Page images
PDF
EPUB

В заключение не могу не сказать Вам, что я полностью одобряю Ваш образ действий при переговорах по вопросу о свободном плавании по реке Риони 103. По этому случаю, как и всегда, когда султан будет давать свидетельства своего дружественного отношения ко мне, не премините выразить мою признательность ему, так же как и его просвещенному министерству, мудрость которого действительно достойна всяческих похвал.

Я надеюсь, что, отдав должное Вашему умению и Вашему усердию, я только поощрю Вас на то, чтобы дать мне новые поводы засвидетельствовать Вам мою постоянную благо

СКЛОННОСТЬ.

62. Генеральный консул в Генуе С. Санковский товарищу министра иностранных дел А. А. Чарторыйскому

ᏗᏰ 3

Mon prince, le ministre Salicetti vient de confier à un de ses amis, qu'on lui mande de Paris qu'une déclaration de guerre est imminente contre la cour de Russie et qu'on allait s'occuper des moyens pour lui enlever les Sept Iles. Cette conquête d'après lui n'offre pas de grandes difficultés, ayant été convaincu par la relation qu'un officier lui a communiquée, et c'est un certain Varèse, Corse de nation, protégé et compagnon d'études du premier consul, aujourd'hui inspecteur des ports de France dans la Méditerranée et autrefois principal émissaire employé à la démocratisation de Corfou, qu'il sera impossible à 14 mille Russes dispersés ça et là de résister longtemps à une double attaque des habitants et des Français. Cette sortie du ministre de France est peut-être hasardée; mais comme les combinaisons des Français ont toujours porté sur les intelligences qu'ils avaient dans le pays qu'ils voulaient envahir, il ne serait peut-être pas si indifférent de surveiller les amis de Varèse à Corfou, qui certainement ne doivent pas y être ignorés.

Les forces des Français en Italie selon les notions les plus exactes ne dépassent pas les 60 mille hommes y compris les Cisalpins et les Liguriens. La division de St. Cyr est d'environ 10 mille Français, 3 mille Cisalpins et 800 Liguriens; celle de Boulogne est de 7 mille h[ommes] dont 3 mille 700 occupent Fano, Pesaro et les environs. Les renforts que Jourdan a reçus ne vont pas au delà de 20 mille hommes, la plupart des conscrits. Cette troupe a passé par Suze et Cremone et s'est ensuite distribuée : partie dans le Véronais et partie dans le Breschian, Bergamasque. La flotte de Toulon, forte de 9 vaisseaux de ligne et de 12 frégates et corvettes, vient de rentrer dans la petite rade. Les matelots ont eu la liberté de descendre à terre. Il paraît que c'est une feinte pour tromper la croisière des Anglais, vu que le camp en avant de Toulon est composé de 8 mille vétérans qui au premier signal peuvent être embarqués.

Une proclamation de la santé vient de jeter le public dans une très grande consternation. Elle annonce que la fièvre jaune fait les plus grands ravages à Livourne, et que les pays limitrophes n'ayant pas pris à temps des mesures efficaces pour se préserver eux-mêmes de la contagion et la Ligurie, on se trouve dans la nécessité d'ordonner aux habitants depuis l'âge de 17 ans jusqu'à 70 inclusivement de former un cordon le plus rigoureux tout le long des côtes et sur les frontières, afin d'empêcher toute communication à ces pays-là avec Gênes. D'après le sens même de cette proclamation, il paraît que ce fléau a gagné déjà la Ligurie; on vient de nettoyer le couvent au fort de San-Benigno pour y transporter les malades d'ici qu'on soupçonnerait attaqués de la fièvre jaune.

J'ai l'honneur...

22 октября (3 ноября) 1804 г.

Получено 22 ноября 1804 г.

Печат, по подлиннику.

Etienne de Sancowsky

Перевод

глав

Господин князь, посланник Салицетти недавно доверительно сказал одному из своих друзей, что из Парижа ему сообщают о том, что русскому двору неминуемо будет объявлена война и что в ближайшее время займутся подготовкой средств для того, чтобы отнять у России Семь островов. По его мнению, захват этих островов не представляет больших трудностей; в этом его убедило суждение, высказанное одним офицером, некиим Варезом, корсиканцем по национальности, товарищем по учебе и протеже первого консула, ранее ным эмиссаром по демократизации Корфу, а ныне - Инспектором французских портов в Средиземном море, о том, что 14 тыс. русских, разбросанных там и сям, не смогут долго сопротивляться двойному натиску населения и французов. Такое утверждение Французского посланника, может быть, слишком смело, но поскольку в своих расчетах французы всегда основываются на связях, установленных ими в стране, которую они хотят захватить, быть может, следовало бы организовать наблюдение за друзьями Вареза на Корфу, которых там, конечно, должны знать.

По самым точным сведениям, силы французов в Италии не превышают 60 тыс. человек, включая цизальпинцев и лигурийцев. Дивизия Сен-Сира насчитывает около 10 тыс. французов, 3 тыс. цизальпинцев и 800 лигурийцев. Булоньская дивизия состоит из 7 тыс. человек, из которых 3700 занимают фано, Пезаро и окрестности. Подкрепления, полученные Журданом, не превышают 20 тыс. человек, в основном новобранцев. Этот отряд прошел через Сузу и Кремону, а затем часть его была направлена в Верону, часть в Брешию и Бергамо. Тулонский флот, насчитывающий 9 линейных кораблей и 12 фрегатов и корветов, только что вернулся на малый рейд. Матросам разрешили сойти на берег. Похоже, что это хитрость, рассчитанная на то, чтобы ввести в заблуждение крейсирующие английские суда, учитывая, что в лагере под Тулоном насчитывается 8 тыс. ветеранов, которые по первому сигналу могут быть посажены на суда.

Только что выпущена прокламация ведомства здравоохранения, повергнувшая общество в крайний ужас. В ней сообщается, что желтая лихорадка производит огромные опустошения в Ливорно и, поскольку пограничные страны не приняли своевременно действенных мер, чтобы предохранить от распространения заразы самих себя и Лигурию, возникла необходимость предписать жителям от 17 до 70 лет включительно выставить строжайший кордон вдоль всего побережья и на границах, для того чтобы не допустить каких-либо сношений между этими странами и Генуей. Судя по содержанию этой прокламации, похоже, что это бедствие уже поразило Лигурию. Только что очищен монастырь в крепости Сан-Бениньо, чтобы отправлять туда больных, подозреваемых в том, что у них желтая лихорадка.

Имею честь

Степан Санковский

[ocr errors]

Товарищ министра иностранных дел А. А. Чарторыйский
послу в Вене А. К. Разумовскому

22 октября (3 ноября) 1804 г.

Разъясняется политика русского правительства в Черногории. Выражается надежда на то, что Австрия и Россия будут совместно противодействовать проискам французских агентов в Черногории.

«Споменик, Београд, 1898, т. ХХХI, No 29, стр. 99-102.

63. Декларация России о совместных действиях с Австрией
против Франции 104

25 октября (6 ноября) 1801 г.*

L'influence prépondérante exercée par le gouvernement français sur les Etats circonvoisins et le nombre de pays occupés par ses troupes inspirant de justes inquiétudes pour le maintien de la tranquillité et de la sûreté générale de l'Europe, s. m. l'empereur de toutes les Russies partage avec s. m. l'empereur-roi

* Дата подписания декларации представителями России и вручения ее австрийскому послу Стадиону.

la conviction que cet état de choses réclame leur sollicitude mutuelle la plus sérieuse et rend urgent qu'elles s'unissent à cet effet par un concert étroit, adapté à l'état de crise et de danger, auquel l'Europe se trouve exposée.

Les soussignés ..., munis en conséquence des instructions et pouvoirs pour négocier et conclure un ouvrage aussi salutaire avec le plénipotentiaire nommé par s. m. l'empereur-roi pour en traiter avec lui, et après s'être mutuellement communiqué les pleins pouvoirs trouvés en due forme, sont convenus avec ledit plénipotentiaire des stipulations renfermées dans les articles suivants :

Article I

S. m. l'empereur de toutes les Russies promet et s'engage d'établir à l'égard de la crise et du danger susmentionnés le concert le plus intime avec s. m. l'empereur-roi, et les deux monarques auront soin de se prévenir et de s'entendre mutuellement sur les négociations et les concerts qu'ils seront dans le cas de lier avec d'autres puissances pour le même but convenu entr' eux et leurs démarches à cet égard seront conduites de manière à ne compromettre en aucune façon le présent engagement arrêté entr'eux, avant qu'ils ne se soient décidés d'un commun accord à le rendre public.

Article II

S. m. l'empereur de toutes les Russies et s. m. l'empereur-roi ne négligeront aucune occasion et facilité pour se mettre en état de coopérer d'une manière efficace aux mesures actives qu'elles jugeront nécessaires pour prévenir des dangers qui menaceraient immédiatement la sûreté générale de l'Europe.

Article III

Si en haine de l'opposition, que les deux cours impériales apporteront aux vues ambitieuses de la France en vertu de leurs concerts mutuels, l'une d'elles se trouvait immédiatement attaquée (les troupes russes stationnées pour le moment aux Sept Iles ioniennes faisant partie de la présente stipulation) chacune des deux hautes parties contractantes s'oblige de la manière la plus formelle de mettre en action pour la défense commune, le plus tôt que possible, les forces ci-dessous énoncées dans l'article VIII.

Article IV

S'il arrivait que le gouvernement français abusant des avantages, que lui procure la position de ses troupes qui occupent maintenant le territoire de l'empire d'Allemagne, envahissait les pays adjacents, dont l'intégrité et l'indépendance sont essentiellement liées aux intérêts de la Russie, et que par conséquent ne pouvant voir un tel empiétement d'un œil indifférent s. m. l'empereur de toutes les Russies se trouvât obligé d'y porter ses forces, s. m. l'empereur-roi regardera une telle conduite de la part de la France comme une agression qui lui imposera le devoir de se mettre au plus tôt en état de fournir un prompt secours, conformément aux stipulations du présent concert.

Article V

S. m. i. de toutes les Russies partage complètement le vif intérêt, que s. m. impériale et royale apostolique prend au maintien de la Porte Ottomane, dont le voisinage leur convient à tous les deux ; et comme une attaque dirigée contre

la Turquie Européenne par toute autre puissance ne peut que compromettre essentiellement la sûreté de la Russie et de l'Autriche et que la Porte dans son état de trouble actuel ne saurait elle-même repousser une entreprise formée contre elle, dans ladite supposition, et si la guerre se trouvait par cette raison engagée directement entre l'une des deux cours impériales et le gouvernement français, l'autre se préparera aussitôt, afin d'assister, dans le plus court délai possible, la puissance en guerre et de contribuer de concert à la conservation de la Porte Ottomane dans son état de possession actuel.

Article VI

Le sort du royaume de Naples devant influer sur celui de toute l'Italie, à l'indépendance de laquelle leurs majestés impériales prennent un intérêt tout particulier, il est entendu que les stipulations du présent concert auront leur effet dans le cas que les Français voulussent s'étendre dans le royaume de Naples par la force des armes au delà de leurs bornes actuelles pour s'emparer de la capitale, des places fortes de ce pays, pénétrer dans la Calabre. En un mot, s'ils forçaient s. m. le roi de Naples de risquer le tout pour le tout et de s'opposer par la force à cette nouvelle violation de sa neutralité et que s.m.i. de toutes les Russies, par les secours que dans cette supposition elle devrait fournir au roi des Deux Siciles, se trouvât engagée dans une guerre contre la France, s. m. impériale et royale s'oblige à commencer de son côté les opérations contre l'ennemi commun d'après les stipulations et nommément d'après les articles IV, V, VIII et IX du présent concert.

Article VII

Vu l'incertitude où les deux hautes parties contractantes se trouvent encore actuellement sur les desseins futurs du gouvernement français, elles se réservent, en outre de ce qui est stipulé ci-dessus, de convenir suivant l'urgence des circonstances des différents cas qui seraient de nature à exiger aussi l'emploi de leurs forces mutuelles.

Article VIII

Dans tous les cas, où les deux cours impériales en viendront à des mesures actives en vertu du présent concert ou de ceux qu'elles formeront ultérieurement entre elles, elles se promettent et s'engagent de coopérer simultanément et conjointement d'après un plan, qui sera convenu incessamment entre elles, avec des forces suffisantes pour espérer de combattre avec succès celles de l'ennemi et pour le repousser dans ses propres foyers, lesquelles forces ne seront pas moins de trois cent cinquante mille hommes sous les armes pour les deux cours impériales. S. m. impériale et royale fournira deux cent trente cinq mille pour sa part et le reste sera donné par s. m. l'empereur de Russie. Ces troupes seront mises et entretenues constamment des deux côtés sur un pied complet et il sera laissé en outre un corps d'observation pour s'assurer que la cour de Berlin restera passive. Les armées respectives seront distribuées de manière que les forces de deux cours impériales qui agiront de concert ne seront pas inférieures en nombre à celles de l'ennemi, qu'elles auront à combattre.

Article IX

Conformément au désir manifesté par la cour impériale et royale, s. m. i, de toutes les Russies s'engage d'employer ses bons offices à l'effet d'obtenir de la cour de Londres à s. m. impériale et royale apostolique pour les cas d'une guerre avec la France, énoncés dans la présente déclaration ou qui résulteront

des concerts futurs que les deux cours impériales se réservent de prendre dans l'article VII, des subsides, tant pour la première mise en campagne qu'annuellement pour toute la durée de la guerre, qui soient autant que possible à la convenance de la cour de Vienne.

Article X

Dans l'exécution des plans arrêtés il sera porté un juste égard aux obstacles qui résultent tant de l'état actuel des forces et des frontières de la monarchie autrichienne que des dangers imminents auxquels elle serait exposée dans cet état par des démonstrations et des armements qui provoqueraient immédiatement une invasion prématurée de la part de la France. En conséquence dans la détermination des mesures actives, dont on conviendra mutuellement et tant que la sûreté des deux empires et l'intérêt essentiel de la chose commune le permettront, il sera porté la plus grande attention à en combiner l'emploi avec le temps et la possibilité de mettre les forces et les frontières de s. m. l'empereur-roi en situation de pouvoir ouvrir la campagne avec l'énergie nécessaire pour atteindre le but de la guerre. Une fois cependant que les empiétements des Français auront établi les cas dans lesquels sa dite majesté impériale et royale apostolique sera engagée à prendre part à la guerre en vertu du présent concert et de ceux qui seront formés mutuellement par la suite, elle s'engage à ne pas perdre un instant pour se mettre en état dans le plus court délai possible et qui ne devra pas dépasser le terme de trois mois après la réclamation faite de coopérer efficacement avec s. m. i. de toutes les Russies et de procéder avec vigueur à l'exécution du plan qui sera arrêté.

Article XI

Les principes des deux souverains ne leur permettant pas dans aucun cas de vouloir contraindre le libre vœu de la nation française, le but de la guerre ne sera pas d'opérer la contre-révolution, mais uniquement de remédier aux dangers communs de l'Europe.

Article XII

S. m. l'empereur de toutes les Russies reconnaissant qu'il est juste, que dans le cas d'une nouyelle explosion de la guerre la maison d'Autriche soit dédommagée des immenses pertes qu'elle a essuyées dans ses dernières guerres avec la France, elle s'engage à coopérer pour lui obtenir ce dédommagement en pareil cas, autant que le succès des armes le comportera. Cependant dans le cas le plus heureux s. m. l'empereur-roi n'étendra pas en Italie sa limite au delà de l'Adda à l'occident et du Pô au midi; bien entendu que des différentes embouchures de ce dernier fleuve c'est la plus méridionale qui y serait employée. Les deux cours impériales désirent, que dans le cas supposé de succès s[on] a[ltesse] royale l'électeur actuel de Salzbourg puisse être replacé en Italie et qu'à cet effet il soit remis ou bien en possession du grand duché deToscane ou bien qu'il obtienne quelqu'autre établissement convenable dans la partie septentrionale de l'Italie, supposé que les événements rendent cet arrangement possible.

Article XIII

Leurs majestés impériales dans la même supposition auront à cœur de procurer le rétablissement du roi de Sardaigne dans le Piémont, même avec un agrandissement ultérieur. Dans des hypothèses moins heureuses, il conviendrait toujours de lui assurer un établissement sortable en Italie.

12 Заказ No 1769

177

« PreviousContinue »