Page images
PDF
EPUB

Saône. - Il tire son nom de la principale rivière qui més par des ruisseaux traversant quelques prairies l'arrose et qui y a sa source. Sa superficie est de basses, sont au nombre d'environ quinze å vingi. Ceux 519,223 arpents métriques.

qui existaient à Allenjoie, Étupes, Rainans et autres vilMONTAGNES.- Le département est traversé par quatre lages des cantons de Montbéliard et d'Andincourt, ont des chaines du Jura disposées en lignes parallèles à la été successivement desséchés aux xyho et xvme siècles, chaine des Alpes et dont la dégradation successive va et convertis en prairies fertiles. de l'est à l'ouest. Il renferme un grand nombre de Lacs. - On compte dans le département quatre lacs montagnes dont la hauteur dans la chaine la plus élevée principaux et beaucoup d'autres secondaires. Ces lacs et la plus voisine de la Suisse varie depuis 1,224 mètres sont situés dans les vallées qui séparent les deux chaines (Moni-de-Scey') jusqu'à 1,610 mètres (Mont-Suchet), point les plus élevées du Jura. – Le lac de Remoray, dont la culminant de cette ligne. La seconde chaine située surface est d'environ 1 kilomètre 7110 carrés, est le plus sur la rive gauche du Doubs est moins élevée de 2 à élevé ; il s'écoule dans le Doubs: Le lac de Saint300 mètres ; son point culminant (le Mont-Champvent) | Point offre une belle nappe d'eau d'une superficie de å 1,232 mètres. - La troisième chaine baisse encore. 6 kilomètres carrés. - Un troisième lac, celui de Chail. Ses points les plus hauts (la Cote de Vennes et les lexon est aussi formé par le Doubs, mais il n'a qu'un Miroirs) n'ont que 996 mètres d'élévation. – Enfin la kilom. de surface. - Le lac de Bonnevaux, desséché penquatrième chaine, plus basse encore, offre deux points dant l'été par des entonnoirs souterrains qui absorbent culminants (le Mont-Poupet et la Roche-d'Or) hauls seu- ses eaux, est plutôt un marécage qu'un lac.- Le lac dit lement de 872 mètres. — On remarque dans un grand le Grand Sas, sur le territoire de Servin, présente un nombre de lieux que les couches superposées des mon. pbénomène curieux; on y voit une petite ile flottante. tagnes et des rochers ont souvent une inclinaison con

Rivières. - Le département est arrosé par 10 rivières sidérable vers l'horizon , et que quelques-uns, comme et par plus de 250 ruisseaux. On y compte près de les masses de rochers de la citadelle de Besançon, près 8,000 sources. Les rivières sont le Doubs, la Loue, l'avancée de Tarragnoz et la Porte-Taillée, oot la forme l'Ognon, le Dessoubre, le Lison, le Drugeon, le Cusancin, d'un arc de cercle, et présentent des cintres et des l'Alian, la Lusine et la Savoureuse.-Le Doubs, qui prend voussures. Il en existe même, près la source de la Loue sa source dans le département, à la base du Rixon, monet près la source du Verneau, à Nans, qui sont dispo- tagne du Jura , sort de terre à 952 mètres au-dessus du sées en chevrons, forme singulière et qui est extrême niveau de la mer; son cours est rapide et coupé par ment rare. – Les montagnes du Doubs sont toutes de de fréquentes cascades, dont la plus remarquable est le nature calcaire, de première , deuxième et troisième Saut-du-Doubs. La pente totale de cette rivière depuis formation et mélangées de quelques lits intermédiaires

sa source jusqu'à son confluent avec la Saône est de d'argile, de schiste alumineux et de marne. Elles | 776 m. Sun lit est tellement tortueux qu'elle parcourt présentent un grand nombre de curiosités naturelles et deux fois le département dans sa plus grande longueur, d'aspects pittoresques. Elles sont percées de vastes

et son développement peut y être évalué à 340,000 m. cavités, et offreni à leur superficie de profonds enton- Le Doubs est navigable sur certains points , et notamnoirs, gueules béantes de Siphons souterrains. On y

ment sur ceux où il reçoit le canal du Rhône au Rhin. trouve des glacières naturelles et de grandes cavernes NavigaTION. — Canaux.— Le département est traversé à vssements. Sol. Les différents degrés d'élévation des chaines par le canal de jonction du Rhône au Rhin , dont la navi

gation a commencé en 1833, il possède aussi un canal qui sillonnent le département, le divisent en trois régions de dérivation de la rivière d'Osselle. Le canal du Rhône agricoles irės distinctes, variées par leurs températures Rhin , depuis l'embouchure du Doubs dans la Saône comme par leurs produits et qu'on désigne communément par les noms de Plaine, de Moyenne, et de Huute jusqu'à Mulbouse, présente un développement total de

219,188 mètres. Montagne. Les plateaux de la Moyenne-Montagne sont à

Routes. - Le département est traversé par cinq routes plus de 300 mètres au-dessus du niveau de la Plaine, et à plus de 400 mètres au-dessous des vallons de la Haute-royales de troisième classe, dont le parcours total est Montagne. La contrée des Hautes-Montagnes coupée mentales dont le développement est de 409,000 mètres,

d'environ 215,000 mètres, et pär dix-huit routes départepar de vastes forêts de sapins est couverte de glaces et de neiges pendant six mois de l'année. Les terres y sont

MÉTÉOROLOGIE. généralement impropres à la culture des céréales ,

Climat. - La température est très variable, et plus mais on y trouve dans la belle saison et sous les ex

froide que la latitude ne semblerait l'indiquer; les hipositions du midi d'excellents pâturages pour les trou

vers sont longs et rigoureux.

Les limites moyennes peaux. - La Moyenne-Montagne, où l'on remarque extrêmes du thermomètre sont 8° et + 25o. de belles vallées et des plaines assez étendues, souffre

VENTS. - Les vents dominants sont les vents de sudla culture du froment; quelques vignobles même oc

ouest et de nord-est. cupent ses expositions méridionales. Les forêts qui cou

MALADIES. – Les affections catarrhalés, ainsi que les vrent les montagnes sont généralement peuplées de chènes et de hètres. La plaine est la partie la plus Dans les années chaudes et sèches le choléra sporadique

maladies chroniques et aiguës sont les plus communes. fertile du département, toutes les céréales y prospèrent, et les coteaux y sont couverts de vignobles qui produi

est assez fréquent. Les épidémies prennent d'ailleurs

rarement un caractère de gravité. sent des vins assež estimés. FORÊTS. Malgré de nombreux défrichements le

HISTOIRE NATURELLE, département possède encore de belles forêts , dont la

RÈGNE ANIMAL.

Parmi les animaux domestiques, superficie est de 120,981 hectares , essence de sapins, l'espèce bovine occupe le premier rang. On s'ocde bètres , de charmes et de chènes. — Le departement cupe aussi avec zèle de l'élève des chevaux. Ceux du Doubs est du petit nombre de ceux où l'on s'occupe du département, sans être des chevaux fins, sont cedes reboisements.

pendant d'une race assez précieuse; ils sont forts et MARAIS. Quoique le sol montagneux du départe- vigoureux, propres à la remonte de la cavalerie légère ment paraisse disposé de manière à ne conserver que et des dragons, et surtout excellents pour le trait. peu d'eaux stagnantes, on y compte cependant six ma- Les quadrupèdes sauvages sont assez nombreux. Les rais assez considérables. Le plus étendu est celui de pius multipliés sont le loup et le renard; l'ours est Saône , dont la surface est de 6,718,543 mètres carrés ; | irès rare, le sanglier est plus commun. On trouve il pourrait être rendu à la culture par des travaux quelques chevreuils, mais les cerfs et les daiins ont d'une exécution facile.

presque totalement disparu. Le chat sauvage existe Étangs. - Les étangs, tous de peu d'étendue ct for- | dans les bois de la plaine. Les lièvres sont partout' assez

au

[ocr errors]
[ocr errors]

nombreux, les autres animaux communs sont le blai- grandes et élevées, tantôt à parois lisses et brillantes, tantot arreau, la loutre, la martre, la fouine, le putois, la belette nées de stalactites et de stalagmites qui affectent toutes les formes, et les divers rongeurs.

La plupart des rivières mais principalement la forme cylindrique. Quelques-unes des coet des lacs sont très poissonneux. ‘On y trouve des lonnes sont si belles que l'intendant Toulongeon avait sougė a les truites saumonées rouges, jaunes et blanches ; de fort employer à l'ornement de son château. Ce projet eut un connes

cement d'exécution, car on en tailla quelques-unes qui forest belles perches, de gros brochets, des tanches , des an- voiturées à l'aide d'un chariot jusque dans la salle d'entree. Mas Guilles, des carpes, etc. Les écrevisses sont extraordi- la petitesse de l'ouverture extérieure empêcha qu'on pùt les ca nairement abondantes.

extraire. - La masse de ces stalactites , quelle que soit leur gras. RÈGNE VÉGÉTAL. La flore du département est très

seur, est transparente. Quelques-unes sont creuses, et, quand riche. Les végétaux qui croissent spontanément sur les mières salles porte le nom de Salle des chauves-souris, à cause da

on les frappe, résonnent comme un instrugent, —

Une des premontagnes appartiennent généralement aux espèces grand nombre de ces animaux qui y ont leurs nids. – Les carte aromatiques avec lesquelles on compose les vulnéraires munications entre les salles

, quoiqu'en certains endroits resserrées suisses si recherchés. — Les mousses, les lichens, les par des blocs de pétrifications, sont généralement faciles Toutes conferves, les agarics et les champignons présentent les salles se suivent et forment une seule galerie : on de leur cosdes classes très nombreuses. ~ Les espèces d'arbres et

nait aucune ramification, - Aux trois quarts à peu près de leur d'arbustes des forêts ne sont pas moins multipliées.

profondeur totale, elles sont traversées par un ruisseau profondé

ment encaissé, qui barrait autrefois complètement le passage, et On y remarque le chène-rouvre, le hétre, le frène et

sur lequel Toulongeou a fait construire, en 1763, un pont en le sycomore, qui y acquièrent une hauteur de 90 à 100 | pierres. — Aujourd'hui on peut arriver jusqu'à la dernière salle, pieds ; les sapins, dont l'élévation dépasse 120 pieds ; que termine un précipice rempli d'eau, et où se trouve use proles merisiers , les poiriers et les pommiers sauvages, fonde excavation dont le sol et la pente soot recouverts d'un communs dans les bois ; le cognassier, le houx et le sable fin de nature calcaire. En 1826, et seulement dags la genévrier, qui y prennent aussi un grand développe- partie qui se trouve entre le pont et l'entrée, on a découvert soas ment. — Les arbres fruitiers, rares dans la haute-mon

une croute peu épaisse de stalagmites une couche de terrean qui tagne et même dans la moyenne, réussissent parfaite dominent les ossements de l'hyène et de l'ours des careroes. Cette

renferme une grande quantité d'ossements fossiles, parmi lesquels ment dans la plaine. Le noyer y devient très beau. Les

découverte fait supposer qu'il devait exister autrefois des issues qu vignes y sont peuplées de pèchers et de cerisiers. – On

se sont bouchées depuis, car l'entrée actuelle des grottes est beasremarque dans les vergers un grand nombre d'arbres à coup trop petite pour donner passage à des animant de cette taille. fruit, à noyaux et à pepins.

-Outre le ruisseau dont nous avons parlé, et qui, contiauast sa RÈGNE MINÉRAL.-On sait qu'il existe des mines d'argent l'entrée des grottes d'Osselles, on y trouve encore une fontaise

cours souterrain , va se jeter dans le Doubs à peu de distance de sur le flanc de la montagne du Mont-d'Or, à peu de dis- d'eau vive très bonne à boire. Parmi les formes singulieres que tance de la source du Doubs , mais elles ne sont point présentent les stalactites, on remarque un beau rideaz dragé, des exploitées. Les mines de fer en grains et en roches colornades presque régulières, des troncs de palmiers, un cepice, constituent les véritables richesses du pays. Ces mines, un jeu d'orgues, etc. au nombre de 19, dont quelques-unes sont exploitées à LA GRANDE-BAUME. Il existe sur le territoire de Lods, an ciel ouvert, occupent 300 ouvriers , et produisent an- fond d'un petit vallon, une fort belle grotte d'un abord facie. nuellement 349,400 quintaux de minerai. – Il y a une

Elle s'ouvre au centre d'un rocher de 20 pieds de haut, duar le mine de houille en exploitation. On trouve aussi

sommet est couronné de vignes. Les habitants la nominat la

Grande Baume. Son entrée a 15 pieds de hauteur et 30 de largeur; plusieurs mines de lignites ou bois fossile. Celle du

on arrive d'abord dans une première salle parfaitement éclaire, Grand-Denis parait avoir plus de 200 pieds d'épaisseur de 65 pieds de profondeur, et dont le fond s'abaisse de faces a -On exploite un grand nombre de tourbières, ainsi que ne plus présenter qu'une ouverture pareille à la bouche d'en foc. des carrières de gypse, de marne, de pierre à bâtir, cette salle est ornée de belles stalactites, d'aspects variés et fasde tufs et de marbres de différentes qualités. Les spaths tastiques. A droite, on remarque une figure de forme kunnaine, de différentes qualités et les quartz cristallisés sont placée dans un siége surmonté d'un dôme de stalactites dette

de guirlandes. La voûte entière est garnie de stalactites, d'en bel communs dans les montagnes, où l'on trouve aussi un

effet. A gauche, on trouve une masse de stalagmites qui repregrand nombre de pétrifications de productions marines.

sentent assez exactement un lit garni de ses rideaux. Les habitast Eaux minérales. On a reconnu l'existence de plu- l'ont nommé le iit de San-ti Croustilleri. - L'ouverture du fand sieurs sources d'eaux minérales. Les eaux sulfureuses conduit à une seconde salle décorée aussi de stalactites et de stade Guillon, près Beaume, sont assez fréquentées. Les lagmites. On y remarque trois statues élevées sur une sorte de autres sources sont celles de Mauron, de Chaux-du- piedestal, représentant, avec des formes peu arrétées, trois fee

ines voilées et tenant des enfants dans leurs bras. Cette salle a es. Milieu , de Morteau, d'Arçon et de Vuillecin.

viron 100 pieds de profondeur. Salines. Il existe entre les villages d'Arc et Sénans GROTTES ET CAVERNES.- Outre les grottes d'Osselles et la Grande une saline royale en exploitation, affermée à la compa- Baume, le département renferme un grand nombre de grottes csgnie des salines de l'est, et qui produit annuellement rieuses; on cite celles de Chenecer. La grotte de Moutbier a

servi de retraite aux habitants du canton pendant les guerres da 34,000 quintaux métr. de sel blanc. On croit avoir | xvie siècle, et il y a quelques années que de faus-monnayeurs reconnu au lieu dit le Bout du Monde (commune de Beu- y avaient établi un atelier qui fut découvert. – La grotte di Ree rie) le gite d'une mine de sel gemme.- Le département mounoi sert d'église succursale au village de ce nom, et rappelle possède deux marais salants, à Audeux et à Soulce. ces cryptes antiques où les premiers chrétiens célébraient les anys OURIOSITÉS NATURELLES.

tères de la religion. Elle est située au bord du Doubs, dans le

flanc d'un rocher, et ne reçoit les rayons du soleil que par sa 6Le département du Doubs présente un grand nombre de curio- carpement perpendiculaire au lit de la rivière. - La grotte dite sités naturelles, telles que grottes, sources, cascades, glacières, etc. le Château-de-la-Roche perce horizontalement un rocher coape a Nous allons tâcher de faire connaitre les plus remarquables. pie. C'est à l'entrée de cette grotte que les comtes de la Roche

GROTTES D'OSSELLES. Ces grottes sont les plus célèbres de la avaient construit un château qui fut détruit pendant les guerres Franche-Comté et méritent cette célébrité par leur étendue et leur du xvre siècle, et dont on voit encore les ruines. - Dans la comprofondeur. Elles sont situées à 5 lieues de Besançon, dans le mune de Montandon (canton de Saint-Hippolyte), on trouve une Hanc d'une colline peu élevée, sur le territoire de la commune de caverne vaste et profonde , nommée le Fondreau. C'est une exra. Roset-Fluans , et forment une suite de salles qui s'étendent à au vation naturelle dans un rocher de plus de 80 pieds d'eleratioa. moins 800 mètres dans l'intérieur de la colline, et qui contien- Les habitants de Montandon s'y réfugièrent pendant les guerres dent des stalactites et des stalagmites des formes les plus variées du xvie siècle. On y voit encore les vestiges d'un moulin à bras et les plus fantastiques. Ces grottes sont condues depuis long- qn'ils y avaient établi pendant ces temps de calamités. Mais ce qui temps, et depuis long-temps fréquentées. Un intendant de la prouve d'une manière incontestable que ce lieu a servi de retraite province (Toulongeon) y donna, en 1763, une fête brillante. On en temps de guerre, c'est que plusieurs familles de Montandoa voit encore la salle qu'il avait fait décorer à cet effet, et que conservent des actes datos et écrits au Fondreaa.-Près du Champl'éclat des stalactites scintillantes à la lumière des bougies devait de-Mars de Besançon, se trouve une grotte assez spacieuse, de rendre d'un aspect fort riche. On y montre aussi une petite Saint-Félix, évêque de Besançon, se retira , dit-on, pour vivre salle avec une sorte de tribune, où l'on prétend que l'on a dit la dans la solitude, désespérant de ramener son clergé aux ancicanes messe pendant la révolution. Les salles sont généralement pratiques, et où il mourut en odeur de sainteté.

ment.

[ocr errors]

GOUFFRES. Les fissures, les gouffres et les cavités communi- montagnes et vient jaillir à la surface du sol, donne une idéo quant avec des conduits souterrains, sont communs dans le dé- du principe sur lequel repose le système des puits artésiens. partement. Alternativement, ils absorbent et ils vomissent les eaux.

FONTAINE RONDE. -- C'est une source intermittente, située dans Le Puits-de-la-Breme, près d'Ornans, dans les grandes pluies, aux l'arrondissement de Pontarlier, au bout d'un pré marécageux, époques où les rivières débordent , se remplit d'une eau limoneuse

resserré entre deux collines calcaires. Elle existe dans deux qui s'élève du fond de l'abime, s'élance en bouillonnant perpendi- bassius, de forme à peu près circulaire, dont l'un, plus élevé que culairement à plusieurs pieds de bauteur, se répand au dehors et

le second, a environ 7 pieds de long, sur 6 pieds de large. Le inonde le fond du vallon, On trouve dans le vallon de Sancey

fond de ces bassips est de sable et de petits cailloux, colorés en un autre gouffre nommé le Puits-Fenoz, qui inonde également

rouge par l'oxide de fer. L'intermittence dure de 6 à 7 minutes. les environs, mais par une autre cause. Son ouverture présente un carré long de 8 pieds sur 6 de large : c'est dans cette gueule

VILLES, BOURGS, CHATEAUX, ETC. étroite que viennent s'engloutir les ruisseaux du Dard, de Voye BESANÇON, sur le Doubs, ch.-l. de départ., à 99 l. S.-E. de et de la Baume ; suffisante l'été, elle cesse de l'être s'il arrive des Paris. Pop. 29,167 hab. Cette cité célèbre de l'ancienne Gaule, pluies considérables, ou si la fonte des neiges est subite; alors le fut fondée 400 ans avant l'ère chrétienne, et acquit bientôt une canal souterrain s'engorge, les eaux s'élèvent et, s'épanchant au grande importance. 56 ans avant J.-C, César y entra , non en dehors, inondent le vallon et la partie basse des villages d'Orve conquérant , mais appelé par les chefs de la cité, pour repousser et de Chazot, quelquefois jusqu'à la hauteur des premiers étages. les barbares qui menaçaient la Séquanie d'un envahissement total. GLACIÈRES NATURELLES. — Il existe dans le département, plu

Vesuntio, ainsi se nommait alors Besançon , était déjà la métrosieurs grottes qui contiennent des glaces permanentes ; la plus

pole de la province Séquapaise. César en fit sa place d'armes. importante, celle de la Grace-Dieu, territoire de Chaux-les-Passa- -Depuis son origine, cette ville est restée la capitale de la contrée, vant, est digne d'être visitée par les voyageurs.

dont elle fait partie. Son époque de plus grande splendeur, SAUT du Doubs, En sortant du lac de Chaillexon, vaste et

fut sous Aurélieu.- Sous le règue de Julien , la ville fut saccagée

- Les hordes d'Attila lui furent plus fatales, magnifique réservoir, qui sépare le département de la princi- par les Germains. pauté de Neufchâtel, le Doubs poursuit son cours à travers

encore; ce dernier désastre renversa presque tous ses édifices

romains. des défilés étroits , entourés de rocs escarpés qui , se resserrant à

Les Bourguignons, qui s'en emparèrent ensuite,

la reconstruisirent. leur extréinité septentrionale, ne laissent plus d'autre issue

L'histoire a consigné plusieurs époques qu'une ouverture de trente pieds de largeur, par où la rivière

glorieuses pour Besançon. En 406, sa résistance contre les s'élance et se précipite perpendiculairement de 82 pieds de bau

Vandales, en 413, contre les Germains; en 451, contre les Huns;

en 1288, contre les Allemands; en 1385, contre les Bourguignons, teur, avec un bruit imposant décuplé par les échos, dans un abime profond que la sonde n'a pu encore mesurer.- Pour jouir

en 1362 et 1364, contre les Anglais, en 1375, contre l'armée complétement de la vue de cette belle cascade, il faut, par un

protestante, etc., etc. — En 1814 , Besançon résista aux troupes jour clair et serein, se placer au-dessous de la chute d'eau, lors

alliées qui l'assiégèrent vainement. Long-temps ville libre et que le soleil descend vers l'horizon, alors le spectacle est embelli

impériale , Besancon tomba au pouvoir de l'Espague, mais contia par les vives couleurs des arcs-en-ciel qui se meuvent et se croi

nua de se gouverner en république. Louis XIV s'étant emparé

de la Franche-Comté en 1674, abolit cette forme de gouverne. sent au milieu des vapeurs humides qui baignent les rochers; le bruit solennel de la cataracte, l'aspect des rocs noircis , la blanche

Les fortifications de Besançon étaient déjà considéra, écume qui jaillit sur leurs parois, les teintes multipliées de la lu

bles , elles furent alors augmentées, et l'ont été encore depuis. –

La situation de cette ville est forte autant que pittoresque. Le cours, mière solaire décomposée, toute une pluie de diamants, de topaze, d'émeraudes, de saphirs et de rubis , laissent au spectateur

sinueux du Doubs enclòt une presqu'ile, qui présente la forme une impression ineffaçable , que les descriptions les plus animées

d'une fiole; la ville couvre cet espace et s'étend au-delà de la sont impuissantes à produire. Les bassins que forme le Doubs

courbe de la rivière; cette dernière partie est le faubourg d'Arène, au-dessus de cette cascade, furent loog-temps embellis par une

couvert par de gros bastions, et s'élevant sur une pente douce; la fête annuelle, où se resserraient les liens d'amitié qui unissent le ville proprement dite est en plaine. Le col de la presqu'ile est un peuple Franc-Comtois au peuple Suisse : cette fête n'a plus lieu.

roc élevé de 130 mètres au-dessus de la rivière qui baigne ses esCascades. — Si le saut du Doubs est, par le volume de ses caux,

carpements latéraux: très rapide du côté de la ville, il est séparé la cascade la plus remarquable du département, ce n'est

de la colline contiguë par un profond ravin; ce roc porte la cita, la

pas plus élevée. Parmi le grand nombre de chutes d'eau qui existent

delle. Sa position rend cette forteresse inabordable à l'ennemi : dans les cantons de montague, on cite les cascades de Syralu ,

l'art a néanmoins puissamment contribué à sa défense; elle est

ceinte de murs énormes et de tranchées excavées dans le roc; on dans le vallon pittoresque d'Ornans , et dont la hauteur et les pentes totales sont de plus de 560 pieds. Les deux chutes

n'y entre que par des ponts - levis ; elle renferme plusieurs

Un ruisseau principales ont plus de 150 pieds de hauteur, –

divers bâtiments, et des voûtes profondes qui servent dans le vallon de Migette devient dans les grandes crues un

de cachots. L'aspect en est plein de sévérité : il inspire une

sorte de terreur. torrent impétueux, et se précipite de 370 pieds de hauteur, dans

Les travaux qu'on y fit sous Louis XIV fuun gouffre dit le Puits-Billard, qui communique par un canal

rent si dispendieux, que ce roi demandait si les murs de la cita, souterrain avec la source du Lison. — Enfin, près d'Eternoz on voit

delle de Besançon étaient d'or. - Elle est dominée par des une cascade formée par un ruisseau assez considérable pour faire

hauteurs, mais celles-ci sont également fortifiées ; les deux plus tourner un moulin , et qui se précipite de 120 pieds de haut.

voisines portent deux forts capables d'une longue résistance; l'un

de ces forts est considérable: il est à peine terminé et achève de SOURCE DU DESSOUBRE. Cette source jaillit d'un antre

rendre Besançon inexpugnable.-L'enceinte bastionnée qui entoure profond situé à 508 mètres (1,563 pieds 9 pouces) au-dessus du niveau de la mer. Les eaux s'élancent avec impétuosité, par fossés. -- Besançon est très peuplée pour son étendue, elle offre peu,

la ville est forte; elle est bordée par la rivière et par de profonds sept issues (dont quelques-unes poussent des jets ascendants),

de rues larges, peu de places spacieuses; c'est moins une ville de luxe d'un maguifique rocher, et forment de belles cascades. L'industrie

qu'une place-forte. Elle est néanmoins bien bâtie et généralement s'est emparée de ce site sévère: des usines disposées en amphithéâtre sont établies sur les plans supérieurs des cascades; on y

bien percée; mais la plupart de ses rues sont tristes, et ses consvoit aussi les débris d'un antique monastère , et quelques maisons

tructions ont une sévérité, une uniformité de style qui leur donne isolées qui animent le paysage.

une grande monotonie. — La ville et le quartier d'Arènes commun,

niquent ensemble par un pont de fondation romaine, mais dont SOURCE DE LA LOUE, Un rocher, dont la hauteur est de plus

la construction primitive a été fort altérée; il est haut, étroit, fort de 820 pieds , s'élève verticalement au fond d'un vallon agreste

laid et bâti de pierres grossières. Le quartier d'Arènes est très et sombre; á 80 pieds de sa base s'ouvre un antre d'où jaillit populeux et presque entièrement habité par des vigneronse avec impétuosité une belle pappe d'eau en forme de cascade.

L'église Cathédrale, dédiée à Saint-Jean, est un grand vaisseau C'est la source de la Louc, rivière considérable à sa naissance,

de fondation fort ancienne, reconstruit dans le xie siècle, par. et qui fait aussitôt mouvoir des usines. La grotte d'où elle sort a

l'archevêque Hugues fer, et de style qui participe du gothique et plus de 180 pieds d'ouverture, sur 90 pieds de hauteur.

du sarrasin. A chaque extrémité de la nef, est un beau chaur. PONT SARRazin. Parmi les conformations singulières des et de riches autels. En face du siége de l'archevêque, on voit le rochers calcaires, on remarque l'arcade uaturelle du pont Sarrazin, buste en marbre blanc de Pie VI; une belle Resurrection de Carle, située près de Vaudoncourt, canton de Blamont; elle offre, sur Vanloo se fait remarquer dans la chapelle du saint Suaire, parmi une petite échelle, une image du célèbre pont du Diable.

d'autres bons tableaux. Une chapelle voisine offre un saint SébasSources JAILLISSANTES DE Cleron. - Près du pont de Cléron, tien, l'un des chefs-d'æuvre de fra Bartoloméo. La Mort d'Ananie sur le territoire de Scey, on voit une source considérable, d'une et de Saphire, par il Piombino , orne une autre chapelle; ces chanature peu ordinaire. D'une fentc de rocher presque horizontale, pelles sont petites, sur un seul côté de la nef, mais fort jolies et l'eau s'élance en plusienrs jets , qui montent jusqu'à 9 pieds de toutes de styles différents : deux beaux anges en marbre blanc hauteur. Il y a six jets principaux, et un grand nombre de moin- décorent le maitre-autel, construit en marbres italiens rares, et dres; tous réunis, ils forment un ruisseau considérable , dont les

que couvre

un superbe baldaquin. L'église a trois nefs, divisées caux très froides en été paraissent chaudes en hiver. Cette par des colonnes ovales, bizarres mais élégantes ; les vitraux source produite par un cours d'eau souterrain , qui descend des sont peints; les fenêtres, fort petites, ne laissent pénétrer dans

cours

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

l'église qu'un jour mystérieux, qui ajoute à la majesté de l'édifice. | quable pour l'époque où il fut bâti. Le bourg est propre et con-
La ville possède trois autres églises remarqnables, L'hôpital tient quelques jolies maisons, mais il est percé fort irrégulièrement.
Saint-Jacques est un superbe établissement dont, sous tous les rap- MONTBÉLIARD, sur l’Allan et la Luzine, ch.-I. d'arr., á 20 l.
ports, Besançon peut se glorifier. Un serrurier de Besançon en a N.-E. de Besançon. Pop. 4,767 bab. - C'était autrefois un comté
ciselé la grille d'entrée, qui est très belle. Cet hôpital est vaste, qui appartint long-temps aux ducs de Bourgogne. Eo 1419, il
propre, sain et bien administré ; il contient 500 lits, distribués passa à une des branches de la maison de Wurtemberg. La ville
dans des salles qu'orne une multitude de cases remplis de fleurs. était alors peu importante.- En 1530, elle embrassa la réformation,
Un jardin d'un coté, de l'autre, un petit parc et un potager en- s'accrut d'un grand nombre de protestants et s'eorichit de leur
tourent l'hôpital. - L'Hótel de la Préfecture occupe le bâtiment de industrie. Son commerce, favorisé par la protection da souverain,
l'ancienne intendance, édifice remarquable par ses grandes di- et par une position favorable entre l'Alsace, la Franche-Comté et
mensions, comme par la voblesse de son style. - Le College royal, la Suisse, lui procura une importance et une prospérité qui
élevé par la ville, en 1697, est un bel édifice bien approprié à son décrit lorsque la ville devint française. Elle était entourée de
usage : il peut recevoir 200 élèves. - Le Palais de justite, où siégeait fortes murailles que Louis XIV fit raser en 1677. - Montbéliard,
jadis le parlement, offre we facade remarquable par son archi- situé dans une position avantageuse, mais båti sur un terrain très
tecture. – L'ancien Hotel Granvelle fut construit dans le xixe siècle, bas, est exposé à des ioundations fréquentes. Il est dominé par
par le cardinal de ce nom : c'est un édifice spacieux et iinposant, un vieux ebâteau, jadis résidence des comtes et autour duquel est
dont la facade à trois ordres d'architecture; il est contigu à un un parc spacieux. - On remarque dans la ville le bâtiment des
préau semblable à ceux des cloîtres. – Le Théu're est un bâtiment Halles, sur la place du inarché, l'Hotel-de-Villé, la Bibliothegae
isolé et de belle appareret, son frontispice est formé de six publique, riche de 10,000 volumes, et l'église de Saint-Martin, dont
colonnes doriques; l'intérieur de la salle est spacieux, bien de- le plafvud, de 26 mètres de longueur sur 16 mètres de largeur,
coré, d'une forme circulaire, mais la construction en est vicieuse, n'est soutenu par aucune coluone.
et les règles de l'aconstique y cont mal observées. L'Arsenal PONTARLIER, sur le Doubs, chef-lieu d'arr., á 10 1. S.-E. de
est considérable et digne d'attention. - L'Horel-de-Ville est un Besancon, Pop. 4,707 hab. - Ville très ancienne et qui fut l'ope
ancien et grand édifice, mais noir, sale et fort laid; sa facade des plus considérables de la ci-devant Franche-Comté; on l'ap-
forme, saus la décorer, un des côtés de la place Saint-Pierre, pelait, daus le pays, la eles de la France, à cause de sa situation
ainsi nommée à cause d'une église qui fait face à l'hôtel-de-ville. dans le passage le plus commode , pour pénétrer de la Susse en
Cette place est carrée , propre et jolie, mais petite. – La grande France. Ce passage commença à être fréquenté sous Augnste,
Caserne se compose de plusieurs corps de bâtiments fort pro- et se parsema bientôt d'balitations. Pontarlier fut souvent
pres, formant les trois côtés d'une vaste cour. — La Bibliotheque agrandi et porta successiveineut dix noins différents : Pons eiere.
publiqué renferme 50,000 volumes et nombre de manuscrits pré-rei, Pons alei, Pontalia, etc. — La ville, jusqu'au xrve siècle,
cieux. Le bâtiment est moderne et de bon style. Il contient aussi resta divisée en deux parties, dont l'une s'appelait Morieur, l'autre
le Musée-Páris, ainsi appelé, du nom d'on architecte qui en a fait Pontarlier; cette dernière seule subsiste encore. - Elle fut souvent
présert à sa ville natale. Ce musée se compose d'objets anti-ravagée par les incendies, à cause de l'emploi qu'on faisait de bois
ques, de tableaux, de livres et d'objets rares. Le Musée

de sapio, dans la construction des bâtiments et des toitures, d'histoire naturelle est encore peu nombreux; mais il s'accroit emploi qu'un a été enfin forcé d'abandonner.- La ville moderne, rapidement. Le Muser d'an'iquités offre une grande quantité agréablement située au milieu des montagnes du Jura, est régud'objets romains et du inoyen âge, dont la plupart proviennent lièrement hâtie ; ses rues sont propres, bien percées et formées de de fouilles qui ubt éte faltes daus la ville, à différeutes époques maisons élégantes

. - La ville et le passage sont protégés par le chê. De tant de monuments romains qui ornèrent l'antique Vesuntio, tenu de Jour, construit sur un rochet presque inaccessible. Ce il n'en existe plus qu'un, appelé la Porte-Noire, et est situé au château, susceptible d'une longue déferise, est de l'apparence la pied de la cathédrale à laquelle il sert comme de portique. Ce fut plus pittoresque. an arc-de-triomphe de grandes dimensions et de beau style; on ignore à qui il était dédié : ob croit cependant que ce fut à un

DIVISION POLITIQUE ET ADMINISTRATIVE. des hievfaiteurs de la ville, Aurélien , ou Crispus, fils de Cons

POLITIQUE. Le département nomme 5 députés. Il est divisé tabtin, qui affectiunna Besançon, y passa une partie de sa jeunesse,

en 5 arrondissements électoraux, dont les chefs-lieux sont : Deet v’en partit que pour triomphier des Germains. Après la mort sançon (ville et arr.), Baume, Saint-Hyppolite , Pontarlier. de ee héros, victime de la passion dédaiguéc d'une belle-mère,

Le pombre des électeurs est de 1,019. Besançon prit son nom, et se nomma pendant quelque temps Cris- ADMINISTRATIVE. - Le ch.-1. de la préfect. est Besançon. popolis. L'arc-de-triumphe, bien qu'euclavé et très ruiné, conserve Le département se divise en 4 sous-préfect, ou arrund. com. encore un air de majesté digne du peuple-roi. La promenade Besançou..

8 cant., 202 comm., 96,032 babit. Chamars, le Champ-de-Mars romain, était fort agréable; mais elle Baume-les-Dames. 7

187

64,884 à été détruite en partie, depuis quelques aunées, pour faire place

Montbéliard

7
161

55,642 à de nouvelles fortifications. Besançon manque de promenades Pontarlier,

89

48,977 intérieures, inais srs environs sont beaux et pittoresques; les campagnes sont riautes et fécoudes. La vallée du Doubs offre des

Total.

27 cant., 639 comm, 265,535 balita points de vue enchanteurs.

Service du trésor public. 1 receveur général et 1 payeur TesiQUINGEY , sur la Loue, ch.-1. de cant,, à 5 1. de Besançon. Pop.dant à Besançon), 3 recev. particuliers, 5 percepteurs d'arrood. 801 hab. Petite ville ancienne, située dans une vallée agréable Contributions directes. - 1 directeur (à Besançon) et 1 iospect. et fertile; elle fut jadis fortifiée et plus considérable qu'à présent; Domaines et Enregistrement. — 1 directeur (à Besançou), 2 insmais elle a été plusieurs fois prise d'assaut et ravagée par des pecteurs , 3 vérificateurs incendies. - Il reste quelques vestiges de ses hauts murs d'en- Hypothèques, – 4 conservateurs dans les chefs-lieux d'arrondisceinte, de leurs tours et des trois portes d'entrée, ainsi que

d'un château-fort oů naquit Guy de Bourgogue, qui fut élu pape co

Douanes. - 1 Directeur (à Besançon). 1115, sous le nom de Calixte II.

Contributions indirectes. - ì directeur (à Besançon ), 2 directeurs BAUME-LES-DAMES, près du Doubs, ch.-1. d'arr., à 7 I. 112 N.-E.

d'arrondissement, 4 receveurs entreposeurs. de Besançon. Pop: 2,467 bab. — Le nom de cette ville lui vient

Forets. Le département fornie la 12e conservat, forestière, d'une ancienne et célèbre abbaye de Bénédictines, fondée vers

dont le chef-lieu est à Besançon. 1 consery, à Besançon ; 3 insle ve siècle, et qui fut protégée par les rois de Bourgogne, dout pecteurs, à Besançon, Baume et Pontarlier. l'un, Saint-Goatran, y fut enterré. Charlemagne et Louis-le-Dé.

Ponts et chaussees. Le département fait partie de la 4e insboubaire prodiguèrent les richiesses à cette abbaye. Plusieurs fois pection, dont le ch.-I. est Dijon. - Il y a 2 ingénieurs en chef en ravagée, elle fut enfin détruite à la révolution. La ville elle-même résidence à Besançon, dont l'un est chargé de la surveillance du å été souvent ruinée dans nos guerres civiles. C'est maintenant canal du Rhône au Rhin (division du Sud). uue de nos jolies petites villes, elle est située dans un bassin ver- Mines.- Le dép fait partie du 13e arroud. et de la 4e divis., dont doyant, formé de collines parsemées de vignobles. Le Doubs le ch.-I. est à S.-Etienne. 2 ingén, des mives résident à Clermont. coule au bord de ce bassin, dans un lit profund et encaissé par

Loterie. Les bévéfices de l'administration (pour 1831 consd'âpres rochers. L'église paroissiale est grande et belle; le chąur paré à 1830) présentent, sur les mises effectuées dans le départeén est bien décoré. Son nouveau clocher, carré, a 50 metres d'é- !nent, une diminution de 33,377 fr. lévation. L'hopital est un édifice spacicax et bien distribué. La

Haras, Besançon est le chef-lieu du 3e arrond. de concours ville est bien bâtie, contient nombre de jolies constructions, la pour les courses de chevaux. – Il y a à Pontarlier un dépôt royal plupart neuves, et est entourée de promenades charmantes.

où se trouvent 34 étalons. CLERVAL, sur le Doubs, ch - I. de cant, à 31. de Baume-les- MILITAIRE

Besançon est le quartier-général de la 6e division Dames, Pop. 1,097 hab. Clerval fut fondé par Othon, fils de militaire, qui se compose des deportements du Doubs, du Jura et l'empereur Barberousse. Les seigncurs comtois le firent furtifier; de la Haute-Saône. Cette ville est la résidence de 1 lieutenant il commnauda long-temps le cours du Doubs. Il ne lui reste rien général commaudant la division, 1 maréchal de camp coman. de ses fortificativas; mais il a encore sur le Doubys un ascien pont daut le département, 1 intendant militaire et 2 sous-intendants. en pierre, plus solide que beau, et d'nne construction reinar- Le départemcut renferme 4 places de guerre : Besançon, la

5

[ocr errors][ocr errors]

sements communaux.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors]
[graphic][subsumed][ocr errors][ocr errors][ocr errors][subsumed][subsumed][merged small][ocr errors][ocr errors][graphic][graphic][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small]
« PreviousContinue »