Page images
PDF
EPUB

препоручается, но с особливым и точным примечанием, чтоб наблюдать ему при том тщательнейшую и величайшую осмотрительность и осторожность, дабы не дошли оные до сведения злорасположенных и им преданных людей. Пункты же, о коих уверения учинить, за сим следуют.

1) Что ежели Россия и вступит в войны с Франциею, то главною ее целию всегда будут не выгоды какие-либо собственные, но единственно защита слабых и восстановление равновесия в Европе, изпроверженного насилиями французского правительства.

2) Что государь император, особенно благоволя Батавской республике, коей торговые сношения с Россиею соединяют некоторым образом существенные обоюдные интересы, всемерно желает не только никаких препон не делать батавской торговле, но всячески еще оную покровительствовать.

3) Что, соболезнуя о нынешнем положении сей республики, находящейся, так сказать, под управлением Франции, наивящшее попечение е. в-ва было бы доставить ей полную независимость и не только охранить целость ее, но еще, буде обстоятельства позволят, увеличить ее и придать новую силу могуществу и политическому ее бытию, что немало к восстановлению равновесия в Европе споспешествовать долженствует.

4) Относительно же до внутреннего управления оной республики нужно дать понять, что противно бы было с правилом е. в-ва принудить нацию избрать противу воли ее какую-либо конституцию и что, оставляя сию последнюю совершенно в воле оной, не тронута будет та, которую она не по чужому какому влиянию, но по собственному выбору полезною себе признает.

Кончив сим наставление, вторично рекомендуется г-ну Бетлингу при исправлении вышепорученного употребить крайнюю и всевозможную осторожность и разборчивость, которую тонькость и важность сего предмета требует.

Печат. по копии.

71. Товарищ министра иностранных дел А. А. Чарторыйский
посланнику в Берлине М. М. Алопеусу

3(15) ноября 1804 г.

Monsieur, par les dernières dépêches de v. ex. nous avons vu et les démarches que Vous avez faites et les décisions prises par la cour de Berlin à la suite de la nouvelle violation du droit des gens commise par Bonaparte 100. L'empereur, en approuvant la note *, pleine de sens et de force, que Vous avez donnée à Mr le baron de Hardenberg et Vos explications sur le même objet avec ce ministre, Vous charge, monsieur, de lui témoigner sa vive satisfaction pour la loyauté des principes de sa cour et pour la décision qu'elle a prise conforme à sa dignité et aux engagements contractés avec la nôtre. Vous le prierez aussi de porter à la connaissance de s. m. prussienne le contentement qu'a ressenti notre auguste maître en voyant tenir à son intime allié la conduite qui convient à une grande puissance, blessée essentiellement par un événement aussi atroce. S. m. i. n'a jamais douté un seul instant, que le cabinet de Berlin ne remplisse strictement la convention ** conclue entre les deux Etats; elle a appris avec un plaisir extrême les promesses qu'on Vous a données sur la mise en mouvement d'une armée imposante 112, et elle espère qu'on ne se laissera plus endormir et amuser par les phrases de Bonaparte, mais qu'on exigera des faits, et comme l'offense

См. док. 60.

** См. док. 13, 23.

est inouïe dans les annales des nations civilisées, la réparation doit être complète, il ne serait pas assurément suffisant qu'on relâchât seulement Mr Rumbold, il faut insister sur une satisfaction éclatante et publique aux yeux de toute l'Europe, afin de tranquilliser tous les Etats en général sur les usurpations et les molestations croissant tous les jours du despote qui domine la France. Le ministère prussien voit à présent jusqu'à quel point il peut compter sur la foi de cet homme qui tout récemment encore a protesté et à Mr Luchesiny à Paris et par le Sr La Forêt à Berlin, qu'il respectera le Nord de l'Allemagne.

V. ex. aura le plus grand soin de suivre cette affaire avec tant de zèle qui lui est propre et de ne rien négliger pour affermir la cour de Berlin dans les dispositions énergiques, qui lui font tant d'honneur, et de la détourner de se prêter aux persuasions de Bonaparte, lequel paraît avoir pour but d'établir par des exemples son nouveau droit des gens et de détruire de cette façon l'indépendance des Etats qui sont à sa portée. Vous pouvez assurer le ministère prussien au nom de l'empereur, que ni les forces de la France ni la position de la Prusse ne doivent lui donner la moindre inquiétude; que si même la convention **, signée par les deux souverains, n'existait pas, l'amitié seule, que notre auguste maître a vouée à la personne de s. m. prussienne, doit donner la certitude qu'au moindre danger, à la moindre menace du gouvernement français la Prusse serait puissamment secourue par la Russie. C'est une assurance que Vous réitérerez au baron de Hardenberg, et nous sommes persuadés que ce langage, appuyé par le crédit dont Vous jouissez auprès du ministère prussien, et Votre expérience dans les affaires Vous feront réussir à remplir nos désirs qui sont ceux de toute l'Europe.

113

Ne doutant pas qu'à la réception de la présente dépêche, v. ex. ne soit déjà, d'après la promesse de Mr le baron de Hardenberg, en possession de la copie de la lettre que s. m. le roi de Prusse a écrite à Bonaparte relativement au chevalier de Rumbold, je Vous prie de me la faire tenir sans délai et de remercier ce ministre pour la confiance qu'il ne cesse de nous témoigner.

J'ai l'honneur...

Le prince A. Czartoryski

Получено 14(26) ноября 1804 г. на естафете.

Печат. по подлиннику.

Перевод

Милостивый государь, из последних депеш в. пр-ва мы узнали и о демаршах, сделанных Вами, и о решениях, принятых берлинским двором в связи с новым нарушением международного права со стороны Бонапарта 100. Император, одобряя составленную убедительно и твердо ноту*, которую Вы вручили барону Гарденбергу, а также Ваши объяснения по тому же предмету с этим министром, поручает Вам, милостивый государь, заявить ему о том, что он глубоко удовлетворен благородством принципов его двора и принятым последним решением, соответствующим его достоинству и обязательствам по отношению к нашему двору. Вы также попросите его сообщить его прусскому в-ву о том удовлетворении, которое испытал наш августейший государь, видя, что его ближайший союзник следует линии поведения, какой и подобает придерживаться великой державе, глубоко оскорбленной столь отвратительным поступком. Е. и. в-во никогда не сомневался в том, что берлинский кабинет неукоснительно выполнит конвенцию ** заключенную между двумя государствами; он с чрезвычайным удовольствием узнал о данных Вам обещаниях выставить внушительную армию и надеется, что там больше не позволят Бонапарту усыплять и обманывать себя словесными заверениями, а потребуют от него перейти к делу, и поскольку нанесено неслыханное в истории цивилизованных наций оскорбление, удовлетворение должно быть полным; конечно, одного лишь освобождения г-на Румбольда было бы недостаточно, нужно настаивать на том, чтобы удовлетворение было явным и публичным перед лицом всей Европы, с тем чтобы успокоить все государства относительно непрерывно растущего числа посягательств на чужие права и различных притеснений со стороны деспота, правящего Францией. Прусское мини

112

стерство видит теперь, в какой мере оно может полагаться на добросовестность этого человека, который еще совсем недавно давал заверения через г-на Люккезини в Париже и г-на Лафоре в Берлине, что он не тронет Северную Германию.

В. пр-ву надлежит следить за этим делом со всем присущим Вам усердием и не пренебречь ничем, что могло бы укрепить берлинский двор в решительных намерениях, делающих ему такую честь, а также убедить его не поддаваться на уговоры Бонапарта, который, по-видимому, имеет целью путем создания прецедентов установить новое, свое собственное международное право и уничтожить таким образом независимость тех государств, которые досягаемы для него. Вы можете заверить от имени императора прусское министерство, что ни силы Франции, ни положение Пруссии не должны внушать ему какого-либо беспокойства; что, если бы даже не существовало конвенции **, подписанной двумя государями, уже одно дружеское расположение нашего августейшего государя к особе его прусского в-ва должно вселять уверенность, что при малейшей опасности, при малейшей угрозе со стороны французского правительства Пруссии будет оказана Россией могущественная поддержка. Вам следует еще раз заверить в этом барона Гарденберга, и мы убеждены, что благодаря доверию, которым Вы пользуетесь у прусского министерства, эти заверения, а также Ваша опытность в делах обеспечат успешное осуществление наших желаний, которые совпадают с желаниями всей Европы.

113

Не сомневаясь в том, что, когда в. пр-во получите эту депешу, Вы будете уже иметь, в соответствии с обещанием г-на барона Гарденберга, копию письма которое е. в-во прусский король написал Бонапарту относительно кавалера Румбольда, я прошу Вас незамедлительно переслать мне ее и поблагодарить этого министра за то доверие, которое он всегда нам

оказывает.

Имею честь...

Князь А. Чарторыйский

Главноуправляющий в Грузии П. Д. Цицианов П. М. Литвинову

12(24) ноября 1804 г

Предписание оповестить всех жителей Имеретии и Мингрелии о категорическом запрещении продажи пленных в рабство.

АКАК, т. 11, стр. 415.

Товарищ министра иностранных дел А. А. Чарторыйский
главноуправляющему в Грузии П. Д. Цицианову

15(27) ноября 1804 г.

Соображения о желательности получить просьбу Фетх-Али-шаха иранского о признании его Россией в шахском достоинстве.

АКАК, т. 11, стр. 813-814.

72. Товарищ министра иностранных дел А. А. Чарторыйский
послу в Лондоне С. Р. Воронцову

27 ноября (9 декабря) 1804 г.

Monsieur le comte, j'ai eu l'honneur de recevoir la dépêche de v. ex. sub No 28711, par laquelle elle nous rend compte des instances de la cour de Londres sur l'envoi de nos troupes au secours du roi de Naples, au cas que ce prince fût obligé de quitter sa capitale. Milord Levison Gower m'a communiqué également les ordres qu'il avait reçus relativement au même objet.

En ne prenant pour règle que les raisons d'Etat, la Russie devrait certainement s'occuper de la garantie des possessions de la Porte de préférence à celles du royaume de Naples, vu la proximité de cette première puissance de nos frontières, la facilité que cela nous donne pour la défendre et l'intérêt majeur que nous avons de conserver son intégrité. Cependant, l'amitié sincère, que l'em

pereur porte au roi des Deux Siciles et dont il lui a donné des preuves beaucoup trop évidentes pour qu'on en puisse douter, ne lui permettra certainement pas d'abandonner ce souverain dans le danger des circonstances actuelles. C'est dans ce sens qu'a été conçue ma réponses au duc de Serracapriola qui venait d'être chargé par sa cour de réitérer ses instances pour obtenir l'appui de l'empereur. J'ai donné à l'envoyé de Naples les explications les plus propres à tranquilliser le roi son maître sur l'intérêt constant et les dispositions inébranlables de s.m.i. de venir à son aide dans la crise actuelle. Cependant, j'ai dû observer aussi à ce ministre combien il était urgent d'éloigner encore, autant que cela se pourra, le moment de l'explosion de la guerre et combien il serait dommageable d'en venir à cette extrémité dans un moment où les affaires générales sont loin d'avoir atteint leur degré de maturité nécessaire et où tout reste encore à combiner et à préparer, afin que dès son début cette guerre ne soit pas marquée par des catastrophes funestes. En traitant cette matière avec v. ex. pour la mettre dans le cas de s'en expliquer avec le ministère anglais, je ne saurais mieux faire que de revenir sur les développements que j'ai donnés au duc de Serracapriola. Il ne s'agit pas même de s'arrêter sur la nécessité d'une coalition générale et d'un ensemble d'opération dans toute l'Europe, sans lesquels toute expédition partielle, entreprise avec plus de zèle que de sagesse, ne peut avoir que des suites fâcheuses. Il suffit de remarquer que, même pour une opération isolée dans le Midi de l'Italie, aucun arrangement n'est encore combiné de manière à pouvoir en attendre un succès seulement temporaire. Les secours, que nous pourrions fournir de suite en ce royaume de Naples, ne surpasseraient guère pour le moment le nombre stipulé par le traité d'alliance pour la durée de la guerre passée, et le nombre de troupes offertes par le gouvernement anglais est encore moins signifiant. Que peut-on se promettre de l'emploi de forces aussi modiques, pendant que les Français augmentent considérablement les leurs et peuvent les tripler d'un jour à l'autre ? Ayant eu la prévoyance d'occuper la terre de Bari jusqu'à Tarente, ils pourront dès le premier moment des hostilités diriger leurs attaques sur différents points, et nommément, d'un côté, sur Gaete, Naples et Salerne, et de l'autre, sur Tarente, en prenant la Calabre à revers. Cette province, étant de cette façon attaquable par ses deux bouts, ce qu'elle n'était pas la guerre passée, ne présente plus les mêmes avantages de défense, car les Français chercheront aussitôt d'y pénétrer par le chemin de Tarente, où ils sont déjà à l'entrée de ce pays, et où les défilés, d'après la carte la plus exacte qu'on a ici, ne sont pas aussi inattaquables que ceux qui se trouvent sur le chemin de Salerne. Nous ignorons encore la nature des dispositions militaires et les plans que s. m. sicilienne se propose de suivre en cas d'agression; ses troupes seront-elles capables de soutenir le premier choc des Français assez longtemps pour rendre possible l'arrivée des secours de Corfou? Ceux-ci pourront tarder avant que la nouvelle y arrive, avant que l'embarcation soit faite, sans compter les hasards de la traversée. Sait-on avec précision, où elles doivent débarquer, de manière à l'exécuter sans danger et pour agir ensuite avec plus d'avantages? Est-ce, d'après le désir du gouvernement anglais, en Calabre, où les Français, par les raisons ci-dessus mentionnées, peuvent pénétrer instantanément ? Est-ce à Naples, comme le paraît souhaiter s.m. sicilienne, où toutefois avec leur petit nombre il n'est pas probable qu'elles puissent se soutenir contre les forces croissantes des Français ? On ne saurait assez le répéter, le moment présent ne peut se comparer avec ce qui a eu lieu l'année 1799. Les Français n'étaient pas alors maîtres de Tarente, ils avaient sur les bras une armée puissante, qui s'avançait dans le Nord de l'Italie, et ils étaient déjà découragés par des défaites. Pourrait-on en vouloir à s.m.i. que, sous de telles circonstances, elle balance d'exposer ses troupes à des chances plus qu'incertaines et qui non seulement pourraient faire tort à la gloire de ses

armes, mais même avoir les suites les plus malheureuses pour la cause que
l'on veut défendre?

116

Cependant, l'empereur, voulant prouver à la cour de Londres, combien il lui tient à cœur d'entrer dans ses désirs et donner un nouveau témoignage de son amitié invariable à s. m. sicilienne, et, afin d'aplanir les nombreuses difficultés autant qu'il est en lui, va donner l'ordre au général d'infanterie de Lascy", désigné préalablement pour commander le corps russe qui doit être employé pour la délivrance du royaume des Deux Siciles, de se rendre à Naples en qualité de voyageur et sous prétexte de santé avec la commission de s'aboucher avec le ministère napolitain et de régler éventuellement avec lui de quelle façon ces différentes difficultés pourraient être levées. Mr de Lascy sera chargé, avec l'agrément de s. m. sicilienne, d'examiner les moyens de défense qu'elle prépare, de se mettre au fait des dispositions que les généraux napolitains ont faites, de parcourir le pays, et nommément la Calabre, pour s'assurer de la probabilité qu'il y a d'y faire une défense de durée et d'y débarquer avec sûreté; en un mot, d'inspecter sous main, et de manière à ne pas donner des soupçons, les différentes positions des Etats napolitains sur lesquelles on présume que les troupes russes devront diriger leurs premières opérations. Gardant le plus strict incognito, il s'occupera à recueillir ces notions et ne déploiera le caractère, dont il aura été revêtu, que lorsque le moment d'agir sera arrivé. Au surplus, l'empereur tout en exhortant s.m. sicilienne à s'abstenir soigneusement de toute démonstration qui pourrait la compromettre vis-à-vis le gouvernement français, lui conseille, cependant, de continuer toujours, sans aucun bruit, ni ostentation, de s'occuper des mesures nécessaires, afin de ne pas être pris au dépourvu et afin de pouvoir, au cas que les hostilités vinssent à commencer, tenir tête à l'ennemi assez longtemps pour conserver l'espoir que les troupes alliées pourraient venir au secours de celles du pays.

J'ai cru devoir transmettre à v. ex. tous ces détails qui lui serviront à présenter au ministère anglais sous leur véritable aspect les déterminations de s.m.i. Vous voudrez bien y ajouter, Mr le comte, que rien au fond n'étant encore définitivement combiné avec la cour de Londres au sujet de l'assistance à donner au roi de Naples et sur la manière de la mettre à exécution, l'empereur se voit dans l'impossibilité de prendre dès à présent un engagement formel à cet égard. L'Angleterre, qui nous presse d'aider les Etats de ce souverain et qui a tant d'intérêts directs pour les protéger, n'a jusqu'à présent de troupes disponibles à Malte que 2 mille hommes, qu'elle ne veut employer que pour occuper Messine. Ils ne seront donc de cette façon d'aucun secours au corps russe qui aurait débarqué dans le royaume de Naples. L'empereur, partageant entièrement les sentiments de la cour de Londres pour s. m. sicilienne, a déjà déclaré qu'il ne serait pas éloigné d'augmenter ses forces à Corfou d'après les circonstances, afin de pouvoir, selon l'urgence, donner des secours plus considérables à ce souverain, mais il désirerait aussi que l'Angleterre manifest ât son intérêt pour s. m. sicilienne en déployant de plus vastes mesures pour la défense de ses Etats; qu'elle porte à cet effet les troupes disponibles à Malte à un nombre plus respectable et pas moins de 15 mille hommes, sans quoi il serait impossible d'espérer aucun résultat heureux de ce côté. Il est instant en outre que les dites troupes anglaises soient destinées à prendre une part active aux opérations de continent, afin d'opposer une résistance vigoureuse à l'ennemi. Les efforts unanimes de trois puissances qui yagiraient ne pouvant pas atteindre le but désiré qu'en tant que les opérations de leurs troupes seront dirigées du même centre, s. m. i. désirerait que le commandement en chef puisse être confié à un général russe, et nommément à Mr. Lascy, dont il est question plus haut. De cette unité dans le commandement résulterait une célérité dans les opérations qui, comme l'expérience l'a très

197

« PreviousContinue »