Mémoires de Fleury de Chaboulon: ex-secrétaire de l'empereur Napoléon et de son cabinet, pour servir à l'histoire de la vie privée, du retour et du règne de Napoléon en 1815, avec annotations manuscrites de Napoléon Ier, Volume 1

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 246 - L'attente qui m'avait décidé au plus grand des sacrifices avait été trompée. Je suis venu, et du point où j'ai touché le rivage, l'amour de mes peuples m'a porté jusqu'au sein de ma capitale. « Le premier besoin de mon cœur est de payer tant d'affection par le maintien d'une honorable tranquillité. Le rétablissement du trône impérial était nécessaire au bonheur des Français, ma plus douce pensée est de le rendre en même temps utile à l'affermissement du repos de l'Europe.
Page 198 - ... toute leur gloire. Jurez qu'elles se trouveront toujours partout où l'intérêt de la patrie les appellera ; que les traîtres, et ceux qui voudraient envahir notre territoire, n'en puissent jamais soutenir les regards ! * « Nous le jurons ! » répondit l'armée d'une seule voix.
Page 247 - Assez de gloire a illustré tour à tour les drapeaux des diverses nations;. les vicissitudes du sort ont assez fait succéder de grands revers à de grands succès. Une plus belle arène est aujourd'hui ouverte aux souverains et je suis le premier à y descendre. Après avoir présenté au monde le spectacle de grands combats, il sera plus doux de ne connaître désormais d'autre rivalité que celle des avantages de la paix, d'autre lutte que la lutte sainte de la félicité des peuples.
Page 251 - ... et le consolider, elles emploieront tous leurs moyens et réuniront tous leurs efforts pour que la paix générale, objet des vœux de l'Europe et but constant de leurs travaux, ne soit pas troublée de nouveau...
Page 104 - Arrachez ces couleurs que la nation a proscrites, et qui, pendant vingt-cinq ans, servirent de ralliement à tous les ennemis de la France. Arborez cette cocarde tricolore : vous la portiez dans nos grandes journées ! Nous devons oublier que nous avons été les maîtres des nations, mais nous ne devons pas souffrir qu'aucune se mêle de nos affaires. Qui prétendrait être maître chez nous? Qui en aurait le pouvoir? Reprenez ces aigles que vous aviez à Ulm, à Austerlitz, à...
Page 105 - Vos biens , vos rangs , votre gloire , les biens , les rangs et la gloire de vos enfans n'ont pas de plus grands ennemis que ces princes , que les étrangers nous ont imposés : ils sont les ennemis de notre gloire , puisque le récit de tant d'actions héroïques qui ont illustré le peuple français combattant contre eux pour se soustraire à leur joug est leur condamnation.
Page 211 - L'Empereur est rappelé à garantir de nouveau, par des institutions, et il en a pris l'engagement dans ses proclamations à la nation et à l'armée , tous les principes libéraux : La liberté individuelle et l'égalité des droits ; la liberté de la presse et l'abolition de la censure ; la liberté des cultes ; le vote des contributions et des lois par les représentans de la nation légalement élus; les...
Page 104 - Nous n'avons pas été vaincus. Deux hommes sortis de nos rangs ont trahi nos lauriers, leur pays, leur prince, leur bienfaiteur. « Ceux que nous avons vus pendant vingt-cinq ans parcourir toute l'Europe pour nous susciter des ennemis, qui ont passé leur vie à combattre contre nous dans les rangs des armées étrangères en maudissant notre belle France, prétendraient-ils commander et enchaîner nos aigles, eux qui n'ont jamais pu en soutenir les regards? Souffrirons-nous qu'ils héritent du...
Page 167 - La dynastie légitime que la nation française a adoptée va remonter sur le trône : c'est à l'empereur Napoléon , notre souverain , qu'il appartient seul de régner sur notre beau pays. Que la noblesse des Bourbons prenne le parti de s'expatrier encore , ou qu'elle consente à vivre au milieu de nous, que nous importe!
Page 105 - ... sa gloire ne sont autres que votre intérêt, votre honneur et votre gloire. La victoire marchera au pas de charge ; l'aigle, avec les couleurs nationales, volera de clocher en clocher jusqu'aux tours de Notre-Dame...

Bibliographic information