Page images
PDF
EPUB

publiées par les sociétés religieuses, les témoignages rendus à cette sainte cause par des hommes jouissant d'une haute considération, et dont la position sociale, l'esprit élevé et l'indépendance de caractère sont de sûrs garans des jugemens qu'ils portent. C'est sous ce rapport surtout que nous croyons devoir insérer ici l'extrait suivant d'une lettre adressée le 22 septembre 1827 au lieutenant-gouverneur de la Jamaïque, par M. Huskisson, alors ministre des colonies en Angleterre, pour lui faire connaître les motifs qui ont porté le gouvernement à refuser de sanctionner un acte du gouvernement de la colonie , dont l'objet était de modifier les lois relatives aux esclaves, et de mettre des restrictions à la liberté que les missionnaires avaient eue jusque là de les instruire. Cette pièce n'ayant été que tout récemment publiée en Angleterre , nous n'avons pu la communiquer plus tôt à nos lecteurs. Voici comment le ministre s'exprime :

«S'il m'avait été possible, en examinant l'acte dont il s'agit de faire abstraction de quelques clauses, qui, je vous l'avoue, me paraissent, pour me servir du langage parlementaire, avoir plutôt été rattachées à la loi que se rapporter à ce qui en fait l'objet principal, j'aurais peut-être hésité plus que je ne l'ai fait à mejoindre à mes collègues, pour conseiller à Sa Majesté de rejeter cette loi, Les clauses auxquelles je fais particulièrement allusion, sont celles qui me pa. raissent avoir été dictées, je dois le dire, par un esprit d'intolérance envers les missions religieuses qui ont existé pendant long-temps à la Jamaique, sans être gênées ni persécutées. Sans avoir aucune prédilection personnelle pour les doctrines des Wesleyens, des Moraves, ou des autres dissidens protestans, j'ai toujours entendu dire aux personnes bien instruites de l'état des colonies, capables d'en juger, et aussi impartiales que moi sur ce sujet, que les missionnaires, surtout dans les localités ou l'Eglise n'a pas d'établissement régulier, ont contribué essentiellement d l'instruction religieuse et morale des esclaves ; leur enseignant, comme faisant partie de cette instruction, à être contens de leur sort, paisibles, et obéissans d leurs maîtres. On partage , je crois, généralement, dans ce pays, cette opinion favorable sur l'utilité de leurs travaux, et je suis certain qu'aucun sentiment n'y serait plus général que celui de l'indignation, si l'on essayait de punir et de dégrader ces consciencieux prédicateurs du christianis

des

me, quelle que soit leur dénomination, sans autre raison que actes tels que ceux que les clauses en question défendent et érigent en délits. Pour ne pas comparer ici entre eux les ministres de l'Eglise protestante et de l'Eglise catholique, je me bornerai à demander comment on a pu supposer que nous conseillerions à Sa Majesté de défendre aux premiers , et de punir en eux des actes que la même loi prend un soin spécial de permettre expressément aux Israélites ? J'en ai, j'en suis sûr, dit assez pour vous convaincre que

le

gouvernement de Sa Majesté ne sanctionnera jamais de telles lois et pour vous montrer la nécessité de vous en tenir strictement à cette partie de ma dépêche officielle de ce jour, qui vous enjoint de n'approuver aucun bill qui imposerait des gênes de ce genre, à moins qu'il n'y soit inséré une clause qui en suspende l'exécution, jusqu'à ce que la volonté de Sa Majesté, à cet égard, soit connue. »

Outre le témoignage remarquable rendu dans cette lettre à l'utilité des missions, nos lecteurs y auront vu avec joie la volonté hautement exprimée, au nom du gouvernement anglais, de s'opposer à tout ce qui porterait atteinte au droit qu'a tout homme de communiquer à d'autres ses convictions.

Invitation aux Pasteurs et aux Fidèles des Églises protestantes de

France à assister aux assemblées générales des Sociétés Religieuses de Paris.

Les assemblées générales des Sociétés religieuses et philantropiques de Paris commenceront vers la fin du mois prochain. La Société des Traités religieux se réunira le 28 avril, la Société Biblique le 29, la Société de la Morale Chrétienne le 30, la Société des Missions Evangéliques le 1er mai. La Société Helvétique , la Société pour l'Instruction Élémentaire et la Société protestante de Prévoyance et de Secours Mutuels n'ont pas encore fixé les jours de leurs assemblées ; mais nous savons qu'elles les tiendront à peu près à la même époque , afin que les personnes venues des départemens à Paris pour assister à ces fêtes de la charité, puissent être présentes à toutes , sans prolonger leur séjour. Nous désirons que beaucoup de pasteurs et de fidèles s'y rendent en effet , et que ces réunions , qui ant été jusqu'ici abondamment bénies pour nos Églises , deviennent de plus en plus un moyen de réveiller la foi et la piété. Qu'il nous soit permis, dans ce but, de nous livrer à quelques réflexions, et de montrer sous quels rapports 'ces réunions annuelles nous paraissent surtout utiles.

Elles sont utiles aux Sociétés mêmes qui les tiennent : le devoir imposé aux membres des Comités de rendre compte,

à une époque déterminée, de ce qu'ils ont fait pour remplir leur mandat, les excite sans doute puissamment à s'en occuper , non pas, certes, pour en tirer vanité, mais pour justifier la confiance dont on les a honorés. Les communications personnelles que les Comités ont avec les protestans des départemens leur font mieux connaître que des lettres le jugement qu'on porte sur la direction qu'ils donnent à leurs travaux , et les améliorations que l'on désire y voir introduites; ceux-ci, de leur côté , se pénètrent mieux du plan général de nos Sociétés ; ils se familiarisent avec les moyens de les seconder dans leurs ressorts respectifs, et s'affectionnent davantage à des institutions qu'ils ont vues de près.

Les réunions annuelles sont en second lieu utiles aux Eglises, en ce que les pasteurs et les fidèles y retrempent leur piété. Placés pour la plupart dans des localités où les relations avec les chrétiens d'autres Églises ne sont pas faciles , il est bon qu'ils aient de temps en temps une occasion spéciale de se voir et d'échanger leurs idées. Pendant leur séjour à Paris, ils se font part de leurs expériences, ils s'entretiennent des difficultés qu'ils rencontrent, de leurs espérances , de leurs succès, des conversions dont ils ont été les instrumens ou les témoins , des moyens extérieurs qui leur paraissent avoir été bénis de Dieu ; de cette manière, s'encourageant réciproquement,

ils

apprennent les uns des autres comment ils peuvent, dans leurs situations diverses , faire encore plus de bien qu'ils n'en faisaient jusque là. Les fidèles de Paris profitent aussi de ces réunions ; ils sont édifiés et réjouis du témoignage que leurs frères des départemens viennent de toutes parts rendre au milieu d'eux à Celui en qui ils ont cru , et il est plusieurs pasteurs dont le court séjour dans cette capitale a porté plus de

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors]

fruits, et des fruits plus durables qu'eux-mêmes ne le pensent sans doute.

Enfin , les réunions annuelles sont utiles à la cause du protestantisme en général ; pour nous en convaincre , nous n'avons qu'à nous reporter de dix ans en arrière, et qu'à examiner ce que nous étions alors et ce que nous sommes aujourd'hui. Les protestans français , Dieu en soit béni, ne sont plus isolés les uns des autres ; ils savent qu'ils sont nombreux, et que

de la Manche aux Cévennes , se trouvent partout des frères , qui descendent, ainsi qu'eux , de ces pieux protestans échappés , comme par miracle, à la Saint-Barthélemy etaux dragonnades; ils savent que les liens entre les Églises se resserrent de plus en plus ; que les circonstances de l'une intéressent toutes les autres , et que là où le gouvernement n'a pas encore pourvu aux besoins les plus urgens du culte, on peut compter, si les ressources locales ne sont pas suffisantes , et en attendant que l'autorité y satisfasse d'une manière stable, sur les contributions des Églises plus favorisées ; ils savent surtout que la prospérité spirituelle de la grande famille protestante de France est de toutes parts l'objet des efforts et des prières de beaucoup de ses membres. C'est parce qu'on songe à tous , qu'on veut voir une Bible dans chaque famille , qu'on répand des traités, qu'on organise des écoles , et qu'on s'occupe de tant d'autres manières à relever cet antique édifice , dont Christ est le fondement, et dont ceux qui croient sont les pierres vives ; c'est parce qu'on songe à tous , qu'on ne se contente pas de prier pour l'Eglise particulière à laquelle on appartient, mais que, selon le conseil de saint Paul, on prie aussi , afin que la Parole du Seigneur ait un libre cours et qu'elle soit partout glorifiée. ( 2 Thess, 11, 1. )

Nous désirons que ces réflexions atteignent leur but , et qu'elles persuadent à un grand nombre de nos frères de nous visiter le mois prochain ; nous voudrions que dans beaucoup d'endroits les fidèles suivissent l'exemple donné, l'année dernière , par un consistoire qui, convaincu de l'importance des assemblées de Paris pour tous les protestans de France, y délégua, à ses frais, l'un de ses pasteurs; ne! oudrions

[ocr errors][ocr errors]

ܪ

que tous ceux à qui leurs moyens pécuniaires, leurs devoirs et les distances le permettent, regardassent comme un privilége de profiter le plus souvent possible de cette liberté, et que, autant que faire se pourra , chaque département où il y a des protestans , ou même chaque Église consistoriale , fût représentée à ces anniversaires : nous n'en sommes pas là encore, mais peut-être y arriverons-nous un jour; nous voudrions que ceux qui ont l'intention de venir examinassent d'avance ce que, dans les réunions particulières qui se tiennent à la même époque , il convient de proposer à leurs frères, soit dans l'intérêt de leurs propres Églises, soit dans celui de l'Église en général; nous voudrions enfin que, dans toute la France, le temps de ces fêtes chrétiennes fût tout spécialement consacré à prier en public et en particulier pour l'effusion du Saint-Esprit sur l'Eglise réformée de France et pour le réveil de tous ses membres; en sorte que ceux-là même qui ne peuvent entendre raconter toutes les choses que Dieu a faites ( Actes XIV, 27), rendent cependant grâces à Dieu , comme cela est juste , de ce que la foi fait de grands progrès , et de ce que la charité abonde de plus en plus, et qu'ils prient afin que notre Dieu accomplisse puissamment tous les desseins favorables de sa bonté et l'oeuvre de la foi ( 2 Thess. I, 3, 11). Alors nous verrions bientôt de plus grandes choses que celles dont nous avons été témoins ; car si Dieu est pour nous , qui sera contre nous ? (Rom. viii, 31 ).

Moyen facile de recueillir chaque année, sans peine et sans sacrifice

onéreux pour personne ,, DEUX CENT MILLE FRANCS en faveur de la Société des Missions Évangéliques de Paris.

Le calcul suivant, présenté à la dernière assemblée générale de la Société des Missions, peut être utile à reproduire à l'époque de la rentrée des fonds de nos diverses Sociétés religieuses :

« Je crois qu'il y a en France plus de quinze cent mille protestans, mais, pour ne prendre qu'un nombre hors de toute contestation, bornons-le à un million; un million d'âmes forment deux cent mille

illes; supposer deux femmes par famille en état de travailler

« PreviousContinue »