Page images
PDF
EPUB
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Royaume, qu'il doit principalement être lû aux prônes, &c. Il fait des obfervations beaucoup plus importantes, & qui font bien connoître que rien ne lui a échappé de ce qui pouvoit affurer, de la maniére la plus parfaite, l'exécution du reglement. Les Infpecteurs ne peuvent être choifis que parmi les Médecins & les Chirurgiens,» il y auroit peut-être » des inconvéniens, dit M. Bruhier, » à commettre pour la vifite, ceux qui ont traité les personnes répu»tées mortes; dans ce cas il faudroit au moins qu'on y joignit l'Inspecteur d'un autre quartier. » Je crois qu'il feroit plus décent que celui-ci fit fa vifite tout feul.

>>

در

Le projet de M. Bruhier n'a été cenfuré que fur les points dont l'utilité eft inconteftable: auffi n'a-t-il pas eu de peine à réfoudre les diverses objections qu'on lui a faites. On a dit que l'établi

T

fement qu'il propofe ne peut fe faire que dans les Villes. Mais par la raifon qu'il ne pourroit pas être étendu aux Campagnes, privera-t'on les Villes de l'avantage qu'il leur procureroit ? Et pourquoi ne pourroit-il pas s'étendre jufqu'aux plus petits Villages, fi chaque Canton a plusieurs Chirurgiens ? Au cas même qu'il en manquât, ajoute M. Bruhier, le petit honoraire certain que produira l'infpection, fera que le nombre fe multipliera.

Mais où prendra-t'on des fonds pour payer les Inspecteurs ? Cette question n'eft pás la moins bien placée de toutes celles que M. Bruhier s'eft faites: il répond... que comme il ne meurt point allez fouvent du monde dans chaque famille pour que cette dépense devienne onéreuse, il ne paroît pas qu'il y ait d'inconvénient à charger les particuliers de

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

l'honoraire des Infpecteurs, qui n'excédera jamais la dépenfe qu'auroient caufée quelques jours de maladie de plus.

Enfin, Monheur, la confervation des hommes eft un objet affez important pour mériter qu'on donne toute l'attention poffible à ce que M. Bruhier a propofé. Il n'eft pas douteux qu'on ne puiffe tirer beaucoup de fruit d'un pareil reglement. Ce fera un moyen fûr pour connoître les maladies contagieufes dès leur commencement, & par conféquent pour prendre de bonne heure les mefures les plus convenables pour en arrêter les progrès. Les Infpecteurs, s'ils font d'ailleurs gens de mérite, feront à portée de faire beaucoup d'obfervations intéreffantes fur les fujets qu'ils examineront;' peut-être auront-ils occafion de fauver la vie à des perfonnes qu'on auroit enterrées fans

cette vifite. De quelque côté qu'on envisage cet objet, l'on ne voit que des avantages, & nul inconvénient à faire un reglement général. Ceux qui feroient nommés d'abord aux places d'Infpecteurs, pourroient bien effuyer une petite épigramme, furtout fi leurs talens étoient équivo ques. Martial dans une occafion femblable en a fait une affez plaisante. Nuper erat Medicus, nunc eft vespillo Diaulus: Quod vefpillo facit, fecerat & Medicus. Epig. Lib. I. Vous voyez, Monfieur, en quoi confifte le bon mot. Il a été du goût de M. Boileau: voici l'épigramme qu'il a compofée à l'imitation de celle de Martial.

Paul ce grand Médecin, l'effroi de fon Quartier,

Qui caufa plus de maux que la pefte & la

guerre,

Eft Curé maintenant,& met les gens en terre. Il n'a point changé de Métier.

Je fuis très-parfaitement, &c.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

MEMOIRES

SUR

LES NOYÉS,

Où l'on détermine, par de nouvelles Expériences, quelle eft la vraie Caufe de leur mort; & quels font les fecours les plus convenables pour les rappeller d'une mort apparente à la vie.

« PreviousContinue »