Page images
PDF
EPUB

Mémoires pour servir à l'Histoire de la Révolution d'Espagne.

Les gazettes de l'Europe ont fait connaître, il y a long-temps, une grande partie des faits et des pièces justificatives que ces Mémoires contiennent; mais il y a très-peu de per sonnes qui se les rappellent, parce qu'ils ont été effacés de leur souvenir par

les évènemens qui ont eu lieu pendant les années 1812,1813 et 1814.

Ceux qui ne cherchent dans leurs lectures qu’un plaisir passager, s'occupent très-peu de retenir la mémoire des faits qui datent de quelques épo

ques reculées.

Plusieurs personnes cherchent, à la vérité, à s'instruire dans les lectures qu'ils font; mais lorsqu'on leur présente des détails qui ne les intéressent

pas particulièrement, ils n'en demandent qu'un aperçu très-abrégé, et qui puisse seulement les faire arriver au but philosophique ou politique qu'ils désirent.

Il y en a d'autres qui n'aiment pas les détails isolés, et qui cependant ont un grand intérêt d'être instruits de tous les évènemens qui se sont passés dans un pays, afin de pouvoir en juger par eux-mêmes; ils parviennent à un tel but, quand on leur présente sous un seul point de vue ce qui a eu lieu dans des époques différentes.

C'est cette raison qui a engagé l'auteur de ces Mémoires à réunir, autant que possible, plusieurs faits qui sont déjà oubliés, quoiqu'ils soient vrais et du plus grand intérêt, avec d'autres qui ont toujours été ignorés du public.

La révolution d'Espagne qui se présente à tous les yeux d'une manière bien différente dans ses diverses époques; les nuances d'opposition qui existent entre les évènemens des années 1812, 1813 et 1814, et ceux des années 1808, 1809, 1810, 1811 et une partie de 1812, y a fait paraître des contrariétés. Les évènemens les plus récens sont ceux qui font le plus de sensation; ils donnent matière à plus de réflexions et de conversations. Les moindres détails se répandent au loin avec rapidité, et si leur résultat définitif répond à ce qu'on en attendait, il fait tellement oublier tout ce qui a précédé, que s'il n'y avait

pas quelque écrivain qui le fit connaître, l'histoire n'en ferait jamais mention.

Comme il y a plusieurs problêmes à

ainsi que

résoudre dans l'histoire de la révolution d'Espagne, l'écrivain impartial pourra trouver la solution de celui qui fixe la véritable époque de la guerre de la nation espagnole contre la France, celle où cette nation commença à être divisée en deux partis, ainsi

les raisons et les motifs qui engagèrent plusieurs Espagnols à abandonner le parti qu'ils avaient d'abord embrassé.

Quand on ne se rappelle que les évènemens qui ont eu lieu pendant les trois dernières années, on regarde comme un paradoxe qu'on mette dans la classe et dans le rang des problêmes l'idée de la guerre que la nation espagnole a faite à la France pendant les années 1808, 1809, 1810, 1811 et une partie de 1812; c'est cependant un problême dont la solus

[ocr errors]

tion impartiale peut avoir dans le moment présent, et pour l'avenir, des résultats qui peuvent influer sur le bonheur ou le malheur de l'Espagne.

Il y a plus de douze mille familles espagnoles qui ont été réduites à chercher un asile en France, en Angleterre, en Italie, en Portugal et même en Afrique. Un grand nombre d'individus gémissent dans les cachots dans leur pays; on compte aussi plus de cent mille personnes dans le royaume qui sont en proie à toutes sortes de malheurs, parce qu'elles se trouvent être les pères, beaux-pères, fils , gendres, frères, beaux-frères, oncles, neveux, cousins, parens, domestiques et alliés des expatriés. Le nombre des malheureux est trop grand pour que leur sort ne puisse influer en quelque manière

« PreviousContinue »