Page images
PDF
EPUB

1

meuroient encore sous différentes dominations, & en cette année 1621, furent refondues les trois clo. ches de l'Eglise de Savie ; & sur la plus grosse qui existe encore aujourd'hui, le lit cette inscription.

Isabelle fuis nommée par noble de puissant Seigneur Messire Charles-Philippe Doignies, Chevalier.Baron de Rolencourt , Seigneur d'Estrées-Berlette ; d Madame Eléonor-Hypolyte Doignies , Sa Compagne, Fondateurs de cette Eglise ; fire Adrien Duquesnoy, Abdu Mont-Saint-Eloi ; fire Abbel Comei, Prieur d'Aubigny, 1621.

En 1665. la Terre de Berlette a été faisie réelle. ment sur le sieur Comte d'Estrées, à la Requête de ses Créanciers. Par l'exposé en vente de la Terre au Parquet du Conseil d'Artois le 30 Juin 1683. ony insera cette clause.

Comme aufi les Seigneurs de Berlette font Seigneurs de l'tglise de Savie, dy comme tels , jouissent des Droits honorifiques.

Le même jour 30 Juin 1683. Dame Françoise de Boucherat, lors Dame de Savie, fic former opposition à cette clause, & le 3 Décembre suivant, elle présenta Requête au Conseil d'Artois , pour la faire rayer de l'exposé en vente. Sur les contestations des Parties, il y a eu appointement en preuve, rendu le s Décembre 1684. Le

17 O&obre 1685. la Terre de Berlette a été vendue

par décret à Dame Therese de Geneviers, à la charge de l'opposition & sans garantie.

En 1690. ladite Dame de Geneviers fit mettre un Banc dans le Chæur de l'Eglise de Savie, les Armoiries à la maîtresle vitre du Chậur, & se fit recommander dans les Prieres publiques, au moyen

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

d'un Ađe d'indemnité qu'elle avoir donné au Curé de Savie, le 28 Décembre 1689.

En 1697. le sieur de Beaurains a acquis la Terre de Savie ; & après avoir eu connoiffance de ses droits , il fit ôter le 13 Mai 1702. le Banc que la Dame de Geneviers a fait mettre en 1690. dans le Choeur de l'Eglise de Savie. Le 20 du même mois, Ja Dame de Geneviers intenta complainte contre le fieur de Beaurains pour raison de l'enlevement de ce Banc, & par Sentence rendue au Conseil d'Artois le 4 Août 1702. le sieur de Beaurains fut concondamné par provision au rétablissement du Banc, les Parties appoincées en droit sur les Droits honorifiques respectivement prétendus.

En 1703. la Terre de Berlette a été saisie réellement sur ladite Dame de Geneviers; par l'exposé en vente de la Terre faite au Parquet du Conseil d'Artois le 17 Mai 1706. on y insera encore la clause suivante.

Comme aufiles Seigneurs de Berlette font Seigneurs de l'Eglise de Savie , comme tels jouissent des Droits honorifiques. Le même jour le sieur de Baurains forma son

opposition sur l'exposé en vente , & la Terre de Berjette a été vendue au sieur Bon Lallart le 16 Juin 1706. à la charge de l'opposition & du procès.

Le fieur Lallart a poursuivi le procès, & a prétendu avoir les Droits honorifiques de l'Eglise de Savie. 1o. En qualité de Fondateur. 2°. En qualité de Seigneur de l'Eglise. 3o. Comme possédant le plus ancien, le plus noble & le plus grand Fief de la Paroisle, parce que Berlette est une ancienne Baronie. Il a rapporté pour prouver ces trois moyens, les info criptions de cloche de 1559. & de 1621, les deux ad

judications de la Terre de Berlette de 1685. & de 1706, un dénombrement de la Terre de Berlette de 1543. & ún Contrat de vente de 1451. II a loûtenu que les Seigneurs de Berlette ont toujours été en pofseflion d'être recommandés dans les prieres publiques, d'avoir leurs Armoiries à la maîtresse vitre du Chậur , un Banc à la place la plus honorable du Chæur, & de jouir de tous les Droits honorifiques de l'Eglise de Savie. Il a soûtenu que les Fermiers de Berlette, en l'absence des Seigneurs, avoient été les premiers à l'Offrande, à la Procession , & reçû l'Eaubenite les premiers

Le sieur de Beaurains de la part, a prouvé qu'il étoit le Seigneur de Savie, ou l'Eglise est fituée , que de tous tems les Seigneurs de Savie, les jours du Patron, de Pâques & de Noël, ont reçu publiquement des hommages dans l'Eglise de Savie, que les tableaux funébres des anciens Seigneurs étoient attachés aux murailles du Sanctuaire du (hæur; il a prouvé que de tous tems les Seigneurs de Savie ont été recommandés dans les Prieres publiques , & ce par un procès-verbal tenu par-devant un Conseil ler du Conseil d'Artois du 2 Mai 1653. & par des atteftations de 1621, & 1664. données par

les ciens Habitans de Savie & de Berlette, & par les Certificats de deux Curés de Savie, entre lesquels eft celui du Curé qui a fait le changement en 1690, au moyen de l'Acte d'indemnité à lui doriné le 28 Décembre 1689.

Les choses étoient en cet état lorsqu'il intervint le 21 Juillet 1717. Sentence au Conseil d'Artois, qui appointe les Parties à faire preuve.

On observera que ces mêmes Droits honorifiques ayoient été prétendus contre le sieur Lallart, par les

an

[ocr errors]
[ocr errors]

Abbé Religieux de S. Eloy, près Arras , & par le Prieur d'Aubigny, & qu'ils avoient été Patties au Conseil d'Artois,

Le sieur de Beaurains ayant porté en la Cour l'appel de la Sentence du Conseil d'Artois du 21 Juillet 1712. fit seulement intimer le sieur Lallart, avec lequel le procès fut inftruit & mis sur le Bureau.

Les Abbé & Religieux de S. Eloy, & le Prieur d'Aubigny formerent alors leur intervention en la Cour, & furent par Arrêt du 16 Mai 1714. reçus Parties intervenantes ; mais comme leur intervention n'étoit point en état, la Cour par Arrêt du 27 Juin suivant, en prononça la disjonction: après laquelle intervint l'Arrêt du 14 Juillet 1714. qne l'on donne ici au Public, par lequel le sieur de Beaurains a obtenu toutes ses demandes , & le sieur Lallart a été débouté de ses prétentions. Par Arrêt rendu le 10 Juin 1716. entre ledit fieur de Beaurains & les Abbé & Religieux de S. Eloy, & le Prieur d'Aubigny, celui du 14 Juin 1714: a été déclaré commun avec lesdits Abbé & Religieux de S. Eloy & le Prieur d'Aubigny lesquels ont été dé. boutés de leurs prétentions. Par le même Arrêt il a été ordonné que le Curé de Savie seroit tenu de présenter l'Eau-bénite au fieur de Beaurains & à la Dame son Epouse, & de leur porter l'encens à chacun séparément par trois fois , & que la Paix leur seroit portée à baiser les premiers dans leur Banc.

OUIS, par la grace de Dieu , Roi de France

& de Navarre : Au premier des Huilliers de notre Cour de Parlement ou autre notre Huissier ou Sergent sur ce requis. Sçavoir faisons que ce jour & date des Présentes, comme de la Sentence

L

donnée au Conseil provincial d'Artois le 21 Juillet 1712, entre Maximilien - Denis de Baurains Ecuyer , Seigneur de Savie , noire Conseiller audit Conseil; Demandeur-e Défendeur d'une part, ex Bon Lallart , Seigneur du Grand Berlette, aufi Demandeur du Défendeur, d'autre part & entre ledit fieur Bon Lallart, Demandeur Défendeur, d'une part; & les Abbé Religieux du Mont fant Eloy, de Prieur d'Aubigny, Membre dépendant de ladite Abbaye, aufi Demandeurs ew Défendeurs, d'autre part; par laquelle avant faire droit entre toutes lefdites Parties , & sans y préjudicier sur les Droits honorifiques respectivement par elles prétendus, & sur la possession d'iceux; ensemble sur les Fiefs, mouvances & tenemens des fonds adjacens & enyironnans l'Eglise & Cimetiere dudit Sapie, circonftances & dépendances, lesdites Parties auroient été appointées à en faire preuve , tant par titre que par témoins, par - devant le Conseiller Galhaut écrire, produire, reprocher, contredire & fauver dans le tems de l'Ordonnance; auquel effet lesdits feurs Abbé & Religieux de S. Eloy, Prieur d'Aubigny, & de Beaurains s'entrecommuniqueroient leursdits Titres, Productions & Ecritures respectives; & pourroient lesdits de S. Eloy procéder avec ledit fieur de Beaurains, à ce présent ou dûement appellé ledit sieur Lallart, à une carte figurative de

a l'état des lieux par Experts & Arpenteurs fermentés, dont lesdites Parties conviendroient pardevant ledit Conseiller Galhaut, sinon

par lui nommé d'office, sur les indications , observations & remarques qu'ils pourroient respectivement faire, fi mieux n'aimoient lesdits de Saint Eloy convenir de celles faites entre lesdits fieurs de Beaurains & Lallart,

« PreviousContinue »