leur rendre, par une magnificence digne de leur ame et grandeur royale, il se sent obligé d'en rendre le témoignage public, et que tout le monde sache que s'il les a servis avec toute fidélité, ils ont récompensé ses services au-delà non-seulement de ses espérances et de ses souhaits, mais même de tout ce qui se pouvoit imaginer, afin que ce grand exemple de leurs libéralités en sa personne, excite tous leurs bons sujets à les servir avec le même zèle et la même fidélité qu'il a tâché de faire,

Mondit seigneur cardinal testateur, a élu sa sépulture en l'église ou chapelle qui sera bâtie en conséquence de la fondation qu'il a faite du college des Quatre-Nations y mentionnées; et jusqu'à ce que ladite église ou chapelle soit bâtie, il supplie très-humblement sa majesté de permettre que son corps soit mis en dépôt en la Sainte-chapelle royale de Vincennes.

Pour les obsèques et funérailles, il s'en remet entièrement à la disposition de messieurs les exécuteurs de son présent teslament, les priant de fuir le luxe en sesdites obsèques, et de faire le plus de prières qu'il sera possible pour la 1 émission de ses péchés.

Il confirme la donation aussi par lui faile aux religieux Théatins de la maison Sainte-Anne la Royale, par contrat passé pardevant les nolaires soussignés cejourd'hui; «t en tant que besoin seroit, il a derechef donné et légué auxdils religieux Théatins les choses y contenues aux condilions y portées,

[ocr errors]

Plus, mondit seigneur confirme la fondation par lui faite du collége et de l'académie sous le nom et tilre de Mazarini pour les Quatre-Nations, y mentionnées aussi par contrat passé pardevant lesdits notaires soussignés, ledit jour, aux clauses y contenues.

Item. Donne et lègue à l'Hôpital général de Paris, la somme de soixante mille livrés, tant pour achever le bâtiment que son éminence a commencé, pourquoi il a déjà payé la somme de cent mille livres, que pour autres dépenses, ainsi qu'il sera avisé par les directeurs dudit hôpital général, *Item. Donne et lègue à l'Hôtel-Dieu de Paris la somme de trente mille livres tournois pour

l'achève ment des bâtimens de l'hôpital des Convalescens, de l'un et de l'autre sexe, dont son éminence est le premier fondateur.

Item. Donne et lègue à l'hôpital des Incurables la somme de douze mille livres, pour la fondation de deux

dont la nomination appartiendra toujours à l'aîné de ceux qui porteront le nom et les armes de Mazarini, à la charge néanmoins de suivre les réglemens dudit hôpital.

Item. Donne et lègue à tous les couvens auxquels il donne l'aumône, six années de ladite aumône, outre la courante, le tout payable en un seul paiement, par les mains de messieurs les exécuteurs du présent testament.

· Item. Donne et lègue la somme de six mille livres å distribuer aux pauvres et religieux mendians de la ville de Nevers , par les mains et par les ordres desdits sieurs exécuteurs du présent testament.

Plus , mondit seigneur testateur, considérant qu'il n'y a rien de si imporlant que de s'opposer fortement aux

lits,

[ocr errors]

entreprises du Turc contre la chrétienté, lequel ayant en le bonheur de faire des progrès la campagne passée, fait lous ses efforts pour en faire encore de plus grands, il veut el ordonne que de tous ses effets il en sera pris la somme de soixante mille livres tournois, monnoie de France, pour être remise en la ville de Lyon, et être employée par les ordres de sa saintelé, aux préparatifs nécessaires pour défendre la chrétienté contre un si puissant ennemi, ou autre chose qui lui puisse être également utile.

Mondit seigneur cardinal donne et lègne au sieur de Fontenel, son premier écuyer, la somme de vingt mille livres tournois une fois payée.

Item. Donne et lègue au sieur Bernouin , son premier valet-de-chambre, la somme de quinze mille livres tournois, aussi une fois payée, suppliant sa majesté lui accorder sa protection en la fonction de la charge qu'il a près sa majesté.

Item. Donne et lègue au sieur Pronti, son maîtred'hôtel, pareille somme de quinze mille livres tournois aussi une fois payée.

Veut que les charges de gentilhomme servant du roi, dont les provisions sont ès mains du sieur Picon, trésorier de son éminence, soient données et distribuées par messieurs ses exécuteurs testamentaires, aux plus anciens gentilshommes de la maison de son éminence.

Plus, mondit seigneur a dit, qu'il est fort satisfait des affections et des services de ses officiers et domestiques, que pour les reconnoître et les récompenser il fera dresser un mémoire particulier de ce qu'il veut leur être donné, dont il charge dès à présent ses légataires et hériliers universels, qni seront ci-après nommés, voulant que les paiemens en soient faits par les mains desdits sieurs exécuteurs testamentaires.

Mondit seigneur cardinal-duc testateur, déclare qu'il quitte et décharge le sieur Paul Mascarani, gentilhomme romain, de toutes les sommes de deniers dont il a fait prêt å monseigneur l'éminentissime cardinal Antoine Barberin, grand aumônier de France, par promesse ou obligation qu'il veut lui être rendues comme solutes et acquittées, lesquelles sommes mondit seigneur cardinal testateur donne et lègue à mondit seigneur cardinal Antoine, et que déduction en soit faite audit sieur Mascarani , sur ce qu'il doit à mondit seigneur testaleur.

Son éminence ayant réussi au dessein qu'elle a fait de mettre ensemble dix-huit grands diamans des plus beaux qui soient dans l'Europe, monseigneur les donne et lègue à la couronne, sa majesté l'ayant approuvé, et qu'ils soient appelés les dix-huit Mazarins.

Plus , donne et lègue à la couronne tous les tableaux qui sont de présent en sa bibliothèque, suivant l'accommodement que sa majesté a trouvé bon d'être fait avec monseigneur le procureur-général, surintendant des finances de France.

Plus, donne et lègue à la couronne une tenture de la. pisserie des fruits de la guerre, dessin de Jules Romain, de soixante aunes de cours , et de quatre aunes de haut, donnée par le roi d'Espagne à son éminence, à l'occasion de la paix.

Plus, la tenture de tapisserie des Sabines, dessin de Raphaël, aussi de soixante aunes de cours, son éminence remercianl très-humblement sa majesté de toules ses bontés, et de ce qu'outre ses grandes libéralités et magnificences, elle a bien voulu que mondit seigneur eardinal testateur ait encore reçu tant la somme de un million cinq cent mille livres du traité de la neutralité de la Franche-Comté, que les récompenses des charges de la maison de la reine, et de celle de M. le duc d'Anjou, frère unique du roi, après les agrémens des personnes qui en ont été pourvues, lesquelles récompenses se sont trouvées monter à trois à quatre millions de livres, de quoi et de toutes les autres choses qu'il a eues des magnificences du roi, il doit des reconnoissances infinies, suppliant aussi sa majesté de continuer sa prolection particulière sur sa maison, ses parens et ses alliés.

Mondit seigneur le cardinal ayant toujours beaucoup aimé et considéré la personne de madame Martinossi , sa soeur, dont les exercices de piété et de charité sont très-connus et particulièrement en Italie, a procuré autant qu'il lui a été possible, les avantages de mesdames ses nièces, filles de ladite dame, l'aînée élant mariée à monseigneur le duc de Modène, qui est prince souverain et chef de la plus ancienne et la plus illustre maison d'Italie, et la puînée à monseigneur le prince de Conti, prince du sang royal, dont le mérite et la vertu peuvent servir d'exemple à tous les princes, mondit seigneur le cardinal - duc ne doute point que ces deux grands princes n'emploient toute l'autorité et la considération que leur naissance leur donne, pour l'exécution pleine el entière de ses volontés, contenues en son présent lese tament, et parce qu'il sait que l'affection que ladite dame Marlinossi a pour

mesdites dames ses filles, lui fera assurément préférer leurs intérêts aus siens propres, son éminence donne et lègue à madame la duchesse de Modène la somme de quatre cent cinquante mille livres en deniers comptans, qui lui seront payés par les mains

« PreviousContinue »