Page images
PDF
EPUB

PRIVILEGE DU ROI.

Lgrace

[ocr errors]

& de Navarre : A nos amés & féaux Confeillers, les Gens tenans nos Cours de Parlement, Maîtres des Requêtes ordinaires de notre Hôtel, Grand Confeil, Prevôt de Paris, Baillifs, Sénéchaux, leurs Lieutenans Civils, & autres nos Justiciers qu'il appartiendra ; SALUT. L'Académie Françoise , dont à l'exemple du Roi Louis XIV notre Prédécesseur & très-honoré Bisaïeul , Nous avons bien voulu Nous déclarer le Chef & le Protecteur, Nous ayant fait représenter qu'elle continue de donner ious ses soins à la perfection de la Langue Françoise ; en sorte que non-seulement elle a revu & augmenté fon Dictionnaire, pour en donner une nouvelle édition, mais qu'elle à fait aussi diverses observations sur la Langue, & travaillé à plusieurs Ouvrages de même nature, qu'elle desireroit faire imprimer, s'il Nous plailoic lui accorder des Lettres de Privilége, tant pour la réimpression de son Dictionnaire, que pour l'impression des autres Ouvrages qu'elle a entrepris , offrant pour cet effet de les faire imprimer & réimprimer en bon papier & beaux caractères, suivant la feuille imprimée & attachée pour modèle sous le contrelcel des Présentes. A CES CAUSES, voulant favorablement traiter ladite Académie, tant en considération du mérite & de la capacité des personnes qui la composent, qu'à cause de l'avantage que le Public peut retirer des Ouvrages ausquels elle s'applique, Nous avons permis & permettons par ces Présentes à ladite Compagnie , de faire imprimer, vendre & débiter en tous les lieux de notre obéissance, par tel Imprimeur qu'elle voudra choisir, & autant de fois

[ocr errors]

que bon lui semblera, fon Dictionnaire revu

teyu & augmenté, & tous les autres Ouvrages qu'elle auta faits, qu'elle voudra faire paroître en son nom, en un ou plusieurs Volumes, conjointement séparément, sur papier & caractères conformes à ladite feuille imprimée, & attachée pour modèle sous notredit contrescel;& ce pendant le temps & espace de vingt-cinq années consécutives, à compter du jour de la date des Présentes : Faisons trèse expresses défenses à tous Imprimeurs, Libraires, & autres personnes de quelque qualité & condition que ce soit, d'imprimer ou de faire imprimer, en tout ni en partie, aucun des Ouvrages de la dite Académie, ni d'en introduire, vendre ou débiter' aucune impression étrangere dans notre Royaume, satis le consentement par écrit de 13dité Académie , ou de ceux qui auront son droit, à peine contre chacun des contrevenans de trois mille livres d'amende, applicable un tiers à Nous, un tiers à l'Hôtel-Dieu de Paris, & l'autre ciers à ladite Académie , ou aux Libraires dont elle se sera servi; & à peine aussi de confiscation des Exemplaires, & de tous dépens, dommages & intérêts à condition néanmoins que dans trois mois, compter de ce jour, ces Présentes seront enregiftrées tout au long sur le Registre de la Communauté des Imprimeurs & Libraires de Paris : Que d'impreffion de chacun desdits Ouvrages de l'Aca. démie sera faite dans notre Royaume & non ailleurs ; & qu'elle se conformera , ou ceux qui auront droit d'elle, en tout aux Réglemens de la Librairie , & notamment à celui du 10 Avril 1725; & qu'avant de les exposer en vente , il lera mis deux Exemplaires de chacun dans notre Bibliotheque publique, un dans celle de notre Château du Louvre, & un dans celle de notre très-cher & féal Chevalier le Sieur DAGUESSEAU, Chancelier

[ocr errors]

?

:

de France, Commandeur de nos Ordres; se tout à peine de nullité des Présentes. Du contenu delquelles vous mandons & enjoignons de faire jouir pleinement & paisiblement ladite Académie, ou ceux qui auront droit d'elle, sans souffrir qu'il leur soit fait aucun trouble ou empêchement : Voulons que la copie desdites Présentes, qui sera imprimée tout au long au commencement ou à la fin de chacún desdits Ouvrages;

foit tenue

pour dứement fignifiée ; & qu'aux copies collationnées par l'un de nos amés & féaux Conseillers & Secrétaires, foi soit ajoutée comme à l'original : Comman

dons au premier notre Huissier ou Sergent sur ce requis, de faire pour l'exécution d'icelles tous actes requis & nécessaires, fans demander autre permission, & nonobstant Clameur de Haro, Charte Normande, & Lettres à ce contraires: Cat tel est notre plaisir. Donne à Paris le trentiéme jour du mois d'Avril l'an de grace 1750, & de notre Règne le trente-cinquiéme. Par le Roi en Ion Conseil, SAINSON.

L'Académie Françoise a cédé le présent' Privilége au Sieur BRUNET, son Libraire , suivant les conditions portées dans ses Regiftres." A Paris le vingt Juin mil sept cent cinquante.

Signé MIRABAUD, Secretaire perpétuel de l'Académie.

[ocr errors]
[ocr errors]

· Regiffré, ensemble la Cellion , sur le Registre XII de la Chambre Royale do Syndicale des Libraires com Imprimeurs de Paris, No 431, fol. 309, conformément aux anciens Réglemens, confirmés par celut du 28 Février 1723. A Paris le 22 Juin 17so.

LE GRAS, Syndic.

[ocr errors]
[merged small][ocr errors]

DISCOURS Qui a remporté le Prix

En l'Année 1750.

Par le P. CHABAUD, de l'Oratoire.

Jusqu'à quel point le Sage doit avoir égard aux

jugemens des hommes. Conformément à ces paroles de l’Écriture : Omnia probate , quod borum est tenete. Thessal. I, chap. 4, v. 21

N

E point faire attention à ce que pensent ceux avec qui nous vivons , ou se conformer sans

examen à leur manière de penser, c'est le propre de l'insensé : tout examiner , & n'adopter que ce qui peut perfectionner notre raison & régler notre conduite, c'est le caractère du Sage. Le Tome III.

А

flambeau de la vérité luit fi rarement à notre esprit , que nous devons fans celle être en garde contre les surprises de l'erreur; l'attachement à notre propre sens seroit capable de nous précipiter dans une infinité de fautes : en nous empêchant d'être attentifs aux jugemens des autres , il favoriseroit nos égaremens , & multiplieroit nos chutes.

Aussi, le Sage craignant de suivre un mauvais guide en suivant son esprit, examine les sentimens de ses semblables, & règle quelquefois sa conduite sur leurs idées. Mais, il faut l'avouer, il est des occasions, où connoissant clairement son devoir , il suit ses lumières en le remplisfant , fans se mettre en peine de ce que pensent de lui ceux qui l'environnent. Il a donc égard aux jugemens des hommes lorsqu'il le peut, & les compte pour rien lorsqu'il le doit.

[ocr errors]

PREMIERE PARTIE.

[ocr errors]

Nous sommes si sujets à l'erreur, que nous devons nous défier de nos propres lumières, Jaloux de notre manière de penser, nous ne sommes jamais plus flattés , que quand on adopte nos idées : deux raisons qui rendent le Sage attentif

« PreviousContinue »