Page images
PDF
EPUB

interim edită, vitam mariti fuperaffe. Teftatur integerrimæ fidei Sacerdos, Dn. M. JOSEPHUS MARESCHAL Ecclefiæ Metropolitanæ Pa. rifienfis Capellanus, ac S. Joannis d Mottâ apud Cenomanos Prior , anno 1714. circiter , dum tranfiret per plateam JOANNIS ROBERT diclam, se vidisse mulierem lodice lanek coopertan , ante fores domûs in bic sellio fedentem juxta loculum in quo illúc' delata , & è quo jamjam Extracta fuerat. Teftatur idem anno 1722. vel 1723. fe vidiffe & audiviffe vefpillonibus vicum CAMPI FLORIDI petentibus obvios clamantes , non mortuum effe , quem quærebant, fed è feretro ereptum vivere. Teftatur peritiffimus Chirurgus Parifienfis D. BENARD, se adolefcentulo una cum patre pluribufque adftantibus in Parochiâ Reol præfente , Religiosum Ordinis S. Francisci , jam à rercia:

[ocr errors]

poient, & revint à la maison. Elle n'est morte que dix ans après , ayant furvécu à son mari, dont elle eur un enfant depuis cet accident. M. Mareschal, Prêtre très-digne de foi, Chapelain de Notre-Dame à Paris & Prieur de S. Jean de la Motte au Mans , dit qu'environ l'année 1714.. passant dans la rue Jean Robert, il vit sur le

porte une femme enveloppée d'une grosse couverture: de laine , affisse dans un fauteuil , à côté d'un cercueil dans lequel elle avoit été apportée jusques-là , & d'où on venoit de la tirer à l'instant ; il certifie aufli avoir vu en 1722. ou 1723. des gens qui crioient aux porteurs de morts qui s'avançoient vers la rue du Champ Fleury, que celui qu'ils venoient chercher, étoit sorti de la bierre, & qu'il n'étoit pas mort. M. Benard, Chirurgien de Paris, affure qu'étant jeune, il a vu dans, vel quarto die tumulatum , è fepulchro protractum fuisse adhuc viventem ac Spirantum, manibus circa ligaturam commorsis , fed è veftigio ferè extinctum ; imd perscripta fuisse coram judicibus acta rei gestæ , cujus occafionem dederat epistola amici monentis eumdem catalepticis insultibus obnoxium effe. Testatur honeftiffima vidua D. LANDRY peritissimi olim Calcographi , patrem fuum Araminibus per aliquot horas mortui inftar impofitum, poft aquam falitam ori infufam , fuadente , quæ verè morfuum effe perseveranter negaverat , amicâ, denuo diuque poftea vixisse. Allegata hæcce impræfentiarum fufficians ut quod celeberrimus LANCIsius inquit , Quis ignorat pestis tempore omnem rem nonnisi tumultuariè peragi ; ac perinde leve dumtaxat studium ad fecernendos veros pseudo mortuis adhiberi; idem nobis

pas d'une

1

dan

la

la Paroisse de Réol en présence de
son
pere

& de plusieurs personnes, tirer du tombeau un Religieux de l'Ordre de S. François qui étoit enterré depuis trois ou quatre jours. Il étoit encore vivant ; mais il mourut un instant après son exhumation.Elle fut faite sur l'avis d'un de ses amis qui manda qu'il étoit sujer à des attaques de catalepsie. La Justice dressa un procès-verbal de ce fait. Madame Landry, veuve du fameux Graveur de ce nom, rapporte que

son été cenu pour mort pendant plusieurs heures sur une paillasse, & qu'il est revenu par le moyen de l'eau salée qu'on lui fic couler dans la bouche, par le conseil d'une de fes amies,qui soutine avec obftination qu'il n'étoit pas mort. Tous ces faits . fuffisent pour convaincre de ce que dit le célébre Lancisi, Qui ignore qu'en tems de peste tout se fait en

Dd

pere a

[ocr errors][ocr errors][merged small]

non modo liceat , verùm etiam nos oporteat de quovis epidemiorum | tempore, de præfeftinatorum in Xenodochiis , in suburbiis , alibique funerationum frequentiâ , vindictam mortis violentæ in ipfis cæmeteriis clamante , ac de horrendis semivi

imò forte viventium , poft bellicofos conflictus humationibus prepoperatis , fufpicari.

vorum ,

1

I I.

[ocr errors]

E finitæ quidem vitæ fatis

certas notas else, virum, jure magni nominis ,

Democriçum pro

« PreviousContinue »