Page images
PDF
EPUB

l'Ordre de Ste. Anne, grande Croix de celui de St. Wladimir de la seconde classe, de St. George de la quatrième et Commandeur de l'Ordre Souverain de St. Jean de Jérusalem; et Sa Majesté Suédoise-le Sieur Baron Court Louis Bogislas Cristophe de Stedingk, un des Seigneurs du Royaume de Suède, Son ambassadeur extraordinaire auprès de Sa Majesté l’Empereur de toutes les Russies, Lieutenant Général dans ses armées, Chambellan, Chevalier et Commandeur de Ses Ordres, Chevalier grand Croix de son ordre de l'Epée et Chevalier de ceux de St. André, de St. Alexandre Newsky, de Ste. Anne de la première classe, et de celui de France pour les mérites militaires; lesquels après l'échange de leurs pleins pouvoirs sont convenus des articles suivants.

Article 1

Si à la suite de la mésintelligence qui existe présentement entre la Suède et la France, le Gouvernement français se portait à une attaque contre les provinces allemandes de Sa Majesté Suédoise, le Traité d'alliance de Gatschina entre la Russie et la Suède ayant prévu ce cas et Sa Majesté Impériale voulant en remplir avec fidélité toutes les stipulations, le but du présent Concert sera d'empêcher les troupes françaises de s'étendre hors la ligne qu'elles occupent maintenant dans le Nord de l'Allemagne, et de travailler même à procurer à ce pays son entière délivrance. Dans le cas donc, que de nouveaux empiétements de la part de ces derniers décidassent Sa Majesté l'Empereur de toutes les Russies à y faire passer une armée de quarante à cinquante mille hommes, Sa Majesté le Roi de Suède s'engage d'y joindre vingt à vingt-cinq mille hommes de Ses propres troupes.

Article II

Dans le cas que Sa Majesté Impériale jugeât avantageux pour le succès des mesures communes, qu'il s'agit de concerter par la présente Convention, de faire passer par la voie de mer une partie de ses troupes destinées à agir dans le Nord de l'Allemagne, Sa Majesté le Roi de Suède invite Son auguste Allié à se servir pour le débarquement desdites troupes des Ports de la Pomeranie Suédoise et spécialement de celui de Stralsund, jusqu'à ce que l'on se soit assuré d'autres points de débarquement aussi sûrs que commodes; mais comme le nombre des embarcations nécessaires pour le transport des troupes russes est trop considérable pour qu'il soit possible de les trouver en totalité au moment du besoin dans les Ports russes de la Baltique, Sa Majesté le Roi de Suède voulant donner à Sa Majesté Impériale un témoignage de Son désir de ne rien épargner de ce qui pourrait contribuer au succès de la chose commune s'engage de faciliter, par des ordres qu'elle fera donner à cet effet aux propriétaires de vaisseaux suédois, le frètement de leurs navires pour le compte de Sa Majesté Impériale et de faire surveiller la conduite de ces derniers de manière qu'ils ne puissent abuser des circonstances et augmenter trop le prix du fret.

[ocr errors]

Article III Aussitôt que l'armée russe se sera réunie et formée en avant de la Poméranje Suédoise et aura ainsi mis cette province hors de toute atteinte, Sa Majesté le Roi de Suède la fera joindre par Ses troupes (lesquelles seront, ainsi qu'il est dit plus haut, au nombre de vingt à vingt-cinq mille hommes) pour opérer conjointement d'après un plan qui sera préalablement arrêté, à l'effet de produire l'entière évacuation du territoire germanique, et replacer les troupes françaises au delà des limites de l'Empire d'Allemagne.

[ocr errors]

Article IV

Pour éviter tout mésentendu sur le moment, où les opérations combinées doivent commencer, il est arrêté, que le Casus foederis échoit aussitôt que les troupes françaises stationnées dans l'Electorat d'Hannovre auront dépassé la ligne derrière laquelle elles se trouvent maintenant, pour se porter, soit sur le Meklembourg, soit sur le Holstein ou sur le Duché d'Oldenbourg et la Seigneurie de Jever, lesquels pays étant attaqués soit isolément soit en général, les deux hautes parties contractantes procéderont sans perte de temps à leur délivrance et profiteront de leur succès, Dieu aidant, à repousser l'ennemi dans ses propres foyers.

Article V La force de l'armée française qui occupe le Hanovre devant annoncer ses projets plus ou moins agressifs, on attachera un mil vigilant sur sa formation et des renforts alarmants en marche pour le Hanovre serviront de signal pour que les deux hautes parties contractantes s'entendent sur l'époque du départ des troupes tant russes que suédoises.

Article VI Les troupes russes pendant leur séjour dans la Pomeranje Suédoise seront logées et chauffées par le pays. Le prix du bois livré aux troupes russes sera payé au même taux que celui livré aux troupes suédoises. Pour ce qui regarde les provisions de bouche et les fourrages comme la Cour Impériale de Russie se propose de faire suivre chaque expédition de troupes par des galiotes chargés de vivres, ces articles ne retomberont pas à la charge du pays. Cependant comme il pourrait facilement arriver que les bâtiments russes chargés de provisions seront retardés dans leur marche par quelque accident de mer, Sa Majesté le Roi de Suède s'oblige dans ce cas à faire livrer de Ses propres magasins aux troupes russes qui auront déjà débarqué en Pomeranie, les vivres qui leur seront absolument nécessajres, la quantité reçue devant y être restituée aussitôt que les galiotes seraient arrivées.

Article VII

La partie de troupes Russes qui pourrait être casernée temporairement à Stralsund recevra le mot d'ordre du Commandant de la forteresse ; celle qui sera hors des murs de la ville ne relèvera que de son propre chef, lequel aura soin de se concerter avec le gouverneur de la province sur les positions qu'il sera dans le cas de faire prendre aux troupes russes, afin que ledit gouverneur puisse aviser aux arrangements économiques que les changements de positions pourront nécessiter.

Article VIII Les troupes russes et suédoises étant formées en deux Corps d'armée dépendront séparément de leurs chefs respectifs; mais leurs opérations soit isolées, soit combinées, ne seront exécutées qu'après un accord préalable entre les deux officiers commandants. Lorsque les succès des deux armées alliées leur auront frayé le chemin à l'expulsion des Français du Nord de l'Allemagne, ou que les circonstances auront rendu utile une jonction soit générale des deux armées, soit partielle et par détachements on se réglera pour le commandement d'après l'article sept du Traité de Gatschina'?, en substituant à l'officier de la partie requérante l'officier du Corps principal, c'est-à-dire du Corps le plus fort en nombre d'hommes.

Article IX

Les hostilités une fois commencées les deux hautes parties contractantes s'engagent de la manière la plus positive et la plus formelle, à ne point poser les armes ni traiter d'accommodement avec le Gouvernement français que d'après un accord commun.

Article X Les ratifications de cette Convention seront échangées à St.-Pétersbourg dans six semaines ou plus tôt si faire se peut 143.

En foi de quoi Nous soussignés en vertu de nos pleins pouvoirs avons signé la présente Convention et y avons apposé le cachet de nos armes. Fait à St.-Pétersbourg le 2(14) Janvier 1805. (L.S.) Adam Prince

(L.S.) Court Stedingk. Czartoryski

(L. S.) Dimitri Tatist scheff.

Premier Article séparé et secret La conduite magnanime dont Sa Majesté l'Empereur de toutes les Russies et Sa Majesté le Roi de Suède sont convenus de donner l'exemple, étant de nature à influer sur les déterminations des Cours avoisinantes et les engager à réunir leurs efforts à ceux de Leurs dites Majestés à l'effet de réprimer l'ambition du Gouvernement français, l'accroissement des moyens décidera de l'étendue des espérances qu'on pourra concevoir. En attendant les deux hautes parties contractantes conviennent d'admettre dans leur alliance les Puissances qui voudront y prendre part et Sa Majesté le Roi de Suède s'en remet à la sagesse de Sa Majesté l'Empereur de toutes les Russies du soin de former ces liens nouveaux. Sa Majesté Impériale promet de Son côté à Son auguste Alljé de ne point admettre dans le cas ci-dessus énoncé aucune stipulation contraire à l'esprit de la présente Convention. Cependant dans le cas que la Russie contractât avec quelque autre Puissance des engagements relatifs au but de la présente Convention, Sa Majesté Suédoise se réserve de ne les considérer comme obligatoires pour Elle qu'après qu'Elle y aura consenti.

Cet article séparé et secret aura la même force et valeur que s'il était inséré mot à mot dans la Convention signée aujourd'hui et sera ratifié en même temps 143

En foi de quoi Nous soussignés en vertu de Nos pleins pouvoirs avons signé le présent Article séparé et secret et y avons apposé le Cachet de nos armes. Fait à St.-Pétersbourg le 2(14) Janvier 1805. (L, S.) A d am Prince (L. S.) Court Steding k.

Czartoryski.
(L. S.) Dimitri Tatistschefi.

Second Article séparé et secret Sa Majesté l'Empereur de toutes les Russies pour donner à Sa Majesté le Roi de Suède une preuve éclatante de Son amitié et de Son estime particulière soumet à Sa direction suprême au cas que Sa Majesté se trouve en Pomeranie, les troupes russes qui agiront dans le Nord de l'Allemagne, bien entendu que le Général en Chef des troupes russes aura une part entière dans le secret et le plan général de la Campagne et que dans le cas que Sa Majesté Suédoise jugeât à propos de s'absenter de l'Armée, le Commandement en chef des armées tant russe que suédoise lui sera dévolu. En outre Sa Majesté Impériale se réserve de s'entendre avec Sa Majesté Suédoise sur les arrangements à prendre dans le cas que les opérations ultérieures des troupes combinées Russes et Suédoises augmentassent le nombre des alliés et amenassent de nouvelles combinaisons.

Cet article séparé et secret aura la même force et valeur que s'il était inséré mot à mot dans la Convention signée aujourd'hui et sera ratifié en même

temps 143

Èn foi de quoi Nous soussignés en vertu de Nos pleins pouvoirs avons signé le présent Article séparé et secret et y avons apposé le Cachet de Nos armes. Fait à St.-Pétersbourg le 2(14) Janvier 1805. (L. S.) Adam Prince (L. S.) Court Steding k.

Czartoryski. (L. S.) Dimitri Tatistscheff.

Troisième Article séparé et secret Si par les soins de Sa Majesté Impériale on parvenait à combiner finalement et de concert avec une des principales puissances du Continent un plan général de mesures à l'effet de rétablir en Europe l'équilibre entièrement rompu par l'ambition démesurée de la France, les stipulations contenues dans la présente Convention deviendront obligatoires pour Sa Majesté le Roi de Suède qui s'engage par le présent Article additionnel de ne plus attendre alors que les armées françaises se renforçassent dans le Hanovre, pour faire passer dans la Pomeranie Suédoise le nombre de ses troupes déterminé par la Convention. Bien loin de là Sa Majesté Impériale et Sa Majesté le Roi de Suède sont tombées d'accord pour le cas ci-dessus énoncé, que les troupes russes et suédoises qui se seront rendues dans le pays mentionné ne manqueront pas d'après un plan combiné, de commencer les hostilités contre celles de Français ; et si à la suite de ce qui aura été concerté d'après ce plan combiné, Sa Majesté le Roi de Suède se décidait à diriger Ses opérations isolément des autres Alliés sur le territoire de la République Batâve, Sa Majesté l'Empereur de toutes les Russies promet et s'engage d'y adjoindre un corps de Ses troupes de quinze mille hommes et de le soumettre aux ordres immédiats de Sa Majesté Suédoise.

Cet article séparé et secret aura la même force et valeur que s'il était inséré mot à mot dans la Convention signée aujourd'hui et sera ratifié en même

temps 143

Én foi de quoi Nous soussignés en vertu de Nos pleins pouvoirs avons signé le présent Article séparé et secret et y avons apposé le Cachet de Nos armes. Fait à St.-Pétersbourg le 2(14) Janvier 1805. (L. S.) Adam Prince (L. S.) Court Steding k.

Czartoryski. (L. S.) Dimitri Tatistscheff.

Quatrième Article séparé et secret Les effets de la présente Alliance devant offrir des résultats dont l'utilité pourra être ressentie par la Grande-Bretagne Sa Majesté l'Empereur de toutes les Russies trouve juste que Son Allié Sa Majesté le Roi de Suède soit assisté par cette puissance par des subsides. Ce n'est aussi que dans le cas que l'Angleterre se prêtât à conclure un Traité subsidiaire avec Sa Majesté Suédoise que l'emploi de vingt-cinq mille hommes stipulés dans la Convention devient obligatoire pour Sa Majesté.

Cet Article séparé et secret aura la même force et valeur que s'il était inséré mot à mot dans la Convention signée aujourd'hui et sera ratifié en même

temps 143.

[ocr errors]

En foi de quoi Nous soussignés en vertu de Nos pleins pouvoirs avons signé le présent Article séparé et secret et y avons apposé le Cachet de Nos armes. Fait à St.-Pétersbourg le 2(14) Janvier 1805. (L. S.) Adam Prince (L. S.) Court Stedingk.

Czartoryski. (L. S.) Dimitri Tatistscheff.

Cinquième Article séparé et secret Si en haine du Concert qui doit s'établir entre les deux hautes parties contractantes par la présente Convention, une d'Elles était attaquée par telle autre Puissance que la France, l'autre s'engage de la manière la plus formelle à venir à son secours à la première réquisition qui lui en sera faite, et à y employer des forces suffisantes pour opérer une diversion efficace. Dans ce cas, comme les deux hautes parties contractantes se verront nécessairement obligées à augmenter leurs sacrifices, Elles s'entendront sur les dédommagements qu'elles pourront se procurer.

Cet Article séparé et secret aura la même force et valeur que s'il était inséré mot à mot dans la Convention signée aujourd'hui et sera ratifié en même temps".

En foi de quoi Nous soussignés, en vertu de nos pleins pouvoirs, avons signé le présent Article séparé et secret et y avons apposé le Cachet de Nos Armes. Fait à St.-Pétersbourg le 2(14) Janvier 1805. (L. S.) Adam Prince (L. S.) Court Stedingk.

Czartoryski. (L. S.) Dimitri Tatistscheif.

Печат. По подлиннику.

Перевод Во имя пресвятой и нераздельной Троицы.

Поскольку ввод французских войск в Германию, несмотря на нейтралитет этой империн, стеснение, созданное для ее торговли, разграбление Ганновера, незаконные поборы с ганзейских городов, последовавшие за этим, показали, как далеко зашло французское правительство в своих посягательствах на права наций в ущерб последним, и не оставили никаких сомнений относительно его стремления к расширению своих захватов под такими же пустыми предлогами, какие оно использовало для завладения Ганновером и округом Ритцебютель 141, эти действия с самого начала привлекли пристальное внимание е. в-ва императора всероссийского ие в-ва короля шведского. Поскольку естественно предполагать, что правительство, которое считается только со своими интересами, может вынашивать планы, противные всякой справедливости, и поскольку Бонапарт уже проявил намерение закрыть Зунд для английского торгового флага, можно предвидеть, что для того, чтобы принудить к этому державы, расположенные на берегах Балтийского моря, он захватит его южное побережье. Поэтому их величества сочли справедливым и уместным приложить усилия именно к тому, чтобы помешать ему обосноваться там, а также покончить с таким положением вещей в Германии, к которому они, будучи гарантами конституции этой империи 14

142, не могут относиться равнодушно. Кроме этих общих мотивов его шведское в-во должен также принимать Во внимание угрозу безопасности Шведской Померании, существующую главным образом в связи с пребыванием французских войск на Севере Германии.

Их величества, сознавая, таким образом, в равной мере необходимость воспрепятствовать всяким дальнейшим захватам французов в указанной стране, единодушно согласились объединить в этих целях свои усилия и, учитывая, что в существующем между Россией и Швецией договоре об оборонительном союзе? предусматривается лишь предоставление взаимной Помощи, что для данного случая представляется недостаточным, сочли нужным условиться о принятии совместных мер, заключив с этой целью особую конвенцию. Для этого они избрали и назначили своими уполномоченными: е. и. в-во — г-на князя Адама Чарторыйского, тайного советника, товарища министра иностранных дел, члена Главной дирекции училищ, попечителя императорского Виленского университета и округа, поручика великого приора державного ордена св. Иоанна Иерусалимского в русском католическом приорстве, кавалера ордена св. Анны и командора ордена св. Иоанна Йерусалимского; и г-на Татищева, тайного

« PreviousContinue »