Page images
PDF
EPUB
[blocks in formation]

BUREAUX de la LIGUE du COIN de TERRE et du FOYER

26, RUE LHOMOND Ve

1904

1.

AVANT-PROPOS

De tout temps, on s'est préoccupé de mettre à la disposition des indigents, des ouvriers, des familles nombreuses, un coin de terre à cultiver pour en tirer quelques ressources.

Sous les noms divers de biens communaux, de biens des pauvres, de biens d'église avec affectation charitable, il existait et il existe encore des terres qui sont pour ainsi dire le domaine réservé de l'assistance et qui remplissent le devoir de la propriété à l'égard de l'humanité.

Mais, depuis une quinzaine d'années, on a songé à faire « de l'assistance par le travail de la terre » une æuvre spéciale. Et comme il arrive toujours quand une idée est bonne, elle a germé simultanément dans divers cerveaux et elle s'est incarnée dans des créations multiples.

L'euvre de la « Reconstitution de la Famille » de Mm. Hervieu de Sedan, réalisait, sous une forme moderne, la vieille idée terrianiste.

[blocks in formation]

Peu de temps après, le Di Lancry, par un neologisme hardi et qui est consacré aujourd'hui dans le langage courant, lançait le nom de « Jardins ouvriers ». Ce nom faisait fortune aussitôt, et la chose qu'il désignait avait une première efflorescence. Les jardins naissaient aux quatre coins du pays.

Presqu'immédiatement, ils franchissaient la frontière belge. Une Ligue du Coin de Terre et du Foyer était fondée à Bruxelles.

Sous le même vocable et dans un but analogue, une Ligue française était annoncée à Lyon, organisée à Paris, et autorisée par un arrêté ministériel en date du 25 juin 1897.

Elle publiait un Bulletin mensuel qui n'a point cessé de se développer depuis le mois de novembre 1897, date de son premier numéro. Ce Bulletin (Bureaux: 26, rue Lhomond, Paris), signale tous les efforts faits pour établir la famille sur sa base naturelle, qui est la possession de la terre et du foyer.

Mais il s'est occupé spécialement des mesures qui ont pour but :

1° D'assurer la jouissance permanente et autant que possible la propriété d'un coin de terre à cultiver et d'une habitation convenable pour toute famille honnête et laborieuse ;

2° Dé soutenir les sociétés pour la construction d'habitations ouvrières à bon marché et les coopératives qui ont le même but ;

3° D'amener les auvres et les institutions de charité

« PreviousContinue »