Page images
PDF
EPUB
[ocr errors][ocr errors]

Royaume, qu'il doit principalement être lû aux prônes, &c. Il fait des observations beaucoup plus importantes, & qui font bien connoître que

rien ne lui a échappé de ce qui pouvoir assurer , de la manière la plus parfaite, l'exécution du reglement. Les Inspecteurs ne peuvent être choisis que parmi les Médecins & les Chirurgiens,» il y auroit peut-être » des inconvéniens, dit M. Bruhier, » à commettre pour la visite, ceux

qui ont traité les personnes répu.' tées mortes ;

dans ce cas il faudroit au moins qu'on y joignit

l'Inspecteur d'un autre quartier. » Je crois qu'il seroit plus décent que celui-ci fit fa visite tout seul.

Le projet de M. Bruhier n'a été censuré

que sur les points dont l'utilité est incontestable:aufli n'a t-il pas eu de peine à résoudre les diverses objections qu'on lui a faites.Ona dit que l'établis

T

sement qu'il propose ne peut se faire que dans les villes. Mais par la raison qu'il ne pourroit pas être étendu aux Campagnes, privera-t'on les Villes de l'avantage qu'il leur procureroit ? Et pourquoi ne pourroit-il pas s'étendre jusqu'aux plus petits Villages, fi chaque Canton a plusieurs Chirurgiens ? Au cas même qu'il en manquât , ajoute M. Bruhier, le pecit honoraire certaiır que produira l'inspection, fera

que

le nombre se multipliera.

Mais où prendra-t'on des fonds pour payer les Inspecteurs ? Cette question n'est pas la moins bien placée de toutes celles que M. Bruhier s'est faixes : il répond... que comme il ne meurt point allez souvent du monde dans chaque famille pour que cette dépense devienne onéreufe, il nie paroît pas qu'il y ait d'inconvéniens à charger les particuliers de

l'honoraire des Inspecteurs, qui n'excédera jamais la dépenfe qu'auroient causée quelques jours de maladie

de plus:

Enfin, Monlieur, la confervation, des hommes est un objet assez important pour mériter qu'on donne toute l'attentio: pollible à ce que M. Bruhier a proposé. H n'est pas douteux qu'on ne puisfe tirer beaucoup de fruit d'un pareil reglement. Ce sera un moyen sûr pour connoître les maladies contagieuses dès leur commencement, & par conséquent pour prendre de bonne heure les mesures les plus convenables pour en arrêter les progrès. Les Inspecteurs, s'ils sont d'ailleurs gens de mérite, seront à portée de faire beaucoup d'observations intéressantes sur les sujets qu'ils examineront;' peut-être auront-ils occasion de sauver la vie à des perConnes qưon auroit enterrées fans

cette visite. De quelque côté qu'on envisage cet objet, l'on ne voit que des avantages, & nul inconvénient à faire un reglement général. Ceux qui seroient nommés d'abord aux places d'Inspecteurs, pourroient bien essuyer une petite épigramme , surtout si leurs talens étoient équivos ques.

Martial dans une occasion semblable en a fait une assez plaisante. Nuper erat Medicus, nunc eft vefpillo Diaulus: Quod vefpillo facit , fecerat de Medicus.

Epig. Lib. I. Vous voyez, Monsieur , en quoi consiste le bon mot. Il a été du goût de M. Boileau : voici l'épigramme qu'il a composée à l'imitation de celle de Martial. Paul ce grand Médecin, l'effroi de fon

Quartier, Qui causa plus de maux que la peste & la

guerre, Eft Curé maintenant,& met les gens en terre.

Il n'a point changé de Métier.
Je suis très-parfaitement, &c.

[merged small][ocr errors][merged small]
[ocr errors]

SUR
LES NOYÉS,
Où l'on détermine , par de

nouvelles Expériences
quelle est la vraie Cause de
leur mort;

& quels font les secours les plus convenables pour les rappeller d'une mort apparente

à la vie.

3

« PreviousContinue »