Mémoire historique sur la dernière année de la vie de Frédéric II, roi de Prusse: avec l'avant-propos de son histoire, écrite par lui-même

Front Cover
de l'imprimerie de la Société typographique, 1787 - 102 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 60 - Les ambitieux devraient considérer surtout que les armes et la discipline militaire étant à peu près les mêmes en Europe, et les alliances mettant pour l'ordinaire l'égalité des forces entre les parties belligérantes, tout...
Page 51 - Etat, puissent connoître la vraie situation des choses lorsque je parvins à la régence, les causes qui m'ont fait agir , mes moyens, les trames de nos ennemis, les négociations, les guerres, et surtout les belles actions de nos officiers par lesquelles ils A 4 se sont acquis l'immortalité à juste titre.
Page 53 - ... dans les archives. On peut répondre des faits militaires comme témoin oculaire : telle relation de bataille a été différée de deux ou trois jours pour la rendre plus exacte et plus véridique.
Page 49 - Nous sommes charmés de trouver, dans les fragments qui nous restent de Polybe, l'ami et le compagnon de Scipion l'Africain, les faits qu'il nous raconte, dont lui-même a été le témoin. Les lettres de Cicéron à son ami...
Page 57 - ... que toutes les guerres portées loin des frontières de ceux qui les entreprennent, n'ont pas les mêmes succès que celles qui se font à portée de la patrie.
Page 61 - Il ya des moments qui demandent qu'on mette toute son activité en jeu pour en profiter, mais il y en a d'autres où la prudence veut qu'on reste dans l'inaction.
Page 59 - Quelle rage vous oblige à prolonger la guerre ? C'est que la France ne pourra plus fournir aux frais de la campagne prochaine, répondrait-il.
Page 42 - Quand nos intentions font pures, lorsque nous aimons ta vertu, lorsque notre coeur n'eft pas le complice des erreurs de notre efprit, & que nous fommes convaincus que nous avons fait à nos peuples tout, le bien que nous leur pouvions faire , cela nous doit fuffire. Vous verrez dans cet ouvrage des traités faits & rompus, & je dois Vous dire à ce fujet que nous fommei lubordonnés à nos moyens & à nos facultés ; lorsque nos intérêts changent, il faut changer avec eux.
Page 59 - Danemark s'anime, s'agite et se calme, la Saxe change deux fois de parti ; elle ne gagne rien ni avec les uns ni avec les autres, sinon qu'elle attire les Prussiens dans ses États et qu'elle se ruine.
Page 56 - États ont de l'industrie et beaucoup d'ordre dans leurs affaires. Je trouve que les grands empires ne vont que par des abus , qu'ils sont...

Bibliographic information