Page images
PDF
EPUB

que l'on foit en vie. De même la paleur du vifage, le froid du corps, la roideur des extrémités, l'abolition des mouvemens & des fens externes, font des fignes qui ne prouvent pas certainement que l'on foit mort. Le poulx & la refpiration font des fignes indubitables de la vie, car elle ne peut fubfifter fans ces fonctions. Mais ne croyez pas qu'elles foient entiérement éteintes lorfque vous ne les appercevrez point. Examinez les chofes avec foin; en faifant fléchir le poignet, on trouve fouvent le poulx que l'on n'avoit point fenti quand le poignet étoit droit ou renverfé. Par ce mouvement, on relâche l'artére & le fang qui n'eft pouffé que foiblement peut y parvenir. Quelquefois auffi on fent l'artére entre le pouce & le premier os du métacarpe lorfqu'on ne la trouve point au poignet. Il faut la tater

canalibus cæteris ampliores, embole. que vita directius agitatas confule, digitis non leviter, ut alibi, fed profundiùs fub pofticâ alterutrius musculi fernomaftoidei crepidine appreffis. Idquod etiam verfus inguina in arteriis cruralibus prudenti exercitatorum digitorum attactu probè obfervandum. Præter hæc, five ultimò, etiam in ipfis præcordiis inquirenda tum finiLæ, tum non finita vitæ figna; inquirenda verò, non fupino corpore, fed in latus fere converfo, non finif trum duntaxat, fed etiam dextrum. Corpore fupino, cor fpinam verfus aliquo modo fubfidere, adeòque à cof tis remotum, jam leviusculè, jam vix ac ne vix, imò nullatenus præcordia ferire, quilibet experiri poteft. Cor plerumque ad latus finiftrum fcillare folet; fed in nonnullis dextrorfum pulfare obfervatum, in iis fcilicet in quorum poftea cadaveribus

[ocr errors]

légérement; par une compreffion trop forte vous en empêcheriez la pulfation. Le battement des petites artères de l'extrémité de vos doigts, peut auffi vous faire croire que le poulx bat, quoique la perfonne foit réellement morte: foyez également en garde contre ces illusions. Tout n'eft pas désespéré lorfqu'on ne fent point le poulx où - l'on le trouve ordinairement. On peut tâter l'artére temporale, & les carotides. Celles-ci font confidérables & reçoivent le fang du cœur en ligne droite. Leur fituation profonde exige que pour les découvrir on appuye les doigts avec affez de force à côté du bord poftérieur du mufcle fternomaftoïdien. On peut encore tâter le poulx avec fuccès aux artéres crurales vers la région des aines. Il faut auffi faire des recherches à la région du cœur, mais pour les faire

inverfa tum pectoris tum abdominis reperta fuere vifcera: qualis quidem fitus infolitus fortè non femel in affectibus jecoris, lienis, inteftini coli, præfertim cæci five capitis coli, curandis fefellit., Nihilominùs, quantá libet adhibitâ diligentiâ in prædictis cafibus, quandoque ita latent cordis æquè ac arteriarum ictus, ut nifi alias aliundè notas fimul quæfieris, mortuum judicares, quem vivere refcifces poft modum. Non minùs dubia in ifto rerum ftatu dubiæ mortis indicia promit fcrutinium Respirationis. Confopita hæc, & veluti fepulta quandoque torpet, ut neque vifui, neque tactui, vel leviffimus circa thoracem motus patefcat. Scilicet uti debiliores cordis & aorta vibrationes unà cum libero, quamvis placidiffimo, aëris externi ad intimos pulmonum receffus allapfu, vitæ aliquandiu protrahenda fufficiunt, abfque

utilement, il faut que le corps foit fur le côté. Quand le corps eft fur le dos, le cœur s'approche de l'épine & s'éloigne des côtes au point qu'il ne frappe que très-foiblement, ou même point du tout contre elles; c'est ce qu'un chacun peut éprouver fur lui-même. Le cœur bat ordinairement du côté gauche, mais fes battemens font à droite dans ceux dont les vifcéres font tranfpofés, fingularité qui a peut-être été plus d'une fois une fource d'erreur dans le traitement des maladies du foye, de la ratte, de l'inteftin colon & du cacum. Il faut donc avoir égard à la poffibilité de cette tranfpofition dans l'examen que nous indiquons. Cependant le mouvement du cœur & des artéres peut échapper à toutes ces recherches; fi l'on n'avoit recours à d'autres fignes, on jugeroit mortes des perfonnes qui font

« PreviousContinue »