Page images
PDF
EPUB

ainsi expliqué ce silence en me disant que cet événement n'avait pas été
apparemment agréable à Mr l'internonce. Quant à moi j'ai félicité la Porte
et dans des termes auxquels elle a paru sensible.
Je suis...

A. d'Italin sk y
Печат. по подлиннику.

65

с

замыслов.

Перевод Ваше сиятельство, событие, благодаря которому Порта получила в свое распоряжение Белградскую крепость и подробности которого я имею честь сообщить в. пр-ву депешей от сего числа 64, не позволяет мне более следовать инструкциям, которые Вы мне направили 17 июля

относительно сербов, и линии поведения, которую я сам себе наметил, для того чтобы обеспечить им более счастливое будущее, и которую я был счастлив видетъ одобренной.

У меня останется путь внушений Порте с целью не допустить того, чтобы сербский народ полностью утратил плоды, которые он надеялся получить от своих усилий, направленных против угнетателей, от которых он, правда, освободился, но на смену которым могут легко прийти люди с не менее гибельными для него принципами, если только им будет дозволено осуществлять их безнаказанно.

Сейчас, когда сербы не будут более угрожать столь важной крепости, как Белград, и после того, как Порта обеспечила себе владение ею, у оттоманского министерства не сможет возникнуть каких-либо подозрений в связи с моим заступничеством в пользу этого народа. К тому же Порта в настоящее время привыкла к моим советам о необходимости не притеснять своих христианских подданных и следовать по отношению к ним умеренной и справедливой линии поведения, единственно пригодной для того, чтобы побудить их не прислушиваться к наущениям, к которым враги Оттоманской империи могли бы легко прибегнуть

целью подорвать ее власть и склонить этих подданных к поддержке своих Именно из этих соображений я посоветовал ей удовлетворить просьбы сербов, с которыми они могли бы обратиться к ней с целью обеспечить свое спокойствие, а не использовать против них событие, которое вернуло под ее непосредственную власть Белградскую крепость; я указывал при этом, что оттоманское министерство не должно упускать из виду того, что именно их самоотверженности и мужественным усилиям оно обязано этим счастливым обстоятельствам, позволяющим ему установить наиболее соответствующий интересам Порты порядок вещей в этой крепости, где уже в течение нескольких лет его власть была ничтожной, поскольку дахии установили там свою власть.

Я счел также своим долгом заметить ему, что оно не должно упускать из виду того, что Кончашлы, действия которого определили изгнание и разгром дахиев вв, является все же одним из помощников Позвант-оглу и вполне возможно, что он намеревается лишь делать вид, что он служит Порте, а в действительности помышляет только о том, чтобы воспользоваться своим нынешним положением, как только момент покажется ему благоприятным. Я указывал, что во всех отношениях представляется необходимым, чтобы оттоманское министерство удовлетворило просьбы сербов, но что высшие интересы Порты должны побудить ее завоевать любовь этого населения, так как при тех критических обстоятельствах, которые могут возникнуть, их содействие могло бы оказаться ей весьма полезным.

Мне еще в точности не известны требования сербов, я только знаю, что еще до уничтожения дахиев Порта предоставила этому населению право иметь представителя при белградском паше для защиты интересов их страны. Эта мера, несомненно, недостаточна.

Я надеюсь, что сведения, которые будет сообщать мне по моей просьбе князь Ипсиланти, дадут мне возможность узнать, какого рода переговоры будут иметь место между Портой и сербами; последние, разумеется, согласятся вернуться к своим очагам, лишь получив надежные гарантии, ия буду действовать так, чтобы их просьбы были удовлетворены возможно более полно и чтобы в этом случае они знали о заступничестве императорского двора в их пользу.

Порта, как будто бы, не прочь образовать из Сербии княжество наподобие Валахии и Молдавии, то есть предоставить этой стране некоторые привилегии и дать ей в князья грека-фанариота; некоторые оттоманские министры, похоже, могли бы счесть выгодным такого рода решение; однако в Совете возобладало соображение высшего порядка, обусловившее отклонение этого проекта: оттоманское министерство сочло, что из такого нового положения Сербии могли бы со временем проистечь для Порты затруднения, подобные тем, которые она, по ее мнению, испытывает из-за постановлений, касающихся Валахии и Молдавии.

Это соображение определило решение Порты не предоставлять Сербии статуса княжества.

Тот факт, что интернунций не высказал Порте своего отношения к разгрому дахиев, укрепил подозрения оттоманского министерства в том, что у венского двора имеются в этом деле какие-то задние мысли; по крайней мере, реис-эфенди истолковал таким образом это

молчание, заявив мне, что это событие, видимо, оказалось не по душе г-ну интернунцию. Что касается меня, то я поздравил Порту, причем в таких выражениях, к которым она, казалось, не осталась равнодушной. . Пребываю...

А. Италинский

Нота поверенного в делах в Париже П. Я. Убри
министру иностранных дел Франции Талейрану

17 (29) августа 1804 г. Извещает о получении паспортов на выезд из Франции. . Сб. Рио, т. 77, стр. 713—714.

45. Товарищ министра иностранных дел А. А. Чарторыйский
послу в Лондоне с. Р. Воронцову

18 (30) августа 1804 г. Monsieur le comte, parmi les différentes cours auxquelles nous avons communiqué nos déterminations * prises à la suite des événements d'Ettenheim?, nous jugeâmes nécessaire d'en faire part aussi à la Porte. La possibilité d'une rupture avec la France rendait essentiel de s'assurer des dispositions du Divan; et la nécessité de fortifier Corfou et de mettre la République ionienne et la Grèce à l'abri d'une invasion nous imposait le devoir d'employer tous les moyens possibles, afin qu'aucun obstacle ne soit mis à Constantinople au passage de nos troupes destinées pour les Sept îles. C'est pourquoi il fut ordonné** à notre envoyé d'assurer le ministère ottoman que telle tournure que prennent les affaires, elles ne changeraient en rien ni notre système d'amitié envers la Porte, ni la sollicitude de l'empereur de préserver les Etats de cet empire de toute agression des Français, et que nous espérions que la Porte de son côté resterait invariable dans ses sentiments envers la Russie, et serait même disposée à renouveler l'alliance 6? qui existe entre les deux empires; de ces derniers mots, dits fort en passant, surtout dans un moment où le terme de l'alliance est encore si éloigné, il ne nous paraissait devoir résulter d'autre effet qu’uniquement celui de rassurer la Porte sur nos intentions avenires et de détruire l'impression que les insinuations de nos ennemis auraient pu faire sur elle relativement à l'envoi de nos troupes à Corfou; mais le Divan a prêté au susdit passage un sens plus étendu qu'il n'avait, et le prenant pour une demande formelle de renouveler l'alliance dès à présent, il a saisi chaudement cette occasion pour remettre à M d'Italinsky par le reis-effendi une réponse, dans laquelle il dit accepter notre proposition, expose ses veux les plus empressés pour conclure le traité et prie en même temps que notre ministre reçoive les pleins pouvoirs y nécessaires. Mr Straton aura rendu compte à sa cour de cet événement, mais ne pouvait connaître ses particularités. Après le court exposé que je viens de Vous en tracer, Mr le comte, et qui vous mettra au fait de la manière dont la chose s'est passée, je vais Vous parler de ce même traité dont la Porte désire si ardemment le renouvellement.

Jamais alliance ne contînt moins d'avantages compensés que celle-ci ; en les assurant tous à la Porte, elle ne nous présente aucune utilité positive; nous ne pouvons même d'ailleurs obtenir de ce gouvernement" l'exécution des stipulations qui furent concédées par lui pour garder une apparence de réciprocité.

* См. док. 1,6. ** См. док. 43.

Vu l'état où se trouvent les deux empires, toutes les craintes, tous les intérêts sont du côté de la Porte dans le prix qu'elle attache à cette alliance, toutes les charges demeurent à la Russie; conséquemment, il ne peut que difficilement nous convenir de la renouveler dans sa teneur actuelle. Encore, si l'Europe présentait l'aspect d'une longue paix, et que son équilibre eût repris une assiette solide, pourrait-on s'y décider plus aisément et, fermant les yeux sur ses inconvénients, ne cesser de faire des sacrifices au désir d'une tranquillité probable. Mais aujourd'hui qu'elle n'est rien moins qu'assurée, et que tout présage, au contraire, que nous sommes peut-être à la veille d'un bouleversement général en Europe, mille nouveaux motifs ajoutent du poids aux considérations qui nous obligent de ne procéder à une semblable transaction qu'après y avoir pensé à deux fois. Il est incontestable que la Turquie, par son gouvernement vicieux, par l'épuisement de ses finances et par la nullité de ses troupes, ne pourra jamais être activement d'une grande utilité à ses alliés; elle les embarrassera même dans leurs opérations, comme nous l'éprouvons journellement à l'occasion de nos troupes stationnées à Corfou, lesquelles, outre beaucoup d'autres difficultés que leur suscite l'anarchie qui règne dans le gouvernement de cet empire, seraient maintenant réduites à la dernière extrémité, si on s'était reposé sur l'engagement pris par la Porte de leur fournir les provisions nécessaires. En outre, dans un moment où les deux cours auront à soutenir un choc, dans lequel l'intérêt de l'humanité entière leur prescrit d'employer les moyens les plus coûteux pour avoir l'espoir de sortir avec succès de la lutte qui va commencer, faut-il augmenter ses embarras déjà assez grands en prenant sur soi de soutenir cet empire, lorsqu'il s'écroule de tout côté, sans penser du moins de se faciliter les moyens de remplir ce surcroît de tâche aussi difficile que dispendieuse, et d'en retirer quelque reciprocité pour l'avancement des affaires générales ? Si la loyauté des deux souverains envers le gouvernement turc leur prescrit, malgré le peu d'utilité que son amitié présente et le peu de fond qu'on pourra faire sur elle, de remplir, autant qu'il sera possible, les engagements contractés jusqu'ici, la prudence leur commande de ne point renouveler à la légère ces mêmes engagements et de ne pas se lier gratuitement les mains dans un temps où les combinaisons les plus compliquées peuvent inopinément naître d'un moment à l'autre et où l'on ne saurait prévoir quels obstacles et quelles chances le lendemain amènera.

L'empereur trouve nécessaire que v. ex. expose ces considérations à la sagesse du ministère anglais et entre avec lui à cet égard dans une discussion confidentielle, afin que les deux cours s'éclairant et se conseillant mutuellement, règlent en commun la conduite qu'elles auront à tenir vis-à-vis de la Porte. Il s'agit de peser mûrement nos intérêts, la position actuelle de la Turquie et les changements survenus dans la balance de l'Europe, de voir, d'après ces données, s'il convient de procéder à présent à un renouvellement du traité d'alliance avec le gouvernement ottoman, et, au cas que l'on s'y décide, de déterminer de quelle nature il devra être et quelle stipulation il sera nécessaire d'y insérer? Ne faut-il pas prévoir qu'on se trouvera peut-être dans le cas de devoir exiger de la Porte, qu'elle se déclare contre la France? Quoique les secours, que le gouvernement turc pourrait fournir à la coalition, ne soient d'aucun prix en eux-même, cependant, l'extinction totale de la dernière branche du commerce français, l'abri fermé à leurs armateurs dans le Levant et surtout l'assurance que de cette façon l'on peut le plus facilement couper court à leurs intrigues soit dans le pays, soit auprès du Divan, ne laisserait pas que de présenter des avantages assez considérables.

Le passage, contenu dans la réponse 68 que Vous a donnée lord Harrowby, où il est dit que les circonstances pourraient rendre possible qu'une des deux cours se vît dans la nécessité d'occuper quelque partie du territoire ottoman pour le sauver de la rapacité de l'ennemi commun, a fortement frappé s. m. i. et a principalement donné lieu aux réflexions qui font l'objet de cette dépêche: diverses données nous prouvent que, quoique le gouvernement turc, peut-être par le sentiment de sa faiblesse, semble vouloir à présent se tenir lié à la Russie et à l'Angleterre, il conserve pourtant toujours dans le fond une prédilection pour la France, et que malheureusement on ne saurait jamais entièrement se reposer sur la sincérité des sentiments de la Porte, qui pourrait bien nous tourner casaque au moment le plus critique. Cette considération et la promptitude, dont se sont suivis les événements depuis ma première expédition à v. ex.* sur les affaires de la Turquie, ont fixé l'attention de s. m. sur la justesse de la susdite réflexion du ministère anglais, laquelle peut encore être considérée sous un autre point de vue.

L'incertitude, dans laquelle nous sommes jusqu'ici sur la volonté qu'auront les puissances du continent de s'opposer aux empiétements de Bonaparte, pourrait peut-être rendre indispensable l'occupation de quelque partie de l'Empire ottoman par les deux cours, et devenir l'unique moyen de mettre un frein à l'ambition de Bonaparte et de le forcer à des termes équitables.

La Porte, obligée de se déclarer contre l'ennemi de toute l'Europe, finirait par consentir à cette proposition commune de notre part, afin de se mettre à couvert de l'invasion des Français. On lui ferait comprendre qu'on n'a pour but que de rendre Bonaparte plus traitable, et l'on y joindrait la promesse de restituer au sultan ses provinces en meilleur ordre et plus soumises, aussitôt que les Français auraient évacué toute l'Italie, la Suisse, la Hollande etc. Certainement ce ne serait qu'avec beaucoup de retenue, et, pour ainsi dire, à toute extrémité qu'il faudrait recourir à une détermination de ce genre, nous croyons, cependant, que, dans le cas même qu'une coalition se forme sur le continent, ce moyen, qui ne peut manquer d'être efficace, doit toujours être tenu en réserve à tout événement.

Il est encore une considération que s. m. i. ne saurait perdre de vue, c'est l'amélioration du sort des sujets chrétiens de la Porte. Si la Russie et l'Angleterre veulent garantir à l'avenir l'existence de l'Empire ottoman, il est de toute nécessité qu'elles insistent sur la cessation des causes qui tendent directement à sa destruction, afin que cette garantie devienne possible à exercer. Or, pour y parvenir, il semble indispensable d'aviser aux moyens de mettre sur un meilleur pied la condition des habitants chrétiens de la Turquie, et, en les attachant à leur souverain et les affranchissant des tyrannies inouïes des pachas rebelles qui les vexent le plus, de comprimer l'audace de ceux-ci et de donner par là même plus d'influence et de solidité au gouvernement légitime et central. Jusqu'à quel degré de tels points pourraient être proposés à la Porte comme conditions du renouvellement de l'alliance, et s'il vaudrait la peine d'y procéder à présent sans se les ménager ? C'est sur quois, m. désire d'avoir les sages conseils du ministère britannique et recevra avec sensibilité toute ouverture ultérieure de sa part.

La Porte ne désire qu'un traité défensif et veut éviter tout ce qui pourrait la brouiller avec le gouvernement français ; cependant elle voit sa faiblesse; son ministère ne peut se dissimuler que l'existence de cet empire deviendrait très précaire sans l'assistance de la Russie et de l'Angleterre, et, attachant par cette raison le plus grand prix au renouvellement de l'alliance, il finirait, peut-être, pour l'obtenir à se prêter à toute condition, pourvu qu'elle lui soit proposée d'une manjère convenable.

S. m. est disposée à ne faire aucune démarche à ce sujet et à ne commencer aucune négociation qu'après s'être concerté avec s. m. britannique. L'empe

*** Речь идет о письмах А. А. Чарторыйского С. Р. Воронцову от 26 февраля (9 марта) 1804 r. (CM. T. I, JOK. 259, 260).

reur désire même que l'alliance ne soit conclue que conjointement avec l'Angleterre. Nous sommes persuadés que c'est en suivant cette marche et en agissant toujours en commun dans les affaires de la Turquie, que nous pourrons ou sauver cet empire ou, en désespoir de cause, du moins ne pas permettre que les Français y prennent pied, et faire tête à leurs intrigues actuelles. Au surplus, les raisonnements contenus dans cette dépêche ne sont pas la suite d'une opinion déjà fixée, mais, au contraire, n'ont pour but que de provoquer une discussion amicale et confidentielle à l'effet de se mettre en état de prendre une détermination qui réponde le mieux à ce que les difficultés de la crise actuelle semblent éxiger.

S. m. attendra avec impatience que la cour de Londres lui communique son avis sur cette matière importante. Celui de l'empereur pour le moment serait de se donner le temps de bien mûrir les considérations qu'elle fournit, et, en attendant, de gagner du temps pour voir venir les événements, qui probablement jusqu'au printemps prochain prendront une tournure plus décidée. Mi d'Italinsky a reçu en conséquence l'ordre de dire au Divan, que sensibles aux sentiments d'amitié qu'il nous témoigne, nous ne saurions pourtant, vu la part active que l'Angleterre prend à la défense de l'Empire ottoman et notre liaison intime avec elle, procéder au renouvellement du traité d'alliance en question que conjointement avec elle; le reis-effendi, ayant déjà senti de lui-même l'utilité qu'il y aurait d'engager cette puissance d'y accéder, reconnaîtra facilement la nécessité de nous entendre avant tout avec la cour de Londres, et qu'à cet effet v. ex. va recevoir les instructions nécessaires. Mais comme le nouveau ministère en Angleterre donnera certainement toute son attention d'abord à un objet d'un intérêt majeur pour lui, qui est principalement de garantir le pays contre la descente, il n'est guère probable que nous puissions obtenir une prompte réponse à nos ouvertures. Mr d’Italinsky, par ces réflexions et autres de ce genre, saura tirer l'affaire en longueur, afin de nous donner le temps de prendre d'accord avec la cour de Londres une décision mûrement réflechie sur cet objet essentiel.

Il ne faut pas moins que la confiance illimitée que s. m. met dans le caractère et la sincérité des sentiments de s. m. britannique et de son ministère pour nous engager de lui parler avec autant d'abandon ; nous sommes persuadés que nous n'en serons pas au regret et que le gouvernement anglais saura apprécier la franchise avec laquelle nous lui participons nos pensées. Je ne doute pas qu'il n'entre dans la justesse de nos motifs que v. ex. saura lui présenter avec son habileté ordinaire et qu'il ne s'empresse de son côté par une conduite analogue et les instructions convenables données à MT Stratton, de nous aider, en prenant une partie du retard sur soi, à ne rien précipiter dans nos pourparlers avec la Porte, sans cependant perdre de notre influence dans ses conseils, et en empêchant que tout germe de méfiance ne puisse y prendre racine. J'ai l'honneur ...

Le plr i nlc e A. Czartorysk y Reçu à Londres par le cour(rier] Beseler le 13(25) septembre 1804.

Печат. по подлиннику.

P.S. **** Outre ce que j'ai l'honneur d'écrire à v. ex. dans une de mes dépêcheseo d'aujourd'hui au sujet du mésentendu qui paraît avoir eu lieu à Londres relativement au royaume de Naples, je crois devoir la prévenir que je m'en suis expliqué dans le même sens avec le duc de Serra Capriola et l'amiral War

#*#* Постскриптум датирован 19(31) августа 1804 г.

« PreviousContinue »