Page images
PDF
EPUB

un maître en fait d'histoire, a depuis longtemps répondu par son heureuse traduction d'une phrase de Pope: Indocti discant, ament meminisse perili.

Pour arriver à ce résultat, on comprend que l'auteur ait dû, comme il l'a fait sur place, à loisir à la fois et avec passion, dépouiller les Capitoli, les Consulte, les Provisioni, triant, écrémant le meilleur de ce véritable fouillis de documents presque tous manuscrits. Etudiant et contrôlant en même temps tous ses devanciers fort nombreux, sauf pour les premières époques, il a très-bien distingué, classé et apprécié les chroniqueurs et les copistes, depuis Villani jusqu'à Gino Capponi, et la liste est longue de tous ces compétiteurs, plus ou moins doués de talent et d'impartialité, qui ont jeté çà et là les bribes ou fragments d'une histoire qui n'avait pas était faite jusqu'ici, au grand regret comme de l'aveu des Italiens eux-mêmes, et qui se trouve aujourd'hui faite et presque achevée.

Inutile d'indiquer ici les divisions de ces quatre volumes, comprenant déjà huit livres, subdivisés en un nombre irrégulier de chapitres ; mais c'est un devoir de signaler des morceaux comme celui du tome II (livre VII, chap. 1), traitant des arts et métiers, et des conditions sociales, comme le dernier surtout (livre VIII, chap. vII) consacré aux «< conditions économiques ».

Chaque volume est terminé par un Index particulier, ne contenant pas moins de 2,000 et quelques noms ; c'est assez pour dire ce que renferme chacun de ces tomes compacts. L'auteur promet, pour la fin de l'ouvrage, Si la vie ne lui fait défaut d'ici-là », un Index général. Il nous donnera l'ouvrage, il nous donnera l'Index et prendra bientôt place parmi ces historiens que revendiquent à la fois le pays qui les possède et celui dont ils débrouillent et fixent les annales.

EDMOND RENAUDIN.

CHRONIQUE

SOMMAIRE: Dislocation ministérielle en Allemagne. - Elections en Autriche. — Changement de ministère en Italie produit par l'impôt de mouture. — Le re

Le programme de la com

La commission des tarifs en

tour à Paris voté par les Chambres françaises. mission des finances pour le budget de 1880. fièvre de rehaussement des droits. sociation de la défense de la liberté du commerce.- Symptômes favorables.

Brillante campagne des orateurs de l'As

Banquet de la presse libre-échangiste.

paix à Belleville.

Victor Hugo.

[ocr errors][merged small]

Les délégués des ouvriers anglais amis de la paix chez La destitution du Khédive.

Il y a des tiraillements politiques dans trois grands pays en Allemagne où M. de Bismarck a « lâché » le parti national libé

4 SÉRIE, T. VII. —

15 juillet 1879.

11

ral, ce qui a amené la démission de trois membres importants du cabinet (MM. Hobrecht, Friedenthal et Falk), pour évoluer vers le parti clérical dont il espère tirer meilleur parti en vue de ses plans financiers protectionnistes;- en Autriche, où des élections générales ont lieu depuis trois semaines, mettant en lutte à la fois, dans chaque pays, les diverses nationalités, les fédéralistes, les constitutionnels, les cléricaux, etc.; en Italie, où le ministère Depretis est tombé sous l'effort d'une coalition de quelques groupes de gauche réunis avec la droite, absolument comme il avait lui-même remplacé le ministère Cairoli (1).

Ce dissentiment a aussi pour point de départ une cause économique, l'impôt sur la mouture, créé pour faire face aux dépenses de l'unification. La Chambre des députés, d'accord avec le ministère, avait voté: 1o la suppression de l'impôt sur les céréales inférieures (maïs, seigle, orge), produits du nord, à partir du 1er juillet; 2o la réduction d'un tiers sur le blé, qui est plus particulièrement la nourriture du sud et de la Sicile; 3° enfin, la suppression totale à partir du 1er janvier 1883. Mais le Sénat n'ayant adopté que la première partie, la suppression de la taxe sur les céréales inférieures, et M. Depretis ayant dû défendre ce vote à la Chambre, celui-ci a été battu par 251 voix du midi et de la droite contre 159.

- En France, les deux Chambres délibérant séparément et réunies en Congrès ont décidé quelles viendraient siéger à Paris, à partir du 3 novembre, l'une au palais Bourbon, l'autre au Luxembourg. Il serait à désirer que, dans un avenir peu lointain, elles rapprochassent les lieux de leurs séances. L'expérience du séjour à Versailles pendant les trois dernières années a montré qu'il résulte de grands avantages matériels et moraux de la facilité que les membres des deux Chambres avaient à se rencontrer et à se connaître, à se concerter tant pour les questions générales que pour les affaires départementales.

-La Chambre des députés, qui a consacré à discuter sur l'enseignement des jésuites trois semaines qu'on aurait pu mieux

(1) Il vient d'être formê un nouveau cabinet (12 juillet), ainsi composé : MM. Cairoli, président, affaires étrangères; Grimaldi, finances; Perez, instruction publique; Vare, justice; Bonelli, guerre; Baccarini, travaux publics; Tilla, intérieur. Restent à désigner les ministres de l'agriculture et de la marine. MM. Bonelli et Baccarini sont d'anciens collégues de M. Cairoli au ministère. Il est à remarquer que ce dernier remplaçait M. Depretis à la fin de mars 1878, pour être remplacé par lui la fin de décembre de la même année.

employer, a enfin commencé, il y a trois jours, la discussion du budget, examiné d'ailleurs avec soin par la commission de fi

nances.

Dans un remarquable exposé, M. Brisson, député de la Seine, président de la commission des finances, a dit que le but de la commission a été de dégrever graduellement les contribuables des impôts extraordinaires résultant de la guerre. M. L. Say, ministre des finances, n'est en désaccord avec elle que sur la répartition des dégrèvements pour ne pas nuire à l'équilibre des budgets. Il y a dans ces deux tendances qu'on peut facilement faire concorder un excellent programme pour les budgets ultérieurs à celui de 1880 qui va être voté.

- La commission des tarifs, qui pourra s'appeler la commission du prix de revient, n'en finit plus; la voilà en plein dans la fièvre des relèvements des droits. Jusqu'à ces derniers temps, les commissaires libéraux ont pu tenir tête aux protectionnistes, en leur faisant toutefois des concessions peu motivées, mais ils sont tout à fait neutralisés, par suite du remplacement de quelques rapporteurs devenus ministres ou sénateurs et qui ont eu pour successeurs des protectionnistes, grâce à la vigilance des partisans de ceux-ci et à l'absence de leurs contradicteurs.

Nonobstant, le mouvement libre-échangiste s'accentue, grâce aux efforts des amis de la liberté et à la logique des faits. Deux orateurs libre-échangistes, M. E. Raoul Duval et Noël, sont allés, au nom de l'Association pour la défense de la liberté du commerce, faire une brillante campagne à Bordeaux, à Saint-Etienne, à Lyon, à Louviers. Les agriculteurs commencent à comprendre leur rôle de dupes; ils commencent à voir combien il serait préférable pour eux d'obtenir des réductions sur les objets qu'ils consomment, les houilles, les fers, les cotons, les tissus, plutôt que de demander des droits sur les blés et les bestiaux qu'ils obtiendront d'autant moins que la récolte sera plus médiocre, comme elle menace de l'être. On ne constate pas cette inondation des produits anglais ou américains dont ils ont voulu effrayer l'opinion; il paraît même que les filatures de coton reprennent leur activité.

L'Association de la liberté commerciale offrait le 25 juin à l'hôtel Continental un dîner aux écrivains de la presse quotidienne défenseurs de la même cause. Nous y avons entendu les paroles sympathiques de MM. A. d'Eichthal, de Molinari, E. Raoul Duval, F. Passy et Jules Simon. L'esprit et le nombre des assistants nous font bien augurer de la campagne d'automne.

En résumé, le thermomètre de la liberté commerciale remonte et il faut espérer qu'il en sera de même à la rentrée des Chambres quand la question viendra enfin sur le tapis parlementaire; car il faut renoncer à l'y voir pour cette fin de session.

Le 15 juin dernier nous assistions à Belleville à une intéressante réunion organisée par la jeune société des « Travailleurs amis de la paix » qui s'est fondée il y a un an et qui se compose en grande partie d'ouvriers d'élite. C'était un banquet de deux cents personnes, à l'occasion de l'arrivée à Paris des délégués des sociétés ouvrières de la paix en Angleterre qui comptent en ce moment six cent mille membres; ces délégués étaient venus apporter une adresse de remerciements à M. Victor Hugo. Il s'y est dit d'excellentes choses dans cette agréable réunion; nous voulons seulement remarquer que deux députés, MM. Laisant et Naquet, ont expliqué en très-bons termes comment la généralisation du service militaire qui a pour premier avantage la diminution de ce service pour chaque homme, doit contribuer à la paix universelle en faisant bien comprendre aux populations, désormais maîtresses de la politique par leur suffrage, les déplorables conséquences de la guerre.

Le lendemain six délégués de la work's man peace association présentaient l'adresse dont nous venons de parler à M. Victor Hugo, et M. Cremer, secrétaire général, expliquait à l'illustre défenseur de la paix que cette adresse était signée par 432 représentants des sociétés ouvrières habitant 207 villes, bourgs ou villages de la Grande-Bretagne.

Nous avons dit au début de l'aventure du khédive Ismaïl qu'il jouait gros jeu. Il vient de quitter le Caire destitué par son souverain le sultan, sur la demande des gouvernements d'Europe. Son fils Tewfick, âgé d'environ trente ans, lui succède; puisse la dure leçon infligée à son père lui profiter! Espérons aussi que les gouvernements de France et d'Angleterre saisiront l'occasion de se dégager de l'imbroglio dangereux dans lequel ils se sont laissé entraîner, et qui, en d'autres temps, aurait pu les brouiller soit entre eux, soit avec M. de Bismarck, lequel jouissant de son reste, continue à jouer le rôle de croquemitaine de l'Europe. Paris, le 14 juillet 1879.

Jph G.

Bibliographie économique.

PUBLICATIONS DE JUIN 1879.

ANCEAU (G.), DALIFOL, DELAPORTE, BERTIN (Jules). Annexe de l'Etude DUFRENE (H.) et DUPUIS. La métal-sur la réorganisation de l'adminislurgie à l'Exposition universelle.tration des forêts. In-8, 15 pages. In-8, vi-432 p., avec 17 planches Lille, imp. Lefebre-Ducrocq.

et figures. Paris, imp. et lib. La

croix.

BIOLLAY (Léon). Règlement du commerce du bétail dans les marchés d'approvisionnement de Paris. In-8, 37 pages. Imp. et lib. Berger-Levrault.

Archives des Corporations des Arts et Métiers. Documents collationnés et réimprimés par les soins de Georges-Claudius Lavergne. Premier BLANCSUBÉ (Jules). Notes sur les fascicule. Mémoire à consulter sur réformes les plus urgentes à apporl'existence des six corps et la con- ter dans l'organisation des pouvoirs servation de leurs priviléges. (Dela-publics en Cochinchine (31 décembre croix, 1776). In-8, 39, pages. Paris, 1878). In-8, 100 p. Aix, imp. veuve librairie Charavay frères. Remondet-Aubin.

AT (le R. P.). Saint-Joseph ou la question ouvrière d'après l'Evangile. Nouvelle édition revue et augmentée. In-18 jésus, XXIV-370 p. Paris, lib. Vivès.

AUBIN (l'abbé Victor). Actualités ou réponses aux objections de la science antichrétienne. In-18 jésus, XIV-484 pages, 3e édition. Paris, imp. et lib. Roussel.

BARBIE DU BOCAGE. Sur l'épuisement des bois d'œuvre dans la zone tempérée du Nord. In-8, 16 p. Paris, imp. Tremblay.

BEAUGE (L.). Manuel de législation, d'administration et de comptabilité militaire à l'usage des officiers et des sous-officiers de toutes armes. 5e édition, in-12, XLI-1396 p. Paris, imp, et lib. Dumaine.

BLUNTSCHLI (Dr J.-C.). L'Etat roumain et la situation légale des juifs en Roumanie, consultation. Traduit de l'allemand. In-12, 23 pages. Paris, imp. Maréchal.

BOULNOIS (C.). Traité méthodique de l'industrie lainière, ouvrage destiné aux contre-maîtres et aux ouvriers intelligents qui s'occupent de la fabrication du mérinos. In-8, de la préparation, de la filature et 39 p. Reims, imp. Matot-Braine.

BRADIER (A.), ouvrier typogral'Empereur. Les bienfaits de l'emphe et CUMINGE (Maurice). S. M. pire. In-8, 168 pages. Paris, lib.

Guérard.

CARREL (J.). La filature du coton en France et les traités de commerce.

In-8, 15 p. Lyon, imp. Prat aîné.

BÉGUÉ, serrurier-mécanicien, délégué de Bagnères de Luchon à CERNATESCO (Nicolas). De la conl'Exposition universelle de Paris dition des enfants naturels en droit (1878). Rapport. In-8, 31 p. Saint-romain et en droit français. In-8, Gaudens, imp. Tajan. 238 p. Paris, imp. et lib. Pichon. BELIN (Camille. Turgot, inten- CERNIÈRES (Albert de). Le propadant de Limoges. Discours prononcé gateur encyclopédique des sciences le 4 novembre 1878 à l'audience so-commerciales, industrielles et législennelle de rentrée de la Cour d'ap-latives, avec la collaboration de plupel de Limoges. In-8, 56 pages. sieurs savants. In-8, Iv-748 p. Paris, Limoges, imp. Ve Ducourtieux. lib. Tramblay.

BERTHIEU (DE) et Galtigny. L'art naval à l'Exposition universelle de 1878. Architecture navale et machines à vapeur marines. In-8, 238 pages et 16 planches et figures. Paris, imp. et lib. Lacroix.

CHANDÈZE (G.). Rapport sur un ouvrage de M. Manguin intitulé: Etudes historiques sur l'administration de l'agriculture en France. In-8, 11 pages. Lib. Ve Bouchard-Huzard.

COMBET (L.). Les souffrances de la

« PreviousContinue »