Le Cabinet historique, Volume 17

Front Cover
Louis Paris, Ulysse Robert
Au bureau du Cabinet historique, 1871 - France
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 29 - TRAÎTRES ET ENNEMIS DES DEUX COURONNES D'ESPAGNE ET DE FRANCE. (Extrait des minutes de la Secrétairerie d'Etat.) En notre camp impérial de Burgos, le 12 novembre 1808. Napoléon, Empereur des Français, Roi d'Italie et Protecteur de la Confédération du Rhin; Nous avons décrété et décrétons ce qui suit : ART. i er . — Les
Page 148 - que nous conservons pour vous. Sur ce. Nous prions Dieu qu'il vous ait, mon Cousin, en sa sainte et digne garde. A Turin ce 13 janvier 1739. ELIZABETH THERESE. T. xiv, fol. 264. Elizabeth Thérèze de Lorraine, fille de
Page 88 - r a pa'ie, baillé contant en ma présence, à un joueur de soupplesses de l'ambaxade de Milan, la some de quatre escus d'or, à la couronne, que ledit seigneur luy a donné pour avoir joué devant luy cejourd'huy en la ville de Lyon.— En tesmoing de ce, nous avons signé ces présentes de notre main le
Page 23 - et plus particulièrement l'article additionnelle décrété le 16 du même mois, supprimant la maison de Saint-Louis, il vient réclamer l'exécution de la loi et ramener dans sa famille ladite demoiselle sa sœur; des affaires très-instantes et de service publique l'obligent à partir de Paris sans délai, il
Page 232 - sous forme de commentaire critique, un exposé de l'état du françois à l'époque des premiers Capétiens, c'est-à-dire, à l'époque où la langue, la poésie, l'architecture et la société françoises se sont réellement constituées, comme notre nationalité elle-même. Le poëme ne se recommande pas d'ailleurs uniquement par son incomparable intérêt linguistique, il
Page 217 - favory d'Apollon et des muses, Pendant qu'à leur mestier jour et nuit tu t'amuses Et que d'un vers nombreux non encore chanté Tu te fais un chemin à l'immortalité... Et le reste qui est couronné de cette conclusion gaillarde
Page 10 - de Montbéliard, confirme ses goûts privés et révèle ses procédés officiels (2). « Arrivé à Dijon, j'y vois avec plaisir le patriotisme et la raison ressusciter; car la première demande que m'ont faite les corps administratifs, qui sont de ma création, est d'ordonner la fermeture des églises et de
Page 90 - qui ya joint la notice de quelques mss. trouvés dans ses papiers et l'indication des ouvrages de sa composition ou autres, qui se sont trouvés chargés de notes de sa main, avec le nom des personnes qui les ont acquis à la vente de sa bibliothèque,
Page 140 - Sapho, mais de la femme de son frère, Mons. de Scudery. Tallemant raconte d'une assez plaisante façon leur mariage. «Comme il (Scudery) s'estoit retiré à Gravelle, en Normandie, une veuve, qualifiée du pays passant par là vit notre auteur qui se promenoit, elle demanda qui il
Page 210 - grecs Et des vieux latins les secrets, Façonnant l'élégie et l'ode Sur la lyre, à l'antique mode. J'ay mis au dorien niveau Par un artifice nouveau De nostre langue les mesures En quantités, et en césures. J'apporteray cet ornement En France avec estonnement, Pourveu qu'au dernier de mon âge Pauvreté

Bibliographic information