Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

enim criminis in conspectu Dei reos nos esse crederemus, 1814
si in tantis Reipublicae necessitatibus, ea salutaria auxilia
adbibere negligeremus, quae singulari Providentia Deus
nobis suppeditat et si nos, in Petri pavicula assiduis
1urbinibus agitata et concussa collocati , expertes et vali-
dos qui sese nobis offerunt remiges ad frangendos pelagi
naufragium nobis et exitium quovis momento minitantis
fluctus, respueremus.

Tot ac tantis rationum momentis, tamquam gravibus causis animum nostrum moventibus id exequi tandem statuimus quod in ipso Pontificatus nostri exordio vehementer optabamus. Postquam igitur Divinum auxilium ferventibus precibus imploravimus, suffragiis et consiliis plurium venerabilium Fratrum nostrorum Sanctae Romanae Ecclesiae Cardinalium auditis, ex certa scientia, deque Apostolicae Potestatis plenitudine ordinare et statuere decrevimus, uti revera hac nostra perpeluo yalitura constitutione ordinamus et statuimus, ut omnes concessiones et facultates, a nobis pro Russiaco imperio et utriusque Siciliae Regno unice datae, nunc extensae intelligantur et pro extensis habeantur, sicut vere eas extendimus ad totum nostrum statum Ecclesiasticum aeque ad omnes alios status et ditiones.

Quare concedimus et indulgemus dilecto filio Thaddeo Borzozowski, moderno praeposito Generali Societatis Jesu, aliisque ab eo legitime deputatis, omnes necessarias et opportunas facultates ad nostrum et sedis Apostolicae beneplacitum, ut'in cunctis praefatis statibus et ditionibus omnes illos, qui in regularem ordinem Societatis Jesu admitti et cooptari petent, admittere et cooptare libere ac licite valeant; qui in una vel pluribus domibus, in uno vel pluribus collegiis, in una vel pluribus provinciis, sub praepositi generalis pro tempore existentis obedientia conjuncti, et prout res feret, distributi ad praescriptum regulae Sancti Ignatii de Loyola, Apostolici Pauli tertii constitutionibus approbatae et confirmatae, suam accommodent' vivendi rationem : concedi. mus etiam et declaramus, quod pariter juventuti Catholicae Religionis rudimenti erudiendae ac probis moribus instituenda operam dare, nec non seminaria et collegia regere, et consentientibus atque adprobantibus ordinariis locorum in quibus eos degere contigerit, confessiones audire, verbum Dei praedicare et sacramenta administrare libere et licite valeant: omnia vero collegia , domus, Nouveau Rccueil. T. II.

D

inus

1814 provincias sociosque sic conjunctos ac quos in posterum

conjungi et aggregari contigerit, jam nunc sub immediata nostra et bujus Apostolicae sedis tutela, praesidio et obedientia recepimus; nobis et Romanis Pontificibus successoribus nostris reservantes praescribere quae ad eamdem Societatem magis magisque constabiliendam et communiendam, et ab abusibus, si forte (quod Deus avertat) irrepserint, repurgapdam, statuere ac praescribere visum fuerit expedire.

Omnes vero et singulos superiores, Praepositos, Rectores, Socios et Alumnos qualescunque hujus restitutae Societatis, quantum in Domino possumus commonefaci

et exhortamus, ut in omni loco ac tempore -sese fideles Asseelas et imitatores tanti sui parentis et institutoris exhibeant, regulam ab ipso conditam et praescriptam accurata observent, et utilia monita ac consilia, quae filiis sui tradidit, summo studio exequi conantur.

Denique dilectis in Christo filiis Illustribus et Nobilibus viris, principibus ac Dominis temporalibus, nec non venerabilibus Fratribus Archiepiscopis et Episcopis aliisque in' quasi dignitate constitutis saepe dictam Societatem Jesu et singulos illius socios plurimum in Domino commendamus, eosque exhortamus ac rogamus, non solum ne eos inquietari a quocumque permittant, ac pa. tiantur, sed ut benigne illos, út decet, 'et cum charitate suscipiant.

Decernentes praesentes litteras et in eis contenta quaecumque semper ac perpetuo, firma, valida et efficacia existere, et forte suosque plenarios et integros effectus sortiri et obtinere, et ab illis ad quos spectant, et pro tempore quandocumque spectabit inviolabiliter observari debere, sicque, et non aliter per quoscumque judices quavis potestate fungentes judicari et definiri pariter debere: ac irritum et inane si secus super his a quoquam quavis auctoritate scienter vel ignoranter contigerit attentari.

Non obstantibus constitutionibus Apostolicis, ac praesertim supra memoratis litteris in forma Brevis felicis recordationis Clementis XIV. incipientibus: Dominus ac Redemptor noster, sub annulo piscatoris expeditis die vigesima prima Julii anni Domini millesimi septingentesimi tertii, quibus ad praemissorum effectum expresse ac speciatim intendimus derogare, caeterisque contrariis quibuscumque.

Volumus autem ut earundem praesentium litterarum 1814 transcriptis, sive exemplis etiam impressis, manu alicujus notarii subscriptis et sigillo personae in ecclesiastica dignitate constituta munitis, eadem prorsus fides in judicio et extra adhibeatur, quae ipsis praesentibus adhiberentur, si forent exhibitae vel ostensae.

Nulli ergo omnino hominum liceat hanc paginam nostrae ordinationis, statuti extensionis concessionis, in. dulti, declarationis, facultatis, receptionis, reservationis, moniti exhortationis decreti et derogationis infringere vel ei ausu temerario contra ire: si quis autem hoc attentare 'praesumpserit indignationem Omnipotentis Dei, ac Beatorum Petri et Pauli Apostolorum ejus se noverit incursurum.

Datum Romae apud Sanctam Mariam Majorem; anno Incarnationis dominicae millesimo octingentesimo quarto decimo septimo Idus Augusti, Pontificatus nostri anno quinto decimo.

A. CARD. PRODATARIUS.
R. CARD. BRASCHI Honesti.

Visa
DE CURIA D, TESTA.
Loco X Plumbi.

F. LAVIZZARIUS.
Registrata in Secretaria Brevium,

[ocr errors]

8. Convention entre les Etats-Unis d'A-10 Avat. mérique et la nation Creeck, signé au fort Jackson le 10 Août 1814 et ratifié à Washington le 16 Février

1815.
(Moniteur 1815. No. 266, d'après la gazette An-

glaise the Courrier.)
James Madison, Président des Etats-Unis d'Amérique

A tous et chacun à qui ces présentes parviendront salut :

Certains articles d'accord et de capitulation ayant été conclus le dixième jour d'Août de l'année de notre seig

1814 neur 1814, entre le Major-général André Jackson au

nom du président des Etats-Unis et les chefs députés et guerriers de la nation Creeck, et le président ayant lu, examiné et ratifié de l'avis et du consentement du sénat, les dits articles d'accord et de capitulation qui sont dans les termes suivans; savoir :

Une guerre non provoquée, inhumaine et sanguinaire, engagée par les hostilités des Creecks contre les EtatsUnis, a été répoussée et terminée heureusement de la part des dits Etals, conformément aux principes de justice nationale et de l'honneur comme une guerre régu. lière; en conformité des principes qui préscrivent la plus grande rectitude dans les procédés pour le rétablissement de la paix on doit rappeller qu'avant la conquête de cette partie de la nation Creeck, ennemie des Etats-Unis, de nombreuses agressions ont été unises contre la tranquillité, les propriétés et l'existence des citoyens des Etats-Unis et ceux de la partie de la nation Creeck qui est en relation d'amitié avec eux, tant à l'embouchure de Deck River qu'au fort Minues et ailleurs, contrairement à la foi nationale et au respect dû à un article du traité conclu à Neu-York dans l'année 1790*) entre les deux nations; que les Etats-Unis, avant que de tels outrages aient été commis avoient pour assurer l'amitié et la concorde entre la nation Creeck et lesdits Etats en conformité des précédens traités, rempli avec ponctualité et bonne foi leurs engagemens envers la dite nation; que plus de deux tiers des chefs et des guerriers de la nation Creeck, méconnaissant le véritable esprit des traités existans, se sont laissés pousser à la violation de leur honneur national et du respect dû à la partie de leur nation fidele aux Etats-Unis et aux principes de l'humanité par des imposteurs qui se disaient prophêtes et par la duplicité et les mensonges d'émissaires étrangers dont les gouvernemens étaient en guerre ouverte ou annoncée avec les Etats-Unis.

En conséquence les Etats-Unis demandent:

Art. I. D’être indemnisés de toutes les dépenses faites pour conduire la guerre à son terme, par la cession de territoire appartenant à la nation Creeck qui est enclavé dans les territoires des Etats-Unis et compris à l'Ouest, au Sud et au Sud-Est, dans une ligue à tracer *) Ce traité se trouve dans mon recueil T. III. p. 335. de la

première édition et T. IV. n. 242, de la seconde.

avec

par des personnes duement autorisées et nommées par le 1814 président des Etats-Unis (Ici le cours de cette ligne est décrit). Si néanmoins quelque possession d'aucun chef ou guerrier de la nation Creeck, qui auroit été en amitié avec les Etats-Unis pendant la guerre, et y aurait pris

eux une part active, se trouvait dans le territoire cédé par ces articles aux Etats-Unis, ledit chef ou guerrier aurait droit à reserver pour lui sur ledit territoire, l'espace d'un mille carré, afin d'y placer autant que possible dans le centre ses établissemens'; lesdits chefs ou guerriers étant ainsi que leurs descendans, aussi longtems qu'ils occuperont ce terrain, protégés par les lois des Etats-Unis auxquelles ils se soumettront. Mais dans le cas d'un abandon volontaire par le possesseur ou ses descendans, le droit d'occupation ou de possession des dites terres sera dévolue aux Etats-Unis, et rentrera dans le droit de propriété qui leur est cédé par le présent.

Art. II. ' Les Etats - Unis garantiront à la nation Creeck l'intégrité de tous leurs territoires à l'Est et au Nord de la ligne à tracer comme il est dit au 1er article.

Art. III. Les Etats-Unis demandent que la nation Creeck abandonne toute communication et cesse tout com

avec tout poste, garnison ou ville Anglaise ou Espagnole, et qu'elle n'admette point parmi elle d'agent ou de marchand qui n'auroit pas pour commercer ou communiquer avec elle, une permission expresse du président ou d'un agent autorisé des Etats-Unis.

Art. IV. Les Etats-Unis demandent que le droit d'établir des postes militaires ou des maisons de commerce, d'ouvrir des routes dans le territoire garanti à la nation Creeck

par l'art. I. soit reconnu, ainsi que celui de na. viguer librement sur toutes les eaux.

Art. V. Les Etats-Unis demandent qu'il soit fait immédiatement remise de toutes les personnes et propriétés enlevées aux Etats-Unis, à la partie de la nation Creeck qui est leur alliée, aux Cherokee aux Chickesau et aux Chociau. Les Etats-Unis seront rendre immé. diatement aux Creecks qui étaient ses ennemis, toutes les propriétés qui leur ont été prises depuis leur soumission, soit par les Etats-Unis, soit par quelqu'une des nations Indiennes, en amitié avec eux, ainsi que tous les prisonniers faits pendant la guerre.

Art. VI. Les Etats-Unis demandent que l'on arrête

merce

« PreviousContinue »